L’avion partira quai n°6

Maintenant qu’on a choisi la destination, faudrait voir comment on y va. Evidemment, si la destination est lointaine, la question ne se pose pas, on part en avion. Mais si on part en France ou dans les pays limitrophes, on choisit quel transport ?

Moi, l’avion, j’aime pas, autant le dire. Je ne trouve pas naturel de me retrouver à de telles altitudes dans une boîte de conserve géante. Si je devais voler, j’aurais des ailes. Mais bon, ça m’est déjà arrivé de le prendre et plusieurs fois même. L’avion, ça a l’avantage d’être rapide : en à peine une heure, nous voici à Amsterdam, par exemple. Par ailleurs, en avion, on est quand même chouchoutés : on nous propose des boissons et du manger, gratuit ou payant selon la compagnie qu’on a choisi, on est dans des fauteuils plus confortables et on peut même choper un journal gratuit avant le décollage. Pour les vols longs, penser à faire quelques exercices pour éviter l’effet engourdissement et jambes lourdes et penser à s’hydrater parce que l’air en boîte, ça assèche

Mais l’avion comporte moults inconvénients. D’abord les aéroports sont rarement en centre ville et même jamais donc on perd quand même pas mal de temps à y aller et  en revenir. D’autant qu’il faut arriver au moins une heure avant le décollage, le temps d’enregistrer les bagages et d’embarquer. Si on rajoute également une bonne demi heure de récupération des bagages  à l’atterrissage, on ne gagne pas tant de temps que ça sur de brèves distances. Puis l’avion, c’est polluant. Mais surtout, à chaque vol, j’ai une frayeur. Pas tant le crash même si j’aime mieux être déjà au sol mais surtout celle de ne pas retrouver mes bagages sur le tapis. Ca, c’est un peu la spécialité de mes parents, perdre les bagages. Je sais pas comment ils se démerdent mais leurs valises ne partent jamais dans le même avion qu’eux, c’est incroyable. Donc pour des vacances pas trop gâchées, au cas où, on prend toujours les appareils photos, camescopes et autres en bagage à main. Ca évite aussi les soucis avec des bagagistes indélicats qui iraient fouiller dans la valise. Ce n’est pas que tous les bagagistes sont malhonnêtes, bien au contraire, mais on sait que certains se sont déjà servis donc on fait attention.

Dernier point pour les avions : les grèves et problèmes techniques. En avion, c’est radical : si on voit un souci technique gênant sur un appareil, on en change, ce qui peut occasionner des retards. Mais à choisir, je préfère arriver quelques heures plus tard que mourir. Le truc, c’est que les plannings des aéroports sont très très serrés. Si tu rates ta fenêtre de décollage, ça va être galère d’en attraper une autre. Et si on tombe en pleine grève des aiguilleurs du ciel, là, on entre dans un univers plein de suspense et de surprise : mais quand va-t-on décoller ? J’ai vécu pour vous la grève des aiguilleurs du ciel en Corse en 99. La famille Bartoldi est assise joyeusement dans la salle d’embarquement et attend. Elle attend toujours. Bon, il fait faim, on va faire une expédition punitive au point relais puisque c’est le seul endroit où y a de la nourriture. On va aussi acheter des magazines du coup parce qu’on a fini ceux qu’on avait. Au bout de deux heures, enfin, on nous parle « les passagers à destination de Toulouse sont priés de se présenter porte… ». Ben après deux heures d’attente sans aucune nouvelle, vous êtes contents de voir que vous existez encore et qu’on n’a pas oublié votre vol. Le seul avantage de tout ceci c’est qu’en cas de gros retard, la compagnie vous prend en général en charge, sauf les low coast. Oui, choisir une compagnie qui coûte cher, c’est capitaliser sur sa possible lose. Moi par exemple, si je veux prendre un low coast, j’ai intérêt à ne pas prendre un vol proche de la nuit ou de planifier un rendez-vous proche de l’heure de l’atterrissage. Enfin, ça, c’est en général d’ailleurs. J’ai eu peu de soucis de retard d’avion dans ma vie, essentiellement parce que je ne le prends jamais,mais je vois pas pourquoi ma poisse ferroviaire épargnerait totalement mes voyages aériens…

Le prix? Aujourd’hui, il y a quand même moyen de voyager en avion pour des tarifs pas si onéreux que ça. Mais pour des destinations exotiques, le low coast dit aussi vol charter, c’est un peu à quitte ou double : ils ne s’écrasent pas tous mais niveau confort, c’est pas ça du tout et 12h avec un siège qui fait mal au cul, je ne le souhaite à personne.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 réflexions sur “L’avion partira quai n°6

  1. Ma Nina,
    de 5 ans (5 ans…) à 11 ans, j’ai pris l’avion trois à quatre fois par an car ma mère ne pouvait plus trop s’occuper de moi ou voulait mettre fin à ses jours et elle m’envoyait chez mes grands parents.
    Par avion.
    Je suis fan absolu. J’ai même écrit un texte sur ce moment qui précède l’envol, quand on déambule sur les marbres, quand on croise des PNC de toutes les compagnies du monde, ambiance glamour et plus ou moins feutrée avec tous ces gens qui sont soit endimanchés soit blasés business… Un p’tit moment de théâtre, certes, mais tellement agreable

  2. Aujourd’hui il vaut mieux avoir son avion à soi… Ces contrôles de sécurité qui coutent cher sont penibles. Néanmoins, je prends l’avion à partir de 800, 900 km car c’est nettement plus rapide et moins fatigént que la voiture.

    L’avion n’est plus si polluant sur des longs distances: 3 à 4 l/100km/passager à comparer avec des voitures en région parisienne par exemple.

    Concernant les bagages, c’est particulierement penible à Paris. Sinon ça va en règle génerale plus vite… Sauf une fois j’ai rencontré le cas d’un vrai looser : Je suis allé à Halifax en avion pour revenir en Europe sur un grand voilier sur les eaux. Quand j’arrive, pas des bagages et le départ était prévu le lendemain à 7h30 et il était déjà 18h00 et dimanche… Heureusement, j’avais déjà passé la douane canadienne. Car un Français qui etait passé par NYC est resté sur le quai… On est arrivé dimanche avec que des vetements sur nous pour 4 semaines en mer. Moi, j’ai eu de la chance car j’ai retrouvé mes bagages sur ma couchette à minuit tandis que le français n’avait toujours rien le lundi matin…

    Je préfére parfois des low cost car ils partent souvent des petits terminaux. La, tu gares ta voiture devant et marches 50 ou 100 m aux checkin. A Roissy tu dois être bon marcheur ou prendre une navette…

    Tu as oublié aussi des stunts comme un’avion de la Lufthansa visible sur l’internet. Surtout que Air France est capable de la même chose comme j’ai pu m’apercevoir une semaine avant au même aeroport d’Hambourg…

  3. Dis donc KHK, au lieu de raconter les looses de vacances en comm, tu me l’envoies par mail pour participer au concours (nina.bartoldi(a)gmail.com). Racoleuse, moi?? Naaaaaaaan !!

  4. Nina,

    J’ai oublié quelque chose :

    Que y a-t-il à gagner quand on participe à ton concours ? Que la loose soit publié ou d’autre chose ?

    Bon WE,

    Kai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *