Ce livre que tout le monde a adoré… Sauf moi

Je suis dans ma période lecture de romans, ma pile de bouquins à lire diminue limite plus vite que mon compte en banque. En décembre, je débutais donc la lecture du si vanté « le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson. dont on ne m’avait dit que du bien. « Tu vas voir, il est hilarant ». 500 pages plus tard, j’ai toujours pas vu.

le-vieux-qui-ne-voulait-pas-feter-son-anniversaire

Ça s’annonçait pourtant pas si mal : un centenaire fuit sa maison de retraite car il ne veut pas y fêter ses 100 ans et part à l’aventure. Au bout de quelques pages, pris d’une impulsion subite, il vole à un gredin parti aux toilettes une grosse valise qui se révèle être bourrée de billets suédois, y en a pour 50 millions de couronnes suédoises, rendez-vous compte ! Moi, j’ai un peu de mal vu que je connais pas la valeur des couronnes suédoises, j’ai pas mis les pieds là-bas depuis 2002 (mais je ferais bien un tour à Stockholm). Le vieux monte dans un bus et prend une destination au hasard. Il se retrouve dans un endroit paumé de chez paumé face à une gare désaffectée où habite un mec qui va prendre le petit vieux sous son aile. On en est pas à la page 100 et l’intrigue repose déjà sur des piliers branlants. Passe le premier illogisme, après tout, un vieux qui vole une valise comme ça, sur une impulsion, mmmm, éventuellement, ça passe. Mais qu’il tombe sur la seule âme qui vive dans un patelin paumé et que cette personne le trouve sympa et lui offre gîte et couvert déjà… Et je ne parle même pas des 50 millions dans la valise, hein.

valise-billets

Et on est partis de 500 pages d’incroyables hasards, de raccourcis tellement faciles que je ne comprends même pas qu’on puisse crier au génie. Ce roman raconte en fait 2 histoires : celle d’Allan (le vieux) en 2005 et celle de sa vie. L’histoire de sa vie était assez marrante au départ mais ça se gâte des qu’Allan, se laissant guider par les aléas de la vie, se retrouve aux quatre coins du monde à jouer des rôles majeurs dans l’histoire mondiale sans se préoccuper de politique.

chauprade_geopolitique

Mmmm, un homme qui ne se préoccupe pas de la politique mais joue un rôle majeur dans celle-ci malgré lui sans réellement comprendre ce qu’il fait, ça me rappelle vaguement quelqu’un… Oui voilà, je ne lis rien d’autre que Forrest Gump version suédoise. Super…

forrest-gump

Je passerai les grosses ficelles. Du genre le gros mafieux qui veut tous les tuer suite au vol des 50 millions qui est en fait un pote d’un des membres de la bande. Du genre la capacité d’Allan et de sa bande à se trouver des alliés en trente secondes chrono. Du genre la capacité d’Allan de sauver la vie des grands de ce monde un peu par hasard. L’auteur s’amuse, à grands renforts de clins d’œil du style : « Allan se dit que la vie en France était douce et il accepta de partir. Nous étions en 1968 ». Il aurait écrit « clin d’œil et coup de coude » que ça n’aurait pas été plus flagrant.

george-clooney-ne-ma-trise-pas-l-art-du-clin-d-oeil

Je ne vous détaillerai pas la fin mais c’est même plus une happy end à ce niveau là… Bref, rien ne sauve ce roman mal ficelé, aux rebondissements plus gros que mon ventre après le repas de Noël. Les premières pages me faisaient espérer une histoire à la Émir Kusturica, je me retrouve avec un sous Forrest Gump avec une très légère touche de Very bad things pour les morts accidentelles, un soupçon de Priscilla folle du désert pour le Road trip en bus. Road trip qui ne durera qu’une trentaine de pages, le temps d’à moitié tuer le mafieux qui leur voulait du mal. Mais après plus vu qu’il connaissait un mec de la bande vaguement croisé en prison « ahah, comment vas-tu vieille branche ? ». Ben ouais, moi, on me tire 50 millions, je les oublie aussi sec en recroisant un pote de chambrée, normal quoi…

nos-retrouvailles

Bref, je veux bien fermer les yeux sur une ou deux facilités d’écriture mais quand le roman n’avance que grâce aux incroyables hasards de la vie et que ceux-ci sont nombreux et relativement mastoc… Je finis par lire le roman des fois que la fin sauve le tout. Mais non.

tv-happy-endings

Du coup, si parmi mes lecteurs, au moins une personne n’a pas aimé, qu’il parle ! Parce que je me sens un peu seule là…

Du coup, je lance officiellement la rubrique « dans ma bibliothèque » pour donner mon avis sur mes lectures. Après près de 8 ans de blog (!!), il était temps.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions au sujet de « Ce livre que tout le monde a adoré… Sauf moi »

  1. Bénédicte dit :

    Oh ! Comme je suis contente (et rassurée) d’avoir lu ton article ! Je viens donc t’apporter mon soutien.
    J’ai acheté ce livre sur les conseils de ma soeur, de ma mère et de son mec.
    Et tout comme toi, je n’ai absolument pas été emballée. Mais tu as eu plus de mérite que moi : j’ai abandonné à la page 122. Mes arguments seront donc faibles et de l’ordre du fameux ‘feeling’…ou plutôt de l’absence de ce feeling… Je n’ai été touchée par aucun des personnages. Je ne crois pas avoir ri. L’histoire de base est plutôt ‘originale’ mais je me suis vite ennuyée.
    J’ai pourtant la manie de finir les livres – même s’ils ne me plaisent pas (la preuve : j’ai bien achevé ‘Moins que zéro’ de Breat Easton Ellis)- mais là, j’avoue que je l’ai reposé sans avoir mauvaise conscience.
    Merci donc à toi qui a pu me permettre – même anonymement – de m’exprimer sur le sujet !

    Evidemment, ces commentaires/impressions n’engagent que moi…

    • Nina dit :

      Oh mon Dieu, toi non plus t’aimes pas Bret Easton Ellis ?? Mais dans mes bras !! Je tente aussi de lire les livres jusqu’à la fin, une fin super bien ficelée peut sauver un livre, vraiment. Mais là, je crois que cette fin était un peu le boulet au pied du mec qu’on vient de jeter à la flotte : on touche le fond. Heureusement que j’avais 6h de train, ça m’a occupée au moins…

      Et oui, effectivement, les personnages ne sont pas attachants. Ni en bien ni en mal, ils sont plats et la facétie d’Allan devient finalement plus agaçante que touchante. Le seul moment qui m’a un peu touchée, c’est quand son chat est mort.

  2. Alice dit :

    Oh oui super une rubrique bibliothèque ! J’adore la lecture, tu vas me donner des idées et on pourra débattre !

    Celui-là en revanche je ne l’ai pas encore lu et là tu ne m’as pas trop donné envie…;)

    • Ben, mon avis reste très subjectif, j’ai vraiment rencontré que des gens qui l’avaient adoré sauf Bénédicte. Mais c’est clair que si tu as autre chose à lire, hein, lis autre chose 😉

  3. Bénédicte dit :

    Si je puis me permettre, je vous conseille ‘La Vérité sur l’affaire Harry Quebert’ de Joël Dicker.
    J’ai dévoré les 600 pages en trois/quatre jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *