Aller Plus Haut

Par Lucas

Il y a quelques années, un de mes honorables enseignants a conclu son cours de 3 semaines en nous donnant un conseil…
Il nous a dit que tout ce qu’il pouvait nous apprendre n’était rien comparé à… un peu de bon sens et d’humanité.
Bien sûr, comme elle avait payé un p’tit peu 21K€ pour des cours de finances de market et de compta, l’assistance a fait un p’tit peu des sourires mi-figue mi-raisin…

Je crois qu’en fait il voulait dire qu’en entreprise on est trop centré sur nos tâches, trop prompt à appliquer nos techniques et nos connaissances et qu’on ne prend pas assez de recul.

Donc, merci Hercule mais, sur le coup, une telle logique ça parait ridicule tant on est obnubilé par l’envie de s’investir dans ce qui est notre premier taff, d’y passer 15 heures par jour pour montrer qu’on a des aptitudes, qu’on est super fort, et qu’on mérite une augmentation maousse costo. Tout ça avant de réduire le rythme au bout de 3 ans car on a « fait ses preuves ».

Seulement voila…

Le prof a vu nos mines perplexes… Il a alors dégainé d’un geste souple et  élégant son feutre Velleda TM et il a scripturé au tableau le nom d’un bouquin. En se retournant vers nous, il avait un sourire 10000 watts et une phrase terrible :

« Tout ce que vous avez appris depuis que vous savez lire n’est rien comparé aux préceptes de ce livre. Ca, c’est le bouquin du pouvoir ! »

Alors là, bien sûr, vous vous dites: « Purée, Lucas, tu nous saouuuules! C’est quoi le titre : accouche bordeeeeel ! »
Non, pas encore.
Avant cela, penchons nous sur une autre publication.
Parmi nos lectrices et lecteurs émérites, il en est quelques uns qui sont des tronches en histoire. Si,si.
Ceux là même qui pourraient nous dire quel était le livre de chevet de Hitler.
Alors ?

Pour les non érudits et les lectrices de Minnie Parade qui nous survolent  lisent, je donne la réponse : la bouquin de chevet de Hitler a été écrit en l’an de grâce 1895 par un…français. Un psychologue  appelé Gustave Lebon ; un raciste convaincu mais cela importe peu ici car dans ce bouquin il ne s’agit pas de classification Bon Aryen /
Sous Humanité, non, non.

Le titre du bouquin de notre bon Gustave c’est Psychologie des Foules.
Lu, relu, annoté, idolâtré par Adolf jusqu’à sa mort. Disponible en pdf gratuit sur
ce lien 

Et j’en reviens au bouquin dont parlait mon prof, bouquin que nombre d’entre vous connaissent au moins de nom : Petit Traité de Manipulation à l’Usage des Honnêtes Gens par Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (tout le monde n’a pas la chance de s’appeler Léo Bim)

300 pages que je dois fichedelecturer depuis 2 ans car tout peut se résumer en 6 pages, mais je suis velléitaire… La honte. Petit Traité de Manipulation à l’Usage des Honnêtes Gens, donc
Et tout est dit.

J’ai repensé à ce bouquin quand j’ai adhéré samedi dernier à un groupe sur FaceBook, un groupe crée par une nana qui se dit étudiante en psycho et qui fait une thèse sur la création des sectes et leur propagation.
Elle a crée un groupe et elle appelle tout le monde à adhérer pour démontrer à Facebook que le site doit être plus rigoureux car les sectes peuvent y faire de la pub voire du prosélytisme.

Entre autres. 

Mais ce qui m’a choqué ce n’est pas ça…
En fait, ce qui était super bien trouvé, c’est le titre du groupe.  Super intelligent et bien pensé :
L’Expérience Interdite par Facebook. 

Titre qui m’a poussé à m’intéresser au contenu de ladite experience et c’est ce en quoi la nana nous a manipulés, même si c’est à son corps défendant. Pour autant,
je ne serais pas étonné qu’elle nous dise tous à la fin:

« Chers Adherents, je vous ai bien niqués, en fait ma thèse c’est sur l’art de faire prendre des vessies pour des lanternes et je vous ai bien euuuuuuus, na
nanèèère.

Bon d’accord Hélène, j’arrête les médisances, mais reconnais que ton titre est pour le moins accrocheur.
Expérience qui a un p’tit coté aléatoire mais scientifique.
Interdite alors que ladite expérience s’impose sur un espace comme Internet où la liberté est la règle.
Allons plus loin…

Quand on voit la place de Facebook dans nos vies on se dit que celui qui a les clefs du site peut toucher un maximum de gens. L’élection du président de FB nous
l’avait démontré (mais Arash était déjà un bouffon au sens littéral du mot il y a 8 ans alors qu’on étudiait le droit ensemble).

Si Hélène avait appelé son expérience « Expérience Amusante » aurait-elle eu autant de succès ?
J’en doute.

Elle a bien marketé son produit et c’est e-xac-te-ment ce qu’on nous apprend en école de commerce :  à être glamour et policé, vendeur et attentif. Surtout,
elle a su faire preuve d’intelligence et d’astuce, comprendre les mécanismes pour toucher les gens.
Je n’ai pas envie de dire qu’elle a fait preuve « de roublardise et de duplicité » car après tout on avait tout notre libre arbitre pour choisir ou non d’adhérer. Ce genre de jugement me semble venir de gens qui sont vexés de s’être fait embrigadés et qui se découvrent impuissants à posteriori… Pour autant saluons le travail d’Hélène qui a cherché les termes pour attirer le chaland et y a très bien réussi. Quelque part on s’est fait un peu manipulé, même à notre corps défendant. Vous voulez une preuve ? Bah c’est simple. Vous avez pensé à « Prendre de la distance », « Ambition » ou à « Tina Arena » en lisant le titre de cet article ?

Bon…

Et à ce sujet, j’aimerais bien avoir ton avis, ta pensée, tes traits d’esprits, toi lectrice toi lecteur (« Vingtenaires » inecloudide)…

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 réflexions au sujet de « Aller Plus Haut »

  1. Diane dit :

    J’avais entendu parler de ce bouquin, et l’avais souvent vu trainer sur les rayons lors de mes 75487 incursions mensuelles à la fnac, mais j’avoue que j’ai toujours eu quelques réticences à son sujet. Suis partagée.

    1/Déja, « traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens », y’a comme une couille dans le potage au niveau du titre. Je voudrais pas jouer la carte présent pourri civilisation de merde valeur perdu âge d’or blablabla, mais si on place comme qualité de l’honnête gens la manipulation, où va le monde, jvous le demande… A moins que ce ne soit une discrète allusion morale des auteurs qui implicitement glissent à notre inconscient que il faut rester honnête, hein, même si on vous apprend à manipuler, OU encore une pointe d’ironie signifiant explicitement, et par antiphrase, qu’un bon nombre de pourris allaient par essence s’emparer de leurs techniques manipulatoires et céder ainsi aux bas instincts pitécanthropiques du mââââle dominant.

    2/Ensuite, je suis également partagée en cela que je me demande à moi même dans mon intrinsèque ipseité: ai-je vraiment envie de savoir ça? Ayant une certaine exigence morale envers moi-même (j’ai envie de jeter par la fenêtre les moutards qui chialent dans le bus pdt tt le trajet, MAIS je ne le fais pas!)
    je me demande si ce bouquin nous apprend à manipuler, ai-je vraiment envie de savoir manipuler les gens? (si je ne le sais pas déja inconsciemment d’ailleurs hein, bien sûr, à un moindre degré) Bref, que pourra m’apporter ce livre de bon?

    3/c’est là qu’intervient mon côté Rabelaisien qui consiste tout simplement dans la curiosité intellectuelle, et qui veut que d’une façon générale on ne doit « jamais manquer une occasion de s’instruire » (dixit Joseph dans la gloire de mon père) ou alors « quel peut être le mal d’apprendre quelque chose, d’un pot, d’un sot, d’une maroufle, d’une pantoufle? » (dixit Pantagruel, Tiers Livre>me fait marrer celle là)
    Savoir comment je suis moi même manipulée, peut peut-être aider à moins me faire entuber au quotidien justement, et après tout j’ai mon libre arbitre, libre à moi de ne pas céder à mes hypothétiques pulsions manipulatoires, comme me le dictera ma bonne conscience. Après tout ,je l’ai pas balourdé par la fenêtre, ce môme, non?

    4/Même si au bout du compte il y a toujours cette injuste et désagréable constatation qui fait dire au proverbe « heureux les simples d’esprit » et qui fait que plus on apprend des trucs, plus on a la sensation de saisir le monde dans toute sa pourriture, et plus on se rend compte de notre propre insignifiance, vils cloportes manipulés que nous sommes.

    5/MAIS heureusement le monde à cela pour lui, et c’est ce qui le sauve d’un grand nombre de suicides de désespoir en masse qu’il est quand même vachement INTERESSANT, et je commence sérieusement à vous faciliter le transit intestinal avec mes commentaires à rallonge, mais on me demande de répondre, je réponds moi,hein… d’autant plus que (voir réponse 3) maintenant, va vraiment falloir que je me le procure et que j’aille voir ça de plus près…(Diantre, aurais-je été manipulée par le titillement de ma curiosité existentielle? pitin, balèze, Lucas…)

  2. yves dit :

    fessebouc c’est quand même une activité sexuelle particulière

    nan plus sérieusement ça sert à quoi en fait : faire des recontres virtuelles ? Second Life est en train de décliner.

    retrouver des potes perdus de vue ? déjà fait
    etc etc

    Quant au titre ‘L’expérience interdite…’, déjà ce n’est pas très original mais en plus cela fait assez prétentieux

  3. lucile dit :

    Toujours dans le registre de la manipulation et de la psychologie sociale, je vous invite à aller jeter un oeil aux travaux de Milgram sur la soumission à l’autorité .(article « expérience de Milgram » sur Wikipédia, par exemple)
    Ca fait froid dans le dos.
    On est bien peu de choses …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *