Mais laissez-moi profiter de ma période autiste !

Chaque année, en novembre-décembre, je connais une petite baisse de régime. Rien de grave, juste qu’à l’arrivée de l’hiver, je n’ai que deux amours : ma bouillote et ma couverture en mohair magique, celle que je dois parfois disputer avec Kenya.


Alors sortir, bof. Sauf avec mes amis proches, j’entends mais les grosses noubas, non, j’ai pas très envie.  Je suppose que biologiquement, mon corps a du mal à concevoir pourquoi je n’hiberne pas. Mais cher corps, j’hibernerais avec plaisir, vois-tu (comme ça, je me réveille direct en 2010 et j’ai dit que cette année-là, je l’aimerais d’amour) mais je n’ai que 5 semaines de congés payés par an, ça ne va pas suffire (et j’aime mieux les vacances en été, en plus). Hé oui, en tant qu’animal social, je dois aussi vivre en hiver. Même si actuellement, mes nuits sont passées de 5 à 9h en moyenne, ce qui m’agace légèrement, j’ai l’impression de ne plus avoir de vie en dehors du boulot.



Je suis donc en période autiste, j’ai envie de juste rentrer chez moi ou aller au sport où personne ne parle car ça essouffle. Quoi qu’en ce moment, aller au sport, faut que je me force un peu. Une fois sur place, c’est le pied, je suis ravie de transpirer mais c’est vraiment le fait d’y aller qui me coûte, j’ai toujours plus envie de rentrer chez moi me pieuter. Bref, dès qu’il fait nuit, j’ai envie d’être à la maison peinarde avec mon chat, ma bouillote et ma couverture, donc.


Déprime ? Non, c’est précisément le contraire. Cette période me sert à me poser avant de repartir pour une nouvelle année, mettre des choses en place. Me bichonner aussi parce que ça fait toujours plaisir. Vous savez la scène où Rocky dans je ne sais lequel de ses opus se prépare durement pour être le meilleur, monte les marches en courant, tape dans la bidoche… Ben voilà à quoi me sert ma période autiste ! Devenir plus affutée physiquement et mentalement parce qu’en 2010, j’ai certes dit que je déchirerais tout mais encore faut-il avoir les bonnes armes. Mathématique. Et puis en quel temps puis-je me faire mes masques de beauté si je suis toujours à courir dans tous les sens ?


Sauf que voilà, le monde n’a pas l’air bien au courant de mes envies de me retrouver en tête à tête avec moi-même. Rapidement : mardi soir, j’ai le choix entre deux soirées, mercredi, on se fait un ptit pot vingtenaire, jeudi, j’ai une soirée. Bon, on notera que je suis peinarde lundi et vendredi, pour le moment. La semaine suivante, j’ai déjà une soirée le mardi, deux soirées le mercredi. Heureusement que le samedi 19, je décolle pour une semaine pour ma province chérie pour les traditionnelles vacances de Noël. A moi repos, cheminée, grog maison (ma maman fait le meilleur du monde et c’est tout), famille… L’an dernier, les vacances de Noël étaient pour le moins sinistre, cette année, elles seront bien plus joyeuses d’autant qu’on a eu récemment une bonne nouvelle dans la famille, ça fait toujours plaisir, héhé !


Alors je pourrais mettre mon autisme à mon retour de vacances mais il ne me restera que trois jours avant le réveillon et l’année 2010 qui va dépoter, ai-je dit et ce plusieurs fois. Surtout que j’ai un truc précis en tête à finaliser mais j’ai un souci de nom (comme je suis obscure parfois). Et avec toutes ces soirées à venir, il va falloir espérer très fort que l’inspiration vienne soit de la fatigue, soit des vapeurs d’alcool (bien que peu de soirées s’annoncent réellement alcoolisées mais en ce moment, un mojito et je me roule par terre de rire en bafouillant). Quoi que je vais soumettre mon idée au pot vingtenaire. Les copains, n’oubliez pas votre cerveau !

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 réflexions sur “Mais laissez-moi profiter de ma période autiste !

  1. pourquoi dois t-on culpabiliser toujours a l’idée de ne rien faire…et pourquoi se forcer a faire du sport et pleins d’autres choses en fait…je me pose la question en ce moment bon et en meme temps je n’ai a m’occuper que de ma chatte donc ça me donne le luxe de me poser ce genre de questions…tres originalle la couette ! ta chatte a l’air tres jeune et tres mignonne…je leui fais donc une petite gratouille de sympathie si tu le permets…est ce qu’ils culpabilisent eux les chats…non alors : Hibernation, Hibernation, Hiber-Nation, chgt a republique !

  2. ma pauvre nina, plus que quelques semaines à tenir…Mais bon, la nuit qui tombe à 5h, c’est pas fait pour donner autre chose que l’idée que tu ne fais que boulot/dodo, ou presque! c’est détestable l’hiver pour ça! heureusement, qu’il y a Noël pour rattraper cette saison…

  3. Je suis également pour l’hibernation !!! Ca m’éviterait la déprime « d’entrée dans l’hiver ». Contrairement à toi, mes nuits passent de 9h à moins de 5h parfois (youpi !! Les insomnies !). Je suis dans ma période autiste mais parce que peu de monde ose m’adresser la parole tant je suis aimable 🙂

  4. Mwoaurf! ( ceci est un grognement) tout pareil en ce qui concerne le mode marmotte. Et comme je n’ai pas un programme aussi chargé que le tien, je me force à sortir pour ne pas déprimer! (c’est un comble, n’est ce pas?)

    Cela dit, J’aimerai bien gouter le Grog maternelle! 🙂

  5. je me rends bien compte que Charles avait raison, c’est mieux au soleil cette histoire. devoir me retrouver tellement au Nord me remplit d’angoisse et de tristesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *