La blogosphère, c’est comme le lycée en pire

Vous avez décidé d’ouvrir un blog, félicitations, vous voici sur le point de pénétrer un univers régi par ses propres règles, ses codes, son classement wikio, ses copinages, linkages, black listages, coucheries… Et oui, vous voici de retour au lycée.


En fait, la blogosphère, c’est rigolo si on reste un peu à l’extérieur et qu’on prend tout ça à la rigolade mais pour certain, le blog et sa pseudo influence, c’est la vie, une vengeance sur les années de collège où on était un être invisible pour la plupart de nos camarades. Hé, mec, regarde, je suis devenu un blogueur influent et je vais même à des soirées où y a Bernard Montiel ou Nikos Aliagas. Oui, j’ai assisté à ce genre de soirées, ok, j’avoue mais au lieu de me sentir la plus populaire du lycée, je me suis sentie légèrement has been, étrange…

Bon, il y a de très bon blogs, très intelligents, des gens qui ne cherchent pas à être dans les soirées hypes de la blogo, à être pote avec untel ou unetelle, qui ne linkent personne parce que ça leur est égal et si wikio n’avait pas un nom sensiblement proche de wikipedia, ils n’auraient aucune idée que c’est un truc sur Internet. Mais ceux là ne sont pas drôles à observer. Intéressants en eux mêmes certes mais pas drôles, comment on fait pour se moquer entre nous, après ? Non, nous, on veut les stars, ceux qui pensent qu’être linkés sur plus de 20 blogs « influents » fait d’eux des êtres d’exception. Ceux qui pensent que quoi qu’ils fassent dans la vie nous intéresse et on acheté pour se faire un iphone pour nous tenir au courant minute par minute via leur twitter de leurs moindres faits et gestes. Y en a qui nous expliquent qu’ils attendent le bus 63 (le 63, c’est important, des fois qu’on ait la moindre idée de ce que représente ce bus), qu’ils ont bien mangé, qu’ils jouent à la console… A un moment, j’avoue, pour me moquer de ce petit monde, j’ai fait du heure par heure aussi mais c’est vite lourd. Et j’étais la seule à dire quand j’allais aux toilettes.

Mais ce qui a de génial dans la blogosphère, ce sont les disputes qui se manifestent par des délinkages. Si quelqu’un te délinke, ça va mal. S’il t’enlève de tes contacts facebook, c’est la guerre. Et fais gaffe, ça va super vite, ça m’est arrivé avec une fille, une fois, j’ai toujours pas compris pourquoi. Mais à la limite, tant pis, je perds la moitié des potins de la blogo mais au fond, est-ce réellement si important que des gens que je ne connais que sous un pseudo étaient à une soirée où y avait d’autres gens que l’on appelle aussi par leur pseudo et ils ont bu du champagne et mangé des macarons ? Comme au lycée, quand on savait que la belle gosse de la 2ème3 sortait avec un 1ère moins beau mais un 1ère donc la classe alors que vous n’aviez jamais parlé à aucun des protagonistes de l’histoire.

Autre truc : le bouc émissaire. Un peu comme au lycée, ici le but est de prendre un blog ou style de blog que l’on trouve inférieur pour s’en moquer et dire à quel point, nous, on est intelligents, raffinés, blablabla. Idéalement : le blog de filles. Il faut détester le blog de fille, celui de n’importe quelle modasse (oui, on dit modasse parce que c’est méprisant) et dire à quel point c’est creux, vide, etc. Ok, moi même, il y a des blogs de filles qui me font un peu peur tant ils présentent un vide abyssal mais je ne m’en sers pas de faire valoir surtout que mon lectorat n’est pas très blog et ne connaît pas la plupart de ces « blogs de fille ». De toute façon, à partir du moment où une fille a un blog de filles, c’est qu’elle est forcément très conne, indigne d’intérêt, un peu comme les dindes du lycée qui étaient juste bonnes. Et comme au lycée, les blogueurs mâles se moquent d’elles mais aimeraient se les tirer, en fait.

En fait, pour survivre en blogosphérie, comme au lycée, faut identifier les leaders et faire tout comme eux. Si un pauvre blogueur ou une pauvre blogueuse devient la proie des quolibets des autres, surtout, suis le mouvement, montre le/la du doigt et rit très très fort. Mais si cette personne revient en grâce, surtout, suis le mouvement. Un libre arbitre ? Un minimum de jugeotte qui servirait à souligner le fait que ce n’est pas normal de détester quelqu’un un jour et l’adorer le lendemain ? Tu m ‘écoutes quand je parle ? Esprit lycée, on a dit ! Si t’es pas un leader, tu fais le mouton et te fais pas remarquer, merci.


Sinon, ce que tu peux faire et c’est la meilleure place, c’est ne pas participer à tout ce cirque parce que le lycée, tu trouvais ça globalement chiant, tu fais ton blog dans ton coin, tu rencontres des gens si tu les trouves sympa mais pas au delà. Puis quand tu finiras par trouver ce spectacle pathétique, tu te recentreras de toi même sur les blogs qui te paraissent dignes d’intérêt et tu oublierais l’univers lycée des autres. Parce qu’au lycée, on avait au moins l’excuse d’être ado donc un peu con. Là, c’est effrayant de voir des adultes continuer le jeu. Mais de temps en temps, c’est quand même super drôle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 réflexions au sujet de « La blogosphère, c’est comme le lycée en pire »

  1. Pourquoi je n’ai jamais été invitée à une soirée avec Bernard Montiel moi ? :'( (par contre, je connais trop bien le bus 63)

    Sinon, j’adore cet article, très bonne analyse de la blogo, uh uh ^^

    Pour les liens, je me limite aujourd’hui à trois et je fais tourner, ça évite les soucis ! Et pour les potins, je crois que c’est à peu près inévitable dès lors que tu connais quelqu’un qui connait quelqu’un qui… comme dans la vie, et pas qu’au lycée, quoi.

  2. Oh que c’est une déscription réussite! c’est tellement vraie, je me delecte de ces conneries, mais finalement c’est comme tu le dis, pas loin de l ‘ambiance maternelle!

  3. F dit :

    j’avoue que la blogosphère moi ça me fait marrer, aussi parceque ça ne fait pas si longtemps que je suis dessus. et un peu à cause de Nina j’ai découvert tout ces mots nouveaux, twitter, feevy (ça j’aime bien) et toutes ces choses déviantes qui sont très chiants à paramétrer quand vous n’êtes pas un pro du web 2.0 et que ça vous demande un effort.
    mais c’est marrant de se retrouver sur le pont des arts à trinquer avec une blogeuse qu’on trouve intéressante et c’est tout.
    et puis bon moi avec mes dix lecteurs et mes trois commentaires je me prends pour John Grisham, et ça me va très bien.

  4. C’est pour cela que je ne tiens plus de blog, suite à disputes et prise de partie de certains blogueurs avec qui je pensais être en bons termes… Suite aussi à un groupe de blogueurs parisiens qui se pensent au dessus de tout le monde. Mon éloignement géographique m’a montré les limites de « relations amicales » ou plus envers des blogueurs/blogueuses. Et puis, finalement, je continue à lire de temps en temps certains avec qui j’ai gardé des contacts comme toi Nina (et tes vingtenaires). Je ne m’en porte pas plus mal et me consacres davantage à ma petite vie…

  5. Mais dans la « vraie » vie les choses sont exactement pareil !
    L’éloignement géographique n’est pas évident à surmonter pour construire une amitié, et les amitiés (ou copinages) vont et viennent : peut-être parce que justement, les gens avec qui on peut partager beaucoup ne sont pas de vrais amis, mais des connaissances qui connaissent des choses intimes de vous… Ce qui ne suffit certainement pas à en faire des amis. Du moins, ça ne suffit pas pour moi.

  6. F dit :

    wikio bof, ça me dépasse un peu j’avoue. john grisham c’était surtout en terme de vente queje le citais, et c’était une référence à un film de kevin smith, chasing amy.
    pour le reste je pense que de toute façon le surinvestissement comme l’autisation ne sont pas bons. bah ne pas se prendre la tête ça reste le meilleur des lieux communs de toute façon.

  7. Ouai d’ailleurs t’es gentille mais si tu pouvais augmenter ton classement wikio pour que tes backlinks soient vraiment productifs, ça serait sympa, sinon j’te délinke (et tes stats vont pas s’en remettre, ou ne se rendront compte de rien) (on va dire option B hein)
    Pour la comparaison avec le lycée, ça me rappelle les BFF (bestfriend forever) qui s’aimaient à la vie à la mort, et dès que l’une d’elle tournait le dos, elle était habillée pour l’hiver par toutes ses potesses. D’où l’avantage d’être insignifiante à l’époque, et d’avoir un classement wikio pourri aujourd’hui, taper sur du petit bloggeur n’a aucun intérêt! Donc on a la paix.

  8. LN dit :

    moi je serai un peu comme F, j’ai pas beaucoup de lecteurs (j’ai pourtant 3 blogs, chacun avec sa spécialité et un en commun avec des amis), donc je disais, pas beaucoup de lecteur, mais je me prends pour Victor Hugo, ou Georges Sand, c’est la classe ça George Sand 😀 Et je lis quelques blogs, de fille et de BD principalement, parce que ça m’interesse, mais je dois avouer que je comente peu, les gueguerre et le trollage très peu pour moi :p

  9. Diane (pas celle des vingtenaires) dit :

    Le bus 63, il s’arrête à gare de lyon, austerlitz, jussieu, institut du monde arabe et rue des ecoles (la sorbonne, donc). Après j’en sais rien, je descendais pour la fac ;-))
    Pour le commentaire pas constructif : tu as parfaitement raison sur tout… Je pense la même chose et c’est pour ça que je blogue sous wordpress, sans référencer mon blog, et que je ne mets jamais le lien quand je commente. Je me fous de la notoriété et ces guéguerres qu’on devine en lisant certains blogs plus connus m’exaspèrent… Cela dit, 2 de mes lecteurs sont devenus de vrais amis

  10. euh… qu’est ce que c’est que wikio?
    euh… qu’est ce que c’est que les backlinks? etc…
    moi, pourtant, je croyais que j’étais Opé sur les blogs vu le nombre que j’ai ouverts, fermés, abandonnés au fil des années. et en fait je ne savais pas trop que c’était ça la blogosphère… je ne savais pas non plus que ça donnait accès à des soirées avec bernard montiel, maintenant j’ai envie d’en être!!!
    ça fait peur, je fais quoi? j’arrête tout, tout de suite? je m’enfuis?… j’ai pas envie de revenir au lycée, moi, c’était pas facile facile… je veux pas, nooooooon! 🙂

  11. Des soirées, je comprends. Mais pourquoi Bernard Montiel? Pas vraiment lui? mais des chanteurs comme lui? ça existe de faire des soirées avec des chanteurs nuls pour des bloggeurs? Pour qu’ils en parlent? Je ne comprends rien.

  12. Ca, pour frétiller, je frétille…
    Ca a l’air magique, cet univers, et moi j’en rêve!
    Tu crois qu’un jour, on parlera de moi?
    Tu crois qu’un jour, je boirai vraiment une coupe de mousseux avec Cauet?
    Et si tu me prends par le bras, est ce qu’on aura droit à la consécration ultime, chanter avec les musclés?
    Et est ce que nous aussi, on pourra influencer le monde entier avec nos billets d’humeur?
    (…)
    laissez moi rêver…

  13. Excellente note ! En plus, tes illustrations sont très, très pertinentes. 🙂 Après, je me dis qu’on peut faire sur la blogo comme au lycée, retenir les notes les plus intéressantes, zapper ce qu’il ne nous plaît pas et faire notre petite vie tranquille dans notre coin. Il y a quand même un gros avantage: on ne passe pas un BAC blogo (enfin, pas encore…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *