Qu’il est beau ce mur…

Par Mister Big

La spécialité maison des vingtenaires, outre la brouette, bien entendu, semble être le mur. J’explique. Le mur, ce n’est pas qu’un ouvrage de maçonnerie, c’est aussi un style de vie. Comparons nos petites vies à un voyage en voiture. On roule, on roule, des fois on crève, des fois on fait des excès de vitesse, on a des pannes sèches, le moteur a des ratés, etc etc… Mais en ce qui concerne les étapes sentimentales de nos existences tourmentées, on parlera plutôt de « murs plantés au beau milieu de la route ». On est dans nos petites zautomobiles, peinards, on ne demande rien à personne, et là surgit un mur au beau milieu du chemin ! On le voit, on sait qu’on va se le manger, et qu’est-ce qu’on fait ? On freine des deux pieds ? Que nenni ! Bien au contraire ! On se dresse les deux pieds sur l’accélérateur et on tourne bien le volant histoire de pas le louper, ce mur ! Masochisme, quand tu nous tiens…


Et, scoop pour certains, questions d’habitude pour les autres, en ce moment, il y a une émergence aigue de murs dans le monde des vingtenaires ! Que ce soit, Gauthier, Nina, Océane, votre serviteur, etc… on est tous en train d’investir dans le parpaing !

Je viens d’avoir Océane au téléphone, et on en a justement déduit que la chanson de l’été 2006 des vingtenaires sera « Another Brick » !

 

Gauthier a ses « moumours », moi j’ai mon « mumur » en ce moment.

Il est beau comme un cœur, gentil comme pas permis (je viens de passer une semaine malade comme un chien et il a joué les garde malade à la perfection !), intelligent, fou juste ce qu’il faut pour que ça colle entre nous ; dans un lit, je ne dirai qu’une chose : perfect ! (et encore, il vous dira que je n’ai pas eu droit à tout l’étalage de ses talents ! L’inverse est vrai, aussi, d’ailleurs…), on passe des soirées entière à parler de tout et de rien (ça change du couple : « heu… on fait quoi ? » « ben… heu… » qui finit par légumer devant un film ou par baiser car il n’a rien à se dire !), il est hyperactif à sa façon, donc il passerait son temps à faire du rangement, la vaisselle, etc (un parfait petit homme d’intérieur !)… Je pourrais passer des paragraphes entiers pour vous dire à quel point il est parfait ! Alors, où sont les briques, me direz-vous ? Ben il faut que je tombe sur cette perle rare, ce petit diamant à l’état brut, juste maintenant, tandis que ce charmant polyglotte doit filer pour ses études en septembre à Londres pour 1 an ! Et quand je dis 1an, c’est bien 12 mois, pas une « année scolaire » qui démarre en octobre et qui finit en mai ! Pourquoi tant de haine ? Pourquoi mettre ce mec si parfait sur ma route si c’est pour me le retirer à peine rencontré ???

 

Je ne vous parlerai pas des murs de Gauthier, Nina et Océane (ce sont les premiers qui me viennent à l’esprit, là) car ce n’est pas à moi de le faire et parce qu’ils ont le droit de se planter dans l’intimité, mais on est au moins 4 à voir notre été partir en sucette à cause de ça !

Et surtout, tous autant qu’on est, on est conscients de foncer droit dans ces murs ! Faut-il y voir un côté masochiste ou est-ce plutôt un espoir, une croyance incontrôlable, qui nous pousse à « tenter le tout pour le tout » même si on est presque sur de se planter à l’arriver ? Au grand jeu des relations humaines, certains restent désespérément pessimistes et n’osent même plus prendre de risque. A quoi bon ? Encore se faire mal ? Encore mettre des mois à ramasser les morceaux de nos egos éparpillés par le dernier mec qui nous aura jeté ? Personnellement, je le vois, le mur, mais à quoi bon l’éviter ? Si jamais je braque, là, je passerai à côté, et après ? Des regrets… car même si on évite ce mur par anticipation, on en gardera que ça : « et si ça avait été le bon ?  Et si, malgré tout, je ne m’étais pas planté ? » et ça finirait par m’aigrir, me dessécher… Et nous sommes comme ça, chez les vingtenaires : masochistes de la vie ! Mieux vaut souffrir d’être vivants que ne pas souffrir mais ne pas tout à fait vivre…

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

25 réflexions sur “Qu’il est beau ce mur…

  1. Qui a dit que j’allais dans le mur, moi?? Ok, y en a un potentiellement énorme sur ma route mais je sens que je peux l’éviter pour le moment.

    Ou foncer dedans pour faire un « coma » et oublier les blessures dues au mur que je me suis pris y a quelques temps.

  2. Désolé de te contredire mais entre la France et l’Angleterre, il n’y a pas de mur, il y a la mer.
    Dans la mer, on peut se noyer certes. Mais on peut aussi la traverser en se faisant moins mal qu’en traversant un mur.

  3. Hey, c’est la semaine déprime chez les vingtenaires ou quoi ?
    Tournée générale de vodka, partouze aromatisée, distribution générale d’épagneuls bretons pour faciliter les levrettes…

    Faut secouer la morosité ambiante, là ! Un mur, ça ne sert qu’à une chose, reposer son dos dans certaines positions.

  4. Bonjour à tous!
    Juste pour préciser qu’on ne s’était nullement entretenu avec Gauthier avant de pondre nos articles! On l’a su dimanche, quand on en a parlé et qu’on s’est échangé nos articles! 😉
    Sinon, pas de déprime en ce moment, plutot un certain fatalisme dans le déroulement des choses!

  5. Londres ce n’est pas loin 😉
    Essayes de ne pas penser à la rentrer, vis ton histoire parfaite ….
    Le mieux ensuite c’est de se quitter, de se dire « peut être dans un an » (oui je sais c’est nul mais c’est mieux que d’être trompé ou je ne sais quoi). Vous refaite le point dans un an.
    Peut être sera t’il le bon, peut être rencontreras tu quelqu’un d’autre ensuite …
    Il n’y a que la vie, le temps qui le dira.
    Mais d’ici là : Profites !!!!

  6. Ce n’est pas si loin Londres 😉
    Vis ce que tu as à vivre pour le moment, profites.
    Le mieux est de se quitter à la rentrée, et de faire le point dans un an (oui je sais c’est nul mais bon c’est mieux que d’attendre bétement, d’être trompé …).
    Peut être qu’ensuite vous vous retrouverez, ou bien tu auras rencontré quelqu’un d’encore mieux dans le courant de l’année …
    Seul le temps le dira, mais pour le moment : PROFITES !!!

  7. Bon ben je ne sais pas trop si mon com est passé ou pas parce que ça plante sa race, et en plus maintenant, si recommence mon com en disant que Londres, ce n’est pas si loin, je vais avoir l’air d’avoir copié sur ma voisine du dessus (bordel).
    En gros je disais que je ne sais pas ou tu habites mais que Paris-Londres en eurostar, c’est genre 2h de train, c’est pas excessif et il y a régulièrement des offres promotionnelles.
    Et que ma soeur, française, a rencontré un mec danois en angleterre (vous suivez?). Ils ont passé 1an et demi à se voir par ci par là (mais surtout par ci) et maintenant ils vivent ensemble et parlent de mariage alors avec de la volonté, quand on veut on peut…

  8. Oh bah ça serait dommage de tout perdre à cause d’une (si courte) distance. De nous jour,s avec l’Eurostar, hop, c parti !
    Non, sérieusement, y’a assez de murs dans la vie sans qu’on s’en construise non ?
    Courage pr la suite 🙂

  9. Moi j’aime pas les murs… Pas seulement parce que je suis incapable de me garer en marche arrière (oui bon ca va, j’ai pas la direction assistée et j’ai pas le réflexe de regarder dans mes rétros), non, moi j’aime pas les murs parce que je ne les vois pas venir, je les sens quand je suis dedans… Et encore, comme je ne comprend pas toujours tout vite, je recule et je refonce dedans… Si, si, et je peux faire ca très longtemps…

  10. Je finis de tester mon mur de 500 km d’épaisseur, de 4 ans de largeur et de 6000 euros de hauteur… Résultat des courses : j’en ai chié mais ça valait sacrément le coup, la route est vachement belle derrière.

  11. hlUn truc qui peut motiver: Londres ça claque du boul!!!! Franchement vois ça comme une occasion de vivre la vie londonienen, même si au quotidien c’est pas forcément évident, ça peut être l’occasion de découvrir autre chose le temps d’un week end ou plus. Et ça vaut le coup, London rocks!

  12. Je vais dire comme tout le monde mais bon, histoire d’etre sur que t’as pas compris de travers (le mur de Pise en somme) : FONCE !!! qui te dis que le mur ne va pas s’effondrer à l’arrivée ?
    Comme on dit : c’est au pied du mur, qu’on voit le mieux le mur.

    Makengo : magnifique !

  13. Merci!
    Mais soyez rassurés: je fonce! Peut-être dans le mur, peut-être pas, mais je ne vais pas me priver de si bons moments pour si peu! Le mur, c’est un leitmotiv… et je n’hésite jamais à foncer droit dedans! Au final, même si je le prends parfois, ça fait pas si mal…

  14. Ben je savais plus où t’en étais avec tes murs, toi! T’es un vrai maçon, alors faut me tenir au courrant de l’avancement de ton chateau! Maintenant, je sais pour le porchain mur… va faire mal, celui-là, aussi… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *