C’est plus facile de trouver du boulot quand tu t’appelles Marie que Naïma

 

Il y a quelques temps, j’ai lu dans un magazine féminin (hum…) un article assez intéressant sur la discrimination à l’embauche. Je résume l’article : c’est plus facile de trouver du boulot quand tu t’appelles Marie Dupont et que tu vis dans un chouette quartier que quand tu t’appelles Naïma Ben Arfa d’une banlieue toute moche.  Ah ?

Donc je lis cet article et je me gratte la tête. En fait, je trouve ça profondément con. Evidemment, je ne me suis jamais retrouvée en position de recruteur même si j’ai déjà eu un avis à donner sur la sélection d’un futur stagiaire (qui n’avait pas encore été choisi quand j’ai quitté TGGP). Evidemment, on a rigolé en googlisant le nom des stagiaires (rendez vos profils Facebook inaccessibles, je l’ai déjà dit, ça fait TRES mal quand on voit qu’un mec a adhéré à tous les groupes genre « je suis alcoolique et cool »), on s’amusait à choisir un candidat ou une candidate parce que sa nationalité nous plaisait bien (y avait une Canadienne !) mais dans les faits, c’était juste un jeu quand on recevait une candidature. Ensuite, on regardait vraiment la partie expérience et on s’en foutait bien de la nationalité et même du nom.



A la limite, je peux comprendre que certains coins inquiètent un peu. Non que vivre dans un quartier donné rend plus intelligent ou plus stupide, aucun rapport, juste une question de transports. Etant moi-même une victime récurrente de la SNCF/RATP (quoi qu’en ce moment, pas tellement), je sais que c’est difficile d’être à l’heure quand on vit dans certains endroits. Donc je peux éventuellement comprendre que des employeurs soient légèrement effrayés par ça mais est-ce la faute des gens si les transports transiliens sont vétustes ? Non. Mais bon, se dire que Naïma fera du moins bon boulot que Marie, ça me désespère. De la même façon qu’on refuse des apparts à la même Naïma en inventant des prétextes bidons juste pour pas louer à une Arabe (marche avec les Noirs, aussi, voire les Asiatiques des fois que ce soient des sans papiers qui font dégeler des crevettes dans la baignoire…).

Alors la solution toute trouvée semble être le CV anonyme et perso, je suis totalement pour. Mais côté recruteur, ça ne plaît pas. Je me souviens une fois avoir déjeuné avec une fille avec qui j’avais passé un entretien, très sympa mais en gros, elle m’avait dit que ne pas mettre la photo donnait la sensation que je cachais quelque chose. Ok pas de soucis, je mets une jolie photo et roule. Mais je suis super occidentale comme fille. La question essentielle est : mais pourquoi ça pose tant de soucis d’anonymiser un CV ? Pourquoi c’est pas encore la norme ? On pourra me dire que certains métiers sont obligés de vérifier la présentation du candidat notamment pour tout ce qui est hôtesse d’accueil, commercial ou je ne sais mais faut pas exagérer, on est très loin de la majorité des postes.

En plus, l’anonymisation systématique permettrait aussi de sortir d’une éventuelle victimisation. La discrimination existe, ok, mais elle sert parfois un peu trop d’alibi : « je ne suis pas embauché parce que je suis ci, ça ou que je vis là ». Dans certains cas, le problème vient surtout du fait que l’expérience n’est pas la hauteur du poste, voire que le CV est tout pourri. Car comme nombre de candidatures envoyées restent sans réponse, il est toujours difficile de mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Au moins, avec le CV anonyme, on saurait que si discrimination il y a, elle ne vient pas du nom ou de l’adresse. Peut-être de la fac qu’on a fréquentée ?

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 réflexions sur “C’est plus facile de trouver du boulot quand tu t’appelles Marie que Naïma

  1. « je ne suis pas embauché parce que je suis ci, ça ou ça »  » dans certains cas le problème vient du fait que l’expérience n’est pas à la hauteur… »
    oui c’est vrai mais peut être que si l’expérience n’est pas à la hauteur c’est justement du à la discrimination en amont?
    Je suis totalement pour l’anonymat des CV non seulement pour des questions d’origine mais également pour des questions de sexe. Certaines entreprises préfèrent embaucher un mec parce qu’il ne tombera pas enceinte même s’il est payé plus cher par exemple. Et je te raconte pas les mises de coté pour question de statut civil : une femme dans le début de trentaine mariée sera fortement soupçonnée de vouloir faire des bébés un jour proche (date limite de conception?)

  2. sans oublier l’âge : parce que si tu mets philou, informaticien, 48 ans : soit les personnes se disent, ça y est il va demander 5000 € (brut) mini de salaire et dans 10 ans pensera a la retraite, + impossible a recycler ds les nouvelles technologies + vieux con tout court, soit ils se disent, si il demande moins, c’est un looser et de toute façon on prefere embaucher un jeune payé 2500 € qu’on pourra virer sans etats d’âme ni risquer des remarques de l’inspecteur du travail bref un vieux de 48 balais n’a plus le choix : il est condamné d’avance et pour le CV anonyme, si tu ne mets pas ton âge, ta situation de famille (célib ou en couple, enfants ou pas d’enfants) bonjour la surprise et le risque d’être pris en grippe ensuite… donc ça aussi ce sont des criteres clairement subjectifs mais malheureusement privilégié par les recruteurs. (et j’oublie les gens qui ont des periodes de chomage ds leur CV, les casiers judiciaires, et les handicapés !!) – manquerait plus qu’ils demandent un bilan de santé pour voir si on va pas faire de l’absantéisme, ou si on a un blog perso (risque de passer son temps sur internet…) bon je mélange un peu tout là mais ça fait tellement longtemps que j’ai passé un entretien que franchement je me vois plus le faire, et pourtant … statistiquement, j e n’ai jamais été aussi près de rejoindre la caravane des chomeurs (comme dirait JC Trichet : chaque jour qui passe nous en rapproche)

  3. Hello, premier commentaire pour moi sur ce site et pour dire que je ne suis pas spécialement d’accord.
    je peux t’assurer que plus tu es dans des petites villes ou si le réseau économique va mal, tous ceux qui sont différents (race, couleur, sexualité) ne sont pas pris pour un job – on préfèrera un Jacques, blanc et hétéro.
    par contre, effectivement, plus la ville est grande et ouverte et moins tu galères.
    je n’ai jamais eu de pb à Paris ni Marseille.
    au fin fond de la beauce, qd tu t’appelles Mouloud, t’as même pas à envoyer de cv pour savoir que ça va être non.

    rien à voir avec de la victimisation, ce sont juste des faits.

  4. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le comm de ze2nd
    J’ai vu des reportages où quand tu viens de 93, les recruteurs ne t’embauchent pas justement parce que tu viens de telle banlieue alors que la jeune femme avait fait des études de droit,était partie aux USA faire un stage là-bas…et aussi pour question de couleur, elle est africaine…
    un autre venait de Aubervilliers, il a dû mentir sur son CV et en mettant l’adresse de ses cousins qui habitaient dans le 94 (val de marne pour ceux qui ne connaissent pas^^) il a réussi à trouver un emploi quand il a fait cette modification

  5. très intéressant ce post.
    Surtout que recruter, c’est mon métier.
    Surtout que la semaine dernière j’ai eu une formation sur « recruter sans discriminer ».

    (c’est dire que je sais -un peu- de quoi je parle)

    Je dirais que: c’est très dur de recruter sans discriminer, même si on a l’impression de ne pas le faire. C’est pour cela qu’il existe des méthodes, des « bonnes pratiques »….
    Je dirais aussi que recruter c’est un métier (oui, c’est le moment ou je défend mon truc).

    Pour autant…
    Un CV anonyme, c’est aussi un CV que l’on ne retient pas, un CV avec photo je m’en souviens toujours plus… c’est comme ça…
    C’est aussi faire confiance au recruteur que de ne pas rendre votre CV anonyme… (mais je suis d’accord finalement, vu le nombre de gens réellement formés… il ne faudrait peut etre pas)

    En bref, je trouve ça dommage… mais peut etre que ce serait mieux que pas… (quoique: les gens ne seraient pas retenus non plus, juste qu’en plus ils auront fait le déplacement)

    voili voilou!

  6. Je ne suis pas d’accord avec le CV anonyme pour au moins une raison, après la sélection des CVs il y a l’entretien. Et donc si le recruteur fait de la discrimination sur nos origines il ne verra peut être pas sur le CV mais certainement sur lors de l’entretien…

    La ou c’est vraiment dommage c’est lorsqu’on est pas recruté pour habiter tel ou tel endroit. Mais pour avoir vécu sur la ligne D, et avoir vécu plusieurs fois 2/3 semaines de grève, je peux comprendre que les recruteurs soient reticents

  7. Le problème Nina, c’est que lorsque tu rends un CV anonyme, le responsable RH a toujours peur… Il a tellement besoin d’être rassuré qu’il ne va pas prendre de risques : il lui faut des lignes directrices claires et surtout surtout il ne faut pas se mouiller. C’est un truc qui m’a toujours exaspéré, pdt la semaine entreprise de mon école, ces faux semblants de part et d’autre, coté postulant comme recruteur… Ca fait 6 mois que je cherche un boulot, avec un CV somme toute potable (cf lien) Ca fait 6 mois que les DRH m’envoient ballader. Même pas un rendez vous, même pas une periode d’essai. Je dois avoir un profil atypique. Et tout ce qui est différent fait peur… La chanson de Rouda « Donnez-moi ma chance » tourne en boucle dans ma tête. Elle a bon dos la crise…

  8. Et bien au Québec, tout ce qu’on met sur le CV c’est le nom, l’adresse plus les infos de contact habituelles. Demander plus est illégal. La photo j’ai jamais compris en quoi elle est nécessaire… La tête que tu as vois on la verra en entrevue s’il y a lieu.

    Mais même comme ça, on constate que les noms à consonnace étrangères ont quand même plus de mal, d’ailleurs plein de chauffeurs de taxi sont médecins, ingénieurs, etc. Ici le système est assez fermé, on protège les « professions » (de façon assez artificielle parfois).

    Une copine roumain avait francisé son nom et comme par hasard ses contacts télphoniques avec des employeurs éventuels se sont multipliés. Un nouveau mécano à mon ex-boulot est algérien, initialement sa candidature a été rejetée pour un bon québécois qui s’est avéré être un branleur vite viré. Mais il a fallu imposer le choix d’un algérien parce que les autres avaient peur qu’il soit trop « différent »! Faut dire que le Québec c’est comme un gros village… mais une fois que tu as fait tes preuves, sky is the limit, ou presque!

  9. Je suis d’accord avec Taz. Un CV anonyme n’est pas la solution absolue. A l’entretien, M. Mouloud aura du mal à se faire passer pour norvégien…. L’inconvénient, M. Mouloud aura perdu son temps, l’avantage ou plutôt les avantages, il sera sur de savoir pourquoi il n’est pas pris….. Deuxième avantage, s’il est passé après 17 blancs pas bons, il aura peut être la chance de passer sauf si le recruteur est pronfondemment hostile à ses origines. Ensuite, il ne faut pas jeter non plus la pierre à tous les employeurs…

  10. « Là où c’est VRAIMENT dommage »… pour reprendre les mots de TAZ, …
    Je dirais que c’est de ne pas être recruté pour ses compétences point.

    C’est pas PLUS ou MOINS dommage d’être ou pas pris pour une question de couleur / de localisation / de….

    Une personne qui habite dans le fin fond du 91 pour un poste à Marne la Vallée… avant je disais: ha ben non: trop loin.
    Maintenant, la différence: je lui demande!! Il a peut être justement envie de déménager! (on ne peut pas présupposer pour lui!) Un simple coup de fil est suffisant….

    Et on revient sur le CV anonyme ou non:
    CV anonyme (sans localisation donc, puisque considéré comme discriminant): on galère pour trouver une heure, une date, la personne vient on lui demande à la fin pour la localisation.. ha ben non ca va pas le faire: Une heure de perdu pour moi, plus pour le candidat… NAZE!

    CV non anonyme (avec personne sensibilisée à la non discrimination): coup de fil (3 min): ha vous venez d’acheter et ne voulez pas faire plus de 50 min de transport: je comprend, mais le poste ne vous conviens donc pas, au revoir.

    Et vous allez me dire: pourquoi ne pas téléphoner si le CV est anonyme, hein? (beh faut avouer que ce serait tout à fait logique): Mais qu’est ce que je vais lui demander si je ne suis pas formée ?? TOUT ce qui est DISCRIMINANT: (age, localisation, nationalité …)
    Ce qui donc revient au meme qu’un CV non anonyme….

    Pour moi: une solution: former les gens qui recrutent, parce que non recruter c’est pas « facile » c’est pas « à la portée de tout le monde »… Comme le dit Nina: on a envie de bien faire, et nos préjugés, notre fonctionnement reprend le dessus, et cela fini par se jouer sur des détails… Alors que recruter est loin d’être un détail…

    Merci Nina pour ce post intéressant 🙂

  11. @ POL: tout est toujours une question de formation…. les « recruteurs » que tu as vus… ne sont formés qu’a 20% en moyenne! -d’autant que je connais assez bien ton école pour être originaire de cette ville… et j’ai de bonnes idées de comment se passent les choses vu les potes qui sont passés par là-

    Par ailleurs, je suis allée voir ton CV, si tu veux quelques conseils je peux sans doute t’en donner quelques uns 🙂

  12. Quelques mots encore pour compléter mon avis. CV anonyme ou pas ca ne change rien au problème. Les infos qui sont « occultées » au départ on les aura après et on évite de faire pedre son temps à l’employeur et au candidat. Désolé pour ceux qui pensent le contraire mais (ca dépendra du job bien sur), l’origine, la localisation géographique… ont leur importance. Quelques exemples : l’été dernier j’ai pris une stagiaire d’origine maghrébine parce qu’étant moi même étranger, je privilégie les compétences aux origines. A l’entretien, ma seule crainte était qu’elle parle la « langue des banlieues » ce qui est bloquant pour un poste de type commercial. Je voyais bien au regard de certains clients qu’il y avait un malaise quelquefois, surtout quand en plus elle était portait des vêtements typés qui collaient avec ses origines… au point que j’ai du lui faire remarquer… La prochaine fois, je devrais tenir compte de cela. Ensuite la localisation gégraphique : désolé mais nous sommes une petite entreprises ou chaque maillon est hyper important et ou l’absence de toute personne se traduit par un surcroit de travail pour moi. Dans mes rerutements : pasde voiture, habitation éloignée = négatif pour moi. Il y a un an encore, nous avons quand même accepté un candidat qui n’avait pas de voiture et pour qui ce poste était « la chance de sa vie »… Une catastrophe !

  13. Et mon dernier exemple… Mon patron n’a aucune formation théorique sur le recrutement hormis celle qui s’est faite sur le terrain. Moi j’ai quelques notions du fait de ma formation. Dernièrement, il a tenu à recruter un jeune en difficulté alors que moi j’y étais hostile (plusieurs signes m’alertaient). Grâce à son initiative, un candidat qui a peu de chances de décrocher un entetien et un emploi a eu sa chance de passer par un non expérimenté qui a pris sa décision au feeling… Cette personne a travaillé une journée et ce que je craignais s’est produit, nous faisons perdre deux jours de boulot (entretien, préparation, réunions…).

  14. Je rebondis sur les derniers commentaires:
    ne pas être discriminant ne veut pas dire faire n’importe quoi… à savoir prendre un jeune non adapté au job qu’on lui présente…

    Opuntia, si tu avais des « doutes » quant à sa candidature, c’est qu’il y avait (sans doute) des aptitudes, des compétences qui étaient limites….
    Peut-être que la prochaine fois, tu arriveras à les définir et à les mettre en avant de manière à argumenter tes choix.

    Nina, je te rejoins tout à fait dans tes remarques sur les vêtements et le langage. Quand nous recrutons des commerciaux, dans les « aptitudes » nous recherchons une personne qui a une bonne diction, une bonne élocution, et qui soit habillé de manière présentable pour les clients.
    Si ce n’est pas le cas: au revoir.
    Et peu importe que ce soit parce que la personne porte une djellaba, ou un costume « standard » mais sale, ou trop grand / trop court.
    C’est une des compétences attendues.

    Le recrutement, c’est pas facile :-). Et comme le souligne Opuntia… si c’est mal fait, ça peut faire perdre beaucoup de temps!

    Ps: cette idée de blog dédié me titille de plus en plus… vous viendrez me voir si j’en fait un?

  15. En Angleterre il est ilegal de poser aucune question regardant la personne elle-même. Interdit de démander l’âge, interdit de demander la civilité ET même les années d’expérience parce qu’ on en pourrait déduire l’âge d’après cela. Même il n’est pas accepté d’envoyer des photos dans le cv. (Beaucoup de filles jolies le font en France, .. pour quoi?…)
    En Angleterre il est très commun de voir des gens agées plus de 70 ans! travaillant dans les caisses des supermarchés parce qu’ils veulent travailler un peu pour quoi que c’est soit la raison. En France cela serait dans les journaux comme de nouvelle à se moquer. Je dis, la mentalité d’embauchement et laborale en France est odieuse, dégutant et penible. Vous, les français croyais d’être des fonctionnaires. En Angleterre toute le monde travaille parce que presque tout fonctionne 24/24. En Angleterre la flexibilité laborale est totale, on peut travailler 20 heures, travailler 3 hours par semaine ou 60 heures si l’on veut. En Angleterre le procés pour embaucher quelqu’un est immediate. Un entretien et c’est tout, En France c’est ridicule même un étude de graphologie pour déduire la personalité. En Angleterre on peut créer une enterprise par téléphone ou par l’internet dans 24 heures, avec 100 Euros et il ne faut pas payer des impôts que si on touche. En France, cela prends 6 mois et ou moins il faut payer 5000 Euros plus des impôts tous les mois même si l’enterprise ne fonctionne pas. Alors, je déteste la mentalité discriminatoire, odieuse, anachronique et unjuste de la France.

  16. oui enfin il y a beaucoup de personnes qui tirent la sonnette d’alarme sur les conditions de vie des retraités au RU, du coup ceux qui le peuvent continuent à gagner leur vie en travaillant. Les systèmes de retraites étant diamétralement opposés, il est difficile de comparer. Le système français étant évidemment perfectible, je suis pas là pour le défendre bien sur, mais je trouve que ta vision est un peu manichéenne. Pour les impôts en effet tout est prélevé sur le salaire ce qui simplifie le processus pour le salarié. Sauf pour les employés à leur compte évidemment, du coup beaucoup de faux emplois à leur compte pour éviter les charges. Avec le problème de sécu sociale qui va avec.

    Pour les discriminations, rien à dire en effet les anglais ont utilisés la discrimination positive en incitant les entreprises à signer une charte depuis une dizaine d’année (je crois?) ce que la France est tout juste en train de faire. Cela dit qui vérifie que les emplois ouverts aux minorités ne sont pas atteints du syndrome du « plafond de verre »?

    Bref il faut aussi savoir reconnaitre les faiblesses de deux systèmes qui sont tous deux en crise, quoi qu’on dise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *