Hommes-femmes : condamnés à s’’affronter ?

Cet été, j’ai lu un petit roman délicieux écrit par l’hilarant François Reynaerts que je porte aux nues. Ce livre, « Nos amis les hétéros », met en scène un journaliste, Basile, pédé de son état, qui rencontre l’Amour avec un grand A. Bon, je vais pas vous raconter le roman, zavez qu’à le lire, il est très drôle en plus et pas mal subtil. Dans ce roman, cependant, Basilou (oui, j’aime les surnoms en ou) observe les couples hétéros qui évoluent autour de lui et se désespère de cet antagonisme perpétuel qu’on essaie de créer et de recréer entre les hommes et les femmes. Et en lisant, je me désespère avec lui.
 
 amis-heteros
Prenons le cas d’un couple hétéro. Physiologiquement, les deux individus sont différents : elle a des seins et un vagin, il a un pénis et des testicules… Bon, bref, hommes et femmes, c’est pas pareil, ça se voit au premier coup d’œil. Mais bon, je vais pas te faire un dessin, je sais que tu es intelligent, lecteur, tu aurais pu trouver ça tout seul. Mais caractériellement parlant, c’est pas forcément non plus la même chose. On nous dresse une liste des caractéristiques typiquement masculines et féminines, la science nous explique même qu’on n’utilise pas le cerveau de la même façon. J’en ai déjà parlé, je vais pas reprendre la théorie. Seulement, aujourd’hui, je n’ai plus la sensation que les rôles soient bien arrêtés dans les couples : les hommes cuisinent, les femmes bricolent et vice et versa. Bref, aujourd’hui, l’attribution des tâches dans le couple ne se fait plus forcément par rapport au sexe mais par rapport aux appétences de chacun. Après tout, si la femme adore passer la tondeuse et trafiquer le moteur de la voiture alors que monsieur est un dieu de la blanquette de veau, autant que chacun s’exprime là où il est doué. Y a bien qu’Eric Zemmour pour s’en alarmer. D’ailleurs, faudra un jour que je lise son bouquin, histoire de m’énerver un peu !
 
En plus, aujourd’hui, un couple ce n’est plus forcément un homme et une femme et je parle pas de triolisme ! Et quand je parle à Gauthier de ses hommes, il a les mêmes problèmes que moi avec les miens (enfin, à peu près), il ne les comprend pas mieux que moi. Et si on comprenait enfin que les problèmes de couple ne viennent pas d’une question de genre mais une question de deux caractères qui cohabitent avec les soucis que ça peut parfois engendrer ? Des fois, après une déception amoureuse, je dis « bouhouhou, je vais me faire lesbienne ! Quoi que non, je tomberais sur une garce ». Parce que le problème, ce n’est pas l’Homme mais l’individu qui partage ma vie. On peut pas s’accorder avec tous les caractères, c’est comme ça mais si je sortais avec une fille qui a un caractère totalement contraire au mien, ça ne marcherait pas mieux.
 
Et pourtant, et pourtant… L’autre soir, je me baladais sur le net et je suis tombée sur les blogs des nanas de Ladys’ night, l’émission pseudo Sex and the city de Paris-Première.
L’une d’elle a d’ailleurs avoué que tout était bidonné et qu’elles jouaient des rôles et franchement, ça m’étonne pas, ça sonnait super faux. Bon, c’est pas le sujet. L’une d’elle, Marie-Laurence, celle qui avait une voix super pénible, va sortir un livre sur les hommes. Bon, déjà, une nana qui explique par A+B sur son blog que la sodomie, une fille ne l’accepte que pour faire plaisir à son homme car elle n’en retire aucun plaisir et que ça lui fait mal, j’ai un peu peur… Bon, donc, cette demoiselle a rédigé un ouvrage « tout savoir sur le femmes » et prépare la version masculine avec des questions aussi existentielles que, je cite (oui, je caricature même pas !) : « Pourquoi sifflent-ils? » ou encore « Pourquoi ne déboutonnent-ils par leur chemise avant de l’enlever? ». Oh putain, des questions vraiment essentielles ! Je suis sûre que si je sais pourquoi un mec déboutonne pas sa chemise, je pourrai vivre avec un individu de sexe masculin sans problème.
 
Et notre amie Marie-Laurence n’est pas la seule. Déjà, ado, dans les ok podium et autre Jeunes et jolies, on nous expliquait les garçons. Pourquoi il font ça et pas ça et pourquoi
ils disent ça et pas ça. Des fois, je lisais et je me disais « merde, je suis un vrai mec ! ». Parce que moi aussi, des fois, je m’endors après une brouette, parce que moi aussi, des fois, j’ai des « je t’aime » qui ne veulent rien dire qui peuvent m’échapper pendant l’acte, parce que moi aussi, des fois, je siffle (mal), que je marche les mains dans les poches et que même, il m’arrive de pas déboutonner ma chemise et que je l’enlève par la tête.
Alors pourquoi on veut toujours dresser les hommes comme les femmes, nous expliquer qu’on est pas faits pour s’entendre mais qu’il faut faire des concessions pour mieux nous
entendre. Parce que comme dirait Sophie Marceau dans L’Etudiante « tous les hommes sont menteurs, toutes les femmes jalouses… » et je sais plus quoi. Oui, j’ai des références culturelles qui tuent. Mais à force de toujours dresser les hommes contre les femmes, ne risque-t-on pas d’inventer des incompréhensions et conflits qui n’existent pas. Ne pourrait-on pas admettre que les hommes et les femmes ne sont pas radicalement différents ? Et qu’on arrête un peu de lister nos différences pour essayer de nous aider à vivre ensemble. Des hommes et des femmes vivent ensemble depuis des siècles et des siècles, pourquoi les pseudos-psys de librairie viennent tout compliquer avec leurs théories fumeuses ? Je vous le demande !
Rendez-vous sur Hellocoton !

21 réflexions sur “Hommes-femmes : condamnés à s’’affronter ?

  1. moi un des bouquins qui m’a fait le plus flippé tant il était réducteur c’était « les hommes viennent de mars, les femmes de vénus… » et l’auteur de Saturne… Plus encore je flippais quand les gens agréaient ces stéréotypes gerbi

  2. et dans un élan dictato littéraire j’interdis quiconque de dire que c un chouette bouquin ou alors il m’fo une dissert avec arguments et exemples étayés sur 2o pages!!! non mais… I’m waiting 😉

  3. Les livre sur les stéréotypes hommes-femmes mode d’emploi, c’est surtout un sacré filon Etre capable de comprendre que l’autre a sa propre personnalité, qu’il ou elle ne répond pas forcément aux mêmes attentes que celles qu’on attribue à son sexe (enfin son genre je veux dire) devrait suffire comme conseil. Pas besoin de pondre 300 pages et de vendre ça 45€90

  4. Je me suis posée un peu une question dans le meme sens sur mon blog dernierement mais de maniere plus intériorisé, je me dis qu’on a tous quelque part une part de masculinité et de féminité…

  5. L’unisexicité se développe avec le genre humain et pour moi ce n’est pas un mal. J’adore faire la cuisine ! Tu as complètement raison en tout cas sur l’entente des couples. Il existe une alchimie complexe qui fait intervenir des milliers de paramètres à coté de celui du seul genre masculin féminin.

  6. En fait, tout est une histoire de marché… Pour beaucoup des femmes célibataires, le principal problème est… Ben oui, leur célibat ! De ce fait, quand elle voient des magasine avec comme couverture « Trouver l’homme de sa vie » ou « Comprendre les mecs » (avec en vue, de les coincer bien sur) et bien il est logique qu’elle y jettent un coup d’œil ! Alors quand en plus c’est un bouquin, elle pensent voir un truc documenté, réfléchi et VRAI ! SI tout cela marche si bien, c’est qu’il y a un réél malaise là-dessus ! Et tant qu’elles n’auront pas trouvé de compagnon (ou de compagne d’ailleurs!) elles achèteront probablement une quantité de livre/mag sur le sujet en espérant trouver une solution miracle !

    C’est compulsif, et c’est donc un marché idéal et extrêmement vendeur ! Au final, tout cela est une histoire de fric… Ta Marie-Laurence peut nous sortir dans ses bouquins, le plus grand tissu de connerie de l’histoire de la littérature, et tu peux être sure que ça va se vendre comme des petits pains !

    Je suis d’accord sur l’abattage des clichés homme/femme (qui va prendre de plus en plus d’ampleur avec le temps), par contre, les homes (à ma connaissance) n’ont pas ce style de magasines… Etrange non ? Alors, plus tard, est que les mags féminins vont disparaître au profit des mags mixtes ? Ou bien vas ton voir fleurir des mags du même style, mais pour homes ? Avec des questions existentielles sur la forme de rasage de la moustache, ou des dossiers hebdomadaires sur les longueurs de pénis moyennes à travers le monde ou bien encore des test style « Quel séducteurs êtes-vous, le lover, le désabusé, le lourd, le poissard, ou obi-wan kenobi ? »

    Je délire…

    Meuh !

  7. « pourquoi les pseudos-psys de librairie viennent tout compliquer avec leurs théories fumeuses ? »
    pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…?
    au lieu de se focaliser sur les caractères, c’est tellement plus simple de se focaliser sur ce qu on a à l’entrejambe qui attire tellement les gens et en tirer plein de conclusions. apres tout si les hommes aiment le foot, c’est justement parce qu’ils ont une zigounette et que nous on a une… caverne…
    et en plus ça fait vendre. on vit dans une société dans laquelle les gens ont perdu l’essentiel, on ne sait plus créer des relations, tout doit avoir un mode d’emploi. y compris les etres humains. on nous rabache que chacun a son individualité, mais on nous bombarde de bouquins qui nous expliquent que tous les hommes sont pareils et que toutes les femmes aussi…
    et apres on s’étonne que les hopitaux psychiatriques sont bondés….

  8. J’hésite à poster derrière un si bon jeu de mot, franchement je suis conquise … (Les hommes adorent qu’on les admire et nous on a besoin de raconter nos petits soucis). D’ailleurs chérie, entre un grand mâle macho et un petit branleur sensible, tu me conseilles quoi ?

  9. Il est vrai que les mags et moi, on n’a jamais été copain ! A si ! J’ai été abonné à Winnie magasine étant plus jeune… Hum… Après, une petite revue de ciné ou d’info ne fait pas de mal de temps en temps, mais j’étais persuadé que les mecs échappaient à ce style de presse (Bon, à côté il y a SUPRA TUNNING MAG… Y gagne-t-on vraiment ?)

    Mais loin de moi l’idée de penser que seule les femmes soufrent de la recherche de l’âme sœur… C’est toute notre société qui est basée là-dessus ! Me serai-je mal exprimé ?? Rhaaa maudite journée, maudite communication, maudite expression désastreuse !!! Peut-être que je devrais retourner au primaire réapprendre à m’expliquer ? Snif, je crois qu’ils n’auraient même pas de bureaux à ma taille :’( !

    Meuh ! (Nostalgique de Winnie magasine…)

  10. C’est vrai que Ladie’s night, ça sonnait super faux !
    Surtout quand elles faisaient genre « on est supers copines, je t’offre des bougies parfumée » ou lorsqu’à la fin d’une émission, elles se mettaient à danser sans raison… (Perso, je fais pas ça avec mes copines ^^)

  11. Bah il me semblait que les commentaires t’étaient destinées, non ?! Après, il vaut surrement mieux s’affronter aussi entre femmes … J’éviterai la subtilité la prochaine fois, il semblerait qu’elle ne passera ni la barrière de ta suceptibilité, ni celle de ton besoin de dominer …

  12. Je radote ainsi ? Diantre ! Ca ne m’avait pas frappé…

    Méa Culpa ! Je ne penssait pas que c’était à se point là : si mes propos ont été mal interprétés, je n’avais cas mieux les écrire 🙂 !

    Meuh !

  13. Je crois pas qu’on puisse encore cataloguer les sexes dans un rôle bien défini. Ca me paraît un peu réducteur pour l’humanité en général d’essayer de définir les femmes ou les hommes, vu que personnellement je me sens pas du tout capable de dire qu’une femme ou même homme pense de telle ou telle façon.

    On est tous uniques, complexes, et de façon générale un joyeux bordel. Donc je dis zut aux clichés. Amen ^^

  14. Ben au fond, si ça marche aussi bien ces bouquins, c’est parce qu’on espère toujours à la fois: 1. s’y reconnaître (ouf! je ne suis pas un OVNI, j’appartiens à la grande famille de ceux qui enlèvent leur chemise en la déboutonnant/ en la déboutonnant pas, ou encore à la famille de ceux qui creusent/ ceux qui regardent creuser), 2. Trouver LE mode d’emploi, celui qui rassure sur la part d’ombre de l’Autre, cet épuisant mystère qui nous sert de partenaire.
    Au fond, il nous faut un Autre qui nous ressemble, mais avec assez de différences pour pas s’emmerder. Alors PS si vous connaissez un jeune homme 25-35 ans, intelligent, cultivé, drôle, faites-moi signe!!! bouhou je veux un copain…

  15. C’est quoi ce délire là ?
    Je suis un mec, et pourtant je déboutonne ma chemise avant de l’enlever…
    Et il m’arrive meme très régulièrement de m’assoir sur les WV au lieu de faire pipi debout ! (90% de fois)
    Et oui mesdames, vous avez-bien lu : je suis un mec qui ne pisse pas partout dans les WC, qui utilise le balais à chiotte, qui tire la chasse et se lave les mains !
    (Désespérez pas, je dois pas être le seul tout de même …)

  16. merde je suis pas un vrai mec, je déboutonne toujours ma chemise avant de l’enlever (sinon ca l’abime) sauf aux manches (trop dur à remettre tout seul)

    Pour les hommes viennent de mars, les femmes de venus. Il y a des stereotypes certes, mais ca a le mérite de montrer des différences et de dire que plutot que de les gommer, il vaut mieux prendre du recul et essayer de discuter et de comprendre. Si on s’arrete aux descriptions des genres, la moitié (au moins) des bouuins de psycho ne sont que des gros clichés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *