Faut-il partir en vacances avec ses parents?

Par Jane
 
Après le groupe d’amis, voyons aujourd’hui d’autres énergumènes avec qui nous pouvons partir en vacances: la famille, et plus précisement les parents.
 
Les parents, ce sont ces gens qui nous ont conçu il y a une bonne vingtaine d’années, et plus ou moins élevé depuis. Les miens ont baissé les bras depuis longtemps, mais c’est une autre histoire.
 
Quand t’es djeunz, partir avec tes parents, whahaha c’te lose! Un vrai djeunz part en vacances avec ses potes, son boyfriend ou sa girlfriend, squatte chez les uns ou les autres, sur un coin de canapé ou sous une tente dans le jardin, bref, a une vie trépidante et passionnante. Je le sais, j’ai eu un djeunz à la maison. Parce que j’ai parfois l’impression de ne jamais avoir été djeunz (ce qui est totalement faux en fait, je me rappelle d’un été où j’ai tout bonnement retourné la maison de mes parents qui était officiellement devenue un salon de massage, un hôtel (avec possibilité de prendre une chambre à l’heure) un fumoir, un frigo géant et un chenil)
 
Quand tu vieillis, que tu as perdu de D et le Z de djeunz (oui, tu as aussi rajouté un E, mais là ça devient limite lourd comme explication de texte, et j’aime à croire lecteur que tu as l’esprit vif et l’oeil taquin), ce qui fait de toi un début d’adulte (cet âge maudit des dieux où tu commences à te lever tôt le matin pour gagner ta vie et à payer des impôts) tu reconsidères un peu le tout.
 
Les parents, ce sont ces gens que tu vois 2 fois par an, pour Noël et ton anniversaire, parce qu’ils ont accompli leur destin et sont maintenant les heureux propriétaires d’une grande maison/petit pavillon/camping car en province/banlieue/du côté du périph’. Toi t’es dans une plus grande ville parce que voilà, t’es jeune (sans D sans Z) et donc tu penses carrière. Ca fait un peu enfant indigne de te déplacer uniquement quand il y a du câdo en jeu et un festin au menu. D’un autre côté, t’es jeune et fauché, et les pâtes tu satures, et d’abord z’avaient qu’à pas faire des gosses si c’était pour ne pas les soutenir jusqu’à… on va dire la retraite hein mon papounet?
 
Alors parfois, sur un coup de tête, alors que t’es un peu bourrée et que ta mère te tiens la jambe depuis 20 minutes au téléphone, tu sors une connerie plus grosse que toi. Genre « Cet été, je passe les vacances avec vous! » Parce que sur le coup, le côté rapprochement familial, l’émotion partagée, les liens intergénérationnels, ça te semble vachement cool. Surtout quand t’es bourré. Parce que quand tu décuites, c’est autre chose…
 
Tu te rappelles que ton père pense que tu as encore 5 ans. Et aucune volonté propre. Que tu réussis à passer environ 3 heures (grand max) avec ta mère sans te fritter. En gros, tu te rappelles que tu viens de saborder tes vacances.
 
La technique pour survivre? Miser sur l’éloignement du reste de l’année. Redevenir le bébé de la famille. Et prendre sur soi. Maman veut un câlin avec son bébé? Maman aura un câlin. Ca fait du bien en plus un câlin de Maman. Papa a tendance à se braquer quand on parle politique? On va parler du tour de France. En balançant quand même que ce vaste spectacle populaire n’est qu’une défilé de présentation de laboratoires pharmaceutiques (« Nous, on a réussi à mettre 3 cyclistes sur le podium grâce à nos produits, il est bon notre EPO, il est bon! On vous offre une transfusion gratuite pour 5 effectuées, ça serait dommage de rater ça! ») Parce que faut pas déconner, ya quand même des limites. Et puis de toute façon le tour de France est en même temps que le psychodrame de M6 de l’après-midi, ça permet de libérer la télé.
 
Le tout est de bien se rappeler qu’on n’est absolument pas un adulte fier et indépendant, mais juste le bébé de la famille. Parce que l’adulte indépendant, il dirait à Maman qu’il vient pas en vacances pour récurer une maison de fond en combles. Le bébé va juste dire que c’est l’heure de la sieste. L’adulte dirait à Papa que la région parisienne a bien changé depuis son époque. Le bébé lui rappelle que depuis son époque, il y a l’électricité et DisneyLand…
Rendez-vous sur Hellocoton !

10 réflexions sur “Faut-il partir en vacances avec ses parents?

  1. Ca doit faire 8 ans que je suis pas partie en vacances avec mes parents. Oui, ça fait 8 ans. Je pars en vacances chez mes parents mais pas avec eux, la nuance est importante. Et des fois, j’aimerais bien même si avec les parents, on drague pas, on se couche pas à 5h du mat pour se lever à 14h du matin, qu’on mange pas devant l’ordi et d’ailleurs, on est priée de le lâcher.

    Maintenant, mes parents partent en vacances sans leur fi-filles et ils font des voyages que je rêverais de faire!! 😮

  2. Hihihihihi….

    Bon, je ne peux qu’imaginer ce calvaire, jamais eu droit à ce genre de vacances, uniquement les vacances entre potes :p
    Mais concrètement, ça donne parfaitement matière à reflexion, et erf… ca doit etre chiant parfois, une famille  » normale « 

  3. Tout juste, qu’ils adorent qu’on passe les vacances avec eux maintenant. Et c’est réciproque!
    M’effectivement, je ne suis pas un mec cool, donc ça me pose aucun problème. Moi c’est la famille d’abord, quoique j’en ai sué pendant de nombreuses années.

  4. Les vacances familiales c’est la loose c’est vrai, trop de contraintes et de disputes à la con. Mais quand ils me revoient, je sens bien qu’ils sont contents, et je vais pas trop leur gacher leur joie meme si moi ça ne m’enchante pas des masses de les revoir. Je me dis, ben profites un peu tant qu’ils sont encore de ce monde … c’est chiant mais quand ils ne seront plus là et que tu repenseras à ces moments, tu en rigoleras et ptet meme regretteras un peu.

    Y’en a qui n’ont pas la chance (ou la malchance lol) d’avoir des parents, donc tout est relatif 😉

  5. J’aurais dit non a priori parce que bon, les parents, c’est comme les talons aiguilles, c’est supportable que quelques heures à la suite (même si ça rend pas sexy en contre partie mais là n’est pas la question)
    Et puis un jour, alors que je disais que j’irais bien à New York à l’arrache (comme un djeunz quoi), ils m’ont dit « ok on s’incruste ». Et j’ai dit oui. Et on est allé à New York à l’arrache, moi en djeunz, eux en vieuz, et c’était plutôt très cool parce que c’est moi qui m’occupais de mes parents : « mange ton hamburger, on va être en retard à Brooklyn ‘pa », « ou t’as encore foutu tes tickets de métro ‘man? », « z’avez pas envie de pisser parce que là on va loin?! »
    Bref, c’était marrant . Mais je ne le referais jamais. Je ne suis pas suicidaire non plus.

  6. J’adore partir en vacances avec mes Parents.

    Tous les ans.

    Ils partent aussi sans moi mais c’est un arrachement à chaque fois.

    Je les vois toutes les semaines et je ne pourrais pas habiter à plus de 30 kms d’eux.

    Clairement, ce sont les seules personnes que j’aime réellement.

    J’ai 34 ans.

  7. Ma mère a 10 jours de vacances et veut s’incruster chez moi pour passer du temps avec sa famille… Je suis en couple et j’ai une fille de 9 ans… Je vis dans un 60m2 J’ai bientôt 30 ans…
    Recevoir ma mère me fait l’effet très désagréable de retomber en adolescence où j’avais besoin d’elle pour assumer ma vie de maman un peu précipité et où j’étais pas bien autonome…
    C’est carrément la panique!
    J’ai eu le malheur de lui dire que ça me semblait compliqué de l’accueillir à la maison et qu’il serait préférable qu’elle trouve une autre solution, que je pouvais l’aider à payer une chambre d’hôte… Oh la bourde!
    Elle m’a dit que si j’étais vraiment adulte ça devrait me faire ni chaud ni froid de cohabiter avec elle… Et que si je n’étais pas prête à l’héberger , elle préfère ne pas venir, que je devrais la sonner quand je serai prête… Gloups
    Comment faire comprendre en douceur à sa chère maman que sa petite fille a besoin de son espace vital pour pouvoir être femme et mère et que 10 jours, C’est long?!?!?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *