Combien je vaux ?

Lors d’entretiens d’embauche, on arrive toujours à la délicate question du salaire. Deux scénarii possibles : soit le recruteur a déjà un salaire alloué au poste soit il vous demande de but en blanc combien vous demandez. Et là, panique à bord : je demande combien ?


En France, on aime être pudique sur l’argent, tous ces euros, c’est indécent. Même si, quand on postule pour un premier emploi, on ne va pas réclamer 300 000 euros de prime annuelle, heiiiiiiin. Le problème est donc de connaître l’état du marché, le salaire moyen de l’emploi auquel vous postulez en le pondérant selon vos diplômes et votre expérience professionnelle. Plus compliqué qu’une grille de sudoku. La première fois qu’on m’a posé la question, je suis restée coite, habituée à ce qu’on me donne une idée de salaire. Heu ?
Timidement, j’ai demandé 1500 brut. Le recruteur a souri : « Non, mademoiselle, avec votre profil, faudrait plutôt taper à 1800 brut ». Heu bé d’accord alors…


Il est délicat de réclamer un salaire. Toutes les entreprises n’ont pas les mêmes moyens pour commencer. En général, on prend le principe des revendications syndicales, à savoir demander le bras pour obtenir la main. Cependant, demander le bras de Hulk quand on a le CV aussi fin que la silhouette de Kate Moss, est-ce bien raisonnable ? Je sais, ma phrase précédente est capillotractée mais vous avez compris (j’espère). Parce que faudrait voir à rester crédible face au recruteur. Si le salaire moyen de l’emploi auquel vous postulez est de 24 k€, n’en demandez pas 30 non plus. Un peu de réalisme ne tue pas.


Par contre, il ne faut pas tomber dans le travers inverse. On aurait tendance à penser qui si on demande un salaire moindre, on aura plus facilement le poste qu’un candidat qui demande plus. Faux, on ne vous embauche pas pour un salaire mais pour des compétences ! Par aillers, demander un salaire trop bas peut donner une mauvaise image de vous. Demander trop peut paraître prétentieux, demander trop peu peut souligner un manque de confiance, un « je ne mérite pas plus ». De plus, si votre demande de salaire trop bas est acceptée, difficile de demander plus après. Quoi qu’il en soit, le salaire sera objet de négociation donc demandez toujours un peu plus que ce que vous souhaitez obtenir, dans la mesure du raisonnable.


Oui, ok, mais comment savoir combien demander quand on est à la recherche de son premier emploi, comme ce fut mon cas lors de l’entretien où j’avais demandé trop peu ? Là, j’ai pêché par manque de renseignements sur la question et j’ai eu tort. Sur nombre d’annonces, il y a une échelle de salaire, ça permet déjà de se faire une première idée. N’hésitez pas à demander aussi sur des forums professionnels (ou fouiller dessus car la question a sans doute déjà été posée). La question n’est pas stupide, il y a des choses qui ne se
devinent pas d’autant que, si on sort d’une école, on a un peu le melon gonflé à bloc par les profs qui nous serinent qu’on est les plus beaux, les meilleurs… Mais à 30 par promo multiplié par le nombre d’écoles et universités qui proposent une formation similaire, non, vous n’êtes pas unique et désiré donc on reste raisonnable.



Mais alors, si on me  propose un poste en deça de mon salaire de base, je refuse ? Nous verrons ça la semaine prochaine. Hé oui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions sur “Combien je vaux ?

  1. Je fais mes études en alternance et par ce choix je suis confronté au marché de l’emploi à peu près une fois par an. Mais à la différence de la demande, je ne peux pas prétendre le SMIC. je suis comme un temps-partiel en gros je suis toujours le dindon de la farce.

  2. De plus le salaire d’entrée est souvent très important, puisque toute l’évolution en terme de salaire se base sur ce dernier.
    Tant que vous ne changez pas de boite, vous pouvez être plomber par un salaire d’entrée trop bas.

  3. Ça dépends toujours. Je suis au Québec. Le salaire moyen d’une adjointe administrative tournait autour de 32 000 dollars quand j’ai commencé dans la boîte que je suis. Je n’avais pas fait de petite enquête pour le savoir, donc je ne me souciais pas vraiment de ce qu’ils allaient m’offrir. Ils m’ont offert 30K que j’ai accepté. Moins d’un an plus tard, après avoir fait mon enquête, avoir acquéri plus de responsabilité, je suis allé les voir en disant que j’avais eu une offre d’emploi de 37K ailleurs. (Ce qui était vrai!) Et ils m’ont offert 35K. Comme j’aimais ça là, je suis restée. Comme quoi un ajustement de salaire n’est jamais impossible….

  4. Bah, il faut déjà jeter un œil sur la convention collective applicable à la société chez qui on postule et regarder le minimum conventionnel prévu pour le poste à pourvoir. Cela donne déjà un bon premier indice du salaire moyen de départ. C’est ce que j’ai fait dans mon cas en demandant un petit peu plus et c’est passé comme une lettre à la poste.

  5. @Butterfly: Dans les pays anglosaxonnes il est souvent plus facile d’obtenir une augmentation et/ou un meilleur poste. En France le salaire d’entrée est plus important dans la majorité des cas. Si tu as une offre avec un meilleur salaire, tu aurais tord de t’en priver mais je pense que ce n’est pas le cas de la majorité des gens.

    @Bertrand: C’est bien de regarder la convention collective mais si en demandant un peu plus, c’est passé comme une lettre à la poste, tu n’as pas demandé assez car les conventions collectives ne fixent qu’un minimum…

  6. Le problème avec les conventions collectives, c’est qu’elles sont applicables à des cas généraux.
    Et les salaires minimums en fonction des conventions peuvent être très faibles.

    Je suis largement au dessus du minima de ma convention collective, et je n’ai pas à me plaindre par rapport aux français en général, simplement je ne suis pas suffisamment payé par rapport au business réalisé.

    Je ne pense pas être une exception, je ne suis pas à plaindre, mais je veux plus de sous quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *