Envie de nouveauté dans votre rédaction ? Une journaliste-blogueuse à votre disposition

Comme promis la semaine dernière, voici ce que j’ai envoyé aux rédactions quand je cherchais du taf. Pour info, on m’a proposé un CDI grâce à cette approche mais comme j’avais trouvé du boulot entre temps, je l’ai finalement refusé.

Une place vient de se libérer au sein de votre rédaction ? Vous cherchez une nouvelle pigiste pleine de bonnes idées qui peut faire renaître une de vos rubriques ?

Je vous propose mes services.

  • Jeune mais expérimentée

Du haut de mes 26 ans, j’ai accumulé pas mal d’expérience. Etudiante, je traquais déjà la possibilité d’apprendre. Mais pour ne pas être en reste, j’ai passé un master 2 de journalisme à l’IEP de Toulouse.

Sur mon CV, vous constaterez des expériences aussi diverses que variées, du sportif au féminin, en passant par le géopolitique. Parce que ces domaines me plaisent, mes magazines féminins se mêlent à mes magazines d’actu.

J’ai, jusqu’à présent, refusé de me cantonner à un domaine, de peur de me fermer des portes. Je pense en effet que tout(e) bon(ne) journaliste doit être capable d’écrire sur n’importe quel sujet sans que le lecteur soit lésé. Car si je suis aujourd’hui journaliste, c’est essentiellement par curiosité et désir d’apprendre, encore et toujours. Chaque article est l’occasion pour moi d’apprendre quelque chose et de partager mon nouveau savoir aux lecteurs.

A 26 ans, j’ai quitté depuis un an les bancs de l’université et j’ai toutes les qualités de la jeunesse. J’ai des idées, de l’enthousiasme et je peux faire des nuits de 5h sans que ça se voit le lendemain. Motivée, je ne travaille pas en gardant un œil sur la montre : je ne pars que lorsque le travail est terminé.

  • Une blogueuse reconnue

Je tiens plusieurs blogs qui ont un certain succès, le plus connu étant les vingtenaires (www.vingtenaires.com) lu en moyenne par 1500 visiteurs uniques par jour, soit l’équivalent d’un Olympia. Sociologue improvisée, j’analyse ma vie et celle des autres, j’observe mon entourage, les gens dans la rue et j’écris. Bien intégrée dans la blogosphère, je maîtrise parfaitement cet univers, vrai phénomène médiatique. Outre les articles et émissions qui y sont consacrés, les blogueurs sont aujourd’hui des références pour les journalistes. J’ai ainsi été interrogée plusieurs fois par des journaux comme Zurban ou Technik’art.

Ce blog illustre :
– ma capacité à avoir plein d’idées car un article par jour, ça n’est pas toujours évident
– ma capacité à gérer les autres rédacteurs, à édifier un calendrier des publications
– susciter l’intérêt de plus d’un millier de lecteurs qui viennent tous les jours à l’heure du café pour connaître ma vision de la vie.

Ecrits en une demi heure environ sans aucune documentation, ces articles pourraient être développés et faire de vrais dossiers pour vos journaux. Mais pour ne pas m’enfermer dans ce style, je viens de créer un nouveau blog qui me permet d’écrire sur tous les sujets qui me tiennent à cœur. Plutôt que d’attendre qu’on me laisse de l’espace dans un journal pour écrire, je me crée mon propre espace de communication.

  • Une démarche originale

Vous lisez mon plaidoyer pour ma personne et vous devez vous dire que ma démarche est inventive, peut-être risquée. Mais je sais que je dois être la trentième personne de la journée à vous envoyer une candidature spontanée et je vous épargnerai une lettre de motivation stéréotypée. J’ai donc choisi une démarche plus amusante afin d’attirer votre attention sur ma candidature, qui n’en demeure pas moins sérieuse.  Je suis idéalement à la recherche d’un poste fixe (CDD ou CDI) mais aussi de piges. Comme vous avez pu le constater en allant voir mes blogs, je ne manque pas d’idées.

Je joins à ce communiqué mon CV avec mes coordonnées, je me tiens à votre disposition pour tout entretien.

Je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à ma candidature. Dans l’attente d’une réponse de votre part,

Cordialement

Nina Bartoldi

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 réflexions sur “Envie de nouveauté dans votre rédaction ? Une journaliste-blogueuse à votre disposition

  1. Une approche directe, originale et accrocheuse.
    Si je devais recruter, j’aurais envie de voir si la candidate est aussi punchy que son approche.

    Bravo, beau travail et sa publication ne manquera pas de donner des idées à celles et ceux en recherche d’emploi.

  2. Il y en a qui ont pas de chance et qui doivent écrire des lettres de motivations pour trouver un job….

    comment je suis chanceuuuux!!!

  3. Ce que je trouve affligeant ma Nina c’est que les recruteurs rigolent de ce genre de lettre et préfèrent se les refiler en Fwd pour s’en moquer plutot que de voir à quoi ressemble cet iconoclaste qui tranche un peu avec les autres candides a. Mais chapeau bas : toi tu as osé… Je pensais faire un chose un peu ds le même esprit pour expliquer à une boite pourquoi je veux venir chez elle mais bon une phrase me rend pusillanime : « ca risque d’être mal vu. Les recruteurs sont tellement carrés. Eugénie si tu passes par ici, j’veux bine lire tes comm !

  4. Avec une lettre pareille tu aurais au moins décroché un entretien quand je récrutais. Car des lettre bateau, j’en avais des tonnes…

  5. Franchement Lucas, j’ai eu pas mal de réponses positives dans le sens : « très bonne démarche, dommage qu’on recrute pas ». Les recruteurs ne sont pas forcément que des cons…

  6. Bonne idée en effet, en tout cas pour un poste un tant soit peu créatif (oui le journaliste peut aussi l’être!), bref tout dépend de ce pour quoi on postule, je trouve ça plus intéressant que de lire un copier collé du site web de la boite avec brosse à reluire et tout le toutim. Et à écrire aussi, moins le sentiment de se forcer.

  7. Matt, dans la version 1, il y avait même une phrase genre « je vous épargne la lettre de motivation aussi pénible pour vous à lire que moi à écrire » car ma soeur m’a rappelé qu’un recruteur, c’était son métier de me lire… 😉

  8. oauis c’est vrai quand on est journaliste, on doit tout savoir, tout connaître et ben des fois il faut le reconnaître, on ne maîtrise pas un sujet. C’est ce qui m’arrive en ce moment même et précis. Hier je fais l’itw d’une bonne femme qui a fait de la taule pour maltraitance. Ok, et maintenant je fais comment pour vérifier tout ce qu’elle m’a raconté ? Le proc est occupé, j’y connais absolument rien au domaine de la protection de l’enfance et en plus je déteste les gamins ! mais surtout je dois boucler l’article pour lundi et j’ai 6 pages à écrire, donc pas que ça à foutre de bosser sur ce putain d’article. Donc oauis écrire sur plein de trucs différents c’est super, quand t’as le temps de bien étudier les choses, mais quand c’est fait dans l’urgence, ben je te dis moi c’est la galère.

  9. y a un café sympa l’ambroisie ou un truc dans le genre un pourri le président genre très chiant pour se faire servir par un mec avec un balai dans le BIP, une boite Jeun’s effectivement, une autre beauf, plein de restos, ne boulangerie un cordonnier un fleuriste et bien sûr… Lagardère PUB

  10. Au lieu de faire ton malin genre tu sais où je travaille commence déjà par lire ce que je raconte : je n’ai jamais bossé dans la pub, ni de près ni de loin.

  11. bin c’est la où on gère les sites. Je croyais t’avoir reconnu une fois mais bon si tu n’y es jamais allée… En tout cas TKT je lis ce que raconte et ton blog est très drôle.

  12. Ah ben, c’est sûr que c’était pas moi, en effet, tu te trompes. Je suis même pas sûre d’être déjà allée rue du colysée une seule fois dans ma vie… :S Enfin, je vais dans bcp de rues dont je connais pas les noms mais vu les bars qu’il y a dans la rue, je pense vraiment pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *