Petit guide de survie en milieu urbain

Lecteur et surtout lectrice, tu le sais, la ville est une jungle avec plein de messieurs mal intentionnés à notre égard. Oui, on est belles et désirables mais on est nées comme ça, pas la peine de nous le faire savoir goujatement. Pour éviter ce genre de désagrément, il faut mettre au point la « je te vois pas attitude ».

brune.jpg

Globalement, j’ai jamais eu de problèmes majeurs dans la rue. Des dragueurs relous, oui, mais des agressions jamais. Le pire était le slave bourré qui m’a bien collée mais je m’en suis sortie comme une fleur. Jeudi soir, je rentre d’une soirée chelou (j’aimerais qu’un jour on m’explique pourquoi un mec fait semblant d’avoir super envie de me revoir pour m’effacer de MSN juste après alors que moi, je demandais rien du tout), je vois un mec pas clair du tout sur le quai. Il commence à me regarder d’une façon qui me plaît pas, je pressens le lourd. Donc je monte dans le métro et hop, je sors l’arme ultime : le livre. Oui, le livre, c’est mieux que le lecteur mp3. Pourquoi ? Parce que ça occupe les yeux. Vous évitez de croiser le regard du pervers sans que ça ait l’air fait exprès. Là, ça n’a pas raté, le mec s’est assis en face de moi et quand il a vu que je l’ignorais, il est parti emmerder une autre nana (puis une autre quand la première est partie, j’adore le concept). Moi, j’observais le manège derrière mon livre. Ca marche.

J’ai remarqué que l’attitude joue énormément dans le rapport que l’on a avec les autres dans la rue. De façon générale, j’ai de bons rapports avec l’autre. Je sais qu’il y a un ou deux connards qui vont mettre en comm « tu te fais pas draguer parce que t’es un thon, t’es insignifiante, personne te voit ». Hé bé non ! Dans la rue, je me fais arrêter tous les 2 mètres par des gens qui veulent un renseignement, une direction (les inconscients). C’est hallucinant, c’est tout le temps, mais c’est gentil. Je me fais draguer comme n’importe quelle fille mais en général, c’est gentil, des « vous êtes charmantes » et co mais personne ne m’agresse à part le slave (un autre a essayé de m’embrasser aussi mas j’ai esquivé et il a pas été violent). Alors, certes, je dois avoir une bonne tête mais quand même. En fait, j’ai une théorie : si vous avez peur de vous faire agresser, ça vous arrivera forcément. Question d’attitude. Anecdote perso : en 2005, je rentre chez moi, à Toulouse, en passant par une petite rue. Il fait nuit, il fait froid, il est 23h ou minuit, je sais plus. Je marche peinarde quand je repère une nana devant moi : elle a entendu mon pas et accélère. Du coup, j’accélère aussi, jusqu’à la faire limite courir. Je sais, j’ai été garce mais j’ai pas pu m’en empêcher car si elle s’était retournée, elle m’aurait vue moi et n’aurait pas eu peur. Moi, j’ai fait qu’à la faire courir un peu mais j’aurais été très conne, j’aurais pu l’emmerder plus.

Une personne dans la rue voit à votre démarche, vos regards et tout dans quel état d’esprit vous êtes. Il est plus facile d’aller «taquiner » une nana qui n’ose pas regarder devant elle, qui semble toute timide, donc fragile. Donc facile à impressionner. Donc proie. Donc pour éviter les relous en tout genre, y a pas de secrets : faut être conquérante. Mais pas trop non plus. Perso, je n’avais jamais réfléchi à mon attitude jusqu’à cette histoire de jeudi. Je marche en regardant un peu partout autour de moi, légèrement papillon (mais en fait, c’est que je vois rien, myopie forever), je marche d’un pas décidé, dans ma bulle. S’il le faut, j’ai foutu des tas de vents à des mecs sans m’en rendre compte. Je suis aimable quand on me parle, je donne des directions quand je les connais, je souris et remercie quand on me fait un compliment mais je ferme la porte à ceux qui veulent plus. Non, je n’ai pas le temps de boire un café, réponds-je avec un sourire, oui, je suis fiancée, dis-je avec un autre sourire. Et voilà, le mec me sourit aussi et n’insiste pas.

Ce serait donc ça le secret d’une vie sereine en milieu urbain ? Avoir l’air cool et détendue ? Concentrer son regard sur quelque chose pour avoir une bonne raison de pas voir le gros relou qui essaie de choper notre regard pour nous saouler ? Ben… on dirait bien que oui ! En tout cas, il est vrai que quand je marche dans la rue, j’ai jamais peur de me faire agresser ou autre. Je dois pas avoir une tête à ça.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 réflexions sur “Petit guide de survie en milieu urbain

  1. Oh je suis la première pour une fois!
    Et ben moi je me fais très souvent acoster dans la rue. J’ai aussi ma théorie, en fait je suis généralement souriante du coup les gens viennent plus facilement à moi. Bien évidemment lorsque je fais la gueule on me laisse tranquille. Conclusion si je ne suis pas d’humeur à converser avec de gentils inconnus je ne souris pas et je regarde droit devant moi…et ça marche!

  2. Mouais, pour une fois je ne suis pas d’accord avec toi Nina… Tu peux très bien marcher d’un air sur de toi et conquérant et te faire agresser… ça m’est arrivé l’an dernier, arrachage de portable, gifflage en pleine rue à 18h, alors que je n’avais eu aucun problème et aucune peur jusque là, toujours polie, gentille aimable, tout pareil. Mais il suffit d’une fois, où tu tombes au mauvais endroit au mauvais moment, et crois moi qu’après quand tu sens quelqu’un te suivre de trop près, tu flippes…

  3. Moi je me fais aborder raisonnablement dans la journée, mais je suis toujours rentrée sans aucun problème chez moi (Paris) même aux heures les plus indues (nocturnes)…
    Mais en même temps je pense que tu as aussi raison Elo, malgré toute la confiance et la non peur qu’on peut avoir si on est au mauvais endroit au mauvais moment…

  4. J’ai aussi cette part d’inconscience qui fait que je me dit qu’il ne peut rien m’arriver. Chaque fois que je suis tombée sur des dragueurs un peu lourd, j’ai réussi à faire en sorte qu’ils me lâchent… Bon, il est arrivé que des « tassepé » ou autre « pouffiasse » accompagne mon silence hostile ou ma fuite, mais suffit alors de faire la sourde oreille ! 😉

  5. Dans la rue, avant, je regardais souvent pas terre et c’est vrai qu’avec cette attitude, j’avais tendance à me faire embêter !
    Maintenant, je regarde les tutures, les gens qui passent mais sans appuyer mon regard sur eux. Je marche tranquilou et voilà.

    Déjà draguée aussi dans la rue. Deux fois en sortant du rer, y’a un mec qui me suivait (pas le même hein ^^) et c’est vrai que j’avais tendance à marcher plus vite et l’autre il me rattrape « vous voulez boire un verre? » etc.
    Sinon les seules fois où je peux jouer la garce c’est quand y’a une bande de filles qui me dépasse et qui me jette des regards hautains .. 😉

    Bonne journée !

  6. Bah tiens, hier, justement :
    Je marche rue MArcadet, écouteurs vissés aux oreilles.
    JE m’arrête devant un magasin informatique susceptible de réparer mon pc. Un vieux gars devant aussi me sort un banal « ya du choix, hein », auquel je réponds un non moins banal « ah oui ». Et je reprends ma route. Le mec me dit « attendez mademoiselle… » mais franchement, je suis pas d’humeur, et je dois aller à la poste.
    Le mec, qui est à vélo, commence à me suivre, genre juste derrière moi, genre je pédale à 2 à l’heure derrière toi et je te mate le cul sans rien te dire. Je change de trottoir. Le mec me crie « eh mais t’as peur de moi, ou quoi ». Il change de trottoir pour me rejoindre. « Mais t’as peur de moi? » « Non j’ai pas peur, mais j’ai pas nécessairement envie qu’on m’emmerde, c’est tout » « Oh la la, mais c’est dommage, hein, qu’est)-ce que je rate, moi ». Il continue à me suivre en me matant. « Mais qu’est-ce que je rate, moi!!! »
    J’arrive à la poste, j’ai jamais été aussi contente qu’il y ait 50 m de queue : nan parce que ce con s’est planqué derrière la porte pour m’attendre (je voyais l’ombre). Il sest lassé d’attendre, il est parti, mais merde, quoi, hier, franchement, j’ai été prise d’une envie de m’habiller en jogging informe et pull camionneur, de sortir avec les cheveux gras et mal fagottée. C’est déprimant, ça, les mecs. Et ça marche pas, suivre une nana en bavant sur son cul pendant 300 m, ça envoie pas du rêve. Vraiment pas.
    A part ça, je suis sereine et détendue, hum.

  7. incroyable! de toute ma vie je n’ai jamais accosté une fille dans la rue, ou même à la terrasse d’un café…et je crois que tous mes amis sont dans la même situation.

    mais qui sont donc ces serial dragueurs? y a-t-il un profil type? est-ce cette technique a une réelle chance de connaitre le succès?

  8. Ce matin yavait une fille qui distribuait des prospectus dans la rue de Niort, ou je suis allé avec ma gd mère et ma tante faire des courses (ma vie déchire, je sais)
    Je lui ai pris son prospectus, j’ai fait 50 metres et je suis revenu la saouler d’un veloce et fugace : « Mademoiselle vous êtes très jolie ».

    Pfff, aucune originalité ce Lucas, c’en est presque scandaleux.

  9. moi avant j’avais cette attitude et y a tous les tarés de lz terre qui venaient m’emmerder. pas parce que j’avais peur mais parce que j’avais l’air ouverte au dialogue je pense.
    du coup maintenant j’adopte l’attitude de « si tu me parles je te tue » ou comment avoir l’air super décidée en marchant vite et droite. Ben pour l’instant personne me soule, et j’ai déjà éviter des relous pas mal de fois.

  10. c’est marrant vos comms ressemblent à un dilelui.com à l’envers

    « tu étais dans le bus n° 56 à 16h48 et je t’ai trouvé très très lourd »

  11. Je suis comme « pouv », j’ai jamais abordé une fille dans la rue.. Et au moment où je me dis que ca serait pas une mauvaise idée de paser à l’action si je veux pas que mon célibat se transforme en CDI, je suis époustouflé d’apprendre qu’en fait, plein de mecs le font, et que du coup, j’ai toutes les chances de passer pour un « serial dragueur » et surtout manquer cruellement d’originalité etant le millième de la journée!.. pauvre de moi!! snifff

    PS: sinon, Nina, rien a voir, mais tu la fais le tour en razorcar que je t’avais offert? :o)

  12. Eh bien moi je ne supporte pas que des lourdingues ou des types qui n’ont que ça à faire vienne m’emmerder dans la rue. Je crois que c’est la répétition qui use. Je ne supporte plus les « charmante! » quand je passe, les coups de klaxon, les regards lourds (je pense qu’il y a des façons décentes de regarder quelqu’un), les commentaires divers et variés, parfois même pas en français, bravo pour le courage, ça m’énerve. Le pire ce sont les remarques salaces, un jour j’ai eu droit à un « belle poitrine! » alors que j’avais un haut décolleté mais sans plus (et je fais du 85B, pas de quoi non plus attirer les pervers). Certains jours j’ai même envie de frapper. Mon copain trouve que je me sens très vite agressée, mais j’en ai assez que sous pretexte d’être une nana pas trop moche des connards se permettent d’empiéter sur notre espace vital. Il m’arrive même, quand je repère un lourd de loin ou un groupe de mecs pas nets, de changer de trottoir, et je ne trouve pas ça normal.
    Heu, bon, voilà, c’était mon coup de gueule.

  13. Non mais alors là je suis mort de rire !!!
    Je suis tellement étonné de ce genre de comportement que je ne suis pas loin de penser que vous dites ça pour ne pas être la seule à ne pas se faire regarder ! C’est pas possible de se faire accoster comme ça. Meme dans les films et les pires fanstasmes de nymphomanes !!! Je suis écroulé de rire …
    En plus je suis pas le seul à ne pas vous croire et je trouve ça carrément sain. Non mais on n’est pas des pervers !!!! c’est dingue ça. Moi aussi on me regarde dans la rue, j’en crie pas au viol pour autant !!! Moi je suis un gros obsédé et franchement je ne connais pas pire que moi. Je ne ense qu’à ça. Eh bien jamais j’oserai suivre une fille dans la rue.Ca m’arrive de m’attarder sur un visage dansl métor mais genre on va aller suivre quelqu’un qu’on connait pas je ne sais jusqu’où !!! La franchement c’est trop fort. Pour cet article je suis carrément pas d’accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *