Mes fesses ne sont pas un espace public

Hier, je vous avais promis un article sur le train aujourd’hui, le voici. Mais pas celui que j’avais prévu qui était la suite du cahier de vacances. Pas non plus un où je raconterais que le train est arrivé en retard parce que, curieusement, je n’ai eu aucun problème. Enfin, aucun problème avec le train.

Le voyage commence plutôt bien : train à l’heure et relativement désert pour un dimanche soir. A côté de la place qui m’est réservée dort une nana avachie qui déborde un peu de mon côté. C’est pas grave, en face, il y a une banquette de vide, je vais m’y installer. Je jette joyeusement mes affaires partout, fais coucou à papa-maman jusqu’à ce que le train parte. Il faudra que je fasse un jour un article sur ce moment un peu ridicule où tout le monde se fait coucou et que je me sens très gourdasse. A peine le train parti, un  gars de
type altermondialiste qui revient d’un festival (il y en a plein dans mon sud ouest en été) arrive et me signale qu’il est assis à côté de moi. Je le salue poliment et pousse tout mon barda en m’excusant puis je me plonge dans la lecture de mon roman tout en regardant dehors ce qu’il se passe.

A un moment, j’ai comme une sensation bizarre juste en dessous de la fesse droite, sur le haut de la cuisse, comme si j’étais assise sur quelque chose. Je réfléchis à ce que j’ai pu mettre dans ma poche, pensant de suite à mon portable mais non, il est dans mon sac. Bon, peu importe. Je retourne à ma lecture et là, j’entrevois quelque chose dans mon champ de vision : la main de mon voisin est légèrement glissée sous ma cuisse, c’est ça le truc. En fait, il est assis de biais, tourné vers moi, son pouce glissé dans l’espace entre nos deux sièges et ses doigts sous ma cuisse, donc. Sur le coup, je pense qu’il dort donc je ne dis rien, ne sachant trop depuis quand ça dure. J’essaie de reprendre ma lecture en chassant deux insectes qui m’attaquent. Super, je suis légèrement entomophobique, il va être long le voyage.

Mon voisin bouge. Il ne dort pas, en fait. Là, y a problème. Je serre un peu les fesses, je me débarrasse pas de sa main. Bon, je reste dans mon bouquin, ça va le décourager. Sa main reste en place. Quand on arrive en gare suivante, ses doigts bougent et me caressent la cuisse. Là, je me sens oppressée, je vais hurler. Heureusement, deux vieilles filles arrivent et nous réclament les places : moi, je savais ne pas être à la mienne mais manifestement, lui non plus. Je retourne à la mienne et quelques instants après, la nana avachie est dégagée par un mec de type militaire (et il l’était, d’ailleurs, il avait une carte quand il a été contrôlé). Au moins, avec lui, j’étais plus tranquille.

Là, j’étais furax. Contre le tripoteur bien sûr, contre les contrôleurs qui ne passent jamais, contre la vache verte mollasse qui prenait deux banquettes alors qu’elle n’était pas à sa place. Puis finalement, j’étais surtout en colère contre moi. Non pas que j’aurais pu avoir quoi que ce soit qui attire ce genre de comportement : t-shirt et pantalon, on a connu plus sexy. Quand bien même j’aurais été en mini robe parce qu’on est quand même en été, personne n’a à me toucher sans mon autorisation. Mais j’aurais dû lui dire d’arrêter, me rebeller. Le mec m’a touché la fesse pendant 30 bonnes minutes et je me suis contentée de l’ignorer. Evidemment, je me voyais mal faire un esclandre dans un espace aussi confiné et calme qu’un wagon de train (y avait pas un bruit) mais j’aurais dû faire quelque chose, lui dire d’arrêter. Je suis en colère contre ma lâcheté.

Alors c’est sûr, il n’y a pas mort d’homme, il existe des dizaines et des dizaines d’agressions plus graves. On m’a déjà touché les fesses dans la rue, parfois dans le métro mais là, on ne sait jamais si c’est volontaire ou accidentel aux heures d’affluence. Le problème, c’est de voir qu’une nana ne peut pas voyager tranquille sans subir ce genre de choses. Se faire draguer est une chose, ça m’arrive parfois dans le train sans que je comprenne pourquoi puisqu’en général, pour les 5 à 6 heures de train que je dois me taper, je ne me maquille pas, m’habille n’importe comment et vu que je dors les trois quarts du trajet, je ne parle même pas de la coiffure expérimentale. Mais je ferme poliment la porte. Là, le mec a franchi les limites.

Et je n’ai rien dit. Pour ceux qui me suggèreraient de poser une main courante, je sais pas si c’est possible : je ne sais pas où il est monté ni descendu. J’ai vu un mec à l’arrivée de Paris, je n’étais pas sûr que c’était lui : j’étais persuadé qu’il était blond avec un pantalon jaune mais là, il y en avait un coiffé pareil, châtain clair avec un pantalon vert… Impossible de savoir si c’était lui ou pas…Je suis nulle comme témoin.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

43 réflexions au sujet de « Mes fesses ne sont pas un espace public »

  1. Ah oui, envoie un courrier de réclamation à la SNCF (car je devine que c’est la SNCF, mais peut-être que je me trompe ?), en expliquant la situation, afin de sensibiliser le service commercial contre ce type d’agressions. Ton courrier seul ne changera rien, mais à force de lire de telles lettres, cela peut éventuellement faire réfléchir un ou deux responsables pour sensibiliser le public contre ce type de prédateurs.

  2. Jenny dit :

    Je soutiens totalement ta cause!! J’imagine qu’on est nombreuses à avoir testé ce genre de situation et à ne pas savoir comment réagir. On n’ose pas faire un scandale dans le TGV. Dans le métro des fois on tombe sur des mecs un peu nerveux et dans ta tête tu pèses vite le pour et le contre… Le mec essaye de me tripoter, je m’éloigne en me contentant d’un soupir exaspéré ou je crie au scandale? Dans le premier cas tu t’en veux d’être aussi lâche mais des fois tu as peur que ça dégénère si tu t’énerves (j’ai testé pour vous)… Quel choix exaltant…
    Un soir, je suis passée devant une bande de mecs un peu flippante, ils tentent de me mettre une main aux fesses, je les évite, je me tais et je me dépêche, à la fois flippée et en colère. 10 secondes plus tard ils font le même plan à une autre nana. Elle se retourne furax, elle est seule, ils sont 5 ou 6. Elle fonce sur eux, les regarde droit dans les yeux, un par un et leur demande des excuses. Cette fille c’est un peu mon idole :).

  3. Fante dit :

    En fait tu n’es pas nulle comme témoin, puisque pour le coup tu es la victime. Ce qui est rarement la meilleure place pour conserver toute sa lucidité.

    Je reste toujours effaré par le nombre de filles qui relatent ce genre de chose, et le nombre de fois où ça leur arrive. Depuis le dragueur lourd et insistant jusqu’à ce genre d’abus… il y a un vrai souci chez certains bonhommies.

    en espérant que ça ne te travaillera pas trop, s’il y a une prochaine fois tu réagiras plus efficacement. 🙂

  4. Tu files porter plainte, et plus vite que ça ! Ce n’est pas parce que ton témoignage est imprécis que tu n’as pas le droit de faire respecter tes droits, justement. Peut-être qu’un contrôleur se souviendra de ce sale type…

    Je suis toujours super choquée par ce genre de comportement. Que ce soit physique ou verbal, les nanas, je vous en prie, ne laissons plus rien passer…

    … j’ai subi une agression, oh « il y a pire, puisqu’il n’a pas eu viol ». Il m’a fallu des années pour m’en remettre, et c’est au commissariat que j’ai clos cette histoire, j’en avais besoin pour enfin réussir à passer à autre chose.

  5. Javi dit :

    de toute façon une main courante ne sert à rien du point de vue judiciaire: il n’y a pas de poursuites systématiques. Ceci dit, je ne pige pas pourquoi tu n’as pas fait de remarque. Je comprends que tu n’as pas osé, mais j’imaginais quelque chose du style: »excusez-moi, je vois que vous dormez, mais votre main m’empêche de m’asseoir » ou dans le genre… J’enfonce peut-être une porte ouverte, mais ça m’étonne.

  6. E. dit :

    J’aimerai bien faire un comm intelligent mais je vois pas trop quoi dire…

    Effectivement tu aurais du faire quelque chose mais ça c’est facile à dire après coup, sur le coup j’imagine bien dans quel état tu étais… s’il y a une prochaine fois, ce que je ne te souhaite pas, tu seras parée… :s

    Un truc à faire c’est la fausse innocence, ce qui te permet de pas forcément faire un scandale :tu lui dis « excusez moi mais vous me touchez et ça me gène », style il le fait pas exprès…mais bon quand tu es sûre que le mec le fait exprès, le laisser s’en tirer avec dignité c’est un trop beau cadeau je trouve…

  7. aLINE dit :

    c’est amusant de traver l’ip d’un crétin / http://url.ie/ji3

    -Evidement on en arrive au nom prenom numéro de tel profil facebook etc…

    A l’avenir peut gredin soit respectueux j’hésiterai pas à communiquer tes coordonnées.

  8. Lucas dit :

    Attendez un instant… Dans ce genre de moment on a pas toute sa tête… Il y a 10 ans au sorrir de mon autoécole où je preparais le code, j’attendais le bus, un mec s’arrête en voiture baisse sa vitre passager et me fait signe. Il me demande commen aller à tel endroit, ilme dit qu’il ne comprend pas trop ce que je raconte et que si je veux il peut me déposer… Au moment ouù je vaisrefuser je constate que le mec a son falzar ouvert et sa bite qui pendouille sous le volant…

    Tout ça pour dire que ds ces moments là on ne pense pas à appeler les flics ou à prendre le numero de la plaque d’immatriculation. On est juste estomaqué.

  9. Diane dit :

    Ahhh ma Nina, je compatis, et j’ai même une ptite histoire à raconter va:
    il y a quelques mois, je prends le bus, avec une petite valise paske je partais en week end.
    Y’a du monde dans le bus, je m’asseois avec ma valise entre les jambes, ayant une jambe qui dépasse légèrement dans le couloir. Et là, un vieux gars, mais alors un vieux gars tout pourri, avec sa tête de looser et son survet gris, il s’approche, et oui, oui, oui, tout simplement et comme si de rien n’était, en regardant ailleurs……il s’excite contre ma jambe, comme un vulgaire caniche qui s’agite frénétiquement sur un pied de chaise.
    J’avoue que sur le coup j’y ai pas cru, jme suis dit bon, y’a du monde, c’est le bus qui bouge…jusqu’à ce que je jette un coup d’oeil à son entrejambe…et je vous passe les détails. Bref, tout ce que j’ai réussi à faire, c’est lui jeter un gros regard noir et méprisant, me dégager assez violemment et aller m’asseoir ailleurs. Sans gueuler, et sans le traiter de gros pervers caniche dégueu. Bordel.
    Je crois que ça m’a tellement choquée que j’en suis restée sans voix. (alors que le mec qui avait balourdé son paquet de gateau vide sur le trottoir à 2m d’une poubelle le jour précédent, j’avais pas hésité à râler bien ouvertement)
    Bref, j’adhère au groupe « me touche pas connard pervers dégueu caniche pouah », et allez, on tope là, croix de bois croix de fer, la prochaine fois, on gueule.

  10. Ub dit :

    Juste pour dire qu’en général, ce n’est pas le courage qui étouffe ce genre de gars.

    Une remarque a voix normale, puis une remarque a voix plus haute l’auraient surement fait fuir en ralant. En tout cas, en tant qu’homme, si j’avais entendu quelque chose de ce genre, je me serais surement levé pour aider la demoiselle en detresse, mentalité chevalier blanc oblige.

    Proposer d’aller chercher le controleur aurait surement suffit à calmer l’impudent.

    Et sinon ne culpabilise pas de ta réaction, elle est malheureusement humaine. Lorsque l’on a évolué dans un environnement « protégé » au sens ou l’on a rarement été l’objet d’agression, on se sent trés souvent démuni devant une situation de ce genre.

  11. Facile de se dire après « j’aurais du dire quelque chose… » Mais sur le coup, tout ce qu’on pense c’est « merde, il a la main collée à mes fesses, depuis combien de temps ça dure? Si je dis quelque chose, quelle va être sa réaction? » Parce que je ne sais pas si c’est différent dans un TGV, mais je me suis déjà fait emmerder dans un RER à moitié plein, et personne n’a bougé l’ombre d’une oreille pour dégager le cas social qui s’en prenait à moi. Et quand on n’imagine même pas que quelqu’un puisse être assez taré pour tenter de tripoter ses voisins, on a toujours peur de sa réaction. Et du manque de réaction des gens autour. mais ça c’est clair, a postériori, les gens te diront tous qu’ils auraient volontiers aidé… Ouai, une nana m’avait demandé en sortant du RER si j’allais bien, le reste de la rame s’est cassé en évitant de me regarder… Reste juste à espérer que dans un TGV, les gens se sentent plus concernés!

  12. Piero dit :

    Alors la, c’est clair qu’il ne faut pas compter sur les gens pour se sortir d’affaire. Même si tranquilou devant son PC tout le monde pense qu’il faut aller aider les gens qui se font agresser dans le train, en vrai tout le monde a peur. Les gens préfère pratiquement toujours rester sans rien dire à attendre que ça passe et prier que se ne soit pas son tour. Les gens font vite la balance entre prendre le risque de blessure si on y va, et rester la et rien avoir. Et moi avec.

  13. Il est peut être juste somnambule de la main. Oui, c’est lui qui est à plaindre finalement, il souffre, le pauvre.
    Sinon je sais pas si c’est parce que je suis un mec et que ça m’arrive jamais de ma faire tripoter, mais ça me paraît exagéré les réactions. Rassure-moi, t’as pas pris une dixaine de douche en arrivant chez toi, en te frottant avec la savonette de façon hystérique, tout en pleurant toute les larmes de ton corps ?

  14. Grr, je sais que tu n’es pas quelqu’un de fin mais j’espère qu’un jour, tu subiras ce genre d’attouchement. L0, tu pourras te permettre de dire « roh mais ce n’est rien, pauvre chochotte, va ». Ce n’est pas rien, je suis désolée, un mec s’est permis de me caresser pendant 30 mn sans que je sois consentante, c’est dégueulasse. Et c’est pas la première fois qu’un indélicat se permet de me toucher les fesses. pardon d’oser en avoir marre.

  15. PUTAIN…. mais c’est incroyable que tu lui ai rien dit… c’est ce connard qui aurait eu la honte de sa vie… une salope comme lui ça mérite qu’un lynchage sur la place publique…

  16. KHK dit :

    Nina,

    on est certes tous humaines mais tu aurais du dire quelque chose et ne pas rien faire pendant une demi-heure. Car là, il va certainement recommencer… Porter plainte ou laisser une main courrante ne va malheureusement servir à rien si tu n’a pas des témoins ou autre preuve serieuse. Tu y perdras seulement un peu de ton temps. J’parle d’éxpérience, certes dans d’autres domaines que le harcelement sexuel.

    De toute façon, quand je vois ce que peuvent se faire des humains… J’ai passé il y a presque 3 ans une journée sur la cote d’Azur avec une jeune espagnole qui était tombé dans la prostitution et les drogues et n’arrivait plus à en sortir(J’ai été gentil avec elle)… Peut-être je devrais te proposer le recit comme article car à l’époque ça m’a tellement choqué que j’avais décidé d’écrire mon expérience.

    Mais il y a aussi du harcelement de la part des femmes : Une fois j’étais en Angleterre pour des raisons professionelles et on m’avait mis en garde concernant des filles anglaises. Un soir quand le pub dans lequel j’étais fermait je vois bcp de gens rentrer dans un sorte de Pub/disco. Alors je décide d’y jeter un oeil. A priori l’endroit était pas mal avec une piste de danse bien éclaré à moitié plein mais il y avait pas mal de monde autour. Je me commande une pinte et m’assois près de la piste de danse. Puis peu après une jeune fille en pull et jeans me demande si je ne voulais pas danser avec elle. Elle était pas mal sans plus et j’ai dit oui. Mais après une danse quand on connassait seulement nos prénoms elle commence d’un coup à masser ce qu’un garçon a entre ses jambes sur une piste de danse à moitié plein et bien éclairé. Ca a duré disons 20 secondes pendant lequelles j’ai reflechi ce que je devrais faire. Finalement, elle a arreté et voulais que je vienne avec elle mais j’ai dit non. J’avais pensé éventuellement à faire pareille qu’elle puisque elle avait commencé mais je n’étais pas un Chippendale ou autre et on sait pas ou ça aurait fini. Surtout, il pourrait avoir du personnel de mon client sur place. Elle est finalement partie mais en regardant autour je vois un groupe de 6, 7 jeunes filles qui visiblement auraient eu envie de faire pareille… Alors les filles savent faire aussi… Pour moi, l’histoire était fini avec la disparition de la fille car faire un scandale n’aurait servi à rien mais je n’aime pas ça non plus, surtout à la vue de tous le monde et quand on ne se connait pas…

    Ceci étant je suis quand même un peu trop timide avec les femmes et ai certainement raté des occasions… La plus grand loose en amour m’est arrivé l’année dernière quand une femme connue m’a trainé devant les photographes de la presse (people) parisienne après avoir échangé seulement 5, 6 phrases (pas de drague d’ailleurs). Si c’était une loose des vacances, je le posterais au concours…

    Alors, Nina, la prochaine fois, tu dis quelque chose si un truc pareille t’arrive à nouveau (je ne le te souhaite pas)!

  17. J’adore les commentaires de cet article.

    Les hommes : « mais pourquoi t’as rien fait?? »
    Les femmes : « je te comprends »

    A part Lucas. Je pense messieurs que vous ne vous rendez pas compte que nous ne sommes pas toujours en mesure de se défendre correctement. Nous ne savons pas donner des poings. Evidemment, ça paraît facile de dire « t’aurais dû réagir » quand on n’est pas dans la situation. Mais sur le coup, ce n’est pas si évident.

    Quant à celui qui ne trouve pas ça si grave, je suppose que personne n’a jamais tenté de lui caresser les fesses (ou autre) dans un lieu public. Nous, les femmes, c’est très souvent que ça nous arrive.

  18. L’abstention, connais pas. Celui qui ne trouve pas ça si grave, alias moi-même, ne comprend pas qu’on parle de main courante, de procès et de lynchage pour un gars qui a effleuré la cuisse de notre nina. La réaction me semble disproportionnée dans ce cas-ci. Parce que sans déconner, je me vois pas arrivé dans un commisariat pour dire « on m’a effleuré la jambe durant 30mn en faisant semblant de dormir dans le train, j’ai rien dit mais là, je porte plainte ». Je dois être le seul à penser que c’est un peu de l’utopie que d’imaginer que ça puisse aboutir, bref. Et jamais je n’ai dit que les attouchements n’étaient pas grave, faut arrêter là… mais de voir les réactions comme si c’était un viol, ça m’a, je le répète encore, paru « exagéré ».
    C’est bon, on m’a compris ? C’est assez « fin » là ?

  19. Javi dit :

    @pinklady (qui adore les commentaires de l’article): oui, j’ai vu la répartition, et j’étais sûr que ça finirait sur cette dichotomie. Curieux n’est-ce pas? Peut-on dire que les hommes ne voient pas le mal? Ou qu’il sont plus habitués à gérer des conflits dans la rue? (la lutte pour la vie commence très tôt: dès le primaire, on apprend à se défendre contre le caïd du quartier, ça reste ensuite)

    ça me rappelle une remarque d’un copain à propos de je ne sais plus quelle guerre bosniaque avec brimades de populations civiles: « c’est normal qu’on punissent les méchants pour avoir violer les femmes et les enfants, vu que leur mecs ne sont plus là pour se plaindre, ils se sont fait buter dès le premier jour… »

    Doit-on y voir une leçon sur l’égalité des sexes en période de guerre?

  20. Holà Javi !

    Sur le coup, j’ai pas compris ta comparaison mais ça y est, j’ai tout remis comme il faut. D’abord, je pense que certaines réactions masculines montrent clairement que pour eux, une main au cul, y a pas de quoi s’indigner outre mesure. Pas tous, certains font preuve d’une réelle compassion et notons le témoignage de Lucas qui prouve bien qu’on sait toujours mieux ce qu’il faut faire tant qu’on n’est pas confronté à la situation. Qu’aurais-je fait à la place de Nina? Je sais pas. A la place de Lucas et son mec la bite à l’air? Je sais pas non plus. Je rajoute que, comme dit Vicky, beaucoup s’indignent comme ça mais quand ils assistent à des scènes d’agression, ils ne lèvent pas le petit doigt.

    Pour ton histoire sur la guerre, je te dirais que a) il faut comparer ce qui est comparable et b) la remarque de ton pote est totalement déplacée. Le problème des victimes civiles (en premier lieu femmes et enfants vu que les hommes sont souvent au combat), c’est qu’elles sont sans défense. Que deux hommes se battent au front, arme contre arme, il y a une certaine égalité. Notons au passage que je dis homme mais il y a des femmes soldats. Une femme qui se fait assaillir par un ou plusieurs soudards armés et enragés par la guerre n’a pas la moindre chance de se défendre. D’ailleurs, je rappelle le cas des prisonniers irakiens torturés par les soldats américains dont une femme, ça a pas mal secoué l’opinion publique et la soldate en question a été traduite en cours martiale. Ce n’est donc pas un problème de sexe mais un problème de possibilité ou non de se défendre.

  21. Javi> j’ai envie de rajouter que les femmes savent à quel point il est difficile de réagir dans cette situation. Le « t’avais qu’à », c’est bien joli de le dire, mais sur le coup RIEN n’est évident.

  22. Chris dit :

    Ben oui, en tant que nana, moi ca m’arrive souvent, pourtant je n’ai pas un physique special ou une tenue sexy quand ca arrive…
    Une seule fois on pourrait qualifier ca d’effleurements…au cinema, j’etais absobee par le film et je me suis rendue compte que mon voisin, que je ne connaissait pas, me touchait la jambe avec la sienne. Premiere reaction: « mince je me suis etalee sans m’en rendre compte » du coup je change de position, et quelques secondes apres le voila qui recommence… ca c’est de l’ordre du gentil, ca m’a fait rire interieurement !
    Les autres fois c’etait pas drole, on n’a pas le droit de s’approprier une partie du corps de quelqu’un d’autre quand il n’y a pas consentement, point.
    Mes reactions: durant un concert, me retourner et lancer un regard noir derriere moi,
    Dans les transports en communs, lachement changer de place au lieu de protester,
    Sinon, quand le RER est bonde, et qu’il n’y a meme pas moyen de se retourner, j’ai subi sans rien dire.
    Prochaine fois j’essayerai un bien fort : « C’est tres gentil de me caresser les fesses avec votre main mais je ne vous ait rien demander! » Mais bon, plus facile a dire qu’a faire, moi je ne sais pas insulter les gens c’est terrible, je ne sais meme pas si ca les atteindrait…

  23. Javi dit :

    Holà PinkLady!

    Tout d’abord, la remarque de mon pote portait exclusivement sur des civils (allusion à l’époque au massacre de Srebrenica).

    Ensuite, je sais très bien qu’il est difficile de « bien » réagir sur le moment. Ce qu’il me semble, c’est que, là où une nénette est en butte aux « petites agressions » type main au cul, dont je comprends très bien le coté désagréable, salissant, les mecs ont affaire au gars qui voudra à tout prix vous coller son poing dans la gueule et autre joyeusetés du même style. QUand j’étais ado, je me suis retrouvé dans un compartiment de train à 4h du mat’ avec un type qui voulait absolument me montrer son flingue. Ou une autre, où je me suis trouvé par hasard entre 5 types qui dévalisaient une bijouterie dans une rue déserte. C’est typiquement le genre de situation où on ne sait pas réagir, parce qu’on n’est plus dans quelque chose qu’on maitrise.

    Le mieux, à mon avis, dans ces cas là, ce n’est pas de chercher le conflit, car on va perdre, c’est de se tirer de l’affaire sans dégâts, sachant que, comme mon pote et son commentaire sur les morts civils de la guerre, la seule chose sur laquelle il est absolument impossible de revenir, c’est la mort.

    Donc voilà, sans prétendre donner une règle de conduite, je pense qu’il y a des moments où il vaut mieux laisser tomber, partir, changer de place, et ne pas se focaliser sur le fait qu’un méchant erre en liberté. Simplement parce que, fondamentalement, on est seul et on doit se démerder seul.

  24. Holà Javi !

    Ok pour Srebenica, je n’avais pas compris qu’il s’agissait de civils, je comprends mieux.

    D’après ce que j’entends autour de moi, hommes et femmes ne sont pas soumis à la même violence. Les filles doivent faire face à des attouchements plus ou moins poussés, des plans dragues parfois agressifs (quelle fille n’a jamais eu à subir les assauts limite agressifs d’un mec dans la rue?), les mecs sont plus souvent provoqués dans des bagarres. Par exemple dans la rue, je sais qu’il y a peu de chances en temps que femme que je me fasse tabasser. On me prendra au pire du pire mon sac. Par contre, un mec dans la même situation a plus de chances de se ramasser un tabassage en règles. Un gars de ma connaissance d’un bon mètre 90 a dû se battre dans le métro contre plusieurs mecs qui voulaient lui piquer son walkman. Personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes dans le métro autre que des frottements suspects ou plan drague lourdingue. On pourrait s’amuser à trouver une explication dans nos instincts animals genre les mâles sont là pour se défier et pour tenter de séduire la femelle mais je laisserai ce genre d’explications aux gens dont c’est le métier.

    En tout cas, je peux affirmer que si je m’étais retrouvée dans ta situation, sur le coup du braquage, je serais restée tétanisée.

  25. KHK dit :

    Evidement, ces attouchements ou ne se font pas dans un lieu public sans consentement! Mais je dirais dans les 2 sens car il y aussi des femmes qui ne se genent pas même si elles sont peut-être minoritaires. J’avoue aussi qu’il est parfois pas facile d’agir comme il faut… Si le/la concerné est homme ou femme!

    Pas tout le monde agit comme une jeune française dans un train international en Greece : Elle était dans un compartiment avec 2 types qui la genaient et avaient presque commencer à la molester et on allait passer encore une nuit dans ce train. Elle m’a demandé si elle povait s’installer dans mon compartiment ou j’étais seul. Ca m’a un peu étonné qu’elle voulait s’installer dans mon compartiment ou j’étais seul sans femme et je suis un garçon pas très baraqué en plus. Elle s’est installé et on a fermé le compartiment de l’intériur mais on n’a pas revu ces types…

    Moi, ça m’arrive aussi que des femmes ne se genent pas en public comme j’ai déjà écrit plus haut. Danser fesse contre fesse sur une piste de danse bien éclaire et pas trop rempli comme aimment les jeunes anglaises, ça va encore mais me masser entre les jambes par une presque inconnue, c’est trop….

    Mais le pire était quand une femme connue m’a trainé devant les photographes presse (people) réunis dans un lieu public après avoir échangé seulement 5, 6 phrases… Car là chaque mouvment que tu fais peut se trouver demain dans des journaux. Je trouvais ça très génant quand t aimes bien quelqun(e) sans être sur que ça ira plus loin. La je préférais presque un (leger) atouchement car les genoux ou un truc parreille dans un RER bondé par exemple…

  26. KATIE dit :

    je viens de voir ce commentaire et je vois que je suis pas la seule a avoir subi ça, je travaille dans le milieu de la restauration y a 4 mois , avec tout les chefs ça se passe très bien sauf avec un que je peux plus supporter , il ma toucher les fesses deux fois . jais un caractère assez gentil , je parle pas beaucoup et en plus je suis timide . je vais vous racontez comment ça c passé , en fait je suis caissière et une fois il est rentré ds ma caisse et il ma touché les fesses avec les siennes mais il a fait genre y a avait pas de place donc il a pas fait exprès mais je sais très bien qu’il a fait exprès , dc après 1 mois il ma plus refait ça et la dernière fois y a une semaine a peu prés y avait une caissière a coté de ma caisse et il vient pr lui parler et il était a coté de moi et jais sentis sa main je me toucher la raie du cul pendant 5 secondes , et je me sens tellement mal a l’aise , jais rien dit ni rien fait surtout que jetais avec des clients et lui genre il a pas fait exprès de toute façon mais je sais très bien qu’il a fait exprès . je sais plus quoi faire je lauré bien dit a mes frères mais mes frères vont le prendre très mal et en plus je suis musulmane , jais trop honte . jais envie di aller et de lui mettre un coup de poing mais jais pas envie que cette histoire s’entende pr ma famille et pour ma réputation .

  27. KATIE dit :

    ALORS s’il vous plait j aimerais bien qu ‘on me dise ce que je dois faire , parce que la je me sens nulle et mes fesses me dégoute jai envie de me venger , de lui donner un coup de poing et de démissionner de las bas .

  28. KATIE dit :

    JE SAIS PAS si il fait ça au autres filles , les filles elles aiment bien , c’est un jeune de 24 ans il est trés beau , jai pas envie de mettre ça en justice franchement , ça serais la honte dans la famille , jaimerais jsute me défouler sur lui , genre si je lui donne un coup et je me casse , ça va faire quelque chose ?

  29. KATIE dit :

    FRANCHEMENT C SURE sue je porterais pas plainte , parceque la il dois se dire quelle me dis rien , sois elle crois que je lui est fais exprés , comment je vais mi prendre si je porrte plainte dailleurs ? jai meme pas broncher sur le fait qu’il met fait ça .

  30. Une petite tape sur les doigts si c’est possible..Pas violent, juste un geste naturel…Ca peut le faire non ?
    Pas de quoi porter plainte pour lui… Et normalement ça lui écarte la main…
    Dans le même genre il y a les pinçons…

    Sinon j’avais lu cet article, et je comprenais aussi certaines réactions masculines : c’est vachement dur pour un homme de se mettre à votre place,. Nous subissons très rarement des attouchements…

  31. KATIE dit :

    c sur je me sens une merde surtout que je me défend , surtout quand jétais au lycée , je me bagarrais avec les garçon et cétait vite réglé , mais la c mon chef et il a agis devant tout le monde les clients et le personnel , jai rien pu faire , jai honte de moi , je me sens pire qu’une merde comme tu dis , la quand je vais au boulot jai la boule au ventre , et j’arette pas de penser à ça .demain je prévois d’aller au médecin pour me faire un aret maladie mais je sais pas comment mi prendre et lui expliquer au médecin.

  32. Eric dit :

    Katie, tu ne peux pas lui parler en face ? ou bien à son supérieur ? Si non, le plus simple est de faire un mot en s’arrangeant pour qu’il le trouve. Ou une lettre au patron. Ou encore une affiche « anonyme » style untel touche les fesses etc. Dans tous les cas c lui qui aura la honte, et toi aucun problème, il t’évitera et te respectera. Ce qu’il fait est fautif, mais si tu ne réagis pas, tu es fautive aussi. C’est qd même pas hors de portée ce que je propose, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *