J’ai testé pour vous Némo 33

Si t’as compris le titre, c’est que tu es plongeur. Si tel n’est pas le cas, reste quand même, je vais te raconter de belles histoires.

Cette année, j’ai changé de club de plongée histoire de me simplifier la vie. Passer d’une heure de trajet à 35 mn, je te jure que c’est que du bonheur. J’ai entraîné dans ma désertion Anais (à cheval sur les 2 clubs). Sur le site Internet de nos nouveaux amis de plongée, une sortie qui nous donnait des rougissements d’envie : un week-end plongée à Bruxelles. Plonger à Bruxelles, mais y a pas la mer ! Merci de l’avoir noté petit lecteur attentif ! Oui nous avons plongé en fosse, à Némo 33. Profondeur : 35m, température de l’eau : 33°. Me gustaaaaa !

Oui, argument n°1, disons le sans ambage, ce sont bien ces 33 degrés. Avec Anais, on n’aime pas bien le froid et si je suis capable de me jeter dans un eau à 13°, curieusement, je préfère le barbotage en température tropicale.

Départ samedi 8h:30. Arrivée vers midi à Bruxelles. Non, je vous parlerai pas de la capitale vu que j’en ai vu : la zone industrielle, Nemo donc, l’hôtel et le pub d’à côté. Mais j’ai saoulé tout le monde avec l’atomium parce que c’est à peu près tout ce que je connais de Bruxelles avec le Manneken pis. Dans la voiture, nous étions avec le Président du club qui nous explique qu’à Nemo, la difficulté, ce sont les très nombreuses bulles. Mais vas-y, on est des prépas N3, tu nous prends pour des bleues ou quoi ?

Arrivés à Nemo, on rentre dans le restaurant avec vue directe sur la fosse et là, c’est tempête de bulles.

Ah oui, d’accord… Comme disait une camarade « c’est comme plonger dans du Perrier. J’explique : tout plongeur sous l’eau fait des bulles, c’est l’air que l’on recrache. C’est pour ça que les grottes sous marines sont à visiter avec parcimonie car les bulles se collent au plafond, créent des poches d’air et la faune sous-marine qui squattait là décède. C’est triste.

Le truc, c’est que seuls les titulaires d’un niveau 2 peuvent descendre au fond, les autres sont limités à 20m. Donc au fond, c’est cool mais des que t’arrive dans la zone des 20m, déluge de bulles et de plongeurs. Le bordel quoi.

Première plongée, on descend crânement au fond et… Et Ben on voit pas grand chose et comme il est interdit d’amener des loupiotes, on restera dans la pénombre. Principal exercice : la remontée assistée. En gris notre encadrant simule un malaise, faut le remonter. C’est à dire le grimper jusqu’à 5m en évitant de se faire soulever par les bulles et en évitant les plongeurs qui montent, descendent, stagnent. Un joyeux bordel.

Anais part faire sa remontée, je dois suivre le duo (personne ne reste seul au fond, des fois que je fasse un malaise). Sauf qu’ils se font happer par les bulles, je ne vois plus que les palmes de la demoiselle puis plus rien. J’ai perdu ma palanquée. Bon, je les ai vite retrouvés mais j’ai pas hyper bien vécu ces quelques secondes. Et rassurez-vous, je me suis aussi faite piéger par les bulles, passant de 20 à 12m sans avoir compris ce qu’il s’était passé.

Il y a aussi du ludique à Nemo, il y a des tunnels et des grottes à 10m avec de l’air pour papoter. Il y a parfois une épave de voiture mais pour nous, elle était rangée. Mais on avait suffisamment à faire pour s’occuper.

Bref, plongeurs, ne ratez pas l’occasion d’aller jouer à Nemo, c’est un très bon exercice. Et pour les autres, profitez du resto thaï, c’est une tuerie ! Même moi qui ne digéré ni lait de coco ni épices, j’ai mangé les 2 sans aucun souci.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 réflexions au sujet de « J’ai testé pour vous Némo 33 »

  1. nathalie dit :

    :-)))
    Ne regrette rien, l’atomium c’est très très très loin du centre et il faut prendre les transports pour s’y rendre. Ce soir je t’enverrai une photo tiens, pour te faire enrager 😉
    En attendant des prochaines bulles de Perrier….

  2. Christophe dit :

    Rhaaaaa!

    En voyant le titre j’ai levé mon poing rageur en criant « Nooooooooon! »… Oui, je suis jaloux et j’assume! J’ai un peu harcelé mon président pour une sortie à Nemo 33, sans le convaincre.

    Il m’avait en effet expliqué que les premières fois qu’ils y étaient allés (2005-2006) le nombre de plongeurs était restreint (30-40 dans le bassin) mais que la fréquentation a augmenté au fil des années… pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Et la dernière fois qu’ils y sont allés, un niveau 1 a un peu paniqué dans la tempête de bulles, ce qui n’est pas glop glop quand tu es chargé d’encadrer une palanquée.

    Bref, on plongera probablement à 20 m à Conflans cet hiver avec le club (la plus proche pour nous en venant des environs de Rouen).

    PS: l’honneur est quand même sauf, j’ai déjà vu l’Atomium 😉

    • Nina dit :

      Je pense pas qu’on ait dépassé la quarantaine dans le bassin durant ce WE. C’est vrai que les bulles changent complètement la donne mais du coup, c’est hyper formateur, tu apprends à gérer avec une visibilité réduite, ça t’apprend aussi à te méfier des courants ascendants et à éviter les plongeurs qui traînent en faisant une remontée assistée. J’ai bien envie d’y retourner meme si je pourrai pas y etre pour le prochain week-end, je serai au Mexique si tout va bien 🙂

      Sinon, l’atomium, j’ai eu une photo de consolation 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *