Déménager, c’est jeter

Déménagement J+12 déjà ! J’ai complètement délaissé ce coin, on a beaucoup à faire entre l’aménagement du nouvel appart et la remise à neuf des anciens, surtout quand ces abrutis d’EDF/Engie m’ont coupé l’électricité dans mon ex appart alors que je ne leur avais rien demandé. Vous avez déjà essayé de nettoyer une salle de bain dans le noir, vous ? Moi oui et autant vous dire, c’est pas très efficace. Mais voilà, retour sur mon déménagement et surtout sur ce point clé : jeter.

Jeter beaucoup

Je souffre du syndrome dit de l’accumulation ou syllogomanie… Enfin, non, pas à ce point non plus mais j’ai du mal à jeter, beaucoup, car :

  • Oh mais ça peut me servir pour ce projet que j’envisage depuis 5 ans mais que j’ai jamais mis en application (ex : créer ma marque de petites choses construites de mes blanches mains)
  • Oh mais cette fringue, je vais finir par la mettre, elle est pas mal (variante : je vais finir par rentrer dedans car je me suis plantée à l’achat et qu’à 10 kg près, franchement, ça passe)
  • Oh mais c’est un cadeau, on jette pas les cadeaux même si celui là, il est vieux, abîmé, moche, je m’en suis jamais servi…
  • J’ai la flemme de ranger

Reperez-vous-dans-la-jungle-du-desordre

Ok, je l’avoue, c’est souvent la dernière excuse qui fait que je jette pas mais le “ça peut servir” est pas mal placé aussi. Genre mon appart est truffé de boîtes vides genre My little box ou Biotifull box “bien pratiques” pour ranger les petites choses. Sauf qu’à un moment, tu te retrouves avec plus de boîtes que de trucs à ranger (essentiellement parce que ranger, c’est pas ma passion). Et puis de temps en temps, ça m’attrape, je décide de tout réaménager, tout ranger. Généralement quand je me retrouve en période inter contrat, sans doute parce que, pour une fois, je passe du temps chez moi (sachant que je suis en inter contrat une fois tous les deux ans en moyenne et que je compte pas démissionner dans les prochains mois, heureusement que j’ai déménagé), je pousse les meubles, je les replace et je fais de la place… en jetant. Et alors là, plus rien ne m’arrête : trucs inutiles, trucs abîmés, trucs “ça je m’en sers jamais et si jamais, j’en rachèterai, c’est pas le prix que ça coûte !”. Même une fois arrivés dans notre petit nid d’amour, alors que je rangeais la cuisine, je voulais tout virer “non mais on a trop de casseroles ! Et les couverts, les verres, les assiettes, les mugs… et on a deux batteurs, faut en virer un (là, j’avoue que c’est la guerre, on veut chacun garder le sien). Alors entendez bien, quand je dis “jeter”, je parle pas forcément de poubelle, j’ai mis mes fringues de trop au recyclage, on va faire un appel aux amis s’ils veulent récupérer notre rab et sinon, direct en ressourcerie.

petitdej

Jeter, c’est très symbolique, limite cathartique. En rangeant, on retrouve des cartes postales aux auteurs oubliés, les reliques d’un temps d’antan, d’époques révolues, d’amitiés disparues. D’abord, tu hésites, le geste est quand même fort : jeter les souvenirs de ces amitiés, c’est valider leur fin… même si dans les faits, y avait pas vraiment besoin de ça mais tu te détaches définitivement de tout ça. Il n’y a désormais plus rien d’eux dans ta vie, c’est terminé. Et ça fait du bien. Parce que faut laisser de la place à de nouvelles relations en cours d’éclosion, à de futures amitiés, oublier les déceptions passées pour s’investir sans crainte dans l’avenir. J’ai toujours trouvé les ruptures amicales plus violentes que les ruptures amoureuses car si j’ai acquis assez jeune que l’amour ne durait pas toujours, je croyais que l’amitié, c’était à la vie, à la mort. Sauf que non : on change, on évolue, on fait des choix, bons ou mauvais. On mûrit, ou pas, on a envie d’autre chose, ou pas. Parfois, on avance dans le même sens, d’autres non et forcément, arrive ce qui devait arriver, les terrains d’entente se font plus rares, l’envie de se voir aussi. Parfois y a des regrets mais après tout… c’est la vie.

chagrin-d-amitie-rupture-ami1

Alors, on jette, affaire classée. Et on fait de la place pour de nouvelles aventures.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Déménager, c’est jeter »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *