Comme une évidence

Par Lucas

Vous vous rappelez de ma bafouille sur Adopte un Mec ? J’y suis retourné récemment. Sauf que là j’ai pris un abonnement. Pour essayer de trouver un peu d’affection, un sourire et une complicité, un regard et une connivence ; comme disait Delerm « cet air un peu penché… » Avez-vous pris quelques minutes pour aller regarder les photos et lire les profils des femmes sur AUM ?
C’est fascinant.

La plupart du temps, les nanas sont blasées archi blasées par le jeu concupiscent des mecs libidineux et navrants. Bien sûr, il y a les ingénues et toutes les gamines, il y a  celles pleines d’énergie et d’enthousiasme, d’autres qui sont catégoriques et intransigeantes : si tu cherches un coup d’un soir, passe ton chemin (car c’est bien connu, le mec va le mettre en gros sur son profil…)

Et puis il a les tristes qui m’attristent, celles qu’on a envie de consoler, celles qui déguisent derrière un sourire factice ou une pause neutre, derrière des phrases retenues et policées, toute une angoisse et une inquiétude, plus ou moins cachées. Il ne faut pas être grand clerc pour le deviner…
Et ca m’a rappelé cette vidéo qui a fait débat sur mon profil Facebook quand je l’ai postée et que je vous invite à regarder avant de lire la suite de mon propos car je dévoile l’intrigue…

 

« J’attendrai le suivant. »
Faut-il comprendre dans ce titre que cette femme, derrière cette mélancolie, va quand même aller de l’avant ?
Va-t-elle « attendre » le prochain bonhomme qui passe ?
Va-t-elle « attendre » le prochain train pour retourner à son quotidien terne et triste ?
Va-t-elle « attendre » le prochain train c’est-à-dire se jeter sur les rails ?

Pour ma part j’ai rencontré quelqu’un,
Moment fugitif
Après un échange de mails et d’impressions, de ressentis et d’expériences. Une complicité.
Comme une évidence.
Je l’ai vue lundi après midi
Elle est arrivée et je l’ai embrassée. Sur les lèvres. Elle a souri. On a recommencé,
Comme une évidence.
on a passé deux heures ensemble. quelque chose de serein. je n’avais pas été aussi heureux depuis 3 ans. Un désir de l’écouter, d’être là pour elle,
Et que mes envies dansent. (©Grand Corps Malade)

Et puis, 6 heures après,
elle m’a dit que c’était terminé.
J’ai pulvérisé mon record de short time story.

Je suis fragile, je te sens fragile, et je ne crois pas qu’on pourra s’aider
Pour s’épanouir dans un couple il faut être bien et je ne t’ai pas senti tout a fait reconstruit et moi je ne le suis pas non plus .. je me suis trop battue, je ne sais pas si j’aurai la force.

Je crois que depuis 3 ans je balade une image de mec faible et que je me complais là dedans car mes parents m’avaient asséné que je n’étais pas guéri et qu’il fallait 3 ans pour celà, un point c’est tout. J’ai eu beau tempeter le medecin a parlé en eux et m’a assommé. Pendant un an, j’ai donc loosé.
Et periclité. Pire, la nana avec qui je bosse la mémoire depuis 1 an et demi m’a dit que j’avais bien évolué les 6 premiers mois mais que depuis un an la dépression m’avait fait décliner…

Cet accident, on en a fêté les 3 ans le 1er janvier.

Avant j’étais anxieux mais entreprenant, pugnace et volontaire,
Aujourd’hui je reste persuadé que la reconstruction elle passe par ma  volonté et Nina me l’a clairement fait comprendre avec un mail d’engueulade vif et percutant. Ce qui m’agace, c’est que
j’aurais donc du suivre ma logique d’avant, il y a un an, et envoyer chier mes parents, tout médecins qu’il étaient. Avoir une politique résolue, pleine d’allant et d’envies. J’aurais dû rebondir
et en profiter pour essayer de trouver en moi une raison d’aller de l’avant là où je la cherchais dans ma présence pour les autres auparavant…

Et ceci étant dit

Je me casse.
J’ai 30 ans.
Les Vingtenaires c’est fini.
Vient un moment où il ne faut arrêter de se demander si on va passer le pas et où il faut franchir le gué.
Histoire de se mouiller.
Je veux aller de l’avant.
Je veux pouvoir me regarder dans une glace et être fier de moi.
Je veux qu’on me regarde en face et qu’on soit fier de moi.
Je veux retrouver cette apparente facilité et qu’elle ne soit plus apparence mais réalité,
Je me suis rendu compte lundi que j’étais dans un rôle et que ce n’était pas moi au fond qui évoluait dans la société civile.
Je veux montrer au monde que le P-O timoré et faible, le P-O inquiet et pusillanime n’existe plus . Le P-O qui emmerde les lecteurs des Vingtenaires avec ses atermoiements depuis 2 ans.
P-O, c’est à dire mon vrai prénom.
Ceci est donc un départ définitif.
« Il vient toujours un temps où il faut choisir entre la contemplation et l’action. Cela s’appelle devenir un homme. Ces déchirements sont affreux. Mais pour un cœur fier, il ne peut y avoir de
milieu. » A. Camus.

Je tiens à remercier les lecteurs qui ont suivi mes bafouilles depuis 3 ans et fait des comm souvent sympas; J’espère que quelques textes leurs ont plu.
Je tiens à saluer les Vingtenaires et j’espère bien qu’on va rester amis (et pas seulement dans l’acception que Facebook donne à ce mot) car je veux me persuader que je serai un être meilleur une fois que j’aurai un boulot.
Je vous souhaite à tous une vie pleine de joies éparses, et  vous laisse avec une petite pause sérénité sur cette page , 4 minutes 33 qui m’apaisent à chaque fois que je les vois (en HD c’est encore mieux)
Et cette fois-ci, sans retour,
Lucas tire sa révérence

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 réflexions au sujet de « Comme une évidence »

  1. J’ouvre légitimement le bal des commentaires (enfin, aucun n’avait été posté avant que j’entame le mien mais vu que je le pressens long, je vais me faire griller sans doute).

    En vrac:
    -je crois que l’abonnement aum est une petite arnaque, je te l’aurais déconseillé.
    – pour ma part, on en reparlera en privé si tu veux, j’ai pris pas mal de coups à l’ego à courir après les mecs ces derniers temps, des « bon, maintenant qu’on a couché ensemble, tu ne m’intéresses plus du tout », des rencontres éphémères et de plus en plus frustrante car c’est une logique de consommation. Faudra que je fasse cependant un article sur les sites de rencontre suite à un article passionnant qu’on m’a lu sur le sujet. Bref, à force de me sentir comme une « pute gratuite », j’ai préféré dire stop. Cette course à l’affection (je suis même pas sûre de chercher l’amour, comme on dit) vire au malsain de mon côté donc plutôt que de me prendre des mini coups, je préfère me concentrer sur autre chose. Facile à dire quand on a un boulot, tu me diras, mais tu connais ma situation à ce sujet aussi…

    Pour le côté personnage, je comprends un peu, je me suis sentie un peu comme ça aussi à un moment, quand j’étais pas bien dans ma vie (fin 2006), j’ai donc décidé de fermer un pan de ce blog, tout ce qui est ma vie affective racontée avec moult détails. Je ne raconte plus rien pour ne plus être dans le rôle de la femme séductrice, fatale. Ceci étant, en fermant ce pan là, je ferme aussi les regards à ma fragilité et ma sensibilité, ce qui me vaut des comms parfois très violents, les gens ne se rendant pas toujours compte que je suis une vraie personne avec ma force mais aussi mes faiblesses et que y a des moments où se prendre un petit coup peut faire très mal.

    Dans tout ça, me reste tout de même la sensation que tu fais quelque chose à l’envers, je te l’ai déjà dit : vis pour toi et pas pour l’image que tu donnes de toi. Je crois que c’est ce qui te pèse le plus et je sais de quoi je parle, j’ai tendance à faire pareil. Commence par aimer ce que tu es, les gens te suivront 🙂

    BOnne route virtuelle, vu qu’en vrai, on se reverra, bien sûr.

  2. bon vent, content de t’avoir lu, bien souvent. Assures-toi de donner tort à cette demoiselle. Perso, j’ai jamais compris les décisions prises sur des suppositions et des projections hasardeuses.
    « je te sens faible et pour une relation il faut ceci… » à ce moment là on s’interdit pas mal de choses et on ne prend aucun risque, mais bon si ça t’a renvoyé à ta propre image de safeplayer et donné l’envie de révolte, tant mieux.
    bonne chance.

  3. il y a 3 ans, avec une copine, on a voulu rire un peu, et s’inscrire sur meetic. Dans le but de parler tout simplement avec des gens sympas. Et puis, de fil en aiguille, j’ai fait la connaissance d’un homme génial, qui voulait me rencontrer. Au début, j’ai dit non, je voulais rester disons « anonyme », et puis j’ai craqué. On s’est vu, une fois, deux, trois, puis c’est devenu une habitude, on a vécu ensemble, et on s’est mariés 1 an après…
    Comme quoi les histoires de sites de rencontres ne marchent pas forcément, que pour les autres!
    ne désespère pas! Tu auras soit un coup de foudre (comme nous), soit une belle histoire, en prenant votre temps!

  4. Clarissa dit :

    Lucas, Lucas, Lucas… qu’écrire qui soit de circonstance sans être pathétique ?
    Je ne sais pas. Sûrement que ça va un peu me manquer de ne plus contester tes articles quelque peu épineux (Nina, tu vas devoir assumer la part de caustique du blog, maintenant !)

    Et sinon, je ne sais pas si ton départ a à voir avec AUM, mais étant inscrite, je sais de quoi je parle : chercher l’amour sur AUM, c’est un peu comme chercher le remède contre le SIDA sur Doctissimo. C’est nul.
    Mais sinon, je comprends, « die Flucht nach vorne », hein. Bonne chance, en tout cas.

    (Et sinon, chouette, la vidéo. Surtout le titre, en fait.)

  5. E. dit :

    Bon…perso j’étais loin d’être toujours d’accord avec tes articles (doux euphémisme) en particulier sur ton image de la femme mais bon comme j’avais souvent envie aussi de te remuer par rapport au travail, je me réjouis de ce dernier article volontaire…

    Comme dirait ma mère : « plus on en fait, plus on a envie d’en faire » et ça marche aussi dans l’autre sens (et ça marche aussi pour moi), c’est pour ça qu’il vaut mieux être dans une dynamique positive et pour ça que je pense que tu devrais travailler, même si c’est qu’un job de merde pour commencer, tu ne signes rien avec ton sang…bon le travail ne fait pas tout, moi là j’ai rarement été aussi heureuse que depuis que j’ai quitté le dernier mais dans ton cas ça me semble vraiment nécessaire car cela te permettra de te remettre dans un rythme de vie, dans la réalité et aussi peut-être à savoir ce que tu peux et veux vraiment faire…et puis quand on se plaint d’avoir un job de merde, ça laisse moins le temps pour cogiter à pleins de trucs comme tu le fais! 🙂

    Quant à la fille, je la jugerai pas trop car je la comprends globalement, j’ai dit la même chose à un ami il y a quelques jours, j’avais l’impression qu’il attendait trop de moi, qu’il attendait que je le sauve, j’ai mis le hola : je m’en sens pas capable, il faut d’abord que je me sauve moi-même! 🙂

    Donc voilà bon vent, sois heureux…

  6. guillaume dit :

    Hello Luca,
    D’abord bonne année !
    Je te souhaite d’entrer du bon pied dans la trentaine.
    Voila, je voulais juste recommander un petit livre à l’américaine (c’est-à-dire trés pragmatique) de l’institut Arbinger. Je crois qu’il peut aider beaucoup de personnes qui, pour une raison ou pour une autre, rentrent dans une spirale « négative ». Face aux difficultés de la vie quotidienne, aux changements de cycles, on se sent parfois dépassé et on arrive à construire une image faussée de soi-même, perdant ainsi de vue nos repères, nos valeurs, notre assurance et finalement notre identité.
    http://www.amazon.com/Leadership-Self-Deception-Getting-out-Box/dp/1576759776/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1262872196&sr=1-2

    En te souhaitant (ainsi qu’à Nina et aux autres lecteurs et auteurs du blog) d’atteindre le meilleur de toi même dans un futur proche.

    Bon 2010 à tous!

  7. Keira dit :

    Comme je te comprends Lucas… enfin non, pas intégralement forcément, vu que je n’ai pas ton vécu mais.
    Je comprends qu’on décide de tourner une page pour se concentrer sur soi. C’est nécessaire parfois.
    Même souvent.
    Construis ton nouveau toi, envole-toi très haut et je souhaite de tout coeur que tu ne tombera pas.
    Ce qui est certain c’est que ta prose me manquera beaucoup !

  8. ze2nd dit :

    Hello Lucas,
    Jamais fais de commentaires (ou quasi), mais je suis les 20tenaires depuis qq temps !!!
    Alors, bon vent à toi et vis pleinement ta vie :)))

  9. Diane dit :

    Ouaip, bah moi,j’suis po d’accord d’abord.
    Que tu veuilles aller de l’avant, cesser l’auto-apitoiement et et passer à l’action, prendre un nouveau départ, donner un angle nouveau à ce que tu es et ce que tu fais, soit, et même zipadidouda tirelipinpin sur le chihouahoua.
    Cependant:
    (attention, Diane prépare sa contre argumentation)
    je ne vois pas vraiment le rapport direct de toute cette bonne volonté avec le fait de stopper d’écrire ici.
    les « vingtenaires », c’est un mot certes qui définit une certaine tranche d’âge, mais je pense qu’on peut légitimement penser qu’on puisse y écrire en l’ayant dépassé. Comme Nina l’a dit pas plus tard que dans le commentaire de ton article, elle a évolué avec le temps, et son écriture a évolué avec elle.
    « Les vingtenaires » ont été témoins et support de tes pensées, tes réflexions, tes blagounettes, tes angoisses, tes références partagées, tes amours désirées, perdues, retrouvées, imaginaires, sublimes ou grotesques; l’exutoire de ce qui t’a fait.
    Bref, un petit concentré de ce qu’il peut y avoir de meilleur en l’être humain.
    Et, partir d’un nouveau pied suppose t-il de te couper les deux anciens?
    Le nouveau Lucas n’aura t-il plus envie de temps en temps de tremper sa plume et de bafouiller un peu pour le webpublic? (…c’est rigolo ce mot, on dirait « république » avec l’accent africain)
    bref, je ne trouve pas les vingtenaires et ta décision incompatibles, moi, personnellement quand à ce que je pense.

  10. Mayra dit :

    Je suis les Vingtenaires depuis peu et après la lecture de cet article, j’ai quand même un petit pincement au coeur. J’appréciais ta prose et tes références.
    D’ailleurs je te remercie pour cette citation d’Albert Camus (auteur que j’adooore !) car j’ai hésité tout l’après-midi à prendre une décision et la lire m’a remis les pieds sur terre. Je comprends donc tout à fait ce choix.
    La vie, c’est 1% de chance et 99% de volonté, de persévérance et d’action…Je te souhaite une très bonne année 2010 !!! Amuse-toi bien dans cette nouvelle aventure !!! :o)

  11. Yves dit :

    Bon Vent… Ce que tu écrivais me touche. Cela dit, je conçois pleinement la démarche qui consiste à dézinguer ton alter ego en ces lieux pour mieux repartir.

    Courage pour la suite.

  12. Emma dit :

    Tu es l’image de ‘L’homme qui voulait vivre sa vie, non résigné’, semant au gré du chemin des petits cailloux mais lui il ne s’appelle pas ‘Emilie Jolie’.
    Ce film YT me fait rappeler des brides de ton post écrit quand tu as osé franchir le pas en remettant du courrier à une fille. Tu te souviens ? Là tu jouais pas ‘du pipeau debout’ et ‘c’était ta raison d’être’, ‘aller plus haut’, ‘là où la raison s’achève’ ‘à fleur de peau’ et par ce geste, tu lui as crié : ‘fais moi une place..’
    ‘Tu m’écoutes ? Non je t’audite’ et ‘faut que j’vous raconte’..on sait pas un jour tu reviendras nous raconter que tout ‘ça valait la peine’ et ce n’était pas une ‘fatalité’, ‘comme une évidence’!
    P-0 qui veut dire Z comme ?:)) bonne route

  13. chouchou dit :

    Tout d’abord, je voulais souhaiter une excellente année à toute l’équipe des vingtenaires, que je prends plaisir à lire depuis longtemps 🙂

    Je sais que je suis une commentatrice peu assidue et que c’est le maaal, ceci étant, Lucas avant tout je te souhaite bonne chance dans ta prospection et visiblement ça a l’air de finir par payer… tu es plein de bonne volonté et ça se sent, je ne doute pas une seconde que ça finira par payer 🙂

    Mais je plussoie quand même Dianne !! Prendre un nouveau départ ne signifie pas nécéssairement que tu doives arrêter d’écrire sur ce blog 🙂 ça c’est le coté nostalgique des articles bien trempés qui secouent surement! D »ailleurs ce dernier article fait écho en moi, certes dans une autre dimension, mais je sais comme c’est difficile parfois, de sortir de ses problèmes. Sortir de sa complaisance peut demander un effort surhumain… alors fonces, fais danser tes envies. Tu as 30ans, et sur l’horloge de l’existence, c’est encore bien jeune, il parait même que c’est le plus bel age :). Alors fonces, et si jamais tu baisses les bras, souviens que mille fois, il faudra les relever… 🙂

    Bon j’ai cru comprendre que tu avais aussi ton site, alors si tu nous en donnes l’adresse, on pourra aussi continuer a avoir de tes nouvelles 🙂

    D’ici là, je te souhaite tout plein de bonnes choses et de bonheur!! Au plaisir de lire le reste de la Team, et les nouvelles aventure de Lucas ailleurs…

  14. Dans ce cas, bonne continuation et merci pour tes textes si intéressant. Sérieusement, tu m’a fait réfléchir à pas mal de choses primordiales et je te souhaite tout plein de bonheur pour la suite!

  15. ju dit :

    Lucas ou P-O, tes articles vont me manquer.. mais bravo pour cette prise en main et ces nouvelles perspectives! Qu’elles t’apportent bonheur et sérénité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *