Nina Bartoldi knows good sex

Depuis maintenant un an que je suis community manager (dites bien « cuomounity »), il m’arrive un phénomène récurrent : je conseille les gens sur leur vie amoureuse. Les ados de mon ancien taf, des gens de tout âge aujourd’hui et même des amis. Mais la question que je me pose est : mais qui suis-je pour donner ce genre de conseils ?

Une âme en détresse sur le net : « au secours, je ne sais plus quoi faire dans mon couple, aidez moi ». C’est le quotidien de pas mal de forums généralistes et féminins. Là, plusieurs internautes débarquent « on va te donner des conseils ». Parmi eux, moi, parfois. Evidemment, mes conseils, les gens font ce qu’ils en veulent, je ne force personne à les suivre, manquerait plus que ça. Mais c’est vrai que des fois, quand on me demande un conseil, je suis un peu étonnée : mais pourquoi à moi ? Ma vie sentimentale est actuellement un joyeux bordel, je sais même pas ce que je veux donc ça aide pas. Mais apparemment, si je suis nulle pour moi, je suis très forte pour les autres. D’un côté, il y a la facette Nina des vingtenaires, la fille qui parle amour et sexe sans complexes (même si c’est vrai que j’ai pas mal changé mon fusil d’épaule depuis quelques temps) mais ce côté conseillère des cœurs, ça date d’avant. Déjà à la fac, mon statut de fille en couple stable faisait de moi l’oreille attentive pour tous les soucis amoureux. Ben oui, j’ai pas le bon timing : en couple
quand mes amies sont célibs et célib quand elles sont en couple.

Alors quand un pote me pose des questions sur les femmes, à la limite, je peux comprendre, vu que j’en suis une. Même si toutes les filles ne fonctionnent pas pareil, il y en a que je ne comprendrai jamais, comme je l’ai déjà dit. Mais quand ça vire à la question « mais
pourquoi il a dit ça, il a fait ça, je fais quoi maintenant », je me demande bien pourquoi on me le demande à moi, surtout que je réponds les ¾ du temps que j’en ai pas la moindre idée. Oui, il est quand même difficile de répondre à ce genre de question quand on est pas un mec et qu’on ne connaît pas non plus le principal intéressé. Parce que contrairement au boulot, en matière d’amour, l’expérience n’est pas toujours des plus utiles. C’est pas parce que j’ai fréquenté X mecs qu’ils fonctionnent tous pareil et même d’ailleurs, je confirme, ils ne marchent pas pareil. Du coup, des fois, on se plante. Par exemple, le Gabriel, j’étais persuadée après le premier rendez-vous qu’on ne se reverrait pas. Puis après le second rendez-vous, quand il est parti après un coït endiablé, qu’on ne se reverrait pas… Là, j’ai été archi nulle.  Et je suis pas forcément plus douée pour les mecs que je ne fréquente pas et qui tourmentent mes copines.

Et pourtant, on continue à me donner conseil. Je pense qu’on aime un peu ma franche touch, c’est-à-dire que quand la conversation tourne en rond, je finis par m’énerver et dire : « mais écoute, t’as qu’à lui en parler, c’est la meilleure façon de savoir ! ». Et voilà, le bon conseil. J’ai un article en préparation sur le sujet, d’ailleurs, la communication dans le couple, j’y reviendrai un autre jour. Il n’empêche que parler, ça résout pas mal de problèmes. Sinon, je dédramatise dans la mesure du possible. Pour les ados, c’était facile « bouh mais si je lui dis que je l’aime et qu’il se moque de moi, hein ? ». Facile mon enfant : « s’il fait ça, c’est qu’il ne méritait pas ton amour ». Bon, ok, quand t’as 15 ans et que tu te paies la méga honte au lycée parce que celui que tu imaginais déjà comme le père de Dylan, Sofia et Zack a fait circuler ta lettre de déclaration, tu t’en fous un peu que ce bâtard ne mérite pas ton amour. Mais honnêtement, des garçons aussi cons, y en avait pas tant que ça, dans ma mémoire. Quoi que je me souviens de la fois où un garçon de ma classe genre un peu beau gosse a fait croire à une niaise de la classe voisine super molle qu’il était amoureux d’elle juste pour se foutre d’elle. Putain, c’est dégueulasse un ado.

Alors, évidemment, des fois, on conseille, on a la bonne solution et la personne en manque de conseil ne nous écoute pas. Donc au bout du même dialogue répété 10 fois de suite, on a un peu tendance à s’énerver. Surtout moi et ma patience légendaire.

Du coup, je me demande si je devrais pas proposer mes services de courrieuse des cœurs à un magazine pour ados ou légèrement adulte… Ca me ferait un peu d’argent de poche et puisqu’apparemment, les gens courent après mes conseils, c’est qu’ils doivent pas être si cons que ça. Ce n’est pas une question d’expérience, juste de bon sens.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 réflexions sur “Nina Bartoldi knows good sex

  1. Ma Nina, depuis le temps que je dis qu’entre nous c’est cosmic. J’ai un peu le même statut, la fille à qui on demande conseil en matière de couple, de coeur et autres relations, alors que ma vie amoureuse a dépassé le stade du simple bordel pour n’être qu’un chaos monumental. Alors forcément, je me suis aussi posé la question, et là, moi, je peux peut-être t’apporter une réponse vu que je te connais.
    Il y a la Franche Touch, les gens savent que quand ils viennent nous voir il y a peu de chances pour qu’ils entendent ce qu’ils ont envie d’entendre, mais il y a aussi le fait que mine de rien, on sait faire preuve d’une certaine empathie, et qu’on comprend les gens… je ne dis pas qu’on les connait et que tout coule de source, mais au moins on essaie. Et crois moi, il y a beaucoup de gens qui, en réalité, n’essayent pas de comprendre. Ils te sortent des jugements plus ou moins à l’emporte pièce, des banalités navrantes qui ne nous avancent pas davantage, quitte à même nous embrouiller. Alors nous, peut-être qu’on sort aussi des banalités navrantes, mais au moins, on essaie de les personnaliser. Et ça, c’est inestimable, et c’est la base d’un « bon conseil ».
    Tu voudrais pas me conseiller d’ailleurs ? 😉

  2. J’ai lu un article une fois, d’un psy qui expliquait qu’il se demandait parfois s’il était légitime à s’occuper des problèmes des autres alors qu’il en avait lui même. Sur quoi il concluait qu’il ne pouvait pas s’appliquer sa psychologie lui même au risque de disséquer tout ce qu’il faisait sous un angle psychologique, et qu’on avait tous besoin d’un regard extérieur si possible expert (donc, que tout le monde avait besoin d’un psy, même les psys :p)
    M’enfin m’est avis que les personnes qui n’écoutent pas tes sages conseils ont surtout besoin de s’épancher looooonguement sur leur dilemme. Les gens aiment bien se mettre en scène.

  3. Ceci dit, il arrive aussi parfois que des gens -oui, j’en connais- détruisent systématiquement leur couple par excès de communication… Tu conseillerais quoi, dans ces cas là ?

  4. Ma vie amoureuse? une joli bordel mais qui a une petite structure quand même. Mais là seul mon esprit tordu s’y retrouve 😀

  5. So Long > Depuis quand je ne suis plus conseillère exclusive? Tu me trompes??? Tu veux me fendre le coeur?

    Ben sinon, Ninouchette, le bon sens, quand on a le nez dans une situation bizarre, on ne le voit pas forcément, pour ça que tu es indispensable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *