Où trouver l’homme ? Episode 13 : le musée

(Je rappelle aux gens qui ne connaissent pas cette série que tout ça est une fiction. En vrai, dans les musées, je ne peux y aller que le week-end et c’est bondé.)

A la recherche du prince charmant

Bon, il me faut faire un bilan des courses : le sport, ça n’est pas un bon plan drague, c’est officiel. Le smirting non plus parce que tu tombes sur des mecs qui n’ont en commun avec toi que le fait de fumer, c’est léger. Donc après un rendez-vous fini sur le fait qu’on ne se reverrait pas, me voici reparti en chasse. Dans un raisonnement binaire, je me dis que l’opposé du sportif, c’est le…c’est le… c’est l’intellectuel bien sûr. Et l’intellectuel, on peut en trouver dans plusieurs endroits, notamment le musée. Alors allons-y gaiement.

Souci numéro 1 : quel musée choisir ? A Paris, ça ne manque pas. Evidemment, en premier, on pense au Louvre qui a quand même nombre d’avantages : clair, en plein centre de Paris, on y trouve de tout. Et surtout des touristes. Je n’ai rien contre les touristes mais je cherche l’homme de ma vie, je rappelle, un mec qui vit pas en France la majorité du temps, ça n’aide pas pour une relation durable. Surtout que les touristes sont généralement en duo ou troupeau donc vrai mauvais plan. Tiens, y a quoi dans les expos temporaires ? Des tas de choses, diverses et variées mais là, je suis perplexe : laquelle est la plus susceptible d’attirer le mâle hétéro ? Autant il y en a que je trouve majoritairement féminine (tout ce qui concerne la mode, par exemple), autant une expo majoritairement masculine, je ne vois pas trop. Autre critère : il me faut du mâle jeune. Mais pas trop. Parce que je n’ai rien contre les jeunes étudiants mais je me trouve encore un peu trop jeune pour aller taquiner du minet, je ferai ça quand j’aurai 40 ans et que je me sentirai vieille. Enfin,
dernier point : il me faut une expo qui ne me passionne pas trop quand même pour que je puisse m’intéresser plus au public qu’à l’œuvre.

Instinctivement, je pense Orsay. Ce musée, je le connais bien, j’y suis allé un nombre incalculable de fois. Bon, ok, c’est possiblement un aimant à touristes mais je limite les risques de passer une sale journée : j’aime ce musée et surtout les impressionnistes, passion de jeunesse même si j’y comprenais pas grand-chose. Bon, profitant d’un RTT [là, on saisit toute la dimension fictive de ce récit. Je pourrais poser des RTT pour aller au musée, je serais bien heureuse. Mais en fait, non], je décide d’aller à Orsay, donc. Je me promène un peu pour profiter du soleil [re dimension fictive, houhouhou] histoire de me charger d’énergie solaire, avoir bonne mine et le sourire. Je choisis l’après-midi car je ne suis pas sûre que les amateurs d’art se lèvent à l’aube. Puis moi, je suis en RTT aussi pour dormir. Je monte direct à l’étage impressionnistes et je commence à errer. Même en semaine, y a des groupes de touristes, un
guide leur parle dans une autre langue (qui varie selon les groupes), ça brouhahate, ça flashe. Non mais je vais jamais trouver un futur mari là dedans moi. Bon ben au moins, je regarde les tableaux, c’est toujours ça de pris. Ah un groupe bouge et là, que vois-je à rester devant un tableau, perdu dans sa contemplation : un beau dandy brun du style mal rasé à fines lunettes. J’arrive pas à voir sa couleur de yeux mais s’ils sont verts, c’est un signe du destin. Ben oui, la grosse majorité de mes exs et assimilés sont bruns aux yeux verts alors ce serait comme une suite logique. J’attends un peu… Il ne rejoint pas le groupe et passe à la toile suivante sans se préoccuper du troupeau. Yes, il n’en fait pas partie.

Raisonnement : un mec seul dans un musée peut-il être un touriste ? Pas sûr, pas sûr du tout. On fait rarement du tourisme seul, non ? Quoi que… Il aurait pas un journal dans la main que je vois en quelle langue il est ? Ben non. Les mecs ne font aucun effort pour nous donner des indices de leur dragabilité. Tsssss. En tout cas, il lit les étiquettes mais ça non plus, ça ne veut rien dire.

Bon, je me décide à le suivre, feignant d’observer la toile qu’il vient d’abandonner puis quand il en change, je suis. Il me faut une idée pour l’aborder, discipline dans laquelle je suis très mauvaise vu que j’aborde pas les gens.

Comment Nina arrivera-t-elle à parler au beau dandy ? Est-il un Parisien ou un touriste ? Parle-t-il français ? Pourquoi j’ai froid un 21 mai ? Toutes ces questions angoissantes trouveront réponse la semaine prochaine, sauf celle du 21 mai et là, je suis preneuse d’une explication, merci.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 réflexions sur “Où trouver l’homme ? Episode 13 : le musée

  1. Ma chère Nina.
    Je me sens obligée de te répondre sur la question du 21 mai.
    Tout ça c’est une histoire de calendrier perturbé et désadapté depuis le Tsunami.
    Oui. Le Tsunami. Ca nous rajeunit pas cette chose là.
    Ca vois-tu, fut un temps, en mai, on avait les Saints de Glace. Un truc tout pourri qui nous assure 3 jours de temps pourri en Mai pour qu’on ne fasse pas ce qui nous plait.
    Depuis le Tsunami, le calendrier s’est décalé parce que la terre a modifié son axe.
    Donc ces putains de Saint de Glace ne sont plus au bon moment où qu’on les attend (la preuve, à la Saint Pancrace on a eu un putain de soleil trop bon), mais une semaine ou 10 jours plus tard. Donc, on a un temps pourri. Il fait froid. On déprime. Et on a envie de se pendre.

    Ceci n’a aucun caractère scientifique. En fait j’en sais rien. Et si on se met à parler Météo, on n’a pas fini ma bonne dame.

    PS : Je t’aurai conseillé le musée Picasso personnellement. Peintre très apprécié des mâles, et surtout avec un petit jardin où il fait bon se reposer et discuter avec les mâles sortis pour s’aérer l’esprit.

  2. Par ailleurs, la dimension fictive de ton récit est aussi estimable au choix du musée : à Orsay, étage impressionnistes, y a autant de touristes qu’au Louvre, ceux qui veulent voir la Joconde veulent aussi voir Monet, Renoir et VG…
    Pour trouver l’homme à Orsay, faut faire les salles moches, avec les toiles académiques et pompières, où tu trouveras des étudiants en histoire de l’art ou des passionnés d’histoire. Sinon, le musée à rencontres, c’est bien entendu Beaubourg, je pense. Ou alors tu tapes dans de l’exotique et tu vas à l’IMA. Mais Orsay, tuyau crevé pour ta demoiselle en quête de sens et d’homme, je pense.

  3. Ravi que tu aies choisi Orsay !!!
    J’avais failli te suggerer les musées et tu l’as fait !! Les esprits vagabonds se rencontrent. Or, ce qui est bien à Orsay, c’est que tu peux faire de belles rencontres. Pause mémoire : j’étais sorti avec une nana que j’avais rencontrée là bas, tout en haut là où on a la vision interstellaire sous la coupole. Le pire c’est que je l’avais interpellé avec mon second degré de merde habituel et de la pire des manières, je cite :

    « Si tu as le vertige, je peux te tenir la main… »

    Voila, c’était la pause Plans Nases Qui Marchent Pour Nous Les Mecs !

  4. Pourquoi ma mère me parle pas des saints de glace, hein, hein?? MOi en attendant, j’ai l’impression que je vais trouer mon top tellement j’ai froid.

    Sinon, SO et Lil, je note vos suggestions pour ma vraie vie mais là, dans l’histoire, toute la tension dramatique de cette histoire réside justement dans la question : ce beau gosse est-il un touriste or not? Si je vais dans un musée où il y a moins de touristes, c’est pas drôle. Surtout que ça fait 13 épisodes que je suis une looseuse de la drague, reine des mauvais plans, faudrait pas que ça change! :p

  5. Ah ! Un article qui tombe bien !
    Je pensais à cela durant la Nuit des Musées : qui semble être le bon moment que tu cherchais pour trouver l’homme de ta vie au musée…
    L’avantage du musée, c’est qu’on y croise beaucoup de monde, et de regards, et même de sourires. Qu’on peut avoir une idée de certains goûts généraux et particuliers des gens…
    Après, reste à aborder, je te le concède…
    « Je l’aime beaucoup ce tableau, avec ceci et cela » peut être un bon début, non ?

  6. Il y a certaines musées qui ont des ouvertures le soir de temps en temps. Il y aura peut-être moins des touristes.

    Pour la question du 21 mai, j’ai l’impression que la méteo est parfois aléatoire. Mais il y a une chose presque sur : Quand je me décide de passer des vacances ou un WE quelque part, je suis à 80 ou 90 % sur qu’il fera froid ou mauvais ou les deux.. Alors, si tu veus avoir du beau temps, demande à moi si je ne vais pas au même endroit au même moment que toi… Ca s’est encore vérifié ce printemps : Je vais aux US et j’ai eu presque toujours du assez mauvais temps sauf au chutes Niagara. Puis je vais à Cannes pour le festival le WE dernier et on recommence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *