Les assistés t’emmerdent

L’un des avantages de ma convalescence chez mes parents (oui, le drame familial est terminé, j’ai plus envie d’en parler), c’est que j’ai accès à des news mag que je n’aurais pas l’idée/l’envie d’acheter à savoir : Le Figaro magazine. Au début, je trouvais ça pas mal sympa vu que ça ne parlait pas trop politique mais plus trucs de riches que je ne connais pas. D’ailleurs, j’hésite à me mettre au golf. Non que je pense avoir un quelconque talent mais les golfs sont magnifiques, un petit tour du monde des parcours de golf, ça peut être sympa. Sauf que j’ai déjà la plongée et que j’ai très envie de me mettre à la rando, je peux pas tout faire.


Donc globalement, ça allait jusqu’à ce numéro de juin que j’ai repêché par accident de la pile des magazines à jeter, un numéro consacré à la France des assistés. Numéro qui suit les déclarations de Wauquiez sur le RSA. Alors j’ai lu et j’ai remercié le ciel ou Dieu seul sait qui de ne plus être au chômage au moment de la lecture tellement cet article m’a rendue furieuse. Je vous résume le topo même si je suppose que votre sagacité vous a permis de comprendre de quoi il retournait : le RSA et autres allocations encouragent les chômeurs, les « assistés », à ne pas bouger leur cul de leur canapé, une dizaine d’exemple à l’appui. Oui, le chômeur est une race d’une paresse crasse. Pourquoi bouger son cul quand tu reçois 467 € par mois sans rien faire ? Alors je ne peux pas parler au nom de tous les assistés mais prenons quelques points.


– 467 € par mois. Ca ne paie même pas mon loyer. Même si on y ajoute les ALS, je pense qu’une fois mon loyer payé, il ne me resterait rien. Alors c’est vrai que ne pas bouger de son canapé ne coûte pas très cher mais…

– Le chômeur, comme n’importe quel humain, est un être social qui finit par haïr profondément ce fameux canapé qu’il n’est censé ne plus vouloir quitter. Or avec 467 € par mois, à part marcher dans la rue, il lui reste bien peu de loisirs. Si profiter de la vie, c’est mater la télé à longueur de journée, effectivement, je comprends que toute la France envie les assistés.

– Pour beaucoup, être chômeur est dur à vivre. C’est pénible de répondre qu’on est en recherche d’emploi quand on nous demande notre métier, de sentir justement toute la suspicion dans le regard de l’autre, ce soupçon hélas légitime : tu cherches vraiment du boulot ou tu te complais dans cet assistanat maudit ? 

– Et les chômeurs, comme la plupart d’entre nous, sont avides de trouver une place dans la société, d’avoir la sensation de servir à quelque chose, d’avoir une bonne raison de se lever le matin pour enfiler une tenue pour aller bosser. Le peignoir, ça saoule vite.

artex-peignoir-prestige-350g-1232450985.jpg

Ceci étant, les allocataires sont des assistés et comme punition, M. Wauquiez a trouvé une idée, une parade : forcer ces parasites de la société à faire quelques travaux d’intérêts généraux. Oui, dans le monde magique de l’UMP, le travail est une punition. Heu… Je suis pas sûre d’avoir tout suivi, là ! Vois-tu mon petit Laurent, j’ai été au chômage et j’étais motivée pour bien faire. Quand je suis allée à feu ANPE, aujourd’hui Pôle Emploi, j’espérais de tout mon cœur trouver quelque chose m’aidant à aller de l’avant. Je ne te parle pas des ateliers CV ou lettres de motivation ou encore recherche d’emploi, ça, ça ne m’aurait servi à rien mais des formations pour m’aider à trouver un emploi, justement. Tu vois, une formation en anglais voire même, si ça avait été nécessaire, préparer une reconversion. Non. On dit juste que les gens ne font rien et que ce sont des feignants. Comme si c’était pas assez dur d’être en marge de la société car on n’a pas d’activité professionnelle, faut encore qu’on vienne nous montrer du doigt.


Oh oui, je sais, y a toujours un cas qui vient démontrer que Machin, tu vois, il touche le RMI ou le RSA et du coup, il bosse volontairement pas ou il bosse au noir, c’est dégueulasse. Oui, c’est vrai, ça l’est, dégueulasse. Mais perso, à choisir entre le mec qui détourne au max 1000 € (et encore, ça sous entend qu’il a des bouches à nourrir, je suis très généreuse, là) par mois et les grands patrons qui gagnent des millions sans quasi rien payer comme impôts grâce aux niches, boucliers et autres paradis fiscaux, je sais pas, y en a un que ça me démange plus de pourrir que l’autre. Tu vois, Laurent, au lieu de t’exciter sur le robinet qui fuit, colmate la brèche qui coupe le tuyau, tu feras vachement plus d’économies.


tuyau-perce.jpg

 

Oui, j’avoue, je suis un peu fatiguée par le sempiternel « salauds de pauvres »

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 réflexions sur “Les assistés t’emmerdent

  1. Le truc magique : Sophie Roquelle, la gratte-papier qui a torché une partie de ce numéro, est mariée à Jean-François Cirelli, vice-président et directeur général délégué de GDF SUEZ.

    Autant dire que l’assistanat, elle connaît bien.

  2. Et encore… 467 euros c’est si on est logé chez qq’un. Parce que si tu as droit à l’ALS (qu’on te sucre dès que tu retravailles un peu, j’en sais qq chose), il faut retirer 50 euros sur le RSA.

    Non, je ne me complait pas du tout à être « assistée » mais avoir le RSA pour ne pas vivre à la rue et manger (quand il en reste car une fois le loyer payé…) est bien utile. Et le système étant si bien fait, il arrive des mois où je ne travaille pas et ou j’ai pas droit non plus au RSA… donc aucun revenus…ainsi est fait le système. alors je remercie l’Etat pour son aumône les rares fois où j’y ai droit, mais je préfère encore aller bosser !!! Et je ne suis pas la seule

  3. Je suis restée au RSA pendant 8 mois et concrètement avec ce qu’il te donne, tu fais rien (et pourtant j’étais chez mes parents). J’arrive même pas à comprendre comment font les gens pour vivre avec ce peu d’argent. Alors oui, de la région d’où je viens, y’en a plein des gens qui ne veulent pas bosser mais franchement, leur vie j’en veux pas. Et si je suis restée au chômage si longtemps, c’est parce que mon domaine d’activité était bouché. Et ça m’aurait fait bien chier de devoir aller déblayer la neige l’hiver sous prétexte de « travaux d’intérêt général ». J’ai même un pote qui m’a dit que ça me ferait bouger mon cul. Un pote qui a ouvert sa boite grâce aux sous de papa. Bref… tout ça pour dire qu’il faudrait stigmatiser les vrais boulets de la société et parfois les grands pontes du monde économique sont eux aussi de grosses feignasses qu’on nourrit.

  4. …il faut dire aussi que Pole emploi (anciennement Avec Nous Pas d’Emploi) aide beaucoup. Moi j »ai bien aimer passer chez eux, j’y ai vu un maxi méga foutage de gueule.
    Bon il me semble que tu as oublié de dire que chercher du taf sa coute de l’argent quand même aussi donc faut choisir entre manger des pattes liddles sur ton canapé et aller aux forums emplois avec ta dizaine de cv que t’as imprimé à tes frais…

  5. Bon éventuellement les travaux d’intérêts généraux peuvent permettre aux chômeurs d’avoir l’impression de servir à quelque chose et du coup d’être un peu moins dépressifs

  6. La Meduse, j’avais fait un article il y a fort longtemps sur le prix du chômage justement (et j’avais même pas pensé aux cvs imprimés, indispensables pour passer un entretien, à minima) : impression de divers travaux déjà effectués, trajets (j’ai passé des entretiens en zone 5), parfois déjeuner avec le recruteur (oui, ça m’est arrivé et c’est pas toujours lui qui paie), tenues correctes… En fait, le chômage coûte cher.

    Et je suis 100% d’accord avec toi sur le sentiment d’être utile des travaux d’intérêts généraux mais vu comment c’est présenté, ça fait vraiment punition, limite « tu es un boulet pour la société, on te donne une tâche à la hauteur de ton incompétence ». Avec le RSA, ils devraient offrir un tube de lexomil !

  7. La Méduse : en même temps, on pourrait payer les chômeurs pour faire ces travaux d’intérêt général, je suis sûr qu’ils se sentiraient tout aussi utiles…

  8. Oui mais s’il y a de travail à faire, qu’on met en « intéret général » pourquoi ne pas créer des emplois en les mettant bout à bout et ainsi offrir des emplois utiles à la société à des chomeurs longue durée ? L’Etat est doué pour faire des leçon de morale, mais c’est les premiers à faire bosser les gens à moindre frais !!

  9. Je trouverai toujours interessant de savoir quels parcours ont fait les personnes qui se permettent d’émettre des avis sentencieux sur « les assistés ». J’ai l’intuition que les « self made men (ou women) » ne doivent pas former la majorité. Alors que profiter de réseaux familiaux ou politiques à un moment de sa carrière ne fait, bien sur, pas de toi un « assisté »…

  10. Déjà, j’aimerais qu’on arrête de présenter les travaux d’intérêts généraux comme une punition (travail à effectuer pour « gagner » son RSA ou pour payer sa datte envers la société), je trouve qu’on devrait tous en effectuer un quota par an (sans qu’il soit question de toucher des allocations ou non) pour mieux s’impliquer dans le fonctionnement de notre société. Oui, je sais, je suis totalement utopiste.

    Après, plutôt que de présenter ces travaux obligatoires pour les « assistés », il faudra présenter ça comme une main tendue (en essayant de trouver une mission en adéquation plus ou moins avec le profil de la personne mais bon, ok, j’avoue c’est titanesque comme plan), une occasion de sortir de chez soi pour gagner un salaire (effectivement, tout travail mérite salaire), peut-être de découvrir une nouvelle fonction qui, finalement, nous parlera.

    Mais non, on ne voit que la punition…

  11. Je débarque chez toi via @twitter « coupine » de genou pourri, et sur les conseils de Lilith!
    Le titre m’a tout de suite interpellé alors j’ai cliqué et je peux déposer mon 1er com’ ici!
    Bien écrit, bien dit!

    J’entends souvent les gens (parfois des gens très bien) dire oui, mais quand on veut du travail on trouve (bah pas toujours c’est pour ça aussi que ladite personne quitte pas son job pourri qui lui sort par les yeux, le travail il joue pas au lapin, il court pas les rues, et encore moins aujourd’hui qu’il y a 10 ans!)
    La france est un pays d’assistés c’est dit, redit, et je coeur depuis mon l’obtention de mon bac +5 y’a 10 ans (la loose) (d’ailleurs je dis plus que j’ai des diplômes)
    Et ces mêmes personnes qui disent : oui mais là ou là, y’en a qui touchent le rmi et se font plus que « moi » (pas moi moi hein) en dealant et compagnie)
    Alors je trouve la comparaison étrange (on touche plus en braquant une banque, mais c’est pas un job, c’est pas honnête, pas moral, illégal, on peut aller en taule (il faudrait peut être comparer ce qu’il y a à comparer)

    Sans compter que ceux qui bossent au noir le fond parfois, souvent, surtout, par manque de choix.
    C’est par exemple impossible et illégal d’avoir 2 jobs en france (mais parfois 1 ou un truc merdique ne suffit pas à nourrir sa famille et soi même …) Et quand on voit le nombre de personnes qui sont sdf même en ayant un cdi… Ca laisse songeur…

    Quand on leur parle de ça, ou d’un tel et tel autre : Oui mais là c’est différent… C’est peut être aussi différent pour ceux qu’ils ne connaissent pas non !?
    Alors oui c’est inventer un problème et stigmatiser une catégorie de personnes pour ne pas avoir à pointer le doigt sur les vrais problèmes (il faut croire que les français sont assez crédules pour croire au lièvre qu’on leur sort!)

    Tout ça pour dire que j’aime et ton article et la façon dont il est intelligemment tourné ! 🙂
    Et désolée de ce si long com’ 🙂 (parfois je fais court hein ! )

    (Signé petite parisienne l’assistée ;-)mais pas côté chômeur, côté handicapé qui se vautre dans alloc’;-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *