C’’est la mamie attitude !

Dans la vie, on croise toutes sortes de gens. Des clubbeurs, teufeurs, dragueurs, turfeurs, surfeurs, menteurs, amuseurs, arnaqueurs… Enfin, bref, t’as compris quoi. Et puis, il y
a des gens comme Marine ou moi qui nous complaisons dans la mamie attitude. Et ça nous fait trop kiffer.

Après le vide intersidéral de ma vie durant une certaine période, à base d’alcool à outrance notamment, j’ai eu besoin de calme, de ressource, de changement. Alors, moi aussi, j’ai
commencé à développer la culture mamie. Mais ceci n’est en rien péjoratif, que les adeptes de cette culture ne se sentent pas insultés. D’abord, j’ai commencé à tricoter. Et j’aime bien d’abord, ça me détend même si des fois, quand les chats viennent m’embêter quand je tricote, c’est un peu chiant. En cette fin d’année 2006, je n’avais qu’une envie : poser mon fessier devant la cheminée familiale et lire ou tricoter ou écrire. Trop rock n’roll, la fille.

 

Dans les faits, depuis quelques temps, ma vie ronronne comme une Kenya. Je n’ai pas foutu les pieds en boîte depuis la soirée en discothèque hétéro et très honnêtement, ça ne me
manque pas du tout. Maintenant, mon truc, c’est les après-midi « papotage autour d’une tasse de thé », c’est si subversif, si trash. Je lis beaucoup, j’ai repris cette habitude depuis
cet été. Maintenant, le samedi soir, c’est lecture et dodo. Il y a quelques temps, justement, je suis allée boire un thé avec miss Drusilla, on s’est quittées vers 21h (on s’est trouvées vers 16h, bonjour les bavardes !), elle m’a demandé ce que je faisais en ce samedi soir. Moi : « ben rien, je rentre chez moi ». Elle : « Quoi ? Mais viens avec moi, tu vas pas rester toute seule ! ». Oh ben si, alors ! Une soirée toute seule, tranquillou mémère dans mon lit avec mon bouquin. Bon, j’étais claquée en plus car j’avais pas beaucoup dormi la veille, j’avais lu tard. Mais bon,c’est vrai que de moins sortir, je me sens plus en forme, forcément, et j’avoue que c’est pas désagréable. Mine de rien, j’ai pas été malade depuis longtemps et en plus, comme j’ai arrêté de fumer, j’ai retrouvé une couleur à peu près normale (oui, y a quand même la pollution).

 

Après tout, où est-il écrit qu’il faut profiter de sa jeunesse pour sortir à outrance ? On ne peut plus s’amuser après ? Bah, quand je vois mes parents quinqua (deuxième
moitié) se déguiser pour des soirées costumées, l’une en lapin ou en pute, l’autre en Luis Mariano ou Demis Roussos, je me dis qu’il n’y a pas d’âge pour l’éclate. Mais ça doit pas être une obligation non plus. Y a-t-il une loi qui m’impose une cuite par semaine, des trémoussements jusqu’au bout de la nuit ? Ben non. Si je préfère boire une verveine-menthe que de l’alcool, c’est mon problème. Et puis mon estomac, il préfère aussi, curieusement (tout comme ma conseillère financière qui a arrêté de se rappeler à mon bon souvenir). Après, ça ne veut pas dire que je ne sais pas m’amuser, ça n’a même rien à voir. Vendredi soir, suis rentrée vers 2h30 après une soirée au bar avec Drusilla et Mo, à boire du champagne et du thé à la menthe. Juste comme ça, pour fêter mon nouvel échec à un entretien. Juste que j’ai moins envie de sortir et plus envie de cocooning.

 

Mais bon, je dis ça, ma mamie attitude, beaucoup de gens en font autant. Je me souviens, à une époque, avec Guillaume 1er, le samedi soir, on se faisait une belote avec un couple d’amis, c’était bien. On passait la soirée à papoter tout en jouant, on en a fait quelques unes avec Lucie, aussi. L’avantage de ses soirées, c’est que le lendemain, on n’a pas mal à la tête et qu’en plus, on se souvient de la soirée. Mais la mamie attitude, c’est tendance, y a pas à dire, y a qu’à voir le boom des nanas qui tricotent/cousent, des gens qui affirment haut et fort qu’ils n’ont jamais pris une cuite de leur vie et que même qu’au test de pureté, leur score dépasse pas les 100. Et alors ? C’est bizarre comme des fois, dans la jeunesse (dans le sens large du terme), on a parfois l’impression d’une émulation du trash : c’est limite si c’est pas la honte de jamais avoir pris de cuite. Bon, moi, je m’en suis prise quelques unes mais par exemple, j’ai jamais pris d’extasy ou de trucs plus hards et très franchement, si je l’ai pas fait, c’est pas par manque d’occasion mais bien par volonté de ne pas essayer. Bon concrètement, étant allergique à l’aspirine, je vais éviter l’extasy (on sait jamais trop avec quoi c’est fait, ces conneries), je ne pourrais jamais me piquer sans massacrer mon bras avant de choper la veine (si tant est que je la chope et pourtant, j’en ai une un peu inratable) et rien que l’idée de mettre de la poudre dans mon nez, ça me fait mal. Non, non, non, tout ça est inconcevable. Alors tant pis, je saurai jamais ce que ça fait mais je sais pas non plus ce que ça fait de faire pipi debout, je ne volerai jamais, je n’irai sans doute jamais dans l’espace… Bref, y a des tas de choses que je ne ferai jamais et c’est comme ça. Je vais pas m’en excuser de toute façon.

En attendant ce soir ou la semaine prochaine (je suis larguée, les filles !), je fais une petite soirée champagne – éclairs à la framboise at home. Mamies, certes, mais on ne

se prive de rien !

29 réflexions sur “C’’est la mamie attitude !

  1. sssalut nina j’espere que tu te souviens de moi ,je repend mon spectacle fin février et jaurais besoin d’un coup de pouce pour moi cest la poil attidude,ci joint un lien
    vvhttp://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoaft2mC.html
    gros bisous nicolas

  2. Figure toi qu’un soir, alors que j’étais resté tranquillement chez moi pour bouquiner, un contact msn d’ordinaire amical me saute à la gorge avec un ô combien stupide « bah alors??? t’as 18 ans et tu sors pas??? mais on est samedi soir, t’es malade ou quoi??? », ce qui a provoqué en moi une profonde confusion. Je ne tirerai pas de cette anecdote les conclusions que vous aurez tous compris par vous même, mais franchement, des fois, ya des gens qu’t’à rien envie d’leur dire à part « ta gueule »… 😀

  3. c top le tricot de toute façon et il parait que ça développe des capacités inexploités du cerveau par les mouvements spécifiques des doigts et puis ça permet de moins se faire chier devant la télé et d’habiller pour pas cher les ptits bouts que nos soeurs/copines s’amusent à pondre. Vive le tricot ! 😛

  4. Je suis pas une Mamie, je suis mon propre directeur de conscience, voilà tout, j’aime pas qu’on me dise « faut faire ci ou ça pour être une vraie jeune fêtarde marrante »! J’ai jamais aimé les boîtes, en revanche, une soirée bar, je suis toujours partante…
    Et j’aime pas les chats.
    Et moi je peux ce soir, mais pas la semaine prochaine (on va y arriver, on va y arriver)

  5. Oui, vive le tricot. Pourquoi tu passerais pas tricoter au café-tricot, Nina ? C’est dans un café au centre de Paris, en fin d’après-midi, et c’est plein de mamies atypiques de vingt-cinq à quarante ans 🙂

  6. Moi je m’insurge contre la pensée en termes de « modèles » : un tel sort le samedi soir, il est normal, et fun, il a des amis, une telle ne sort pas trop et boit de la tisane, c’est une mamie, une telle se retourne le bide 3 fois par semaines, c’est une fêtarde, etc.
    Comme je dis souvent, envers et contre Cosmo, arrêtons de penser par modèles, bordel!!

  7. bah si ça peut te rassurer, moi aussi le we je reste chez moi, je vais au park lire. Mais je trouve pas que se soit la vieille bique attitude parce que si j’ai envie de sortir, je sors. mais si j’ai pas envie, je me force pas. c’est aussi simple que ça.

  8. Les soirées Mamies (enfin Papy pour moi), il y a rien de mieux pour se reposer d’une longue semaine…

    Le Best-Of ? Regarder une série TV avec une couverture sur les genoux ! Enfin, préférez PrisonBreak à Derrick par contre 😉

    MEUH à tous !

  9. C’est marrant, à force d’avoir toujours été décalée je vais finir par être « à la mode »… tss 🙂
    Bon, je tricote pas (pas la patience) mais j’ai toujours été fan du coocooning plutôt que des soirées en boîte… Puis je bois pas d’alcool ou si peu…

  10. Houla des éclairs à la framboise, j’en ai vu à la boulangerie de monop’, c’est tout rose chimique! :-0 La mamie attitude, je suis pour! J’ai toujours pensé que faire la fête à outrance, déjà c’est pas très marrant (mais ce n’est que mon avis) mais surtout c’est pas constructif. Quand tu passes ta vie à sortir et te bourrer la gueule, tu ne prends pas de temps pour toi, pour penser et te recentrer Toute mon adolescence moi et mes copines étions snobées par les gens « in » du lycée parce que oh mon dieu nous ne buvions pas d’alcool ni ne fumions de shit, quelle déchéance, on ne savait pas s’amuser. Eh ben quand je vois que tous ceux là aujourd’hui n’ont pas évolué et que, huit ans après, ne jurent toujours que par leurs mémorables fêtes où ils finissent tous bourrés, je me dis que faire partie du club des impopulaires a du bon 🙂

  11. Moi je suis comme Hesyn je vais devenir tendance : je bois pas d’alcool (j’aime pas), jamais rien fumé (par conviction) et je suis pas une fan des sorties pour sortir…cad que les boites c’est ponctuellement quand je suis avec des gens avec qui je sais que je vais m’amuser…parce qu’il m’est déjà arrivé de me faire chier comme un rat mort en boite…

    J’aime bien les soirées entre amis, les apéros dinatoires, les jeux, les discussions…bon les bars et les restos c’est sympa mais les restos c’est plus cher et les bars c’est fumeur (plus qu’un an à tenir et après je vais devenir un oiseau de nuit en fait… 🙂 ).

    Tu as raison de juste faire comme tu as envie, moi je m’en suis pris des réflexions sur l’alcool, la clope, le shit, les boites…mais bon ça me disait rien j’allais pas me forcer…en plus faut être un peu objectif : le mec qui passe tous ces soirs de libre en boite à se pochtronner ne s’amuse pas forcément…il il en donne l’impression sûrement mais c’est pas tjs le cas…

  12. moi ca fait des années que je tricote , c’est le principe fait-par-moi-toute-seule-comme-une-grande que j’adore alors quand on vient me dire que c’est tendance et que je fais ca pour etre « mode » je dois bien avouer que je vois rouge…

    sinon concernant le test de purete c marrant que t’en parle, on m’a un peu forcé la main a le faire aujourd’hui et je n’atteinds que 78 ..bon evidement en comparaison au gens qui « sortent » jamais autour de moi genre il ont 17 ou 47 c’est honorable mais mon taux de depravitude n’est pas tres elevé! 😉

  13. « En fait, ce n’est pas tant le lieu ou ce que l’on fait qui compte que les personnes avec qui on est.  » => c’est bien vrai!!

    Mon code c’est QQM (cucul aime)…dois-je me sentir visé? 🙂

  14. Ben moi c’est pareil, c’est d’ailleurs pour ça que je bois du thé le vendredi soir sans complexe et parfois je me lache même sur une camomille!
    Mais en fait y a deux trucs:
    Le côté, on est jeunes, on est fun on se déchire la gueule qui m’horripile au plus au point. Je bois très modéremment et ca m’évite de me retrouver dans des situations douteuses. Et j’ai pas besoin de ça pour m’amuser comme ces faux cools qui sont en fait super inhibés
    Le côté faut sortir à tout prix. C’est vrai que le samedi soir c’est un peu le moment où je vois mes potes dans la semaine et ca me glauquise de rester chez moi. Une fois de temps en temps ca va mais par principe j’aime pas trop. Après j’ai des loisirs de vieille et je m’en branle. J’ai plus 16 ans, j’ai eu une vraie adolescence avec crises et 400 coups, maintenant je bosse et j’ai ni le temps ni l’envie de mettre la tête tous les deux matins. Donc comme les autres dacrew j’aime panacher mes activités avec une grosse préférence pour les squats qui n’en finissent plus bien au chaud dans un café ou chez oim.

  15. Oui moi je la revendique ma mamie attitude, j’ai d’autres envies que quand j’étais au lycée. Même si des fois on est aussi heureuses d’aller dans des bars et se mêler aux gens.

    bon puis moi j’ai jamais aimer trop les boites…

  16. moi j’ai passé des périodes très calmes, plus parce que je n’avais pas forcément de personnes autour de moi pour sortir tout le temps, cela dit quand je sortais c’était souvent la complète oeuf-jambon-fromage. Aujourd’hui en angleterre c’est quasiment sortie un soir sur 2 ou 3, les boites me conviennent mieux aussi et le contact est plus facile en général, moins d’esprit de « clan » comme en france je trouve.
    Après, ayant aussi des periodes moins festives je ne me place évidemment pas en modèle. D’autant plus que c’est pas uniquement le fait de se mettre une mine qui fait une bonne soirée, pour moi tout dépend du « relationnel ».

  17. Les envies, elles varient selon l’époque. Etudiant je sortais beaucoup, en couple plus du tout, puis de nouveau beaucoup, etc… Ca dépend d’une part des aspirations à certains moments de nos vies, et ça dépend aussi des relations.
    En arrivant à Paris sans connaître personne je me voyais mal aller en boite de night tout seul, après un an et un cercle d’amis qui s’est formé les soirées que je préfère c’est encore celles où on refait le monde jusqu’à pas d’heure posés dans un bar qu’on ne connaissait pas la veille à siroter des boisssons improbables.

    A côté de ça tout peut changer du jour au lendemain. Si ca se trouve dans six mois j’aurai trouvé la femme de ma vie et me soirées ce sera câlins-cocooning, à choisir les prénoms de nos futurs enfants, et probablement j’adorerai ça. J’ignore ce que la vie me réserve, j’ignore ce à quoi je passerai mes soirées et week-end l’an prochain, et au final c’est tant mieux.

  18. Moi aussi je sais ce que je fais ce wikèndeu!!! schuss! schuss!!! (bruit du dérapage sur neige molle et soyeuse à souhait). vous avez le droit de m’en vouloir.
    lalala!!!
    aj oui : moi je suis une mamie au ski. Je sors pas en boîte au « Grenier », le disco-club de Courch’, je me couche à 22h30 et je loque devant questions pour un champion parce que skier de 9h à 17h, mine de rien, ça vous fatigue une bête
    rze-lalalala!!!

  19. C’est drôle, du statut de « bonnet de nuit » (merci Môman du compliment, rappelle moi de t’appeler plus souvent!) je passe à celui de branchouille de service (ou presque!)

    Ma vie de « djeunz », je l’ai vécue en Angleterre (enfin pas que là, mais disons que c’était l’apothéose) et depuis, je suis passée du stade « les blouses blanches arrivent » au test de pureté à « la ménopause approche? » Mais non, ma ménopause n’approche pas, mais n’empêche que l’alcool c’est mal pour ma tête mon ventre et accessoirement mes chaussures (même si je prévois une rechute un de ces jours, mais il faut bien en profiter… parfois!) et que vu mes gènes de marmotte, un week-end nécessite Sex and the City, les 4400, New York je-sais-pas-quoi, et deux énoooooooooooooormes grasses mat’… Et pour me détendre, rien de tel que 3 points de croix (moi et le tricot, ça colle pas du tout!) Je commence même à cuisiner, et mon dernier McDo remonte à… euh… une autre vie???

    Bon, faut que j’y aille, je dois trouver une excuse béton pour ne pas sortir samedi soir (« ya les 4400, des inédits! » ne semble pas être assez convaincant!)

  20. Oh Nina, tu as la sainte vierge devant toi. Jamais fumé de clope (un cigare, à la palce, et ça m’a degouté a jamais) jamais d’herbe non plus, alors les drogues dures,n’en parlons même pas, jamais de cuite à en vomir, jamais de nuit blanche entiere (je ronfle toujours avant, j’arrive pas à tenir). Les seules fois où j’ai mis les pieds en boite, apres 3 mains au cul (ok, c’etait en Italie, mais tout de même, un peu de respect ma bonne dame !), j’en suis vite ressortie pour ne jamais y retourner. je bouquine beaucoup (trop) du coup ma myopie empire. J’aime bien faire de la couture. Bref, j’ai le Mamie attitude aussi, mais heu, depuis toujours.
    C’est grave docteur ?

    (bon j’avoue tout de même être accros aux sorties en journée le week end, faut pas deconner non plus, hein)
    (tiens, d’ailleurs, on devait pas verifier ensemble si tu avais bien arrêté de fumer ? :-D)

  21. Lambchop, t’sais que j’t’aime bien, toi!
    Bon, même si moi j’ai eu de la cuite à en vomir plus que de raison, et moi, la boîte c’était à Paris (le soir du Bac, à la Loco, souvenir ultime devant l’Eternel).
    Bref, j’t’aime bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *