Vous voulez nos oppressions ?

Parce qu’on échange quand vous voulez. Bon, maintenant que je suis lancée dans ma petite série d’articles féministes, je poursuis, vu tout ce qu’il y a à dire sur le sujet, en ce moment, les sujets pullulent. Semaine dernière, nous avons eu droit à l’apparition puis la disparition quasi instantanée d’un “numéro anti relou”. Des mascus crétins en ont profité pour déverser leur haine débile mais aussi verser dans le pathos. Et là, je m’agace : ça va la victimisation ? Non parce que si vous voulez nos oppressions, on vous les file de suite.

oppression des femmes

Parmi tous les débats et interventions à côté de la plaque que j’ai pu lire sur la question de l’égalité et de la participation des personnes appartenant au groupe dominant “non mais faut pas exclure les gens, y a aussi des Blancs qui veulent l’égalité avec les Noirs”. Cette phrase me fait grincer des dents. Non pas que je trouve impensable qu’une personne non racisée s’investisse dans le combat pour l’égalité par delà les couleurs de peau mais la notion “des Blancs à égalité avec les Noirs”. C’est bien sauf que c’est l’absolu inverse. Pour une société parfaitement égalitaire, ce sont les Noirs qui doivent être à égalité avec les Blancs. Je chipote ? Là, c’est juste la couche de neige sur l’iceberg mais c’est symptomatique de ce que je veux démontrer : la victimisation du dominant.

Un homme qui pleure

Quand on parle des oppressions systémiques faites aux femmes (viols, violences conjugales, harcèlement de rue, harcèlement tout court), y a toujours au moins un gros con (mais en général, ça marche par troupeau) qui vient chialer “hé mais nous aussi, on peut être violés/battus…”. Une fois, un mec m’a même engueulée en mode “c’est plus dangereux d’être un homme dans la rue qu’une femme parce que nous, on se fait tabasser et pas vous”. Mmm alors je n’ai pas de stats précises mais si je suppose que nous nous faisons moins péter la gueule, on doit se prendre bien plus de claques ou de fessées que vous sans parler du fait que… ben si vous vous faites plus péter la gueule que nous, ya  peut-être une question de virilisme là-dessous, je ne sais pas… Mais surtout… Vous êtés nés avant la décence ou bien ? Vous êtes vraiment en train de faire un match pour savoir quel sexe est le plus opprimés ? Mais putain, j’adorerais que ce soit vous, sincèrement…

Un match de foot mixte

Les hommes victimes de violences conjugales, ça existe, oui. Des hommes violés, ça existe, oui, on n’a jamais dit le contraire, en fait. Sauf que ce sont les femmes qui meurent tuées par leurs compagnons (une femme tous les trois jours en 2016), que 96% des viols sont commis par des hommes (y compris sur d’autres hommes). On ne cherche pas à voler la parole des hommes victimes (c’est aussi ça, le patriarcat, les hommes ne pleurent pas, ne doivent pas être faibles, tout ça, tout ça). Mais pourquoi à chaque fois que l’on parle des violences systémiques faites aux femmes, vous venez réclamer votre part du gâteau ? Ca vous fait kiffer l’idée que vous aussi, vous pouvez être harcelés juste parce que vous avez eu l’audace de sortir dans la rue ? Vous souriez à l’idée que dès que vous passez une soirée entre amis à l’extérieur, faut éviter de rentrer trop tard et plutôt pas seule et que si on peut s’envoyer un sms les unes, les autres, pour être sûre que tout le monde est safe ? Ca vous excite de penser que quand on ouvre notre gueule sur un groupe de mascus, on risque de se retrouver en danger chez soi ou sur son lieu de travail ? Que peut-être que votre conjoint va vous tuer car ils vous soupçonne d’avoir une liaison ? Non parce que vraiment, nous, on échange ça avec vous quand vous voulez, hein, on en serait ravies, vous n’imaginez pas.

La violence faite aux femmes

C’est comme tous ces connards qui viennent pleurer au racisme parce qu’on les a traités de “sale Blanc”. Ok donc le fait qu’un abruti vienne t’insulter te donne le droit de te placer au même niveau que ceux qui souffrent d’un racisme systémique qui leur bloque l’accès à l’emploi ou au logement ? Et curieusement, ce sont les mêmes qui viennent hurler que “mais ça n’a rien à voir avec le racisme, vous voyez le racisme partout” dès qu’on parle du sujet et qui viennent pleurer sur le racisme anti-Blanc.

discriminations racistes

Bref, avant de vous victimiser, checker vos privilèges, ça vous évitera de vous vautrer dans l’indécence. Même si, pour certains, ça ne les arrêtera pas. A croire qu’ils aiment ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *