Fidélité, infidélité, polyamour

Grande thématique amoureuse : faut-il être fidèle ou pas ? Ou commence l’infidélité ? A chacun sa réponse. Pour moi, la fidélité existe à partir du moment où il y a tentation : quand je suis en couple et que je n’ai envie de personne d’autre, je ne me considère pas comme fidèle. C’est plus un état de fait : je suis avec un tel et je ne vois personne qui pourrait me donner envie d’aller voir ailleurs.
 
Quand la tentation est là, la fidélité devient parfois pesante… Comme j’ai expliqué à Bouc et Moustache, je ne
suis pas fidèle par moralité mais plus par peur de blesser l’autre, de trahir sa confiance. Quand j’étais avec Guillaume, j’ai été sérieusement tentée par d’autres hommes. Le premier, Fabien, faisait de la radio avec moi. Dès qu’il m’effleurait, j’avais des frissons partout. Pour faire court, j’avais très envie de lui, au point de m’en rendre malade. Dès que le voyais,
systématiquement, je rêvais de lui la nuit suivante… Et c’était hautement érotique. Je me suis vraiment posé la question sur la conduite à suivre :
– d’un côté, Guillaume. Je l’aime mais au bout d’un certain temps, la routine s’installe… Ai-je envie de le quitter ? Non. Ai-je envie de le blesser ? Non. Ai-je envie de le tromper ?…
– de l’autre, Fabien. Il y a une complicité indéniable entre nous, je crève d’envie de lui. Est-ce que je l’aime ? Non. Est-ce que je pourrais envisager de sortir avec lui ? Pourquoi pas mais ça ne durerait pas. Ai-je envie de lui ? Oui, oui et encore oui. Et lui ? Je n’en sais rien mais certaines choses me font penser que je ne laissais pas totalement indifférent (je ferai peut-être un article sur lui plus tard pour développer cette histoire).
 
Fidélité…
Tromper ou pas ? Je suis terriblement tentée, j’ai envie qu’il m’embrasse (hypocrite, je ne ferais jamais le premier pas, même si j’en ai envie), qu’il me caresse, qu’on fasse l’amour comme des sauvages, toute la nuit… Juste une fois. Après tout, l’infidélité, c’est courant, tout le monde se laisse tenter, pourquoi pas moi ? Juste une fois, pour éteindre le
brasier. Mais je le sais : c’est comme la cigarette, on en fume une, « juste parce qu’on en a envie » et c’est le cercle vicieux, on n’en sort plus, après. Surtout qu’autant en matière de tabagisme que de sexualité, je n’ai AUCUNE volonté, je ne peux dire non à mes envies.
 
Mais j’ai été fidèle, pourquoi ? D’abord parce que je ne voulais pas blesser Guillaume mais si Fabien avait fait un pas vers moi, je crois sincèrement que j’aurais craqué. Re-belote avec Bertrand, mais la situation est différente : mon couple avec Guillaume est dans le coma, Bertrand est charmant, il s’intéresse à moi (pas forcément en tant que petite amie potentielle mais en tant que camarade étant attirée par le journalisme). Je suis de mauvaise foi : si je pèche avec Bertrand, c’est parce que je suis en manque avec Guillaume qui ne me donne plus rien. Tout bascule un soir de juin : après des partiels, on sort entre potes de promo, Guillaume n’est pas là et je flirte gentiment avec Bertrand, on discute, on se frotte un peu, je le regarde avec des yeux plein d’étoiles mais je suis saoule alors je ne suis pas sûre qu’il se soit rendu compte de quoi
que ce soit. Je suis très tactile avec lui alors que je ne le suis jamais, une main posée négligemment sur son épaule, quelques mots susurrés à son oreille pour couvrir la musique…Le lendemain : double combo. Fabien m’appelle pour m’inviter à un barbecue, je ne pense qu’à Bertrand et à la délicieuse soirée que nous avons passés. Est-ce normal d’avoir plus envie de voir un gars de ma promo que mon petit ami ? Est-ce normal d’avoir envie d’aller au barbecue de Fabien et de ne pas voir mon petit ami, du coup ? Explosion en plein vol : je romps avec Guillaume.
 
Donc, je n’ai jamais été infidèle mais est-ce par volonté ou par manque d’occasion ? Clairement le second. Je me connais : si je m’étais retrouvée seule avec un des deux jeunes hommes et qu’il avait tenté quoi que ce soit, j’aurais été incapable de résister…Enfin, je ne crois pas. Après, je m’en serais certainement voulue, j’aurais pas été capable de cacher mon
« forfait » car je suis nulle comme menteuse. Faire du mal à tout le monde pour un peu de plaisir, est-ce que ça vaut le coup ? En théorie, non. En pratique, je ne vais pas faire la moraliste alors que je ne sais pas si j’aurais cédé ou non.
 
Ou pas
A présent, l’infidélité dans l’autre sens. L’article d’Emma sur ses amours clandestines a soulevé un débat intéressant. Alors que j’étais en couple, on m’avait posé la question suivante : « Si ton mec te trompe avec une autre fille, tu en veux à qui ? » Au monsieur, of course. Ce n’est pas de la solidarité féminine mais la demoiselle n’est déjà pas censée savoir que mon mec a une copine (moi, en l’occurrence). Ensuite, puis-je lui en vouloir d’être tombée sous le charme de mon mec ? Techniquement non, puisqu’il m’a séduite aussi. C’est à lui de dire non, pas à elle. Depuis que je suis à Paris, j’ai rencontré plusieurs demoiselles qui sortaient avec des hommes mariés. C’est super facile de leur jeter la pierre : « et tu as pensé à sa femme ? Et à ses gosses ? Et à son chien ? » Mais elles souffrent, personne n’y pense, à ça. Oui, bien sûr : « elles n’avaient qu’à pas tomber amoureuse d’eux ». C’est tellement facile de choisir de qui on tombe amoureuse ou pas ! En matière d’amour, il est difficile de condamner et tellement facile en même temps : ouh, la vilaine briseuse de ménage ! Statistiquement, je pense que la proportion des hommes infidèles par simple plaisir de conquête et des femmes réellement briseuses de ménage est assez mince. L’amour, ça se commande pas. Fanficsworld a laissé un commentaire très intéressant sur le désir des autres quand on est marié. Mettre une alliance autour de son doigt n’empêche pas qu’on regarde les autres hommes ou femmes et qu’on peut être tenté, après. Faut-il condamner ceux qui franchissent la ligne ?
Chaque cas est particulier, impossible de répondre à cette question de façon tranchée. Je crois qu’il faut connaître la situation de chaque protagoniste avant de crier au scandale. Après tout, plus d’une fois, je m’en suis bien moquée de la greluche qui partageait la vie du mec que je visais : après tout, qui dit qu’il sera plus heureux avec elle qu’avec moi ?
 
La troisième voie ?
Solution intermédiaire : le polyamour ou les relations libres : on va voir ailleurs de façon consentie. La solution me semble pas mal si les deux sont d’accord… Mais me connaissant, j’aurais peur de finir par partir avec l’amant. Pierre, mon amant pervers, était un adepte de ce genre de relations. Un jour, il fait remarquer à sa compagne du moment (trois ans de relation, ils vivaient ensemble) que le voisin semble attiré par ses charmes, il la pousse dans ses bras. Résultat, elle est partie avec lui et ça m’a fait doucement rigoler. Je pense que, si dès le départ, elle était réticente, c’est qu’elle devait sentir que ça allait se terminer comme ça. Je crois que le concept est intéressant mais à partir du moment où on a qu’un seul amant/maîtresse, ça me paraît dangereux. Pierre m’avait expliqué ce concept : si on part du principe qu’on ne peut aimer deux personnes de la même façon, tous ces hommes m’apportent une forme d’amour différente et il  n’y a pas à avoir d’exclusivité à ce sujet. Sur le fond, ça se défend. Sur la forme, mes expériences amoureuses m’ont démontrée que je ne pouvais aimer qu’un homme à la fois, pour les autres, je n’avais que du désir.
 
Du haut de mes 25 ans, je me considère plutôt comme monogame, j’ai toujours été fidèle dans les faits. Une brouette ne mérite pas de blesser l’autre. Ce n’est pas pour autant que je jette la pierre aux infidèles ou à ceux qui sortent avec une personne déjà prise. Chaque cas est particulier et c’est trop facile de condamner sans savoir.
Rendez-vous sur Hellocoton !

25 réflexions au sujet de « Fidélité, infidélité, polyamour »

  1. "Solution intermédiaire : le polyamour" > difficile à mettre en pratique à cause de l’influence culturelle monogame et des jalousies associées……

    Nina : Oui, en effet. Perso, je sais pas si j’accepterais longtemps de voir mon homme butiner ailleurs, suis assez possessive… Je crois que c’est à manier avec des pincettes.

  2. je ne vois rien a ajouter nina 🙂 je suis d’accord avec toi sur ta façon d’analyser les choses, sauf que moi c pas par manque d’occasion que g toujours ete fidele, mais par principe 🙂
    biz

    Nina: Ben, j’ai ce principe là aussi mais aurais-je résisté si j’avais eu l’occasion de? Je n’en sais strictement rien, ce serait hypocrite de crier haut et fort le contraire.

  3. Je m’associe à Gé, article clair, précis, pas de parti pris irrationnel, c’est du bonheur! En plus, je suis d’accord avec toi! Cette génération me pleit décidément!

    Pendant plus de 2 ans et demi, j’étais avec la même personne, qui elle, voyait les choses d’une façon trop idéaliste, trop utopique… Bref, malgré quelques soirées fort arrosées, et quelques occasions, je ne l’ai jamais trompée. Pour ne pas la blesser, par respect pour elle, bien que ça m’ai démangé plus d’une fois… Je n’aimais qu’elle, mais j’avais parfois du désir pour d’autres.

    Maintenant on est séparé (c’est moi qui suis parti) et cette frustration, a sûrement joué dans cette rupture. Je réponds tout de suite au détracteurs de cette philosophie, je ne suis pas en train de dire que c’est de sa faute, que je suis parti parce qu’elle ne m’a pas laissé la tromper!!! Loin de là! Je comprends très bien, et je respecte sa position! Mais simplement, moi je suis à la recherche de quelqu’un qui serait moins à cheval là dessus. Quelqu’un qui pense comme moi que ce n’est pas parce que l’on trompe de temps en temps son partenaire que c’est un drame, et que ce n’est pas la peine d’aller lui dire. Quelqu’un qui pense que retourner dans les bras de celle qu’on aime en abandonnant celle avec qui on vient de passer du bon temps est plus important que le symbole d’une fidélité absolue.

    Enfin voilà quoi… Hum je me suis laissé emporté moi, et dire qu’au début je voulais juste marquer : "rien à ajouter" … 😉

    Nina : Je crois que chaque histoire est unique, de toute façon. Pour moi, l’infidélité menace un couple à partir du moment où l’amant ou la maitresse prend plus de place dans la vie de la personne que son compagnon ou sa compagne officiel(le). Après, on n’est pas à l’abri d’un accident.

  4. complètement d’accord avec toi… c’est trop facile de juger de l’infidélité quand on n’y a jamais été confronté ni dans un sens ni dans l’autre. Les choses ne sont jamais faciles…

    Nina : Absolument! Et puis, je vais te dire, ceux qui conspuent les infidèles seront les premiers à fauter quand ils en auront l’occasion, je pense.

  5. Oh mon Dieu!!! J’avais pas pensé à son pauv’ chien!!!
    Blague à part, je suis tout à fait d’accord avec toi Nina (ça vous étonne?)
    Lorsque j’étais en couple, j’ai toujours été fidèle, parce que pour moi l’amour va avec le désir. Quand je n’ai plus désiré mon compagnon, l’amour aussi était parti, et je l’ai quitté. C’est pour ça que les "relations libres" ou le "polyamour" ne sont pas faites pour moi. D’un autre côté, et là ma situation est très casse-gueule, je vivrais très mal le fait d’être trompée, je ne le comprendrais pas, tout simplemet parce que cela n’est pas mon fonctionnement comme je l’expliquais + haut.
    Pour en revenir à mon vécu actuel, je ne connais rien de sa façon de voir les choses et de l’état de son couple, mais je sais qu’on est aimantés l’un vers l’autre, et que je ne peux pas refouler ce que je ressens.
    Amicalement à tous!

    Nina : Tu vois, je peux tout pardonner, mais le fait que tu n’aies pas pensé au chien, là, Emma, je te pardonnerai pas! 😉

    Perso, je sais pas comment je réagirais si j’apprenais que j’étais cocue. Je serais blessée, sûr, mais est-ce que je serais en colère? Est-ce que je laisserais couler? Est-ce que j’en ferais autant pour me venger? Pas la moindre idée.

    Je crois que chaque couple doit trouver son équilibre, si le polyamour le permet…

  6. zibro dit :

    Même si on respecte sa compagne, il peut arriver de craquer pour une autre (oui oui c’est possible…) mais une question qui me vient à l’esprit: est ce qu’il faut tout avouer ou ne rien dire si c’est juste un "accident" et que ça ne se répète pas?
    Moi je suis plutôt un partisan du silence dans ce cas précis, gâcher une relation qui dure à cause d’un petit tour en brouette c’est dommage…
    Qu’en pensez vous?

    Nina : Un accident, ça arrive, oui. Pour ma part, je suis partisane du silence. Une fois, j’avais vu une émission sur le sexe et une sexologue disait qu’en cas d’infidélité, il fallait se taire car l’avouer, c’est filer à l’autre le poids de la culpabilité (pourquoi m’a-t-il trompé? Ne suis-je pas à la hauteur?)

    Le seul truc qui m’inquiéterait dans ce cas-là, c’est que mon compagnon l’apprenne par quelqu’un d’autre.

  7. @ Zibro : ne lui dit rien!! Gacher une relation à cause d’un petit écart, c’est trop bête! Ca la fera souffrir, et en plus, tu prends le risque que cette relation se termine à cause de ça!

    Parce que ce n’est pas facile de pardonner, et encore moins d’oublier.

    Nina : C’est surtout que ça la fera souffrir.

  8. j’ai bien aimé le "je suis PLUTOT monogame" 😉

    pour le polyamour ou parle aussi de polyfidélité

    Nina : J’aime bien le concept de polyfidélité! 🙂 Mais ça veut dire qu’on ne couche pas avec d’autres personnes que nos partenaires habituels ou qu’on jure fidélité à tout le monde?

     

     

  9. Fei dit :

    Craquer une fois, si ca n’a pas de signification, ca peut arriver, et l’avouer ne mene a rien. Pourquoi faire du mal à l’autre qu’on aime, puisque c’etait une erreur ? Cependant, c’est ouvrir la boîte de Pandore. Car si on a fauté une fois, qu’on a rien dit et qu’on s’en porte pas plus mal, on a levé une inhibition, consciemment ou non, donc un frein, et la probabilité de recommencer augmente. Et comme les nouvelles experiences sont souvent plus grisantes que les situations connues, au fur et a mesure on va delaisser la relation etablie. Et au bout d’un moment c’est la rupture. On se trouve plein d’excuses pour ca, puis on rencontre quelqu’un d’autre, et rien n’empeche de reproduire le schema a la premiere fois que la flamme vacille…
    Aimer, c’est aussi savoir resister aux tentations, c’est ne pas commencer a envisager de voir d’autres gens quand ca commence a aller mal. Une relation ca se travaille…
    Evidemment, la plupart des relations s’arretent un jour. Ce que je veux dire, c’est que j’ai l’impression que de plus en plus les gens refusent de consentir aux efforts que demande une relation pour etre vraiment durable. L’amour change, on aime pas de la meme facon selon le stade d’une relation. Il faut etre pret a l’accepter si on veut que ca dure.
    Le "polyamour", pour que ca marche, il faut etre totalement sur de son couple. Il faut une totale confiance, une totale connaissance de soi et de l’autre, une harmonie. Bref des choses qu’on a qu’avec une relation etablie depuis longtemps. Parce que sinon c’est tres dangereux, et souvent c’est creuser soi-meme de la tombe de sa relation. De meme que ceux qui se mettent a ca pour pallier une crise de couple, un manque ou autre se fourvoient completement. Le "polyamour" ne peut pas etre un palliatif, une roue de secours, une bequille. Ca doit etre une envie profonde et mutuelle entre personnes totalement sures de leur amour. Sinon c’est juste la chronique d’une rupture annoncée…
    L’infidélité en soi ne me choque absolument pas, on peut aimer quelqu un et trouver d’autres personnes attirantes. Mais etre infidele c est prendre un tres gros risque. Parce que meme si on pense que c’est juste une brouette sans consequences, en fait on ne maitrise pas ce que ca peut provoquer en soi. On s’attache au partenaire de brouette plus qu on aurait cru, et on se detache de son partenaire regulier. Certains diront alors que c’etait juste le revelateur d’un probleme, que ca a juste mis a jour quelque chose d’inevitable de toute facon. Pourquoi pas ? On pourrait aussi penser que quelque part c est peut etre surtout signe qu’on est soi-meme pas vraiment assez mature pour une relation durable, pas assez fort pour accepter que la nouveauté a toujours plus d’attrait mais qu’au final la nouveauté finit toujours par devenir ne plus l’être.
    Au final, il n’y a pas de recette miracle, pas de methode. Chacun gere ses relations en accord avec lui-même. Il y a autant de conceptions de l’amour qu’il y a de relations. La seule chose iportante, c’est de savoir ce qu on veut vraiment.

    Et sur ce j’arrete de divaguer… Keep up the good work, j’aime beaucoup ce blog que je lis avec plaisir tous les jours ou presque.

    Nina : Merci pour ce long comm, très intéressant! 🙂 Je suis d’accord avec toi concernant le polyamour, faut que le couple de base soit super stable sinon, forcément, ça part en vrille. Le risque que je vois aussi dans le polyamour, c’est que seul une personne en a envie, l’autre acquiesce "pour faire plaisir" et patatras! Le couple vole en éclat.

    Je suis d’accord aussi pour dire que l’infidélité, c’est dur à maîtriser, une fois qu’on y a goûté… C’est une liberté nouvelle et si on se fait pas attraper… Puis le côté interdit est toujours excitant.

  10. Pour couper la poire en deux, je voudrais me vanter d’être fidèle à toutes mes amantes à la fois…

    Bref…un copain commun – Stéphane Civiletti – m’a recommandé ton blog, j’y fais un tour. Je ferai certainement un post sur mon blog http://capharnaum.over-blog.org
    Fais-y un tour, il me reste encore du boulot pour l’améliorer !Hypolite B.

    Nina : Ahahahahahahah! Très bien trouvé! 🙂 Par contre, Stephane Civiletti, je connais pas… 🙁

  11. stef dit :

    "faut-il être fidèle ou pas ?" : mauvaise question, selon moi, car la réponse est évidente, oui. Peut-on ou doit-on être fidèle ou pas? serait plus juste.

    Nina : Bah non, la réponse n’est pas évidente, sinon, je poserais pas la question.

    "Ou commence l’infidélité ? A chacun sa réponse" : dans ce cas, il vaut mieux aborder ce sujet le plus vite possible, dans une relation, afin de mettre les points sur les I dès le départ. Bien des soufrances serait épargniés.

    Nina : Un mec qui me demande où sont les limites de la fidélité dès le départ, ça va pas me plaire, quand même…

    "Quand la tentation est là, la fidélité devient parfois pesante" : cela revient à dire qu’il faut faire des efforts incroyable pour être fidèle, vu les nombreuses tentations possible. Je suis un peu surpris, je dois être le seul con à croire qu’une fois en couple, on applique "un peu" la philosophie du mariage.
    Selon moi, une tentation est tout à fait normal, là où va commencer l’infidélité, c’est à partir du moment où on cherche à aller plus loin, renouveler, exploiter ou profiter de cette tentation.

    "l’infidélité, c’est courant, tout le monde se laisse tenter, pourquoi pas moi ?" : avant de tomber sur ton blog, je pensais très sérieusement que la fidélité existait. Aujourd’hui, je me dis que si elle existe, elle doit être très très rare. Comme si je venais d’ouvrir les yeux sur un "nouveau" monde qui m’entour. J’en viens même à douter de la fidélité des couples qui sont autour de moi. Je commence à trouver "louche" que la copine d’un pote vienne me voir parfois, seule. Avant, je trouvais cette situation "normal", alors qu’aujourd’hui …

    Nina : C’est vrai que jeune, je croyais que tout le monde était fidèle puis en écoutant mes parents parler, me suis rendue compte que les 3/4 des couples qu’ils connaissaient ne l’étaient pas.

    "c’est comme la cigarette, on en fume une" : pourquoi continuer à aller dans les bar-tabac, dans ce cas, pour être tenter?

    Nina : Quoi? J’ai pas compris le rapport…

    "si Fabien avait fait un pas vers moi, je crois sincèrement que j’aurais craqué" : pourquoi ai je l’impression qu’il y a autant de définition du mot "fidélité" qu’il y a de personne sur cette planète?! Si je te comprends bien, la fidélité pour toi, c’est juste ne pas faire souffir l’autre. On peut coucher avec n’importe qui, pouvu que notre conjoins n’est pas au courant, en somme.

    Nina : Non, pas du tout. Tu as mal lu : si on couche avec quelqu’un, c’est de l’infidélité, que l’autre soit au courant ou pas. Là, je fais juste preuve d’honnêteté : je ne sais pas si j’aurais craqué ou pas si j’avais eu l’occasion de faire quelque chose avec Fabien.

    "mon couple avec Guillaume est dans le coma" : tu n’as pas chercher à le sortir un peu de ce coma? pour relancer la "passion" du départ entre vous. Bougie brulée par les deux bouts?

    Nina : L’amour n’est pas éternel. Un couple, c’est deux personnes, une seule ne peut pas tout faire pour le sauver.

    "je suis en manque avec Guillaume qui ne me donne plus rien" : tu as discuter avec lui, afin de savoir LE pourquoi?

    Nina : Facile, on s’aimait plus.

    "la demoiselle n’est déjà pas censée savoir que mon mec a une copine" : tu oublies les petites annonces "femme marié cherche amant …". Ne peut on pas sortir avec une personne déjà prise, afin d’être le trompeur pour éviter d’être le trompé?

    Nina : Aucun rapport, une fois de plus… Je comprends pas pourquoi tu dis ça. Si une fille sort avec mon mec, elle n’est pas censée savoir que j’existe, que viennent foutre les femmes mariées qui cherchent des amants dans cette histoire?

    "Ensuite, puis-je lui en vouloir d’être tombée sous le charme de mon mec ?" : oui. Une relation entre deux personne existe, uniquement si les deux sont concentant.

    Nina : Non, je ne peux pas en vouloir à la fille, sauf si elle sort avec lui uniquement pour me blesser. S’il la drague et qu’elle cède, elle n’y est pour rien, c’est comme ça.

    "Mais elles souffrent, personne n’y pense, à ça" : si. mais a partir du moment où la personne est au courant de la situation, c’est à elle de vouloir continuer ou pas.

    Nina : Tu crois que c’est simple d’arrêter une relation amoureuse comme ça?

    "Faut-il condamner ceux qui franchissent la ligne ?" : oui, selon moi. Sinon, elle est où la notion de fidélité? Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que chaque cas est différent, bien que c’est encore un autre débat différent de celui de ton post. Mais si un couple a des problèmes, je pense qu’il d’abord commencer à discuter et trouver, si possible des solutions. Ensuite s’il n’y a pas de solutions et pas de dialogue possible, pourquoi rester avec cette personne dans ce cas? pourquoi ne pas rompre cette relation "pourrie", divorcé, avant d’aller voire ailleurs? de cette façon, la nouvelle relation ne peut être que plus saine, non?

    Nina : Un divorce, c’est beaucoup d’ennuis et l’autre relation n’a peut-être pas d’avenir en tant que telle. On peut pas foutre une relation longue pour une relation qui ne durera peut-être pas.

    "Chaque cas est particulier et c’est trop facile de condamner sans savoir" : d’accord avec toi mais on peut aussi dire que c’est trop facile de croquer dans la pomme que te tend.

    Nina : Non mais qui dit que les personnes infidèles croquent la pomme avec facilité? Il faut vraiment le vivre pour comprendre que ce n’est pas si facile que ça à vivre.

    Pierro > "qui pense comme moi que ce n’est pas parce que l’on trompe de temps en temps son partenaire que c’est un drame" : c’est quoi alors ta définition de la fidélité, dans ce cas?

    "retourner dans les bras de celle qu’on aime en abandonnant celle avec qui on vient de passer du bon temps" : un peu facile, je trouve. Cela fait un peu "bon ben, j’ai essayé avec toi, çà ne marche pas, donc je laisse, et je retourne avec ma femme, qui finalement n’est pas si mal que çà".

    Banana > "c’est trop facile de juger de l’infidélité" : d’accord avec toi, mais le débat n’est même pas là, je trouve, il est "avant" le jugement.

    Emma > "ça vous étonne?" : non, l’inverse aurait été surprenant par contre. 🙂 D’ai
    lleurs, je ne pense pas trop me tromper en disant que Nina a été "un peu influnancé" par ton article pour écrire le siens. Je suis sûr qu’elle a pensé à toi, plus d’une fois, lors de la rédaction.

    Nina : Bah, je l’ai dit! Mais ce n’est pas la seule femme que je connais à fréquenter un homme marié.

    zibro > je crois qu’on peut écrire un article sur cette question de "dire ou pas dire". Voir même un bouquin. La question serait plus juste, selon moi, si tu demande plutôt : "et moi, je voudrais le savoir ou pas, si ma femme avait eu une brouette?". Je crois qu’on peut trouver autant d’argument pour que contre. Comment faire la part des choses afin de trouvé LA vrai réponse? si on considère bien sûr qu’il y en a une.
    Perso, je crois que je voudrais savoir, afin de prendre la décission de continuer ou pas la relation.

    Comme je l’ai dit plus haut, avant que croyais dur comme fer que la fidélété existait, aujourd’hui, j’ai l’impression que chacun "invente" ses propres arguments pour justifier la "petite brouette par erreur". C’est un peu facile, je trouve, mais bon, pourquoi pas.

    En partant de l’hypothèse que tout le monde est infidèle ou le sera un jour, peut-on construire un couple malgré çà?

    Pierro > "Gacher une relation à cause d’un petit écart" : la question est plutôt de savoir POURQUOI il y a eu un écart.
    "Parce que ce n’est pas facile de pardonner, et encore moins d’oublier" : donc ta femme peut te tromper tant qu’elle veut, du moment qu’elle ne te dis rien?

    Fei > "on a levé une inhibition, consciemment ou non, donc un frein, et la probabilité de recommencer augmente" : entièrement d’accord, je crois d’ailleurs que c’est le premier argument contre l’infidélité que je viens de lire.
    "les gens refusent de consentir aux efforts que demande une relation pour etre vraiment durable" : oui, à croire qu’on devient de plus en plus faignant. Et qu’on choisie de plus la facilité.
    "la nouveauté finit toujours par devenir ne plus l’être" : oui, et on sait toujours ce qu’on perd, jamais ce qu’on gagne.
    "Et sur ce j’arrete de divaguer" : tu n’as pas divaguer, loin de là je trouve. 🙂

  12. Débat sujet à polémique évidemment! Ce que je comprends. Pour te répondre Stef :
    "qui pense comme moi que ce n’est pas parce que l’on trompe de temps en temps son partenaire que c’est un drame" : c’est quoi alors ta définition de la fidélité, dans ce cas?" => Ca c’est être infidèle! Bien entendu, mais je pense pas que ce soit un drame. Et le temps en temps ne veut pas dire souvent! Mais plutôt exceptionnellement.

    "retourner dans les bras de celle qu’on aime en abandonnant celle avec qui on vient de passer du bon temps" : un peu facile, je trouve. Cela fait un peu "bon ben, j’ai essayé avec toi, çà ne marche pas, donc je laisse, et je retourne avec ma femme, qui finalement n’est pas si mal que çà". => Non, ça veut dire que tu as passé la nuit avec quelqu’un en sachant très bien que c’était pûrement physique, et que dès le lendemain, tu retourne vers la personne que tu aimes. Il n’est pas question de sentiments dans ce cas, mais uniquement de satisfaire une envie physique, un désir. A partir du moment où se mêlent des sentiments, ça devient dangereux. Et je me répête, mais je parle vraiment de cas occasionnels.

    "Gacher une relation à cause d’un petit écart" : la question est plutôt de savoir POURQUOI il y a eu un écart.
    "Parce que ce n’est pas facile de pardonner, et encore moins d’oublier" : donc ta femme peut te tromper tant qu’elle veut, du moment qu’elle ne te dis rien? => Non, je parle uniquement d’un écart, d’une aventure d’un soir. Là, je préfère ne rien savoir en effet. Par contre, si celà se produit de manière répétée (avec la même personne ou même des différentes) il y a malaise.

    Pour finir, je comprends parfaitement ton opinion, et, rassures toi, vous êtes très nombreux à la partager! Et encore plus à s’y tenir une fois en couple, malgré une opinion opposée (c’est mon cas d’ailleurs, malgré ma pensée, je n’ai jamais trompée ma copine, par respect pour elle et son opinion.)

    Nina : Oui, ce n’est pas parce qu’on réfléchit à la question qu’on est forcément infidèle.

  13. Coucou !

    Eh bien je suis flatté de me voir ainsi cité dans ton article lol Je suis un peu le parrain de cet article, alors ? lol

    Ton article en appel finalement un autre, celui sur les relations polygame, et plus largement le libertinage ou l’échangisme. Comptes-tu aborder le sujet un jour ? Sans doute pas, tu ne sembles pas avoir eut d’expérience dans ce sens, même de loin…

    Thom…

    Nina : Bah, il paraît que je suis libertine, actuellement, j’en ai pas l’impression mais bon… Echangisme, j’ai pas testé non plus, si ça arrive, j’en parlerai.. En même temps, suis célibataire, personne ne peut m’échanger! 😉

    Hé oui, ton heure de gloire est arrivée! 😉

  14. Dans ta partie "Ou Pas" je ne peux que confirmer le fait qu’on souffre quand on est la "maitresse"…
    C’est vraiment insupportable d’aimer quelqu’un qu’on sait aimer une autre…
    Au final ça blase un peu quant à l’attitude de certains…

    Nina : Ben oui. Non seulement, on souffre mais en plus, on a le mauvais rôle de la briseuse de ménage… 🙁

  15. Bonjour Nina. En effet, pour en avoir parlé dernièrement avec un ami, il est fort possible que l’infidélité soit courante comme tu dis et devienne même la "norme". Est-ce pour autant une raison de se laisser tenter, quand tentation il y a, car tentation il y aura toujours tout au long de notre vie….Après tu l’as dit, c’est une question de volonté. Doit-on laisser notre instinct animal prendre le dessus, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Biologiquement parlant,du point de vue de l’évolution des espèces, il est clair que la fidélité n’est pas la norme. Alors doit-on adopter une moralité appropriée à notre société, doit-on laisser parler nos désirs ( ils sont parfois difficiles à contrôler ), doit-on vivre une frustration certaine à retenir nos envies, au point comme tu le dis d’en rêver la nuit ! Ces sont des questions bien difficiles. Pour ma part, j’aime à croire que mon désir de fidélité hautement ancré en moi, résistera aux autres solutions que tu proposes ( je n’ai pas de certitude, mais je le pense). La liberté dans le couple, oui pourquoi pas, c’est en tout cas un concept qu’on essaye de nous vendre dans les médias, depuis quelques années, mais il comporte le risque principal de voir la couple partir en déliquéscence, maintenant certains s’y retrouvent ….Je crois que la réponse à cette question est différente pour chacun de nous. Cependant, un amour hors du commun, une véritable passion ( et je l’ai connu) est le "vaccin" contre l’infidélité….Bien sûr, il faut pouvoir vivre une telle passion pour le comprendre et en avoir envie. Mais la fidélité ou l’infidélité sont peut-être des pathologies, non? A bientôt

    Nina : Il est vrai que biologiquement, nous ne sommes pas fidèles, normal : nous cherchons le meilleur reproducteur, les gênes les plus forts…

    Comme j’expliquais, j’ai toujours été fidèle, je sais pas si j’aurais été capable de franchir la ligne ou pas… Des fois je me dis que oui, d’autres non. Après, quand je décide de m’installer en couple et de construire quelque chose, je ne vais pas forniquer à droite ou à gauche. De toute façon, quand je suis amoureuse, je ne vois aucun autre homme.

    Et puis l’infidélité, c’est se compliquer la vie, quand meme!

  16. stef dit :

    "Si une fille sort avec mon mec, elle n’est pas censée savoir que j’existe" : ce n’est pas la première chose que tu cherches à savoir sur l’autre personne, avant de commencer toute relation, le fait qu’elle dispo ou non? Surtout pour quelqu’un qui se dit fidèle et non briseur(seuse) de ménage.

    Nina : Oui, à chaque fois, j’engage un détective privé car le monsieur n’est pas obligé de me le dire…

    "que viennent foutre les femmes mariées qui cherchent des amants dans cette histoire?" : parce que dans ton article, tu ne tiens compte QUE du cas ou la personne ignore que l’autre est déjà maqué. Alors qu’il existe aussi le cas la personne sait dès le départ que l’autre est maqué ou marier.

    Nina : Relis, je ne pense pas qu’à ces personnes-là.

    "Tu crois que c’est simple d’arrêter une relation amoureuse comme ça?" : j’avoue manqué cruellement d’expérience sur ce plan. Toutefois, si je tombe amoureux d’une personne que je crois célibataire, et qu’elle m’apprends le contraire, je m’immagine difficilement continuer la relation. Et d’une parce qu’elle m’aura plus ou moins "mentie". Et de deux, parce que je refuse de faire aux autres ce que je ne voudrais pas qu’on me fasse, en l’occurance être un brisseur de ménage.

    Nina : C’est que tu n’as jamais dû tomber amoureux car tu comprendrais que les sentiments passent parfois au-dessus des conventions sociales.

    "Un divorce, c’est beaucoup d’ennuis" : bien sûr, mais j’ai beaucoups de mal à croire qu’on puisse tromper sa femme si on l’aime encore. A partir du momment où tu ne l’aime plus, pourquoi rester avec elle?

    Nina : Et si, ça peut arriver.

    "On peut pas foutre une relation longue pour une relation qui ne durera peut-être pas" : comme je l’ai dit à Pierro, cela fait un peu "bon ben, j’ai essayé avec toi, çà ne marche pas, donc je laisse, et je retourne avec ma femme, qui finalement n’est pas si mal que çà". Je trouve çà un peu dégueulase mais je suis peut être qu’un extrémiste sur le sujet de fidélité.

    Nina : Oui, je te trouve extrémiste sur ce point, effectivement. Je n’encourage pas du tout l’infidélité, malgré ce que tu sembles croire mais je  ne vais pas hypocritement dire que je ne serai jamais infidèle parce que je n’en sais rien. Il ne faut jamais dire "fontaine, je ne boirai pas de ton eau".

    "les personnes infidèles croquent la pomme avec facilité?" : c’est facile pour le mec qui a une femme ET une maitresse, pas facile pour la maitresse si elle est seule. C’est facile pour le mec car si sa relation avec sa maitresse foire, il lui reste toujours sa roue de secoure, sa femme.

    Nina : Mais tu pourrais pas envisager 30 secondes que l’homme peut être amoureux aussi et que si sa maîtresse s’en va, il va souffrir?

    "Il faut vraiment le vivre pour comprendre que ce n’est pas si facile que ça à vivre" : je crois qu’il ne faut le vivre du tout.

    Nina : Ca éviterait les jugements à l’emporte-pièce.

    Tout le monde est d’accord que être trompé fait très mal. Tout le monde semble vouloir être fidèle. Ce qui me surprends le plus dans cette articles et la majorités des coms, c’est la mise en avant des arguments qui justifie l’infidélité. Un peu comme si tout le monde acceptait plus ou moins le fait d’être trompé.

    Je suis peut être un peu extrémiste sur le sujet mais je pars des principes suivant:
    – Si on pardonne une fois l’eccart de son conjoint, rien de l’empêchera de recommencer à nouveau puisque la première fois il a été pardonné.
    – Si on accepte le fait que l’autre puisse nous tromper, que reste t’il alors pour nous empêcher de le tromper aussi?

    Nina : Si l’amour était si simple que ça, on serait tous avec notre premier petit copain/petite copine… Il y a des moments dans la vie où on peut être infidèle, les raisons sont multiples et elles sont justifiables ou non. Rien n’est tout noir ou tout blanc.

  17. taz dit :

    Je pense que je me rapproche pas mal de l’avis de fei.

    Toutefois je rajouterais d’après mon expérience perso donc du haut de mes 25 ans… que lorsque la tentation apparait il peut y avoir plusieurs raisons :
    on est totalement bourré et donc plus faible….
    une envie purement physique
    une envie de nouveautés

    Le 1er cas je me l’excuserais mais je l’excuserais pas à ma copine donc …
    Les 2 autres cas je dirais qu’ils relèvent d’un problème dans le couple, on commence à s’ennuyer, à se lasser, etc.

    Une simple question, l’humain est il vraiment fait pour vivre en couple ? Ne serait ce pas plus simple si il n’y avait pas ses notions de fidélités ? Ne pourrait on pas garder qu’un schéma de reproduction ?

    En écrivant ca je me demande comment je réagirais et une seule chose est sure, je ne suis pas sur ni de comment je réagirais face à mon fidélité, celle de ma copine ou plus généralement toutes ces questions

    Taz, provocateur

    Nina : Bon, alors, le coup du "chuis bourré", je me pose toujours la question : était-il à ce point bourré? Ou juste un peu allumé et a pris ça comme excuse?

    Pour moi, les envies d’infidélité ont surtout été physiques, une attirance incontrôlable. Biologiquement, nous ne sommes pas faits pour être fidèles et c’est normal qu’à un moment, on soit attiré par quelqu’un d’autre… Je ne sais pas si ça veut dire qu’il y a un problème dans le couple de base, après. Enfin, pour moi, si problème il y a, il vient de moi et pas de mon couple…

    Après, je ne sais effectivement pas comment je réagirais en cas d’infidélité de ma part ou de celle de mon conjoint, je ne peux que théoriser dans le vide.

  18. Yome dit :

    Arg trop de retard j’ai jamais le temps d’approfonfir mes comm’, alors juste pour dire que le terme de polyamour me gene bcp j’y préfèrerais polydésir. Moi aussi je pense que l’on ne peut aimer qu’une seule personne à la fois, mais les ecarts qui peuvent ponctuer une vie de couple sont pour la plupart qu’une expression de désir , sinon je pense que les couples exploseraient à chaque fois; Pour ma part du haut de mais 26 ans je n’ai jamais connu cette lassitude du couple (pas le temps je me suis toujours pris le mur de brique en pleine face avant) mais par contre je suis un vieux spécialiste du cocufiage. pas que j’aime ça particuliérement mais le fait est que les trois quarts des femmes qui se sont intéressés à moi étaient déjà en couple. Et oui je suis une véritable petite Sal…. Mais dans la faible proportion de celle qui ont quitté leur mec pour moi aucune n’a été amoureuse de moi et se sont toutes retournées vers leur mec dans les quinzes jours qui ont suivi. Donc si on exclue les ecarts purement brouettistiques, ceux qui restent sont dans la majorité des cas de simples caprices amourreux quoi que l’on puisse en penser sur le moment. les moments où l’on tombe vraiment amoureux sont somme toute assez rares.

    j’espere que mon comm’ ne fait pas trop aigri 😉

    bisou

    Nina : Oui, je suis d’accord, polydésir est beaucoup plus adapté. Il est vrai que je n’ai jamais aimé deux mecs en même temps… Quelque part, l’idée du caprice se rapproche pas mal de la réalité, je pense et une fois qu’on a comblé notre caprice, on retourne vers notre cher compagnon. Mais bon, des fois, c’est vraiment plus que ça, ça dépend des histoires.

  19. Beuh…

    Je suis pas sûr qu’on puisse dire que tu es libertine.

    Tu serais libertine si tu faisais savoir à tes amants/petits amis que tu peux aller chasser ailleurs – et que tu le faisais, justement. Or, quand tu te choppes un mec qui te plait vraiment, tu essaies de le garder, et tu le lourdes quand tu es lassée. Pas pareil…

    Echangiste, c’est juste échanger les couples pour tirer un coup, c’est encore autre chose…

    Thom… ni l’un ni l’autre, pour ceux qui se posent la question lol

    Nina : Je me définis pas comme libertine, de toute façon. Quand je suis célibataire, j’en profite à fond mais effectivement, quand j’en pince pour quelqu’un, j’arrête de papillonner.

    Quant à être échangiste, non, je ne suis pas facilement échangeable, moi! 😉

  20. "Nina : Absolument! Et puis, je vais te dire, ceux qui conspuent les infidèles seront les premiers à fauter quand ils en auront l’occasion, je pense."
    Il ne faut pas avoir autant de certitudes que cela, d’un côté comme de l’autre tu ne crois pas? Sinon cela va à l’encontre de ce que tu dis toi même. Est-ce un crime dans le libertinage ambiant que de penser que si son copain ou sa copine va coucher à droite ou à gauche ( dans le cadre d’une relation un peu "sérieuse" et développer bien sûr, je ne parle pas de relation de surface passagère et reconnue par les deux), c’est un ou une garce…. On peut tout de même continuer à penser que la fidélité c’est mieux ou on risque de se faire brûler en place de Grève?….
    A bientôt

    Nina : En fait, je parlais des gens qui clament haut et fort : "je ne serai JAMAIS infidèle! Ceux qui le sont sont la lie de la race humaine!" Perso, j’ai jamais été infidèle et n’ai pas comme objectif de le devenir mais je ne peux pas dire "jamais". Je n’en sais rien, après tout… En amour, il ne faut jamais être catégorique.

  21. Par expérience, je peux dire " ne jamais avouer " et " ne jamais chercher à savoir " . C’est la meilleure façon de ne pas faire de mal ; vivre dans l’ignorance . Heureux est l’innocent !! réadaptons la bible à nos propres caractéritiques .Lol . Et surtout, ne pas chercher le bien et le mal ; tant qu’on est heureux, c’est l’essentiel. Ne pas se poser de question, vivre pleinement ! Et j’ajoute qu’il est possible d’aimer deux êtres à la fois et de les désirer tous les deux 😉 .

    Nina : Je suis assez d’accord, quelqu’un a dit que ce qu’on ne sait pas ne nous blesse pas ou une connerie du genre et c’est pas faux. Et puis faut assumer ses écarts et porter seul le poids de la culpabilité (si culpabilité il y a). C’est abstrait, le bien et le mal, de toute façon. Ce qui m’importe avant tout, c’est de ne pas blesser mon compagnon.

    Je n’ai jamais aimé deux hommes à la fois, désiré, oui, mais pas aimé. De toute façon, je mets toujours beaucoup de temps à aimer donc bon…

  22. la noireaude dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour cet article qui est croustillant à souhait, et qui a eu le mérite de m’éclairer sur la relation que je vis actuellement.

    Je découvre tout juste qu’il y a un mot qui désigne ce style de vie qui au final me plaît particulièrement : le polyamour.
    Pour faire bref, cela fait 3 ans que je suis avec un homme marié qui a quitté sa femme pour vivre seul. Nous sommes tombés amoureux l’un e l’autre et nous voyions très régulièrement mais il continuait également à voir sa femme mais me le cachait.
    Nous avons essayé de vivre ensemble mais tout a foiré justement à cause de ses mensonges donc re-séparation mais nous avons continué à nous voir, toutefois il est retourné vivre chez sa femme pour des raisons matérielles.
    Depuis peu, il a une nouvelle maîtresse, mais nous continuons à nous voir aussi sereinement qu’avant, voir plus.
    Effectivement, cette histoire a totalement annihilé la jalousie/possessivité que nous avons pu ressentir l’un à l’égard de l’autre au tout début de notre relation.
    En fait, lorsque les cachotteries cessent, l’honnêteté prends le pas et que nous avons tout mis sur le tapis (du moins entre lui et moi, les autres je ne sais pas) je me suis sentie libérée du poids de la jalousie.
    Je précise qu’à la base je suis très très possessive, fidèle et ne cède à la tentation qu’après avoir rompu.
    Aujourd’hui le polyamour me convient vraiment, mais l’honnêteté doit en faire partie sinon comme pour toute relation la confiance disparaît…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *