En province, on a même l’électricité !

Petite, j’étais une grande publivore devant l’éternel, hors de question de me coucher sans avoir regardé la page de pub de 20h30. Depuis, j’ai grandi et je trouve plus d’agacement que d’émerveillement dans ces satanées pages de pubs. Et ce qui m’horripile le plus ? L’image de la province.


J’ai beau être parisienne depuis bientôt 4 ans (quand j’y pense, c’est fou !), je continue à expliquer à tous les gens que je rencontre que je viens du sud. Et la plupart me répondent : « ah bon ? Et l’est où ton accent ? », ce qui me donne envie de pleurer car mon accent du sud ouest était un facteur sympathie indéniable. Maintenant, on ne me demande même plus d’où je viens, je trouve ça d’un triste. Mais bon, je garde ma fierté de fille du sud ouest, je suis contente quand on vent des Airbus, que les équipes de rugby de pas loin de chez moi gagnent des matchs, que plein de Toulousains soient en équipe nationale de rugby et je serais presque émue de savoir que Toulouse (le Téfécé, comme on dit) a battu Bordeaux en foot si je ne détestais pas ce sport. Enfin, ok, c’est pas le sport en lui-même que j’aime pas, c’est tout ce qu’il y a autour.

Alors forcément, quand je vois ma région réduite à des images d’Epinal, je grince des dents. Souvenez vous la pub Rondelé avec Maïté et ses copains qui parlent des bonnes choses et notamment cette bonne femme en tablier immaculé et chignon strict genre « paysanne du XVIIIe siècle dans l’imaginaire collectif » qui ramasse des herbes en les disposant dans son beau panier en osier en disant « la ciboulette, peut-être… ». Alors déjà, j’ai beau ne pas être un as du jardinage, je SAIS que l’herbe et la terre, ça ne va pas du tout de pair avec un tablier blanc. A l’époque, je me demandais où se passait la scène car en France, en vrai, personne ne va ramasser la ciboulette avec un beau tablier démodé et un panier en osier bien garni.

 

Nouvelle pub qui me fait hurler, celle de la twingo XV de France (ou rugby, je ne sais trop) où on voit une classe de crétins qui répètent en imitant l’accent du sud « Engtre lé PERcheeeeeeuh ! ». Alors déjà, en temps qu’ex stagiaire en journalisme rugbystique, on dit rarement « entre les perches », la plupart des journalistes restent avec le « entre les poteaux ». Mais surtout, je suis étonnée que les publicistes parisiens qui ont une si belle image de la province (le Parisien qui « apprend » le provincial avec l’accent, pardon mais ça me fait hurler) n’aient pas tilté qu’il y avait aussi des équipes de rugby hors sud ouest. Y en a aussi dans le sud est et même deux en région parisienne qui évoluent en professionnel (le deuxième, c’est le Racing Metro 92). Plutôt que de mal imiter notre accent et mettre en avant un vocabulaire rugbystique peu usité, ils n’avaient qu’à faire appel à des joueurs de la région, tiens. Ah, c’est sûr, c’est plus cher mais ça m’aurait un peu moins énervée car dès que je vois la couillasse à la télé qui commence à répéter toute fière
« engtre lé PERcheeeeeeeuh ! Engtre lé PERcheeeeeeeeeuh ! », j’ai envie de l’attraper par les cheveux, la jeter par terre et lui donner des coups de pied en lui expliquant que dans mon pays, personne ne parle comme ça en vrai.

Et je suppose que nos amis du Pays Basque doivent aussi être fatigués par le pépé qui « goss goss » avec sa patate ou, à l’époque, la sale gosse qui répétait du basque quand on lui servait du Ossau Iraty.


Parfois, quand je vois la province qu’ils nous sortent dans les pubs, je me demande s’ils ne sont pas allés tourner leur film dans les régions rurales du fin fond de la Chine. Parce qu’à Toulouse, par exemple, on a quand même l’eau et l’électricité courantes, on a même l’ADSL et nous, en plus, on construit des avions ! Alors la province d’un autre siècle, ce serait bien d’arrêter un peu de nous la servir.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 réflexions au sujet de « En province, on a même l’électricité ! »

  1. et le pire, c’est que tous ces parisiens et proche banlieue, dès qu’ils ont mis fièrement le pied en province, quel qu’elle soit, en se frayant la route à grand coup d’appels de phares, de passage éclair sur les bandes d’arret d’urgence ou autres zébras routiers, et en squattant les trottoirs et double files comportement bien inutile dans nos vastes espaces surdimensionés de stationnement arborés, tout ça pour rester bloquer la circulation pendant 5mns, le temps de choisir leur baguete saveur typique paysanne qu’ils critiqueront 1h plus tard en disant qu’ils ont moins cher à Auchan-VELISY II, se permettent de ressortir leur racine et leur provenance forcément quelque part campagnarde, en prenant (singeant) quelquefois les poses locales (la casquette du marin breton, le maillot rayé marseillais, le stencer chasse et pêche coté périgord avec la veste vert campagne velours assortie…à grand coup de « bonjour la compagnie » en rentrant au bistrot local !! je force à peine le trait…et leur émotion quand ils croisent un autre 75 … après 15 jours de brousse locale à bouffer de la rillette sarthoise : tel Stanley à Livingstone : « Dr Livingstone, I presume ? »

  2. lapoulefaitmeuh dit :

    ouais carrément d’accord…!!!
    mais c’est le pb du publiciste, un préjugé ou un cliché aussi faux soit il est bien plus vendeur qu’une image réalliste. (magie quand tu nous tiens).

    tiens d’ailleurs cette pub pour une ventillation de maison(avec un ancien rugbyman super connu) me laisse songeur
    quel rapport entre un rugbyman à la retraite, et ma maison que je n’ai pas les moyens de m’acheter (c’est la criseuh).
    bref les clichés c’est le mal…les cliché c’est moche…
    et l’accent du sud…c’est trop sexy…!!!

  3. Je tiens à dire qu’en Bretagne, on ne porte pas la coiffe tous les jours (juste pour les trucs folkloriques) et qu’on ne dit pas non plus « PIRAAATES ».
    Ceci était mon comm nationaliste.

  4. Ça se paiera ma bonne dame! Bon, d’un autre côté, l’accent breton (le vrai, celui des terres) il est un peu pas glamour quand même, donc beaucoup moins vendeur qu’un accent du sud ouest!

  5. F dit :

    et encore l’énervement tu le vis sur les terres de l’exil (veinarde bientot mon tour). en direct de l’endroit dont tout le monde a une haine (Nice et la cote) c’est pire encore. mais sinon je m’insurge! rien de mieux que la bretagne.

  6. Opuntia dit :

    et vous oubliez la condescendance de certains qui pensent toujours que venant de Paris, les provinciaux sont des pecnos fussent ils cultivés ou ayant réussi dans la vie.
    Et non, nous aussi on a arrêté de chier sur des truelles pour faire nos maisons…

  7. magali dit :

    C’est bizarre il y a beaucoup plus de publicités caricaturant notre accent du Sud que celui du reste de la province… serait ce de la jalousie?
    Sinon moi aussi je suis de Toulouse et on me demande souvent si je suis de Marseille, comme si l’accent du Sud s’y résumait…

    Totalement hors sjt, Nina, ça fait un petit moment que je lis ton blog et je voulais juste te dire combien je l’apprécie!

    PS: Allez le Téfécé bien et le Stade Toulousain! (tant qu’à être chauvin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *