Politique

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, je vais parler politique mais rassurez-vous, je vais pas vous faire un petit exposé sur mes idées politiques ni rien. Non, nous sommes dimanche, c’est l’article léger, c’est pour rigoler ! Je ne parlerai pas non plus du livre ayant le même titre, y a bien que Beigbeder pour s’extasier dessus mais forcément, y a des scènes
de sodomie et de fist fucking. Comme quoi, le sexe ne fait pas nécessairement un bon livre. Donc voici le récit de mon incursion au sein d’un parti politique.

Depuis que je vis sur Paris, j’aime faire de nouvelles expériences. Lundi soir, je me rends chez Gauthier pour une soirée télé-DVD. On discute et il m’explique qu’il s’est inscrit au PS par Internet et qu’il y a une conférence mercredi. « Super, je peux venir avec toi ?
– Heu…oui, ça tombe bien, je voulais pas y aller tout seul ! »
Youpi ! Oui, moi, je suis une fille qui aime aller dans des trucs de ce genre, histoire de voir comment ça se passe. Que les choses soient claires : je ne pense pas devenir militante. D’une part, je n’ai pas toujours voté PS aux élections et je veux pouvoir voter ce que je veux sans avoir l’impression que je trahis l’intérêt du parti. Il est vrai que c’est le parti dont je me
rapproche le plus au niveau des idées mais des fois… D’un autre côté, je ne pense pas que militer au sein d’un parti, même non extrémiste, soit une bonne idée pour ma carrière. Bien évidemment, je ne le mentionnerai pas sur mon CV mais on ne sait jamais…

Une assistante bigarrée
Donc, mercredi, je rejoins Gauthier et nous voilà partis à la recherche du lieu de réunion. On arrive et on voit une église genre « secte » appelée l’église du bonheur ou je sais plus quoi, ça commence bien. Dehors, des militants fument, certains portent l’écharpe rouge, la même que Mitterrand. On s’en crame une aussi puis on rentre dans le bâtiment, on trouve enfin la salle (après avoir demandé, quand même).

Dedans, on s’assoit dans un coin et je commence à détailler les gens en notant les personnages typiques. Il faut savoir que j’ai été élevée dans un milieu de droite donc des clichés sur les socialistes, j’en ai à la pelle et pas que l’écharpe rouge. Nous avons, par exemple, le cliché de « l’instituteur socialiste » comme dit mon père, un monsieur avec une barbe en collier (celui-là, en plus, il a des sourcils impressionnants). Enfin, j’ai aussi des clichés sur les militants de droite, j’en ai subi un en 1ère année de fac et j’en avais interviewé un autre lors de mon stage dans une radio nationale. Le gars, militant jeune de l’UMP, il arrive… et là, on se dit qu’il aurait tatoué « jeunesse UMP » sur la tronche que ce serait pareil : petits
mocassins, pantalon à pince, pull col en v d’où sort une chemise à carreau. Et que dire de l’énorme montre à son poignet ? Bref. La foule est assez disparate : des jeunes, des moins jeunes, des plus jeunes du tout, des hommes, des femmes… Des écharpes rouges un peu partout. Evidemment, la réunion commence en retard mais en même temps, les gens tardent à arriver. Sur l’estrade, le chef de section et les intervenants discutent en regardant les gens arriver, la salle se remplit peu à peu. Y a du monde quand même.

Alors qu’on discute de tout et de rien avec Gauthier, un homme en noir s’approche et nous serre la main, nous expliquant qu’il est responsable du recrutement et il nous demande notre nom. Gauthier répond, je lui explique pour ma part que je suis là en touriste (de toute façon, si je devais adhérer, je dépendrais pas de cette section). On récupère des documents et c’est parti pour la réunion. Bon, ici, on se tutoie et on s’appelle camarade, ce qui nous étonne un peu : on croyait que c’était typiquement communiste mais apparemment, nous avons tort. Maintenant, je me demande s’ils utilisent « camarades » à l’UMP, aussi. Le chef de section remercie les militants de l’avoir reconduit à ce poste puis il demande aux nouveaux adhérents de se présenter, Gauthier ouvre le bal. A chaque fin de présentation, on applaudit. Comme il me dit ensuite : « on se croirait aux alcooliques anonymes ». Donc plein de gens se présentent, des
étudiants dont un Italien, des gens qui ont déménagé et qui rejoignent la section, des sympathisants qui franchissent le pas du militantisme « en ces heures sombres », une dame blonde tout de rose vêtue qui pourrait être la mère de Barbie. Et on applaudit Paul, on applaudit Janine, on applaudit Paolo, on applaudit Vincent… Le chef de section est ravi de toutes ces nouvelles têtes et nous explique que les inscriptions ont dû être bloquées juste avant le congrès, « c’est pour ça qu’il y a tant de nouveaux aujourd’hui ». Aurais-je senti une pointe d’amertume ?
Suite à ces émouvantes présentations dont je me suis dispensée (oui, je ne suis pas de cette section, moi !). A ce moment-là, je remarque une femme au gilet couleur framboise écrasée (j’adore cette dénomination de couleur) qui erre dans la salle, se pose à côté de quelqu’un en discutant d’un air revêche puis elle vient par s’installer pas loin de nous. Une dame vient sur l’estrade nous parler d’un problème de quartier dont Gauthier et moi ne connaissons ni les tenants ni les aboutissants, la dame fustige « les communistes et le verts ». Je me retourne vers Gauthier et lui glisse un : « c’est quoi déjà la gauche plurielle ? ». La dame n’est pas contente, certains la fustigent un peu, notamment un mec à costard et la femme avec son gilet framboise qui soupire bruyamment en faisant la gueule. Ils sont agités, quand même, les gens. Après, ils nous expliquent qu’ils ont sorti un livre d’images sur l’histoire du PS pour le centenaire du parti et il est question d’un DVD, je crois (on sent la fille attentive). Quoi qu’il en soit, les militants sont invités à participer en prêtant les photos de leur engagement.

Conférence… sans doute passionnante
Arrive le moment de la conférence en elle-même (soit une heure après le début de la réunion), deux personnes de haut rang viennent parler de ce que l’on doit faire pour lutter contre la politique sécuritaire de la droite. Je vous avoue que je ne sais absolument pas ce que les gens ont proposé puisque j’ai passé l’heure suivante à lutter contre le sommeil. Assise sur ma chaise, ma tête ne cessait de tomber vers l’avant, me vrillant les cervicales à chaque fois. Changement d’intervenant, j’applaudis le monsieur moustachu que je n’ai pas écouté et une jeune demoiselle prend la parole à son tour, je recommence à me rendormir et à lutter en faisant attention à ne pas martyriser mes cervicales. Les militants sont assez dissipés, ça papote, ça rigole, ça va aux toilettes… A un moment, la dame au gilet framboise décide qu’elle en a marre et le signifie ostensiblement en soupirant bruyamment puis en adressant un geste « temps mort » au chef de section pour dire que la demoiselle qui parle est trop longue. La pauvre fille doit s’en rendre compte, elle conclut un peu abruptement. Le chef de section la remercie et demande si quelqu’un veut dire quelque chose. Là, une forêt de bras se lève, notre dame au gilet framboise est assises sur un quart de tiers de fesses, le corps tendu en avant, prête à bondir sur l’estrade mais le chef de section donne la parole au monsieur en costard de tout à l’heure. Et tandis que le mec s’avance, personne ne baisse les bras ! Et pendant que le gars commence son intervention, ils sont tous le bras levés, lançant des regards complices au chef de section pour le prier de leur donner la parole de suite après, la dame au gilet framboise est particulièrement motivée, apparemment. Là, le gars se met à parler et dit : « Moi, quand j’étais à Toulouse… ». Vu son accent, c’était pas la peine de préciser, je savais qu’il était de chez nous ! Mais bon, Gauthier et moi avons faim, nous quittons la salle. En partant, je vois sur un siège au fond, à droite, un mec affalé sur sa chaise, la tête en arrière, la bouche grande ouverte, se payant un merveilleux roupillon. Bien, ça me rassure, j’ai trouvé pire que moi.

Etre militante ?
En cheminant loin de ce lieu, Gauthier me fait part de sa déception, « je n’imaginais pas ça comme ça ». Moi non plus… mais à quoi m’attendais-je ? Je me dis que, quelque part, les militants ont un rôle à jouer dans la politique française, on ne les voit pas, on ne les entend que peu mais ils sont là, ils décident de ce qui est le mieux pour leur parti, ils s’investissent… et ce sont de véritables gamins. Mais ce n’est pas lié au PS, je suppose que c’est dans tous les partis pareil. Mais ai-je l’âme militante ? Je ne sais pas, je ne crois pas. Surtout qu’il y a très vite des rivalités, des velléités de pouvoir, des clans… Et ça, je n’en ai pas envie. Je me souviens, en 1ère année de fac, je « subissais » la présence d’un gars, membre
hyperactif du RPR jeune (hé oui, ça remonte). En 1998, les piquets de grèves sont dressés à la fac et notre ami y voit un merveilleux moyen de plaider sa cause : devenir le chef du RPR jeune de notre département. Donc le voilà qui m’explique qu’il va monter un contre-mouvement pour riposter aux grévistes… le tout chapeauté par le RPR jeune de Toulouse. D’ailleurs, je me souviens, un jour, pendant une AG, il me parle d’un étudiant qui se prononce contre la grève : « ce serait bien qu’il fasse partie de mon groupe, même s’il est de gauche. » Bon, finalement, la grève se termine et le voilà qui râle car il n’a pas eu le temps de mettre son plan à exécution. Je suis édifiée par ce que j’entends : quel est le plus important ? Défendre ses idées ou bien se faire voir ? Il voulait que la grève se termine, c’est arrivé, que demander de plus ? Si les ambitions doivent passer avant les idées, je crois que la politique ne sera jamais pour moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

51 réflexions au sujet de « Politique »

  1. Ce qui est absolument deplorable c’est de voir la demagogie des partis de gauche qui sont ancrés dans une vision rchaique du socialisme et de la defense des travaileurs, qui souhaitent rester dans de vieux schemas obsoletes mais d vieux schemas utiles pour gagner des voix. Cette malhonneteté est ecourante. Hollande n’a rien fait en 4 ans!!!! Pas une proposition qui tienne la route. Ma gauche me degoute. Je comprend que 24 % des nouveaux militants de l’UMP viennent de la gauche…

  2. Bon ben voilà j’ai rien à rajouter, nous sommes un peu déçu de ce premier contact avec ce que j’appel « le monde de la politique vu d’en bas ». Mais comme je suis qq1 de persevérant je vais me laisser le temps de découvrir correctement tout ça… Et puis c’est ma branche la politique, donc bon quand il faut y aller…

    Bisous.

  3. les militants sont la base… ce sont curieusement les seuls qui croient aux idées

    si on reprend les idées de Jaurès, il y avait énormément de bon, de nécessaire et d’indispensable alors

    mais quand tu te réfères aux actes, et surtout aux comportements, tu déchantes grandement; les idées de la base? ils s’en foutent; la base elle même? il n’ont que très peu de considération pour elle, voir du mépris

    et ce n’est pas une question de gauche ou de droite, car le shéma est identique, que tu sois communiste ou UMP

    le pouvoir, c’est la seule chose qui les intéresse, et quand tu as le malheur de les contrer et d’être à peu près habile et raisonné en terme de discours, ils ne t’aiment pas, très vite

    deux anecdotes: j’ai shooté il y a qq années catherine trautmann, alors ministre de la culture; bien que n’étant pas de gauche, c’est une femme que j’admirais, pour son travail sur strasbourg… je l’admirais jusqu’au jour où je l’ai rencontrée, je me suis rendu compte que cette femme n’était qu’arrogance… la prise de vue ne s’est pas très bien passée, mdr

    un soir de conférence sur l’europe avec l’UDF (je suis pro européen convaincu), j’ai eu la détestable idée de contrer un ancien ministre de balladur, qui était trop pro guerre contre l’Irak; l’amie qui m’avait invité en a entendu parlé pendant des semaines (et pas dans des temres élogieux, sois en sur)

    ce que les chefs de partis demandent à la base, c’est surtout de se « taire », de se motiver bénévolement ou à leur frais pour permettre à leurs leaders de gagner leur place au soleil (au pouvoir)

    nous ne sommes pas loin du roi et de sa cour, qu’elle soit rouge, blanche ou bleue ;); des hommes et des femmes qui ne songent qu’à leur heure de gloire, leurs intérêts, les lobbies qu’ils défendent, à tous les niveaux de la hiérarchie ou presque

    quant au clivage gauche-droite, en terme d’actes….

  4. taz dit :

    En France depuis que je m’intéresse à la politique et à savoir comment ca marche je me rends de plus en plus compte qu’on ne vote pas pour des idées ou pour une personne qui défendra notre point de vue mais bien pour UN parti. A savoir un groupe de personnes qui défendront leur interet avant tout.

    Quand on s’engage dans la voie politicienne, on est là pour se faire voir, et essayer de savonner la planche du copain tout en ne tombant pas de la sienne.

    Je vais prendre des exemples de la toute grandeur politique.
    La loi sur le PACS est passée de nuit en allant réveiller les élus PS et en les faisant rapatriés sur paris vissa… Je revois encore les images. Trop de gars de droite présent donc levée de séance le temps qu’on soit sur que la loi passe… Les députés en avaient rien à fouttre mais il fallait voter dpour les idées du parti.

    Dernièrement l’UDF n’a pas voté pour le budget. Aussitot l’UMP a dit attention aux prochaines législatives on présentera nos bonhommes dans vos circonscriptions. Si je vote, c’est pas pour les idées d’un parti mais pour les idées d’une personne qui défendra mes interets ! (et de prréférence sans faire de lobbying…)

    Les partis sont la fin de la différence politique. Ils ont certes un role de facilitateur. Mais en meme temps ils enferment les gens dans une vision bipolaire ! Si il y a bien un point ou Bayrou est fort c’est en sachant dire non (plus ou moins fort) à la gauche et à la droite.

    Les partis sont des faire valoir pour les députés, ils sont obligatoires pour etre élus et c’est fort dommage…

  5. l’anarchie n’es pas un système, nico, juste le bordel

    et dans tous les combats où les anarchistes se sont illustrés parfois de façon héorïque (guerre civile d’espagne, urss), ils se sont faits ensuite éliminés par les autres 🙁

    nina, c très clair, et je te suis à 100%

    l’associatif, c le terrain, que cela soit dans une assoce sportive ou caritative

    sans compter que derrière les lois, il y a souvent les lobbies ou la démagogie; exemple des 35 heures où les syndicats se sont faits royalement avoir, exemple de la souplesse sur la loi concernant la pub pour le vin

  6. nico do breizh dit :

    linsupp> je ne suis pas vraiment partisant de l’anarchie. c’est juste une expression que j’aime bien employer

    Bob> je ne partage pas ces choses là

  7. Bob dit :

    Camarades !!! On vous ment, on vous spolie !!!
    Les aparatchiks du pouvoir disent qu’ils veulent tout partager, et ils gardent égoïstement leurs brouettes.
    C’est une honte !!!
    VIVA LA REVOLUTION !!

  8. le problème en politique, du moins pour ce que j’en ai vu, c’est l’écart entre la base et les dirigeants, et entre le peuple et les militants…
    je suis rentré chez les verts apres le 21 avril, par conviction et par désir de faire changer les choses… j’en suis reparti un an après, dégouté… des amis du PS avaient fait exactement la meme chose… Du coup je me suis encore plus investit dans l’associatif, et je dois dire que la au moinsj’ai l’impression de servir à quelque chose…

  9. C’est d’autant plus paradoxal que les verts ont sans doute la meilleure organisation pour ce qui est de faire remonter les idées de la base! là ou ca merde, c’est quand il faut prendre des décisions, surtout choisir des tetes… et se rendre compte que tout ca est foutu par terre par des mecs carrieriste, c’est frustrant quand t’es juste militant! moi je m’étais pas inscrit pour le plaisir de distribuer des tracts…
    du coup j’ai arreté… j’ai meme arreté de voter dernierement, mais c’est une autre histoire… (pour ceux que ca interesse, les raisons sont la: http://papiknacki.over-blog.com/article-1086170.html )

  10. Bob dit :

    Foutre le feu à mon PC???
    Ça va pas !!!
    Et comment je fais après pour me détendre les neurones si je ne peut plus lire le blog de Nina, HEIN???
    VIVA LA REVOLUTION d’accord, mais comme dans toute révolution, on essaye de garder ses petits privilèges… non mais !! 😀

  11. Lolo: je n’irais pas lire ton article qui explique pourquoi tu as arrêter de voter… ça me fait vomir que l’on ose trouver des raisons autres que « je suis con et je me fou de tout ». Des gens sont morts pour que tu puisse bouger ton petit cul de privilégié dans un isoloir. ça ne sert peut être plus à rien de ton point de vu, mais moi tant que j’en ai le droit je voterai. Peut être qu’un jour je serais obliger de voter blanc mais je voterai quand même!!!!

    Nina: la loi ne suit pas la société, elle la façonne. C’est ce que les politiques ont oublié depuis une petite décénie. Mais rappelle toi: la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la peine de mort, le pacs… Si tu soumets ces lois à des référendum elles ne passent pas (et pour ce qui est de la peine de mort c’est toujours d’actualité auj) alors les politiques ont pris le risque de faire avancer les choses. Et il faut que ça continue… Moi je suis peut être idéaliste, mais j’y crois encore!

    Et oui je suis peut être de mauvaise humeur, ET ALORS?

    Bisous les gens.

  12. gauthier> je pensais comme jusque ya pas si longtemps… Je ne peut que te conseiller de le lire, on pourra en débattre autant que tu veux par mail, je ne dis pas betement je m’en fout, j’explique pourquoi ! et ce n’est parce que je m’en fous!
    Ta réaction je l’ai eu souvent face à mes propos, ce que je propose la c’est juste un ereflexion que j’ai faite par moi meme sur notre système politique, en essayant de m’affranchir des principes préconcus inculqué par l’education nationale… je n’oblige personne a penser comme moi, je ne juge personne pour ses opinions…

  13. Elle dit :

    Lolo, je rejoins Gauthier.
    Quelles que soient tes raisons, le vote constitue le droit que tu as de t’exprimer.
    Si plus personne le fait, un jour quelqu’un pourrait très bien considérer que puisque c’est ainsi, cela ne sert plus à rien de laisser la parole au peuple.
    Et fini le droit d’expression.

    J’ai lu ton article. Si tu n’es pas d’accord, ou encore moins d’accord, il te reste le choix de voter blanc.
    On m’opposera sans doute à ceci que le vote blanc n’est pas reconnu en France.
    Pourtant le jour ou il y aurra un pourcentage significatif de celui-ci, cela voura peut-être dire quelque chose.

    Certes, la démocratie n’est pas parfaite, néanmoins cela me paraît dangereux de refuser son droit de prendre position.

  14. Clairement je suis contre le systeme de démocratie tel qu’on l’a en ce moment… de ce fait j’accepte qu’actuellement la majorité estime que ce systeme est le meilleur et va voter… ce n’est pas mon cas, donc je m’abstient, si les gens qui pensent comme moi font de meme, le systeme changera par lui meme, sinon je continue à accepter le choix des urnes!

    Ce n’est en aucun cas parce que des gens ont décidé il y a bien trop longtemps que ce systeme etait bon que ca m’ote le droit de ne pas l’accepter!

  15. une derniere chose sur le vote blanc: je ne le fait, et je l’explique d’ailleurs, car c’est cautionner le système, or je m’y refuse! Aller voter blanc revient a dire « d’accord avec ce qui sortira », moi je ne le suis pas…
    D’ailleurs c’est un cas envisagé par notre démocratie, puisque s’il y a moins de 50% de participation, l’élection n’est pas valable…

  16. stef dit :

    « Et que dire de l’énorme montre à son poignet ? » : faut que je change la mienne alors. 🙂

    « on s’appelle camarade » : çà donne quoi? un truc du genre « je laisse la parole au camarade Bernard! » ? Ils commencent toutes leurs phrases par ce mot? 🙂

    « la dame au gilet framboise est particulièrement motivée, apparemment » : je rigole, rien que d’imaginer la scène. 🙂

    « Défendre ses idées ou bien se faire voir ? » : Défendre ses idées ET bien se faire voir, si tu te mets à dos tout le monde, tu n’arrives pas à faire grand chose. Ce serait comme travailler seule dans un groupe où tu irais dans le sens opposé des autres.

    « les ambitions doivent passer avant les idées » : c’est justement çà qui est repproché à nos politiciens. Ils travaillent d’abord pour leurs gueules ensuite si ils peuvent … pour le peuple. 🙂

    Gauthier, Nina > « je n’imaginais pas ça comme ça » : à quoi vous vous attendiez?

  17. Bob dit :

    Bon, il faut laisser Nina bosser, si tout se passe comme elle l’a prévu, elle devrait nous sortir un article très attendu et très intéressant…
    Alors Chut !!!

  18. stef dit :

    « il y aura forcément un plus fort qui asujettira les plus faibles » : quelque soit le système, c’est toujours vrai. Même dans notre système actuel, si ce n’est que la « force physique » est aujourd’hui remplacé par « l’argent ».

    Nico > « qu’ils mélangent partouse et politique plus rien ne va » : c’est vrai que c’est un grand « bordel ». 🙂

    Nina > « Dans quel ordre? » : il n’y a pas ordre, c’est l’histoire de l’oeuf et la poule. 🙂

  19. nico do breizh dit :

    lolo> tu n’as pas tout saisit,
    le vote blanc ne signifie pas « d’accord avec ce qui sortira » mais exactement le contraire.
    Rien de ce qui m’est proposé n’a de sens ou de qualité pour moi mais j’accomplis mon devoir de citoyen, je vote blanc.

    mon seul regret c’est que le vote blanc soit comptabilisé comme un vote nul

  20. nico do breizh dit :

    re-lolo> ce n’est pas le système que est pourri mais les gens qui sont au pouvoir qui le sont, ils manipulent notre démocratie pour arriver à leurs fins. Tu aurais du faire ton stage à l’entranger en Iran par exemple.

  21. stef dit :

    Gauthier > « Peut être qu’un jour je serais obliger de voter blanc mais je voterai quand même » : d’accord avec toi. J’ai l’impression que toute les personnes qui ne vont pas voté, pensent que pas de vote = vote blanc, ce qui n’est pas le cas.
    « je suis peut être de mauvaise humeur, ET ALORS? » : Et alors c’est ton droit de l’être. 🙂

    Elle > « On m’opposera sans doute à ceci que le vote blanc n’est pas reconnu en France » : pardon!!! 🙂 Pourquoi on me dis jamais rien à moi. 🙂 C’est quoi cette histoire de vote blanc non reconnu? Pour moi, il est reconnu, puis qu’il y a des gens qui le font.

  22. J’étais passé à un meeting UDF pour voir comment faire pour s’inscrire sur une liste de députation, ils m’ont expliqué que je n’étais qu’un jeune padawan et qu’il allait falloir coller des affiches.

    Hmpf.

  23. Je suis content que des gens ai réagit dans mon sens. Il ne faut pas arrêter de voter.
    Moi le système ne me convient pas, ben je fais sc po et puis j’espère pouvoir le modifier de l’intérieur, en travaillant à construire qqch… Peut être que j’y arriverai, peut être pas, mais au moins j’essaye…

    Voilà, bisous les gens

  24. Bon désolé pour ma réponse tardive, j’ai pas internet chez moi (pas meme vraiment de chez moi en fait)

    Bon je vais essayer de répondre à tout ce que j’ai lu:
    Globalement je suis contre la démocratie en pratique, en France et dans beaucoup d’autres pays. Sur le papier c’est un système idéal, mais il part une base fausse: la démocratie repose sur le fait que tout le monde, ou du moins la majorité est consciente de son acte, or ce n’est pas le cas… Je suis désolé mais un système qui nous amene à la situation actuelle, et avec le recul sur le siècle dernier, je ne peut le cautionner! Pour etre plus clair un systeme qui amène Le pen au 2eme tour, qui permet à bush d’etre réélu, qui amène hitler au pouvoir, etc etc, ben pour moi il ne sera jamais un idéal! Oui je suis contre le droit de vote a tous quand on voit ce que la plupart en font! A la limite il faudrait instaurer un permis de voter… on en atteint le paroxysme en Fance enm ce moment, ou systématiquement les élections merdent parce que les gens n’en connaissent meme pas l’enjeu! Les extremes qui font 30% a une election presidentielle, je ne serai jamais d’accord!

    Retour sur le vote blanc: A partir du moment ou tu vas voter, tu donnes une légitimité au gars qui est élu, c’est accepter le système, et y apporter ta pierre… moije ne le veux pas! je ne vote pas pour quelqu’un en qui je ne crois pas… pour l’instant le seul qui pourrait aller me faire voter aux presidentielles, c est kouchner.. mais si c’est pour voter pour un hollande en essayant de se convaincre qu’il fera mieux que les 25 dernieres annees de politique, autant rester chez soi!

    J’ai lu encore dans les comm que c est pas le systzème qui est pourris, ce sontz les politiques… je trouve ca un peu facile…si un systeme permet a un pourrit comme chirac de passer, c’est que le systeme déconne… a moins que la majorité ne le veuille au pouvoir ce pourris… mais est ce que le plus grand nombre a forcement raison?

    En gros je suis contre les électeurs francais plus que contre la démocratie… ce que je voulais juste dire c’est que contrairement a ce qu on nous a toujours dit, ce n’est peut etre pas le meilleur systeme…

  25. stef dit :

    « tout ce que l’on inscrit sur un bulletin de vote est consigné dans un grand cahier » : je l’ignorais, c’est bon à savoir, la prochaine fois je réclamerais des sousousdanslapopoche. 🙂

    « faut voir comment se passent les réunions. Puis les gens sont très indisciplinés, c’est bizarre » : non, ce n’est pas bizarre, c’est justement le rôle du chef/leader, d’arriver à appliquer une certaine discipline dans le groupe, de règler les conflits internes, de s’imposer suffisamment pour dire à l’assemblé « Vos gueules tout le monde, écoutez Mr XXX, puis ensuite, on en discute ». C’est aussi le rôle du chef, de se faire « un peu » détester par le groupe, les hommes arrivent à s’unir uniquement s’ils ont un « ennemi » commun.

    « il n’est pas reconnu dans le sens on ne lui attribue aucun pourcentage » : GGGRRR, je viens comprendre pourquoi je n’ai jamais entendue le nombre de vote blanc. Ce n’est pas normal qu’on n’en parle pas dans les résultats.
    Dans ce cas, je comprends le taux d’abstention, si tu vote blanc, et qu’on fait comme si tu n’as pas voté, c’est à dire sans que tu apparaises dans les résultats, je comprends mieux qu’on puisse vouloir grossir les rangs des abtentions, puisque eux, on en parle. Dans un certain sens, le vote blanc est « pénalisant » pour le votant.

  26. c’est ce que je disais voter blanc ca sert a rien! et voter par défaut c’est contre productif… en fait ya pas de solution, c’est ca le pire… faut juste qttendre qu’un homme politique avec une certaine ethique arrive… soyons patients….très patients…

  27. Ben en fait ma réaction vient peut etre d’une mauvaise interprétation du système, mais pour moi a partir du moment ou tu vas voter, l’élu s’exprime en ton nom "au nom de tous les Francais" et c’est la ou ca me fait mal aux fesses…

    J’ai voté pendant 5 ans à toutes les élections, sans jamais etre satisfait du résultat, mais ca à la limite c’est la règle du jeu,et je l’acceptais. Du coup la France s’exprime et agit en mon nom… en mon nom la France s’oppose à la guerre en Iraq, la je dis oui et j’applaudis, mais en revanche en mon nom la france est allée s’impliquer en cote d’ivoire, en mon nom la Framce a augmenté son budget militaire, en mon nom la France a depensé des millions d’euros pour une candidature foireuse aux JO alors que des gens crèvent de faim, etc etc…

    Depuis j’ai décidé de ne plus voter sauf si je suis intimement convaincu par un candidat!

    Cette année la France est le 3eme plus gros pays vendeur d’armes, plus en mon nom…

  28. une dernière chose et puis j’arrete:

    >De toute façon, au vu des partis qui ont le "vent en poupe" en ce moment, je me dis que c’est un peu suicidaire de pas voter…

    Justement la aussi c’est une vision biaisée (notez bien la presence des 2 i hein 😉 ) du role de l’electeur! aller voter contre quelque chose, quelque soit ce qui sort d’autre! on l’a deja fait, moi le prmier je suis aller voter chirac le 5 mai, et voila ou on en est aujourd hui! Pour que la démocratie fonctionne, il faut voter pour quelqu un, or presque plus personne ne le fait de nos jours en France, et au final onmelange tout et aux politiciens de se demerder avec ca! le foutoir du non au référendum en est un bon exemple!

    Je suis assurément utopiste un systeme comme je le vois ne verra jamais le jour! Mais ce n’est pas une raison pour accepter betement ce qu’on nous propose et toujours faire un choix par défaut! Je suis foncierement de gauche, mais je n’ai au jour d’aujourd’hui trouvé personne en qui j’ai confiance pour 2007… enfin si j ai bien un mince espoir sur quelqu’un… c’est dans longtemps encore, esperons que cela change d’ici la…

    Une derniere chose, J’ai été assesseur pour les verts a 3 dépouillements, et j’ai jamais vu que l’onnotait ce qui etait ecrit sur les bulletin nuls (heureusement d’ailleurs parce que la plupart sont assez navrants!)

    Bon bref c’est un débat qui pourrait durer des heures et ce n’est pas le lieux. Pour ceux que ca interesse, je suis dispo sur msn et par mail, suffit de laisser un com sur mon blog…  Je veux bien debattre de cela, je trouve la confrontation d’idées tres interessante et enrichissante…

    Gauthier> vu que tu es militant, tu dois forcement te sentir concerné, nina a mon mail, si tu veux me convaincre que je fais fausse route et me ramener vers le parti, hesite pas, j’ai jamais discuté de cela avec un militant !

  29. stef dit :

    "tout le monde se foutait de ma gueule" : pas moi! je me disais la même chose.

    "le candidat qui me paraissait le meilleur "ou le moins pire"" : on peut aussi voté contre, par exemple voté chirac pour voté contre le penn, c’est ce point là que pointe du doigt Lolo. Mais si tout le monde vote contre une personne, qui vote pour le candidat idéal?

  30. Lolo bof tu sais suis assez "nazi" sur le fond, ya des choses sur lesquelles il ne m’est pas possible de revenir, la démocratie et le droit de vote en font partit. Le débat serait stérile, un vrai dialogue de sourd. Je respecte ton opinion parce que tu sais t’exprimer mais ça s’arrête là. Je me dis qu’il faut vraiment re-cultiver la culture républicaine en France, on va droit dans le mur…

  31. Elle dois etre la difference entre votre opinion (nina et gauthier) et la mienne: vous croyez encore que l’on peut changer les gens et les éduquer, moi je n’y crois plus…

    a ce moment la un permis de voter avec deux ou quatre d education civique avant pourrait etre pas mal…

  32. Merde gauthier, moi qui esperais te convaincre de mettre ton energie au service d’uine assoce plutot qu’un parti 😉 😉

     

    nina> oui fatalement dans cette optique la situation serait pire… mais imaginons une dictature faite par "quelqu’un de bien" la ca devient interessant comme concept… (et ca existe sur terre, c’est meme le pays ou , d’apres une etude les gens vivent le plus heureux)

    parce que je reste persuadé que le commun des mortels n’est pas capable de décider ce qui est bon pour un pays et ses habitant et ce qui ne l’est pas…manque de recul, mauvaise perception des realité economiques, politiques, administratives… etc…

    mais je suis pas blasé hein! 😉 je crois en monde meilleure, mais il faudrait changer beaucoup de chose avant, et je ne pense pas que la démocratie comme on la vit en France en soit capable

     

  33. nan c’est le boutan….

    Bon fatalement c’est plus facile de contenter 500 000 paysans enfermés dans une vallée himalayenne que 60 millions de francais… mais quand meme, ca existe et ca fonctionne très bien! 😉

  34. stef dit :

    non, c’est justement le point que je voulais relevé. C’est quoi "quelqu’un de bien" ? Les dictateurs sont arrivé au pouvoir, comme tu l’as dit plus haut, par des élections "normal", simplement parce que les électeurs pensaient qu’ils étaient bien, eux aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *