30 ans, célibataire, sans enfants. Ca urge !

Article écrit alors que je suis légèrement énervée, espérons que ma prose ne s’en ressentira pas trop. Discussion anodine sur ma vie amoureuse entre un homme (que je ne connais pas au demeurant) et moi. Alors que je lui explique l’extrême complexité de ma vie privée (bon ok, en très gros, sans aucun détail), son jugement est sans appel : largue-le, tu perds ton temps avec lui. Perdre mon temps ? Mais à quel niveau ? Réponse attendue et qui a déclenché une réponse acerbe de ma part : parce que ta fertilité n’est pas éternelle. Et allez, ça faisait pas longtemps qu’on ne me l’avait pas sortie, celle là.

fertilite.jpg

Alors de 1, fréquenter un homme même si la relation est complexe et ne ressemble pas à une histoire se terminant par « et ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » n’est pas une perte de temps. Enfin, si elle l’est, j’y mets fin rapidement. Quand je suis avec lui, on discute de tout et de rien, il m’apprend des choses et j’espère en faire autant, on s’apporte tendresse et affection, on jouit, on rit… Franchement, si, ça, c’est perdre son temps, j’aimerais que mes heures perdues sur yahoo! jeux m’apporte au moins la moitié de la plénitude que me donne cette relation. Bref. Après tout, quel que soit le background et les risques de pleurer parce que « les histoires d’amour finissent mal en général », je ne comprends pas le propos. Je rencontre un homme, on se plaît, on commence à sortir ensemble. Même si tous les voyants sont au vert, rien, je dis bien RIEN n’indique que c’est parti jusqu’à la fin de ma vie. Et même des années après. Les parents de Guillaume 1er ont bien divorcés il y a 2 ans, à 60 ans. Donc je pourrais en effet courir après le mec « parfait » ou à peu près (du moins parfait à mes yeux), sortir avec lui, me dire que ouahou, lui, c’est le bon parce que j’ai eu un orgasme dès la première fois alors ça veut tout dire, m’installer très vite chez lui et même me dire que c’est tellement lui l’homme de ma vie qu’on va faire un bébé, voire deux ou même trois. Super ! Sauf que ma connaissance des hommes me prouve qu’une fois pères, ils ne restent pas forcément auprès de leur donzelle. J’ai eu des amants jeunes papas (et officiellement toujours avec la mère du bébé), je connais des histoires de femmes en relation avec un homme qui a une légitime enceinte jusqu’aux yeux. C’est pareil pour les femmes, hein, la paternité/maternité n’est en aucun cas synonyme d’amour unique et éternel, ça n’a strictement rien à voir. Donc aucune histoire d’amour n’est mathématiquement pérenne, faut arrêter de se prendre la tête avec ça. Au pire, on fera des familles recomposées, ce sera rigolo. 

famille-recomposee.jpg

De 2, le besoin soit disant biologique de s’épousailler (ou du moins de se mettre en couple) et de se reproduire. Alors ok, je n’ai « que » 30 ans, je suis plus en début de vie qu’en fin (enfin, j’espère ! J’ai envie de savoir ce que c’est, la retraite) et peut-être qu’un jour, j’aurai envie d’un gosse, d’un mini « nous ». Je ne dis pas le contraire mais aujourd’hui, si je viens de me faire poser un stérilet, c’est pas pour lancer le concept de piercing interne… Aujourd’hui, je n’ai pas de désir d’enfant, essentiellement parce que je sais que je n’ai pas la maturité pour. J’ai 30 ans sur ma carte d’identité mais je ne me sens pas en âge de penser à fonder une famille. Même mon visage refuse mon âge, on m’en donne 5 de moins (voire 10, huhu). J’ai trop envie de tas de choses avant et même mon goût de l’expérience ne me donne pas envie de ce bébé. Du coup, par quel calcul magique devrais-je considérer mon horloge biologique dans la recherche d’une vie privée… modèle ? Oui, c’est ça, modèle. Mais je m’en fous, moi, du modèle, je refuse de me mettre martel en tête pour ça. D’abord, j’ai quand même largement le temps avant la ménopause et quand bien même celle-ci serait précoce, rien ne m’interdit d’adopter si j’ai vraiment un désir d’enfant. Ca fera un malheureux en moins et le premier qui dit « han mais imagine quand tu iras chercher ton gosse à l’école, on va croire que tu es sa grand-mère, bouh! ». C’est un argument aussi intelligent que « non mais un enfant de couple homo, le pauvre, on va se moquer de lui à l’école ». Moi, à mon époque, on regardait les enfants de divorcés comme des bêtes curieuses, on ne comprenait rien aux histoires de familles recomposées et pourquoi Stéphane n’avait pas le même nom de famille que sa soeur Julie. On évolue et on s’en fout. 

famille-roman.jpg

Bref, chaque chose en son temps. J’en ai marre que, sous prétexte que je sois une femme, donc à la fertilité périssable, on me saoule avec ce genre de discours. Mon partenaire actuel me comble parfaitement même si la périphérie est très compliquée et que je ne suis pas sûre de pouvoir tout gérer à l’arrivée. On verra au moment. Au pire, j’irai pleurer dans les bras de l’amour de ma vie (Vicky, je ne parle pas de mon chat…) puis je repartirai sur les chemins de la séduction quand je me sentirai prête. Advienne que pourra. Et si un jour j’ai une furieuse envie d’un enfant, je ferai avec et j’agirai en conséquence. Bon, sans faire le plan du bébé dans le dos, ça, c’est très moche. 

sommeil-bebe.jpg

Mais pour l’heure, ce n’est pas le cas et j’en ai plus qu’assez que la « société » sache mieux que moi ce dont j’ai envie ou besoin. Mon corps a juste envie d’amour et de jouissance, pas de maternité. Ce n’est pas de l’auto-conviction, c’est un fait. J’admets tout à fait la possibilité que ça évolue tout comme celle que ça ne change jamais. Je n’aurais pas cru, y a 10 ans, devenir celle que je suis aujourd’hui, je n’ai aucune idée de celle que je serai demain.Je suis à l’écoute de mon corps et de mes envies, justement et là, il me murmure qu’il a
surtout envie que j’aille manger des activia au muesli (mon corps a bon goût). 

ecouter-son-corps.jpg

Alors je dis merde et je revendique. Je revendique le droit, à 30 ans, d’avoir d’autres envies qu’une maison Catherine Mamet avec un jardinet, des meubles ikéa, un labrador, un gentil mari qui roule en megan scenic et une tripotée de mioches. Même si j’ai rien contre les meubles ikéa et les labradors (mais je suis chat, moi) et que je me damnerais pour un jardinet. Je revendique le droit, en tant que femme, de ne pas être automatiquement associée à la maternité et qu’on arrête de m’expliquer que mon histoire sentimentale n’est pas raccord avec mon horloge biologique alors que celle-ci ne demande rien du tout. Je revendique le droit d’envisager une vie sans enfants sans pour autant l’avoir ratée. Je revendique le droit de raconter à mes ami(e)s mon histoire d’amour compliquée sans qu’on me réponde systématiquement « largue-le » parce que, merde, je suis heureuse et que je souhaite ça à tout le monde. je revendique le droit de vivre ma vie comme elle vient et tant pis si je suis loin de l’idéal « papa, maman, enfants » parce que peut-être que je ne suis juste pas faite pour ça. Est-ce vraiment un crime ?

maison-en-bois-----cariama-1084536.jpg

Je finirai par cette citation légèrement détournée de Simone de Beauvoir soufflée par Camille Touraine sur Twitter : « On ne naît pas mère, on le devient ». Simone de Beauvoir qui, rappelons-le, avait une relation polyamoureuse avec Sartre et n’a jamais eu d’enfants. A-t-elle raté sa vie pour autant ? Je ne crois pas, non.

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 réflexions au sujet de « 30 ans, célibataire, sans enfants. Ca urge ! »

  1. tu as raison ! Plume le coucou de ton horloge biologique, remplis ta baignoire, plonge-z-y et détends-toi… souviens-toi juste au moment d’en sortir qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain 😉

  2. Comme dit sur Twitter, il y a aussi le charmant « Non mais t’as bien réfléchi avant de le quitter? Tu n’as plus 20 ans, c’est plus difficile de trouver quelqu’un, faudrait peut-être être moins exigente… » Charmant, et tout plein d’espoir pour l’avenir, n’est-ce pas!

  3. Lapoulefaitmeuh dit :

    Perso, et là ça n’engage que moi, mais le charme de Nina se résume en un article. Assumer ses envies, ses pulsions et sa personnalité. Admettre que peut être cela changera au fil du temps. Mais assumer cette envie d’être elle, et non pas un cliché quelconque rencontré dans un magazine ou pire sur TF1.

    Bref moi Nina c’est exactement pour ça que je t’aime…

    ne change pas…

  4. blablabli dit :

    Bien dit! Il faut que les gens commencent à s’habituer à cette idée. Et personne ne songerait à dire à un homme de trente ans « dis donc, t’as pas encore semé tes graines? ». C’est quand même aberrant cette pression constante sur les femmes. J’extrapole peut être un peu mais j’interprête ce genre de réactions comme une volonté, encore et toujours, de maintenir la sexualité des femmes sous controle. Genre vaut mieux qu’elles soient casées, domestiquées et occupées à cuisiner pour leur homme et prendre soin de leurs enfants! Enfin, ça fait du bien de voir qu’on n’est pas seules à trouver cette ingérence insupportable!

  5. Cracotte dit :

    sans remettre en cause ce que tu dis, cet homme n’a pas à se mêler de ta vie privée, ni personne d’ailleurs tant que tu es heureuse, j’ajouterais juste qu’à 30 ans, malheureusement la femme doit faire son choix « en avance ».
    je veux dire par là que soit elle se dit que si elle n’a jamais d’enfants c’est son désir le plus profond, soit elle croit en sa bonne étoile et peut faire attendre la procréation.
    Parce que effectivement, la femme a une durée de procréation limitée. Faire des gamins après 40 ans comporte beaucoup de risques de malformation pour les gamins. Adopter en France est une galère monumentale et encore pire après 40 ans, c’est carrément refusé d’office !

    Mais comme tu le dis, pourquoi associer gamin(s) et monospace/chien/mariage ? sans faire de bébé dans le dos puisque tu es contre, on peut faire des bébés sans être en couple dit « normal » non ?

    ne regrette rien.
    je connais beaucoup trop de filles qui ont attendu 40 ans pour s’engager sur la voie de la maternité et galérer plus que de raison voire ne pas en avoir car c’était trop tard et le regretter.

    on ne naît pas mère, on le devient, c’est tellement vrai. je n’ai jamais eu le sentiment d’être prête pour être mère, je suis devenue mère, et je pense ne jamais avoir été prête et je ne le serai jamais. Après c’est l’instinct et l’amour qu’on porte à sa chair.

    je ne te dis pas de procréer hein, tu fais comme tu dis EXACTEMENT ce que tu veux. Fais le en connaissance de cause, c’est tout. Mais personne n’a à te rabacher ça, c’est ta vie et éventuellement celle du géniteur.

  6. philou dit :

    article qui me fait reagir et sortir de ma lethargie : bien écrit et bien envoyé et en gros je partage tes reactions. Je module juste le com de cracotte pour dire que le risque d’avoir des enfants anormaux après 40 n’est pas si énorme que ça : il faut effectivement en être conscient qu’il y a risque, et d’autre part le pb vient qu’a partir de 40 les probabilités de « tomber » enceinte diminue d’autant avec l’âge…mais ne sont pas nulles. bref tu n’as que 30 ans, c’est tres jeune… tu as encore tout le temps.

  7. blablabli dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire de philou. Et je trouve ça injuste qu’on te force à faire un choix maintenant. Forcèment, c’est normal d’y penser mais je refuse l’idée que sois tu te case maintenant et tu as des enfants tout de suite soit tu t’exposes un à parcours semé d’embuches genre héroine des téléfilms de M6 qui passe l’après midi. Les choses ne sont pas blanc ou noir. D’ailleurs, en 2009 la majorité des femmes qui ont accouché de leur premier enfant avaient 30 ans et plus donc c’est un phénomène de société!

  8. Perso j’ai attendu d’avoir 39 ans avant d’être papa s’en y penser et en étant trés heureux…
    Depuis qu’il est là je m’apperçois comme ma vie était vide avant, malgrés mon hyper activité….
    Aujourd’hui je suis toujours hyper actif, mais je sais pourquoi!!!

  9. lou dit :

    Il n’y a que Simone de Beauvoir qui pourrait, éventuellement, dire si elle a raté sa vie ou pas.
    Par contre, tous les témoignages et les écrits montrent qu’elle a été très malheureuse de sa « relation polyamoureuse » avec Sartre.

    Pour le reste, je suis assez d’accord avec toi; en matière de sentiments et d’amour, il n’y a pas de modèles ou de schémas types.
    Les moments de bonheurs et de joie peuvent arriver de mille et une manières.

  10. Les préjugés ont la vie dure et ce n’est pas demain que les femmes qui font le choix de ne pas avoir d’enfants, ou de ne pas en avoir de suite, vont cesser de se faire tacler à ce sujet… Alors que bordel, ton corps et ta vie, personne ne peut décider ça pour toi.
    Cependant, de l’autre côté de la barrière, je trouve ça aussi dur de se prendre dans la gueule que forcément, si tu es en couple stable, que tu projettes un achat immo, que tu penses de temps en temps à te reproduire, tu rentres dans un schéma forcément chiant plan-plan.
    En fait c’est juste pénible les gens qui t’imposent leur avis quand tu ne leur demandes rien… et surtout quand tu n’es pas du même avis qu’eux 😀

  11. C’est quoi que tu trouves déprimant??
    Quand je dis que j’étais heureux et que je sous entends, que je le suis encore plus aujourd’hui ???
    ….
    Tu sais quand je déprime??
    C’est quand j’imagine qu’il peut arriver un truc grave à mon fils, là je déprime grave et puis je me dis que tout les parents doivent penser pareil!!!
    TU vois mon petit bonheur, c’est de me lever le matin, le mettre dans notre lit et jouer avec lui, c’est trop bon…
    Passe sur mon blog, tu verras si je déprime!!!

  12. Nina, je suis très calme, mais comme tu ne me connais pas, je vais mettre ça sur le compte de la peur.
    Donc n’ai pas peur, j’appuis sur les touches avec le sourire, ton article j’ai pris la peine de le lire et je te raconte seulement ma façon de vivre mon enfant, par rapport à tes angoisses ou tes choix!!
    Après c’est pas très sympa de déformer mes propos, je n’ai jamais dit que ma vie n’était « que vide » mais vide malgré mon hyper activité …
    Toi qui te sert des mots pour décrire ta vision du monde, tu sais combien ils sont importants donc ne les déforment pas.
    Mais ne t’inquiète pas je ne suis pas fâché!!
    @+ nina

  13. Mince, on est vraiment raccord sur tout! Même si j’ai quelques années de moins, mais bon n’empêche…

    Ma mère ne s’est pas mariée avant ses 35 ans, elle m’a eut à 41 ans et je me porte très bien! Plus encore, elle et moi on s’entend à merveille (et pas comme une grand mère et sa petite fille). Donc, pareillement, je m’offusque profondément face à cette histoire d’horloge bio, complètement fantasmée par la société. NA !

  14. Merci pour cet article!

    Je ne suis pas encore à l’âge où on va me parler de mon horloge biologique (mais bon, allez, je leur donne 5 ans maxi!) mais quand je vois d’anciennes copines de lycée qui se mettent toutes à pondre d’un seul coup, ça me fait me poser de sérieuses questions… Je sais très bien que je ne suis pas prête pour ça, et je refuse qu’un jour prochain, on vienne me faire des remarques parce que j’aurais peut-être décidé de ne pas avoir d’enfants…

    Et effectivement, ne pas avoir d’enfants, ce n’est pas rater sa vie. Peut-être qu’on ne vit pas quelque chose de très fort dans la vie d’une personne lambda, mais on ne rate rien du tout. Et, pour bosser dans le social, et voir des parents plus que négligents ou maltraitants, ben franchement, y en a qui feraient mieux de s’abstenir…

  15. Nina, à part Walt Disney, qui a dit que le fait d’avoir un enfant ou de se marier, rendait la vie idéale, non !!
    Par exemple ce matin Anthony après avoir fait caca, lève sa couche dans son lit et met du caca partout, tu vois c’est le genre de petit bonheur dont on se passerait…
    Il n’y a pas que des moments heureux dans la vie d’une famille terrienne …
    Mais les bons moments, sont encore plus fort quand ils sont avec les tiens, bien sur que c’est la galére parfois, mais si je ne prends pas le risque que ce soit la galére, je rate tout les autres bons moments !!!
    Quand arrive la quarantaine et que tu t’aperçois que toutes les journées que tu vies à répétition ne t’apportes finalement rien de nouveau car finalement c’est toujours pareil, les amis, le boulot, alors l’aventure de la famille est tentante …
    Vers 35 ans, étant donné que tout allé bien dans ma vie, je me suis posé la question suivante, qu’est ce que tu ne voudras pas regretter quand tu auras +70ans ??
    Et bien, je n’aurais pas voulu traverser la vie sans avoir était papa….
    Ça ne m’a pas empêché de vivre des aventures, d’avoir changé de pays, d’y avoir plusieurs commerces et de vivre toujours à fond !

  16. Je découvre ton blog grâce à Lilith et voilà 20 minutes que je lis avec passion tes billets! Que ça fait du bien de se sentir comprise niveau maternité et tout ce qui s’en suit! J’me sens moins seule et tu me rends mon dimanche soir plus serein! Alors merci!

  17. tanala dit :

    bien dit ! je me retrouve vraiment dans tout ce que tu dis et je t’en remercie
    moi même je suis un extra terrestre parce que je n’ai ni homme fixe (mon boulot fait que je change de pays tous les 2 ans … pas évident de garder un gars !) ni d’enfants
    et quand je rentre en france, les amis font des ribambelles de mômes (leur choix que je respecte) mais ne comprennent pas que je ne veuille pas me poser pour le moment et pourquoi je change de pays, de mec, de boulot, de vie tous les 2 ans !
    moi je te comprends, on est pas seule !

    • Nina dit :

      Ben, des fois, on est limite obligées de se demander si on est normales de pas vouloir la même chose que les autres, c’est agaçant. C’est pas que l’idée d’avoir des enfants me déplaît mais moi, j’aimerais tant qu’à faire des enfants heureux (dans la mesure du possible) et c’est pas avec la vie que j’ai en ce moment qu’ils pourraient l’être donc bon… Si c’est pour faire des gosses malheureux parce que leur mère n’a pas trouvé son équilibre, je vois pas bien l’intérêt.

      Puis en fait, le plus agaçant, c’est de devoir se justifier. C’est pas parce que j’ovule que je suis obligée de faire des enfants, nan mais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *