La drague dans la rue

Long débat depuis la création de ce blog, la drague dans la rue est-elle à encourager ou à proscrire ? En tant que vingtenaire « potable » (copyright NWH), voilà pourquoi la drague dans la rue est pénible à supporter.
 
Hop!
Posons le décor. Un jour comme un autre, mettons en été. Il fait beau et il fait chaud, j’ai donc rangé ma burqa au placard et j’ai enfilé ma tenue fétiche de l’été, à savoir une robe bleue assez courte avec un décolleté carré. Ok, elle est sexy, cette robe, elle a même traumatisé Gauthier qui se souvient très bien du soutien-gorge que je portais la première fois qu’il
l’a vue mais pas du tout de la couleur de la robe. Mais je ne me suis pas habillée comme ça pour séduire, juste parce qu’en été, sortir le moins couverte possible me rend la vie plus agréable. Je chemine donc. Soudain, un individu de sexe masculin décide que je suis à son goût et fond sur moi tel un aigle sur sa proie et me sort une phrase hautement poétique… ou non. Du « t’as de beaux yeux » ou « que vous êtes belle, mademoiselle » au terrible « t’as des beaux seins » ou l’atroce « t’es bonne ». Les deux premiers gagneront un « merci » accompagné d’un sourire, les deux autres, soit je les ignore, soit je leur jette un regard noir.
 
Parfois, l’homme se contente de ce compliment, il gagne un sourire (ou pas) et tout le monde est content. Mais le dragueur lourd rode et parfois, tape l’incruste. « Hé, tu veux pas boire un verre ? » Alors, messieurs, en général quand je marche dans la rue (en plus, je marche vite), c’est que je suis là pour me rendre d’un point A à un point B, pas pour
aller boire un verre, surtout avec un inconnu total qui est entré dans ma sphère depuis une demi-minute. Je me souviens d’un matin gris dans la ville rose, je quittais le métro pour aller prendre le bus. A l’époque, j’avais une sorte de besace dont l’anse passait entre les seins, faisant un étrange effet push up. Trois mètres après avoir quitté le métro, un mec m’accoste.
« Salut, t’es mignonne, où tu vas ? (en gros)
Je vais prendre le bus pour bosser.
Tu veux pas qu’on prenne un café ?
Non, je vais bosser, là… »
Je croyais que l’amour rendait aveugle, pas sourd. Pour me débarrasser d’un lourdingue, je parle de mon « fiancé » (réel ou inventé, selon le moment de ma vie) et là, ce qui m’horripile au possible, c’est cette réponse qui accompagne cette excuse (parfois) : « c’est pas grave, je suis pas jaloux ». Sous-entendu : on s’en tape de ton copain, tu peux coucher avec moi quand même. Alors, voilà, si j’ai envie d’une passade, je ne vais pas attendre qu’un mec dans la rue me donne l’autorisation et puis je le trouve gonflé : « je ne suis pas jaloux ». Il ne manquerait plus que ça, tiens ! Il veut pas que je lui file l’adresse de mon mec pour qu’il lui pète la gueule, aussi ?
 
Souvent, un simple non ou la volonté de signifier au monsieur qu’on est pressée ne suffit pas. Donc quand le relou s’accroche, je sors ma panoplie de garce (et voilà la phrase qui va faire exploser les comms et me faire détester par les lecteurs mâles). Tu veux pas me lâcher ? Ok, je cède, je te file un rendez-vous auquel je n’irai pas, un numéro de téléphone qui n’est pas le mien (c’est là que je me dis que j’aurais dû garder les numéros de téléphone de  Benoît, qu’on rigole un peu), une adresse mail fausse (oups, j’ai oublié une lettre dans mon nom de famille, c’est idiot). Des fois, je m’invente même un prénom. Je n’aime pas faire ça, franchement, mais y a des cas extrêmes où on n’a pas le choix. Sauf qu’évidemment, je recroise toujours les messieurs en question. Dans mon bled natal, alors que j’avais 16 ans, j’avais filé rencard à un gars qui rôdait toujours autour du lycée et, évidemment, j’y suis pas allée. Quelques jours plus tard, je me balade en ville avec ma maman et là, le gars apparaît en face de moi. Panique totale, surtout que le mec est plutôt du genre pas très aryen et ma mère plutôt du genre raciste… Mais bon, heureusement, le monsieur m’a pas vue.
 
Outre le fait que je n’ai pas que ça à faire de me faire draguer quand je suis dans la rue, 99 fois sur 100, le mec qui s’adresse à moi en aurait fait autant pour n’importe quelle fille « potable » qui passait par là. D’ailleurs, certains sont particulièrement doués : une fille passe, hop, ils se prennent un vent et attaquent de suite la suivante. Certains
enchaînent si vite qu’on les voit se prendre un vent et hop, ils se tournent et s’en prennent à nous. Quand j’étais adolescente, je m’étais faite draguer par un lourdingue qui s’appelait Nino. « Ah, Nino, Nina, on était faits pour se rencontrer ! Comme t’es trop belle, j’suis amoureux ! ». Ah ? Bon, à l’époque, j’avais pas un succès fou auprès des hommes (j’avais un look : mon t-shirt me sert de tente) mais c’est pas pour autant que j’ai cédé. Et j’ai bien fait : ce gars a dragué la moitié des jeunes filles de 15 à 25 ans de mon bled.
 
Alors là, les hommes vont s’indigner : « et alors, y a une limite sur les filles à draguer ? ». Le problème de la drague, c’est qu’on a la sensation qu’il faut un rendement. Un mec qui est posé à la sortie du métro, par exemple, et qui reluque toutes les nanas, je vais avoir la sensation que le seul but du jeune homme est de se trouver une compagne pour la nuit (ou pour la semaine), peu importe laquelle, du moment qu’elle ressemble plus ou moins à quelque chose. De plus, la drague n’a rien d’exaltant : aucun jeu de séduction, rien, le prédateur s’abat sur sa proie, si ça marche, tant mieux, sinon, tant pis. Et puis peu importe qui je suis, ce que je fais, ce que j’aime, ce que je pense… Seul l’emballage compte. Du coup, je
mets de moins en moins de jupes quand je sors car, systématiquement, ça attire les dragueurs en manque, n’importe quelle fille vous le dira. N’ai-je pas le droit de me faire belle ET d’avoir la paix ? Je ne m’habille pas comme ça pour attirer les hommes, juste pour me faire plaisir ou pour plaire à mon homme.
 
Personnellement, je ne me vois pas draguer un homme dans la rue. Il m’arrive parfois (souvent) de croiser des hommes hautement désirables mais je ne vois pas l’intérêt de les aborder. Au mieux, je joue au jeu du regard (je te regarde, je me détourne, je te regarde…) et ça me suffit amplement. Parfois, si nous descendons au même arrêt de métro, je m’amuse à rester dans son sillage le temps qu’il reste sur mon chemin mais je n’ai pas besoin de plus. Le physique est certes alléchant mais que sais-je de lui ? Une enveloppe ne suffit pas, j’aime bien quand il y a une certaine complicité. Et puis, ce monsieur n’a peut-être pas le temps de se faire draguer, peut-être va-t-il travailler ou rentre-t-il chez lui ? Ou pire, il va rejoindre sa maîtresse pour une brouette crapuleuse.
 
En somme, je pense que la séduction est un art, la drague un vulgaire avatar qui m’insupporte. Il y a un temps et un lieu pour séduire et je ne pense pas que la rue, alors que je chemine vers un but précis, soit particulièrement indiqué. Un cœur, on le gagne, on n’essaie pas de l’arracher de force.
Rendez-vous sur Hellocoton !

62 réflexions au sujet de « La drague dans la rue »

  1. gloups c’est dommage les jours impairs ya pas de brouettes 😉
    y a du favoritisme dans l’air, je trouve….
    😉
    hey Nnnnnina!?! c’est bin kom’sa ktu tapel’ heinnn?t’es booonnne, tu baises????
    (baff’)
    mais qu’est ce que j’ai dit? on n’est pas dans la rue, là!!!
    😉

  2. « Il y a un temps et un lieu pour séduire et je ne pense pas que la rue, alors que je chemine vers un but précis, soit particulièrement indiqué. »

    Oki, mais prenons un exemple (un exemple tout à fait impensable mais c’est un exemple quand même) : moi, qui suis provincial, je monte à Paris et je te croise dans la rue…et là je flash…On est en été et tu as ta jolie ptite robe bleue (oui tu l’as remise ce jour là alors que tu ne la mettais plus à cause des lourdingues qui te draguaient dans la rue) et je flashe totalement……..Il faut absolument que j’en sache plus sur cette charmante demoiselle (éh oui car pour l’instant je peux juste dire que tu es charmante…mais jveux ABSOLUMENT mieux te connaitre)….
    Je ne te reverrai peut être jamais et tu es peut être la femme de ma vie…

    Et bien si on prend mon exemple de situation que je viens d’imaginer (Non ce n’est pas un rêve que je fais toutes les nuits!!!!…….enfin…faudrait pas que jvois la ptite robe bleue en photo quand même 😉 )….

    Bref, comment jfais pour te séduire si je n’ai pas le droit de t’aborder???Comment jfais pour te dire à quel point tu me trouble et à quel point il faut que je discute avec toi pour en savoir mieux????

    Je sais qu’il y a des lourdeaux mais ils se repèrent souvent de loin…mais nous…Nous les garçons qui sommes plutôt des bons ptits gars, polis, sérieux et pleins d’humour (quelques qualités de Mister 20tenaires)…bref des garçons « intéressants » (–> avec qui on peut discuter sans s’ennuyer)….et bien on est mis dans le même sac alors????

    Donc pour t’aborder, comment on fait????Comment on peut faire pour apprendre à te connaitre????

  3. oui, j’imagine…
    tout comme j’imagine comme cela doit etre lourdingue de se faire siffler, aborder, draguer tout les cinq metres de trottoirs…
    En meme temps, si tu mets un décoleté jusqu’au nombril et une tunique transparente sans sous-vetements, faut t’attendre à etre abordé….
    je sais , je sais, chacune a le droit de s’habiller comme elle le souhaite, mais quand meme!

  4. coco dit :

    Moi je suis d’accord avec Nina, et pas la peine d’etre a moitié a poil pour croiser des mecs chiants! J’était serveuse dans une gare: en jean et tres souvent gros pulls et j’ai eu droit à des plans dragues completement à la ramasse!!! Ras le bol des dragueurs à deux sous!!!

  5. Moi jsuis ni pour ni contre….

    Mouais, moi j’aimerais bien être accosté dans la rue par des demoiselles qui m’aiment et me désirent (l’envie d’être Star)…
    mais c’est sûr que ça me saoulerai vite….Je le prendrais quand même plus comme une preuve que je plais!!!! Enfin, vi les dragueurs à 2 balles je les aime pas non plus et si jpouvais les calmer je le ferais dès qu’il sifflent ou accostent une jeune innocente joliment vêtue…D’ailleurs j’ai djà vu quelques filles baffer des gars en pleine rue ou leur cracher à la figure même alors qu’ils les sifflaient….Girl Power ouais 😉

  6. C’est vrai qu’on néglige souvent le plaisir de regarder.

    L’un des rares plaisirs dans mon travail, c’est bien de pouvoir voir des filles trés belles et pourtant trés différentes les unes des autres, que l’on pourra admirer les quelques secondes où on l’aura face à nous, avant qu’elle ne disaparaisse pour ne plus jamais la revoir…

    Thom…

  7. Je suis d’accord sur le fait qu’il semble y avoir quelques dragueurs à la chaîne. Mais finalement, qu’est-ce qui empêche la drague dans la rue ? Pourquoi reprocher à quelqu’un de te dire que tu as de beaux yeux de te le dire et de te demander un peu de ton temps pour te connaître mieux, se présenter à son tour ?

    Certes, moi non plus, je ne m’arrête jamais dans la rue face à un inconnu, que ce soit suite à un « bonjour » (auquel je réponds sans détourner mon regard, ce qui en glace plus d’un et plus d’une) ou toute autre réaction. Il n’empêche que… Mmmhh… c’est peut-être ton argumentaire qui me semble un peu rapide ?

  8. rien de mieux qu’une dragueuse, mais subtile par contre… certaines ont pris des cours chez les mecs visiblement :p

    le dragueur à la chaine est àl’affut du rendement? oui bien sur, c le seul moyen pour lui d’espérer lever le gibier… c’est un peu comme une battue, il faut en faire des kilomêtres :))

    steph, bien incapable d’aborder qq’un en pleine rue

  9. taz dit :

    C’est clair que c’est tres cash comme approche mais bon quelque part meme quand tu te fais seduire dans un lieu plus approprié. Qu’est ce qui te garantis que le monsieur ne veut pas qu’une brouette ?

    C’est sur que l’approche dans la rue est directe mais il peut quand meme y avoir seduction. Le tout c’est de creer la curiosité et de se demmerder pour passer le seuil des 3 minutes.

    Ensuite pour les lourdingues y’a main droite, main gauche…

  10. Tout a fait d’accord marre des lourdingues – c’est un comportement tres latins – j’ai vecu en Angleterre et en Australie et ce genre de comportement ca n’arrive jamais: on ne se fait pas siffler dans la rue, on ne vient pas nous accoster pour nous dire « t’es trop bonne toi » – et pourtant en Australie le climat nous oblige a nous devetir!! (heu je dirai pas ca pour l’angleterre …) Je mets des decoltes que jamais je n’oserais mettre en France mais je me sens « tranquille », ca n’empeche pas les regards et petits sourires en coin, mais c’est plutot flateurs et on se sent respecte!

  11. Les hommes qui darguent dans la rue ne sont généralement pas subtils, voire lourds, cons ou même moches (désolée les gars!), mais il y a quelques exceptions: j’ai rencontré l’homme que j’ai le plus aimé dans ma vie dans la rue (article « Lui » dans mon blog)! Et je ne me rappelle même plus ce qu’il m’a dit tellement j’étais absorbée dans sa contemplation…

  12. Ah mais c’est pour ça que je tombais toujours sur un mec quand j’appelais une fille qui me file son numéro! 😉

    Non je déconne. Je trouve assez laid les types qui draguent comme ça, je n’ai jamais osé (voulu?) le faire…

    A+

    Systool

  13. bon j’ai deja dit ce que j’en pensais sur d’autres comm’ 🙂
    « 99 fois sur 100 […] » : tu le sors d’où celui là ??? IPSOS ?
    à part ça je n’ai aps grand chose àa jouter, sauf le résumé de ce que j’ai déjà dit ailleurs : tous les mecs ne sont pas des serial dragueurs et tous les plans aussi excellents soient-ils sont voués à l’échec si le mec ne plaît pas, donc stop demander des plans originaux, subtils, etc… ce n’est pas dans le plan que résident nos chances de succès.

  14. Bonjour Nina, Bravo pour cette remarque : « Le physique est certes alléchant mais que sais-je de lui ? Une enveloppe ne suffit pas, j’aime bien quand il y a une certaine complicité »….C’est en effet ce que je me tue à dire « chez moi », depuis quelques temps et très dernièrement aussi et il y a encore des personnes qui ne comprennent pas…C’est lassant! Quant au fait d’aborder dans la rue, n’étant pas un dragueur de base, en effet, cela ne me viendrait pas à l’idée, même si cela pourrait très rarement arriver, encore faudrait-il une situation véritablement particulère. Je suis donc entièrement d’accord avec ta conclusion, un coeur se gagne. Bravo pour ce bel article !!!!! Félicitation. A bientôt.

  15. Avant je n’étais pas fan de Sex and the city et depuis j’ai téléchargé tous les épisodes de toutes les saisons.
    Bref j’aime bcp ton blog et c’est vrai qu’il y a ce côté Sex and the city!

  16. Grr dit :

    Je suis en total désaccord avec Nina moi. Genre c’est interdit de draguer parce que ca embête la dame, enfin quelques-uns embête la dame. Je veux bien croire qu’il y a des lourds, et malheureusement ils font du tort à tous les autres, ceux qui n’aborde une fille que très rarement dans la rue, sur un coup de coeur. Je parle même pas de moi puisque je ne drague pas, j’en suis incapable (trop timide).
    Mais imaginons que je joue à ce petit jeu des regards, que la fille descend du métro tout en me regardant… je fait quoi? Je la laisse filer tout en rêvant à ce que ca aurait pu être, ou j’y vais?
    Pourquoi les filles se plaignent que les mecs leur mentent ou manigancent des plans dragues, alors que c’est elles qui, par leur façon de réagir, poussent les gars à agir de la sorte? Les chiffres leurs donnent raison, 100% des gagnants ont tenté leur chance.
    De plus, du moment qu’on devient pas trop lourd, un sourire suivit d’un au revoir devrait suffir comme façon élégante de dire « oui mais non ». Voilà, j’espère voir plus de fille ouverte, et rendre l’équation « drague en pleine rue » plus facile pour tout le monde (sachant que c’est toujours les 1% de chieurs qui font du tort au 99 autres).

  17. benf dit :

    Super Nina, la drague n’est rien et la séduction est un art.
    Parle-nous en donc dans un prochain article de la séduction !
    Comment s’y prendre ?
    ça intéressera ceux qui comme moi ne sont pas des experts en séduction (ni en drague d’ailleurs) mais qui ne valent pas moins que les autres.
    Merci 🙂

  18. Et bien ma chère NINA (ah enfin j’y suis arrivé…Désolé d’avoir écorché ton nom…et désolé pour le triple post (tu peux en effacer 2 donc)), voilà un post qui n’a pas fini de faire réagir!!!!!!

    T’as du boulot en perspective pour répondre……

    Quant au cours de séduction proposé dans le post de Benf, je suis pour à 100%

  19. Ca m’est arrivé une fois de réellement draguer dans la rue, dans le but (j’ai honte) de gagner un pari avec des amis. On a tous été jeunes, non mais.

    L’ennui, c’est surtout qu’on n’a pas d’autre critère que le physique pour aborder les gens puisqu’on ne les connait pas, et du coup je suis tombé sur une fille absolument insupportable, orgueilleuse et capricieuse, qui m’a raconté en long, en large et en travers à quel point elle était formidable et la chance que j’avais d’être tombé sur elle, business woman successful et amante torride.

    Bref, un calvaire.

    Pour le reste, je suis tout à fait d’accord avec l’article: quand on voit une jolie fille, un sourire et un haussement de sourcil suffisent à montrer notre appréciation, un sourire et un haussement de sourcil lui suffisent à montrer qu’elle a reçu notre hommage, et les vies reprennent leur cours sans une parole échangée. Ca met de bonne humeur, et ça rend le métro supportable.

  20. ds dit :

    Perso, j’ai eu une fois un pur bogoss de dragueur…approche fine en plus. Mais bon ca reste un cas malheureusement. JE les comprends pas en fait…la seule explication que je vois, c’est que forcément ca doit marcher une fois de temps en temps, sinon ils continuerais pas autant…à moins qu’ils soient complétement en chien, ou que les meufs soient complétement en chienne. Tain faut que j’arrete les animaux moi!

    ds pro des com de merde 😉

  21. De passage par le hasard des liens sur ce blog…

    Je pense que le problème n’est pas la drague dans la rue (ou autre lieu public) qui est a mettre en cause, mais l’attitude d’une probable majorité des mecs qui la pratiquent. Aborder une inconnue demande en soi un état d’esprit assez « conquérant », ne serait-ce que pour vaincre une éventuelle timidité. En conséquence, les adeptes de ce genre de drague ne sont pas très souvent des plus subtils…

    Cela dit, plusieurs copines dans mon entourage direct ont commencé une relation d’une nuit ou d’une vie – enfin, presque – en se faisant aborder par un inconnu dans la rue. On peut donc en déduire comme toujours qu’il n’y a pas *UNE* vérité mais des expériences personnelles.

    Si on va un peu plus loin dans le débat, on pourrait aussi déplorer les effets de bord de la révolution sexuelle. Les relations hommes-femmes sont devenues bien compliquées, pour preuve le succès phénoménal de la drague « électronique » : sites de rencontres sur Minitel il y a vingt ans, Internet maintenant. Les gens sont seuls et n’osent plus se parler. C’est bien dommage…

    Ooops, je viens de voir que ce blog est avant tout destiné aux « vingtenaires ». Avec mes quarante ans je fais un peu figure de dinosaure et vous laisse continuer le débat entre vous 😉

  22. stef dit :

    Quand on arrive dans une classe, en première année de …, si on ne connait personne, le premier reflexe va être de créer des amitiés, et on ne peut pas passer à coté des questions bateaux ‘tu t’appelles comment? tu viens d’où? … ‘. Pour le dragueur, c’est la même chose. Et c’est çà qui est fort, je trouve, de tenter cette démarche qui contient de gros risque de rateau.

    « je suis là pour me rendre d’un point A à un point B » : oui! TOI! Mais ce n’est pas forcément une généralité qui s’applique à toutes les personnes dans la rue. Comment veux tu que le dragueur le sache avant d’avoir essayé?

    « Je n’aime pas faire ça, franchement, mais y a des cas extrêmes où on n’a pas le choix » : pourquoi? çà fait aussi partie du jeux! 🙂 Donner un faux numéro, c’est aussi une façon ‘élégante’ de se débarraser du gêneur, c’est lui donner une partie de ce qu’il veut.
    « je recroise toujours les messieurs en question » : là, c’est sur que le coup du faux numéro, çà le fait moyen.

    « ce gars a dragué la moitié des jeunes filles » : ce n’est pas pour autant qu’il a réussit avec une d’entre elle.

    « juste pour me faire plaisir ou pour plaire à mon homme » : le type qui achète une ferrarie, c’est aussi par se faire plaisir, mais quand il roule dans la rue, il attire les regards et l’envie. 🙂

    « ce monsieur n’a peut-être pas le temps de se faire draguer » : je serais curieux de connaitre le pourcentage de mecs qui repousseraient une femme qui les abordent, à mon avis il y en aura très peu à refuser l’invitation.

    « la drague un vulgaire avatar qui m’insupporte » : perso, je vois la drague ni plus ni moins comme un premier pas ET ensuite on cherche à séduire.

    « Un cœur, on le gagne, on n’essaie pas de l’arracher de force » : une victoire se gagne par beaucoup d’effort et de la percéverance. Et pour gagner il faut participer. 🙂

    « qu’on a flashé sur quelqu’un qui est entré dans notre champ de vision durant trente secondes? » : feeling, plastique, ne pas être trop difficile. Combien de temps te faut il pour flasher un mec sur meet… après avoir vu sa photo? là c’est pareil, l’image plait, donc ‘tentage’ de contacte.

  23. « En fait, c’est con mais je trouve ça « impoli » d’aller draguer un mec »

    mort de rire, Nina, vous (les femmes) avez, à défaut d’égalité (qui ne peut exister) obtenu l’équité, plus qu’indispensable, et tu trouves impoli qu’une femme drague un mec?

    n’est ce pas plutôt la peur de te voir cataloguée? c’est, à voir les discussions que je peux avoir, souvent le ressenti dans ce cas, c’est dommage…

    une femme qui drague est en général une femme qui gagnera presqu’à tous les coups 😉

    la femme propose et dispose?

    perso, je trouve ça top

  24. Nicolas dit :

    Hem, Nina je ne suis pas vraiment d’accord avec toi là… OK la drague du genre ours qui ramasse les saumons à la cascade c’est rarement sincère, mais on est quand même à une époque où les femmes commencent à sérieusement se plaindre de ne plus se farie aborder par les hommes.

    Eh oui car il faut du courage, de la chance et pas mal de sang froid pour aborder une femme qui vous trouble (c’est sûr que si c’est juste un numéro, c’est beaucoup plus facile de rester cool). B)

    En tout cas ton article tombe bien vu qu’hier un ami à moi a abordé une charmante inconnue dans la rue (pour la première fois de sa vie). Il l’avait repérée dans la queue devant une baraque à crèpes (et elle aussi vu qu’elle écoutait ce que nous disions). Bref je passe les détails (regards furtifs, sourires, etc…) et au final elle l’a remercié de son audace pour l’avoir abordée. 🙂
    Comme quoi les gars si une fille vous plaît, et même si elle est très jolie et que vous pensez ne pas être à la hauteur: ALLEZ-Y PLUTOT QUE DE PASSER DES SOIREES A VOUS FOUTRE DES BAFFES.

    Bon, restez courtois quand même… 😉

    PS: Il parait que notre premier ministre à rencontré sa femme dans un bus…cqfd

  25. > »Je vois pas comment je peux te troubler à ce point en trente secondes. » : Ca c’est de la mauvaise foi…LE coup dfoudre Nina??!!!T’y crois pas ou quoi???
    Un flash, un éclair, une lueur….Je ne vois plus que toi, illuminée et rayonnante…..Tu vois le genre non???? C’est pas possible ça pour toi????Tu ne peux pas l’envisager???

    > »C’est ça que je comprends pas dans la drague dans la rue : comment on peut décemment affirmer qu’on a flashé sur quelqu’un qui est entré dans notre champ de vision durant trente secondes? » : Jte refais la scène???

    > »Pour m’aborder, tu m’abordes pas dans la rue, en tout cas, ça, c’est sûr! » : B1 ouais mais on choisit pas tout le temps….Il faudrait donc que je te suive et que j’attende le moment propice pour me lancer à l’abordage (on voit ici tout le sens de ce mot…car jrisque de me faire jeter…)….Ca fait pervers un peu comme truc non???

    Alors jfais comment si j’ai le coup dfoudre pour toi et que jte croise dans la rue!!!Si ça se trouve jsuis l’homme de ta vie aussi…mais à cause de ton idée sur les relous de dragueurs de la rue et bien tu ne me laisseras pas t’aborder…
    Bien sur ya une manière d’aborder qui relève de la goujaterie (les sifflements, les « oh t’es mignonne toi », ou « oh t’es bonne ! ») mais yen a sûrement une autre qui ne te déplairai pas…ou moins ???Non ??? (jsais pas laquelle 😉 )

    (Petite précision : je n’ai jamais draguer une fille en pleine rue…Ai-je d’ailleurs déjà draguer « ouvertement » une fille tout court???)

    > »En plus, pour me connaître, y a un truc fantastique : mon blog! 😉 » : Ah oui mais ça ne résout pas le problème…
    regardons donc maintenant un autre exemple…
    Jte connais par ton blog et t’es une fille extra, sérieuse, intelligente, drôle, intéressante,…etc…j’partage pas mal de tes idées (pas toutes, mais heureusement quand même) et ton caractère me plait trop…Ta manière de penser, d’écrire et de raconter les choses de la vie (en l’occurrence ici de TA vie) me font vibrer…(c’est pas mal tout ça)

    Bref, disons que jtrouve en toi une certaine représentation (ou plutot une représentation certaine) de ce que pourrait être une fille qui me plait (on est toujours dans l’exemple)…..

    Et bien comment jfais pour te séduire sans que je puisse t’aborder???Et si jte croise en pleine rue et que, par hasard jtombe sur toi que jconnais à travers le blog mais que je n’ai jamais vu (un hasard très chanceux jdois avouer)…et jflashe sur toi, ton charme naturel…(et ta ptite robe bleue…. 😉 )……..Et bien je n’aurais toujours pas ldroit de t’aborder !!!

    Alors dis moi OU on peut t’aborder sans t’importuner ???

  26. taz dit :

    En relisant les comms j’ai remarqué deux mots qui ressortent et auxquels tout le monde n’associe pas forcèment le même sens :
    Drague et séduction.

    En effet, la séduction est acceptée par les demoiselles que ce soient dans la rue où ailleurs. Alors que la drague beaucoup moins….

    Aussi peut être que certains de nos problèmes viennent du sens des mots. Je me lance dans une tentative de définition.

    La séduction commence par un regard capté, un signal reçu et auquel on répond positivement. Ainsi il y a dès le départ, un échange, une acceptation tacite. On invite l’autre ou à tout le moins on signale à l’autre que son physique ne nous laisse pas indifférent.

    La drague au contraire est un acte unilatéral. L’autre ne nous a fait aucun signe mais on se permet de s’incruster dans sa vie que ce soit pour un court instant ou plus. De là vient à mon avis l’impression de lourdingue. On lui a rien demandé à l’autre tâche

  27. euuuhhhh j’ai une pitite question: est ce que avec la panoplie de garce, ya une tenue vestimentaire? ya des phots? 😉 😉 😉

    plus serieusement je vous plains les filles, ca doit vraiment etre chiant… et ca doit encore etre pire en boite avec des mecs ivres mort… 😉

  28. Tu n’es pas dans la rue pour te faire draguer, je le conçois. Alors où vas tu pour te faire draguer ? Pour le peu que je te connais au travers de ce blog, je peux m’avancer à dire que tu ne vas nulle part dans le but premier de te faire draguer, si tu vbas au café c’est pour prendre un verre avec des amis, si tu vas au ciné, c’est pour regarder un film, etc…
    Alors comment on fait ?
    Par contre je sais toujours pas d’où tu sors la statistique que 99% des mecs auraient dragué une autre fille si t’etais pas passée par là… Je trouve ça pénible le cataloguage (désolé), ça fait partie des rares choses qui m’énervent… et qui rendent la vie difficile aux « gentils connards » (dans le sens de l’article à ce sujet, désolé pour ceux qui ont pas lu lol).

  29. praxilene dit :

    C’est l’intérêt d’Internet: on peut nouer une relation épistolaire, sans craindre d’importuner la belle, ni dépendre du bon vouloir de la poste; on peut même voir alors quel intérêt on nous porte, selon que la réponse est rapide ou non…

    Evidemment, avec la webcam, on évite la saisie au clavier; mais c’est tellement romantique de lui écrire, et de la lire!

    Signé: Praxilène, accro de l’amour électonique, qui a su conquérir sa belle, après plusieurs semaines de dialogues sulfureux sur meetic.

  30. Sur meetic c’est exactement la même chose : on ne connait la fille ni d’Eve ni d’Adam et on « l’aborde », que ce soit par un mail, une invite de chat ou un flash… Et toutes les personnes sur meetic ne sont pourtant pas là pour se faire draguer (enfin à en croire leur fiche)
    Alors on me dira « oui mais sur meetic il y a la fiche qui permet de connaîteyr un peu la personne »… mouais, quand elle est remplie et que l’annonce est autre chose que « venez me parler pour en savoir plus »… mais bon le débat dévie là 😉

  31. nico do breizh dit :

    oui Gé lançons un autre débat!!!

    sinon je vais acheter un sandwich plusieurs fois par semaine au même endroit le midi. Et la jeune femme qui me sert souvent me plait bien.
    J’ai envie de l’inviter à biore un verre pour la remercier de m’adresser un sourir presque à chaque fois même quand il y a du monde. Et ça me permettrait de la connaître d’avantage et alors elle ne sera pluq que la vendeuse de la croissanterie.
    Mais ce pose 2 problèmes, oserai-je le faire? et quand bien même je franchis le pas, acceptera-t-elle?

    (C’était un communiqué du porte-parole du collectif en-tout-bien-tout-honneur)

  32. non Nico, surtout pas… elle n’est pas là pour se faire draguer, mais pour vendre des sandwiches !!! Et dans son cas, les petits sourires qu’elle t’envoie, c’est juste commercial !!!
    Pinaiz que je hais ce raisonnement tout compte fait… Allez zou mon gars fonce, vaut mieux un vent que des regrets !

  33. nico do breizh dit :

    Allez c’est parti! soyons fous!!
    Je lui demande à midi, comme ça je lui dirai autre chose que :  » une formule à emporter avec un compagnard, une tarte grand-mère et un fanta citron »

  34. essai voir comme ca:

    une formule à emporter avec un compagnard, une tarte grand-mère, un fanta citron et votre numéro de telephone. »

    oh moins t’es fixé rapidement… cela dit ca sent la boite en sapin quand meme cette histoire

  35. « elle n’est pas là pour se faire draguer, mais pour vendre des sandwiches !!! Et dans son cas, les petits sourires qu’elle t’envoie, c’est juste commercial !!! »

    Elle a un sacré sens commercial et ça marche en plus…la preuve t’y retourne plusieurs fois par semaine…son patron doit etre content……. 😉

    Allez vas-y fonce…qui ne tente rien n’a rien……Et puis elle a pas l’air méchante vu comme tu la présente…tu n’as rien a perdre!!!!

  36. Bob dit :

    Fort logiquement, si tu t’habilles sexy pour plaire à ton homme, tu risques logiquement de plaire à d’autres.
    Les mecs sont lourdingues mais tu crois qu’on les voit pas les filles qui nous mattent du sol au plafond?? 🙂

  37. Eric Baron dit :

    Il n’y a pas de bon moment ou de bon endroit pour faire des rencontres. Heureusement que certains hommes prennent des initiatives qui :

    1. Risquent d’aller à l’encontre des conventions sociales
    2. Ne requièrent l’approbation de personne
    3. Ne sont pas dépendantes de conditions irréalistes

    Sinon, les femmes attendraient, et attendraient, et…
    La rue est libre et les dragueurs de rue continueront d’aborder des filles réceptives et non aigries comme l’auteur de cet article.

    • Tu connais le harcèlement de rue, tu en as légèrement entendu parler? Ce n’est pas d’être aigrie que de demander de pouvoir se balader dans la rue sans être dérangée par des mecs qui croient qu’on leur doit quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *