One woman show

Dans la vie, je ne fais pas que regarder la télé en envoyant des CV, non, non, non. Il m’arrive de sortir et de faire des choses à visées culturelles. Donc lundi, je suis sortie pour voir un one woman show, Lady Brind’zingue, joué par Aurèle (si vous tombez sur le blog de Lady, mieux vaut le lire après avoir vu le spectacle, sinon, vous allez pas comprendre). La demoiselle joue tous les lundis soir, à la Loge, dans le 9e, la plus petite salle de théâtre de Paris (17 places !). Grâce à mon boulot d’attachée de presse pour Modo (c’est elle qui tient le rôle principal dans le synopsis en vidéo, pour ceux qui ne suivent pas), j’ai pu avoir une place gratuite.

 J’arrive un peu en avance pour pouvoir choisir ma place puis le spectacle commence. Bon, je vais pas tout vous raconter, je ne veux surtout pas déflorer votre plaisir. Je vous fais un petit résumé : après s’être débarrassée de son petit ami Jean-Paul (en le poussant en haut d’une falaise), Lady repart à la recherche de l’amûûûûûûûr. Mais vu que Lady n’est pas comme les autres, cette recherche ne ressemble à rien de connu. Oui, c’est pas Bridget Jones sur scène, non, non, non ! Parce que moi, les Bridget, Clara et compagnie, elles me saoulent un peu. Comme si être célibataire était la fin du monde… Là, justement, c’est marrant car Lady a une vision très particulière de la séduction et de l’Homme. Bon, je vais pas vous en dire plus parce que sinon, je vais balancer des vannes à base « ouais et quand elle dit ça, c’est trop drôle » et je déteste les gens qui font ça. Genre les gens qui me balancent qui est le tueur dans Usual Suspect ou les gens qui vous indiquent gentiment « atta, atta, là, c’est trop drôle ! » comme si j’étais pas capable de m’en rendre compte toute seule. Ca va, je suis pas débile non plus, je peux comprendre toute seule quand il faut rire ! Bon, Aurèle, moi, je l’avais vue dans les courts de Mitchoum Productions, des films qui ne jouent pas précisément la carte de l’humour donc j’avoue que j’étais curieuse de la voir dans un rôle comique. C’est dingue, on dirait carrément pas la même personne ! Mais elle assure dans les deux domaines.
 

Bon, ensuite, nous avons pris Gildas (le scénariste de Modo) sous le bras et on est allé boire un verre tous les trois dans un bistrot voisin en grignotant des tapas. On revient un peu sur le spectacle et sur le public du soir. Il faut savoir que, dans son spectacle, Aurèle fait participer le public et c’est toujours à quitte ou double. On tombe bien, ça se déroule tout seul mais si vous tombez sur le ronchon de service, sortez les pagaies. Par exemple, souvenez-vous du spectacle d’Axelle Laffont en DVD, elle demande à un mec dans le public de faire la voiture, il lui répond « elle est en panne ». Super ! Donc, là, il faut reprendre la situation en main sans paniquer. Aurèle m’a raconté plusieurs anecdotes du style pour son spectacle, des gens qui lui font ce genre de tour. Faut vraiment réagir au quart de tour sans faire remarquer que ce genre de réponse n’était pas attendue…

Le public est très important dans ce genre de spectacle, même si vous le faites pas intervenir. En octobre, j’étais allée voir un one man show et on avait discuté ensuite avec l’artiste et la chargée de prod qui disaient que, selon le soir, le public ne réagit pas pareil et les jours où ça rit pas trop, c’est plus dur de donner le meilleur de soi. Aurèle m’a dit la même chose. Il y a des soirs où les gens rigolent à la même blague et d’autres où les gens sourient. Non mais imaginez, vous êtes en train de jouer votre spectacle et personne ne réagit, ça doit être dur. Moi, avec mon foutu caractère, je finirais par péter un plomb et arrêter le truc en plein milieu… Non, ok, je le ferais pas mais c’est vrai que ça doit être super frustrant. Surtout que selon les gens avec qui on assiste au spectacle, ça peut avoir un effet inhibant ou, au contraire, exaltant. Lundi, quand j’y suis allée, il y a avait une famille certes sympathique mais qui ne jouait pas trop le jeu. Du coup, ça inhibe vachement (même si moi, j’ai joué le jeu, nananère !). C’est un peu comme au lycée ou à la fac, quand vous étiez dans des classes ou personne ne participe. L’ambiance est plus tendue et, du coup, vous n’osez pas l’ouvrir. Sauf si le prof est super beau, là, je participais toujours mais c’était assez rare que j’aie de beaux profs. Et le dernier prof qui m’a interrogée, j’étais un peu pompette, j’ai répondu juste alors que je comprenais même pas ce que je disais. Les relations internationales, c’était inné, chez moi.

Mais revenons à notre spectacle. J’explique à Aurèle que, pour rigoler, j’avais décidé d’écrire un one woman show qui compte joyeusement… un sketch. Mais j’ai d’autres idées en prévisions : la politique, l’hypersexuelle (c’est notre chouchoute avec mon agente, aka LilVirgo), l’ANPE… Enfin, faut juste que je les écrive, quoi. Là, Aurèle et Gildas me demandent, tout enthousiastes : « Mais pourquoi tu le joues pas ? ». Non mais ça va pas ? Me mettre sur une scène devant des gens qui me regardent et qui m’écoutent mais c’est pas possible ! Je suis pas actrice moi ! La dernière fois que j’ai joué la comédie, c’était en terminale pour la fête de l’école, je jouais un nain de Blanche Neige avec 3 autres filles (oui, notre princesse était un mec en santiags, on était profondément débiles). Evidemment, j’arrive sur scène et je perds mon bonnet donc je commence à rire, encouragée par Yohann en fée qui est mort de rire et on s’emmêle un peu les pinceaux sur scène mais bon, tout est bien qui finit bien. Tout ça pour dire qu’actrice, c’est pas mon métier. Je suis même pas sûre d’être capable de retenir tout ce texte, pourtant écrit avec mon clavier. Et surtout, si le public est du genre pas expansif, je vais mal le prendre, je serais capable de leur dire : « Ben alors, vous avez le droit de rire, vous savez ? ». Non, moi, j’admire les gens capables de s’exposer comme ça, sur scène, de jouer un spectacle d’une heure à une heure et demi en étant tous seuls sur scène. Etre actrice (ou comique), c’est un métier… Et c’est clairement pas le mien (même si je suis pas timide et super drôle, mouarffff !)

id= »radioblog_player_0″ bgcolor= »#ECECEC » allowscriptaccess= »always » src= »http://stat.radioblogclub.com/radio.blog/skins/mini/player.swf » type= »application/x-shockwave-flash »>

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 réflexions au sujet de « One woman show »

  1. panpan dit :

    Mais que se passe t-il? Il n’y a plus personne le dimanche! 🙁 en attendant ça me permet d’être deuxième! Bon d’accord mon post n’est pas très constructif…mais c’est pas grave! Bon week end à tous et toutes!

  2. c’est ce qui fait dire a beaucoup de comédiens que le registre comique, souvent encore dénigré par rapport au « grand théatre » tragique, est plus difficile car la réaction du public est immédiate, encore qu’un public qui se marre en pleine tragéde grecque, ça la fout mal aussi.

  3. together now dit :

    Ailleurs Lady Brind’Zingue, tu l’vais progammé. Bravo ! Ce show je veux le découvrir 1 proche lundi, tu m’as mis la bouche à l’eau.La relation comédiens/public se doit d’être intime ds 1 loge de 17 places. Tant mieux, plus d’intensité,partager l’espace à son paroxisme. Lorsque la mayonnaise ne prends pas ou mal, cela peut venir des comédiens, du public ou des 2.
    Parcouru sit Aurèle, commer par ailleurs sur cette Artiste.
    L’Aurèle est hardie ( j’ai osé) !!!
    Le tampon rend con : çà tient la route, même si le dialogue néccessite d’être plus soutenu. Avec ta cop Fifille virgo, relevez ce défi, lancez-vous ce formidable challenge, à vos neuronnes et vos stylos. Déjà 3 fans :Aurèle gildas et Together

  4. Ce one woman show m’a l’air génial, tout sauf déprimant 🙂 hélas je ne vis plus à Paris.. (je ne vis plus en France en fait). Rien que l’affiche, elle donne envie de découvrir ce que la jeune femme essaie de transmettre^^ Tout ça pour dire que ça ne m’aurait pas dérangé (au contraire!) que tu en dises plus sur le spectacle :p (mais évidemment ça serait pas sympa pour les autres lol)

  5. Lo dit :

    Pour avoir fait 5 ans de théatre, je confirme que quand le public ne rigole pas aux blagounettes et quand il n’applaudit pas pendant les noirs (meme si en vrai, c’est mal poli d’applaudir au milieu du spectacle), ça fou un peu la pression pour la suite, on a l’impression d’avoir mal commencé, de s’être planté quelque part…
    Une année, j’ai joué un texte que j’avais écrit… C’était super perso comme texte, donc pas facile de prendre du détachement (en plus tout le monde a compris que c’était l’histoire d’une fille morte qui revenait parler à son amoureux qui se laissait mourir, alors que c’était pas ça du tout). J’ai une très bonne mémoire et n’ai jamais eu aucun problème pour apprendre des textes, mais celui là, je crois que je n’ai jamais réussi à le jouer sans oublier au moins un mot dedans..

  6. together now dit :

    Suite comm 4: j’suis fustré Nina, no réaction sur « L’Aurèle est hardie »………..Bordel, des mois ,des années de cogites, alors soit tu lis mes comm en diagonale-inversée-parrallèle,et tu zappes, soit c tellement nul « et vaut pas le coup », soit tu n’connais pas (je n’ose le croire), ou bien c tellement subtil que t’es jalouse comme une teigne. After the show à la Loge, j’ai bien l’intention de le placer auprès de miss Aurèle. Allez j’te kiff quand même, contre tte attente !!!

  7. TN : sache qu’une blague passe d’autant plus subtilement qu’elle est pas relevée avec un MUAHAHAHAHAHAH ou une demande d’explication, ça ne fait que mettre en avant la finesse des interlocuteurs de part et d’autre (celui qui fait la blague et celui qui la reçoit).

  8. Nan mais là c’est pas du tout un trip « c’est ma copine je la défend », elle est grande, elle peut le faire toute seule, nan je réagissais au principe, sur mon blog ça m’est arrivé qu’on souligne mes blagues comme un bourrin et je trouve ça pas fin. Ouala. Il n’était donc que question de principe…

  9. together now dit :

    Nina « contre tte attente » C T A, voir signification chez Fifille,
    Don’t mess with us , en comm
    Ta cop, elle boîte pas non plus, elle marche droit devant d’un pas assuré.

  10. together now dit :

    Les principes ! pourquoi n’y ai-je pas pensé, c évident. A côté, faut les limiter les « principes », cela peut mener à l’hermétisme. Trop de principes tuent les principes !!!

  11. together now dit :

    Nina ,full up ! Marque de fabrique, exclusivité TN . Invité à diner, à la fin du repas d’1 voix grave et posée « délicieux festin contre toute attente ». « Comme tu es ravissante ds ta robe moulante CTA » « ton maquillage est à ravir CTA » « géniale cette nuit my love,tu donnes tout , à donf, CTA » etc………..Humour TN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *