Un dernier jour à Tokyo, au paradis des otakus

“Si jamais demain il fait beau, on va au Sky Tree pour essayer de voir le Mont Fuji”. Evidemment, il a plu plus fort que n’importe quel autre jour de notre séjour tokyoïde (parce que ça n’a pas atteint le niveau Osaka quand même).

Tokyo Sky tree

Ok, j’ai genre zéro photo du Sky tree donc le voici de nuit

Après avoir avalé nos dernières brioches si addictives du 7/11 (j’ai photographié la liste des ingrédients en japonais, je dois réussir à reproduire ça), direction la gare de Tokyo pour réserver nos places dans la navette NEX pour l’aéroport et larguer les sacs dans un casier. Ce truc nous a littéralement sauvé la vie à de nombreuses reprises.

Brioche japonaise tellement bonne Gare de Tokyo

Mission du jour : les souvenirs.  Après avoir avalé un café dans un café danois parce que pourquoi pas, on file au Tokyu Hands du coin mais Victor perd vite patience donc on se déplace rapidement vers Akihabara, notre premier quartier de résidence, petite séquence émotion. Inspirés par le magasin de jouets de Ueno, on décide de faire le tour des boutiques pour Otakus du coin. Pas de temps à perdre, on se rend donc dans un mandarake, la référence ultime. Le magasin est un poilou glauque, des couloirs étroits, éclairage néon et vitrines poussiéreuses, je me demande si on ne s’est pas trompés. Et non, c’est bien ici, le paradis des otakus avec des dizaines et des dizaines de figurines dont certaines collectors. Ca fait envie mais gardons un détail en tête : va falloir faire tenir tout ça dans la valise. On prend cependant notre temps, on visite les étages y compris celui consacré aux mangas pour adultes (on ne savait pas, on passait par l’escalier extérieur qui n’offrait aucune indication). C’est presque un peu le malaise cet étage : quelques touristes qui feuillettent des mangas en s’esclaffant, des posters de femmes dessinées avec des seins énormes, éclaboussées par quelques substances blanches ou assaillies par des tentacules, des locaux qui sont plongés dans la lecture… Mais cet étage est serein par rapport au suivant : celui des dolls. Alors dans l’absolu, je trouve que les dolls peuvent être très belles mais là, dans ce petit magasin sombre aux vitrines poussiéreuses, les têtes de dolls sans yeux ou, au contraire, des poupées avec d’énormes yeux globuleux qui ne sont pas sans évoquer Chucky. Bien, de suite, je sais de quoi seront peuplés mes prochains cauchemars… Du coup, Victor me fait promettre direct de ne jamais me lancer dans la confection de dolls.

Café danois à Tokyo


(j’ai fait zéro photos, j’étais trop concentrée sur l’histoire des souvenirs, je suppose)

On ressort de là les mains vides, on file donc à la Akihabara Zone, à peu près la même chose mais en plus aéré et lumineux (mais avec moins de collectors). Au bout de trente minutes, c’est la renonciation : c’était génial certes mais avons-nous des amis assez pointus niveau mangas pour apprécier un cadeau venu d’ici ? Non. Alors nous allons opter pour l’ultime solution de repli… mais après avoir fait un petit tour dans une salle d’arcade aka l’antichambre de l’enfer : le rez-de-chaussée avec les machines à pince, les purikuras et autres joyeusetés, ça passe. Par contre, dès que tu montes, tu arrives dans une salle pleine d’arcades avec le son poussé à fond et vu qu’on peut fumer à l’intérieur… Mal de tête direct.

On repart donc rapidement pour notre ultime séance shopping : le magasin de jouets de Ueno. Des bonhommes sushis pour les collègues, deux peluches chat Ghibli pour Saturnin et Pivoine, des maquettes en paper art pour Anaïs et moi, des perles à écraser pour nous, un porte-clé Harry Potter pour Amy, une figurine One piece pour Victor… On a des yens à écouler, on se fait plaisir !

yukata et chat

Mon yukata, mon chat et moi


Et puis c’est l’heure. Retour à Tokyô (la gare) pour prendre le Narita Express. Il pleut, il fait nuit, le train traverse Tokyo sous terre. Même pas le droit à un ultime coup d’oeil… A l’aéroport, on évacue nos derniers yens : un yukata, de l’alcool, deux ou trois petits souvenirs, des Kit & Kat chelous, du thé matcha, encore. Embarquement pour un périple de 22h…

Kit kat à la fraise Kit&Kat matcha et thé matcha Vue du hublot : désert arabique Vue du hublot : désert arabique Vue du hublot : désert arabique

Et une seule obsession : c’est quand qu’on y retourne ?

****

Fin de mon journal de bord, près de 9 mois plus tard. Mais j’ai encore deux ou trois articles à vous faire sur le Japon, notamment sur les trains, la foule, le matcha… ou le fait que 9 mois plus tard, je m’en sois toujours pas remise !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une journée à Shinjuku : VR zone et parc

Le 18 octobre – Nous avons un dilemme : tenter ou non d’aller voir le Mont Fuji, sachant que la météo n’était définitivement pas de notre côté. Victor tranche : on laisse tomber. Pourtant, quand on se met en route, le ciel est limpide. J’hésite à proposer de faire un tour vers le Sky Tree, la Tour la plus haute de Tokyo (celle que je confondais au départ avec la Tour de Tokyo). Mais je laisse la main à Victor qui, lui, n’a qu’un seul but : la VR Zone Shinjuku. Lors de nos différentes soirées à trouver que faire, il avait repéré différentes zones VR à Tokyo, ce qui nous permet de nous occuper un long moment en intérieur  vu qu’on devait avoir de la pluie. Ok, et bien, allons-y.

Tokyo, quartier de Shinjuku

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : c’était génial. Vous pouvez acheter un pack de 4 tickets + l’admission, chaque ticket de couleur vous donnant accès à un jeu parmi trois proposés. Pour le ticket jaune, aucune tergiversation : c’est parti pour Mario Kart VR. Le gros avantage du casque VR utilisé ici (le Vive), c’est qu’il te permet de jouer avec tes lunettes, la myope que je suis a fortement apprécié. Donc Mario Kart, je disais. Assis dans une sorte de baquet, un volant, deux pédales, on doit attraper les objets avec les mains (sur lesquelles on a des capteurs) et c’est parti. Ok, c’est ultra cool même si le premier vol (on arrive sur un saut et on se retrouve avec des ailes de deltaplane*) est légèrement flippant. On joue 4 mn mais ça passe hyper vite et je termine 3e ou 4e (sur 4. Je vous préviens que le résumé de ce petit passage dans le monde virtuel sera vraiment “je suis une quiche”). En tout cas, Mario Kart VR a un goût de reviens-y de ouf.

Shinjuku VR zone

Les toilettes de la Shinjuku VR Zone avec ses bonhommes qui ont l'air un peu flippants

Les toilettes de la Shinjuku VR Zone avec ses bonhommes qui ont l’air un peu flippants. Non ?

Mario Kart VR

Deuxième attraction : Evangelion. Il faut savoir que j’adore cette série (la série, pas le film qui est tout nul) et comme j’ai découvert qu’ils avaient sorti une nouvelle série (j’arrêtais pas de voir des illus avec une child que je ne connaissais pas du tout), je sais ce que je vais mater à mon retour. Le but du jeu : tuer un ange. Je serai Asuka, Victor, Shinji. Le set up est ultra cool parce qu’on commence dans les locaux de la NERV avec mise en route des EVA,a arrivée du liquide amniotique et propulsion de la ville et après… grosse merde. Le jeu est ultra dur, je ne parviens pas à changer d’arme malgré les instructions que j’avais lues et l’Ange tire de façon aléatoire donc à un moment, je fais ma bonne vieille technique de jeux vidéos : je bourrine. On finit donc mangés par l’ange (bon, pour le coup, Victor a bien galéré aussi, ça me rassure). Petite pause hydratation avec des boissons “fantôme de Pac Man” (pourquoi pas), on mate des gens sur des murs d’escalade pour une simulation de canyoning mais on ne tente pas l’aventure.

Evangelion VR

Espace canyoning Shinjuku VR Zone

Une fois l’escalade réussi, on avait le droit de faire un toboggan vénère pour atterrir là.

On a encore deux tickets, on va faire un peu de sport , genre du vélo. On embarque donc sur un ride sur vélo volant et attention, ça envoie. Le but est de s’envoler vers un château en pédalant. Donc moi, je pédale  sauf qu’en fait, il y a un parcours à suivre et je ne comprends rien à ce que me dit la femme qui gère l’attraction (j’ai eu pas mal de soucis de communication au Japon, nos anglais ne matchent pas), surtout que je n’avais pas du tout compris cette histoire de parcours et je ne voyais pas pourquoi elle s’entêtait à me faire passer par une grotte en bas alors que je voulais aller en haut. Les décors sont magnifiques, l’expérience hyper plaisante. On devrait installer ça dans les salles de sport, ça marcherait mieux que tous les mangerbouger du monde !

Shinjuku VR zone

J’ai pas de photos du vélo donc une attraction qu’on n’a pas faite, un shoot them up, je crois

Et voici la dernière attraction : le ski. On pouvait aussi choisir “pêche”  mais, curieusement, ça me motivait moyen. Donc on monte sur un appareil “ski” avec bâtons et skis, donc, le mec nous fait tester, ça marche très bien. Go ! Ca va vite. Ca va trop vite. J’essaie de slalomer comme je peux pour réduire la vitesse  mais je tombe dans la falaise… et je me recroqueville un peu sur moi-même. Une autre fois, je finis dans un mur, je ferme les yeux juste avant l’impact.C’est hyperprenant. Bon, j’ai même pas réussi à faire 200 mètres (Victor non plus pour le coup, il a voulu slalomer comme moi et a fini dans la falaise, pareil).

Shinjuku VR zone : Halloween

Shinjuku VR zone : tilt brush

Bien, il est temps de sortir, le temps s’est couvert. On traverse Shinjuku, quartier que nous avions découvert de nuit  et qui est beaucoup plus calme en journée. Alors sachez que dans certains restos, quand vous commandez un soda (au melon car la curiosité)(oui, j’en avais déjà bu à Takayama mais chut), on vous sert un demi-litre… Evidemment, j’ai pas réussi à le finir. Prochaine étape : le jardin “Shinjuku Goen”. Assez sympa : des petits lacs, des petits ponts, des jardins d’inspiration japonaise, française et anglaise avec une pelouse toute fluffy hyper agréable pour se promener même si nous n’avons pas pu nous mettre pieds nus car il pleuvait. Oui, on s’est pris des amplitudes thermiques en 3 semaines, on est passés du temps “il fait trop chaud, mon jean a déteint sur ma culotte tellement j’ai transpiré” (vraie histoire) à “mes deux pulls ne me suffisent plus, je vais mourir ici, adieu”. Et d’ailleurs ce jour là, j’avais laissé mon cuir à l’appartement car il faisait beau et chaud quand on l’a quitté, j’ai tellement regretté.

Shinjuku, vitrine de restaurant

shinjuku salle d'arcade

Shinjuku Goen Shinjuku Goen Shinjuku Goen Shinjuku Goen

Shinjuku Goen

La nuit tombe, on retrouve Shinjuku qui s’agite bien désormais. Ca clignote, les écrans crient,on repasse devant le petit restaurant de brochettes du 1er soir… J’ai l’impression que c’était il y a une éternité. Après un petit café, dernière destination de la journée : Odaïba. Qu’on a déjà fait, oui, mais de jour et on avait envie de voir le Rainbow Bridge de nuit. On monte dans le Yurikamome et on chope les places devant pour profiter du spectacle. Et Odaiba, de nuit, ça mérite l’aller-retour, oui. Même si pour le coup, le rainbow Bridge n’était pas du tout rainbow ce soir-là, contrairement au building de la Fuji TV. On hésite à faire un tour à Joypolis, la salle d’arcade vénère de Sega mais le temps passe et finalement, on renonce. Après un petit détour dans les couloirs de la station Shimbashi où on a du mal à retrouver notre chemin, retour à l’appart pour notre dernière nuit Tokyoïde… et japonaise.

YurikamomeOdaiba : rainbow bridge Odaiba : rainbow bridge Odaiba Fuji TV Odaiba de nuit Odaiba : rainbow bridge

* Au moment où j’ai écrit ce récit, je n’avais pas joué à Mario Kart depuis 10 ans. J’ai rejoué depuis avec la Switch et j’ai bien le côté “deltaplane”, je ne sais juste pas depuis quand ça existe donc pardon si j’explique une évidence)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à Tokyo pour une balade à Ueno

Le 17 octobre – Quelles sont les raisons qui poussent à se lever avant 6h du matin ? Un voyage, une action politique (on s’est levés à 4h45 pour offrir des petits dejs aux salariés qui commençaient tôt)… ou prendre un bain dans les sources d’eau chaude au soleil levant. Bon, le soleil levant, vu le temps, on l’a pas trop admiré, mais les bains étaient calmes, il n’y avait pas grand monde (et oui, nous n’étions pas les plus matinaux). De jour, les bains sont tout aussi beaux, on serait bien resté un jour de plus.

Ryokan au petit matin

Car oui, il est temps de rentrer à Tokyo pour la fin de notre séjour. Je n’ai pas du tout envie de rentrer, j’aurais bien prolongé le séjour même si je bénéficie de l’habituel effet des vacances : l’envie de faire plein de trucs en rentrant pour une vie plus jolie. Pas que l’origami ou apprendre à faire du thé matcha, non, mais par exemple donner la bonne orientation à ma vie pro*.

Vue du train japonais dans les montagnes

Milk shake matcha au Japon

Mais il nous reste un peu plus de quarante-huit heures avant le retour, profitons-en. Ayant trouvé un appartement proche de Ueno, c’est l’occasion de sillonner un peu le quartier. En commençant par le sublime magasin de jouets énormissime. On va y passer facilement une heure trente à naviguer entre les cinq étages, je m’achète un petit jouet kawai pour mettre sur mon bureau, une casquette fleur de cerisier, Victor craque sur un kit de perles à écraser (lui, il appelle ça du pixel art, ça marche aussi). On découvre des jouets Pokemon, Star Wars, Gundam, Evangelion, des animes qu’on ne connaît absolument pas, des petites choses miniatures, des dioramas partout. Je.veux. ça. en. France. On a aussi des petits jouets que tu peux synchroniser pour faire des chorégraphies, il y a des écrans qui balancent de la techno et des cris dans tous les sens.

Magasin de jouet dans le quartier Ueno de TokyoJouet kawai acheté à Tokyo Diorama japonais dans un magasin de jouets

Après cette excursion pleine de bruits et de couleurs, enchaînons sans transition avec le parc de Ueno, très couru au printemps lors de l’Hanamura, la fameuse floraison des cerisiers. Là, c’est l’automne mais Tokyo restera vert, bien plus que les montagnes en tout cas. Ce n’est pas grave. En passant devant le musée national de Tokyo, on découvre avec stupeur des oeuvres de Rodin et Bourdelle dont on pensait les originaux en France. Pour le penseur, c’est une version élargie mais pour le reste ? On découvre aussi éparpillées, ça et là, des oeuvres contemporaines dont une semi Statue de la liberté un peu étrange (c’était une statue devant un magasin, elle s’était brisée, un artiste en a fait une oeuvre). Mais ça, ce n’est rien, encore. Passons devant le zoo sans s’arrêter, j’ai eu mon quota d’animaux en captivité (je culpabilise toujours un peu après l’aquarium, j’avoue). Juste derrière, on découvre l’adorable jardin de dahlias dont les plus fragiles spécimens sont protégés par de ravissants parapluies.

Herakles de Bourdelle dans le parc Ueno à Tokyo La porte des enfers de Rodin dans le parc Ueno à Tokyo Le penseur de Rodin dans le parc Ueno à Tokyo

Oeuvre contemporaine, parc de Ueno, Tokyo, Japon Oeuvre contemporaine, parc de Ueno, Tokyo, Japon

Jardin de dahlias, parc Ueno, Tokyo, Japon Jardin de dahlias, parc Ueno, Tokyo, Japon Jardin de dahlias, parc Ueno, Tokyo, Japon

Pagode du parc Ueno vue du jardin des dahlias

En sortant, direction le lac voisin et… en fait, on se retrouve face à une marée d’énormes plantes aquatiques offrant des perspectives très étonnantes. D’énormes carpes se pointent dès qu’on approche du bord… Tu sens les bestiaux habitués à être nourris par les humains comme les daims de Miyajima ou Nara mais en moins mignon. On avise un petit stand de brochettes de crabe, on cède à la tentation et c’est juste délicieux. On fait le tour du temple bouddhiste, on fait coucou aux pédalos cygne et c’est reparti pour notre nouvelle destination : Todaï.

Temple bouddhiste sur le lac du parc Ueno Bouddha habillé Promenade autour du lac du Parc Ueno Pédalo cygne à Tokyo Plantes aquatiques du parc Ueno à Tokyo

Qu’est-ce que c’est, Todaï ? C’est l’université japonaise qui est utilisée dans plusieurs mangas à cause de son emblématique tour de l’horloge. C’était surtout un petit clin d’oeil de fans de mangas. Petite anecdote amusante : un papa prenait son enfant endormi sur son siège vélo en photo devant cette fameuse tour. Voulait-il raconter un “toi aussi, tu viendras ici, mon fils !” ou “Hihi, il est comme son papa, il dort à la fac !” ? Un mystère qui restera à jamais irrésolu.

Todai : université de Tokyo Todai : tour de l'Horloge Todai : université de Tokyo Todai : université de Tokyo

La nuit tombe, on retourne donc à Ueno récupérer nos sacs abandonnés dans des casiers (le truc qui nous a embelli les vacances vu qu’ici, tu ne récupères tes AirBnB qu’à 17h mais tu repars à 11h). On prend possession de notre dernier logement (sur six hôtes, nous n’en aurons vu aucun) et on s’effondre. On émerge à 21h, le temps d’une expédition punitive au 7/11 d’en face et fin de journée. Le lendemain, dernier jour complet à Tokyo.

Vue du lac de Ueno à la nuit tombante

* Huit mois plus tard, ça me fait hurler de rire puisque la seule orientation que j’ai trouvée à donner pour survivre, c’est de me barrer et que la situation a commencé à bien dégénérer à mon retour du Japon (à peu près au moment où j’ai ramassé une nouvelle chef. Coïncidence ? NON !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Plongée dans les sources chaudes du Ryokan

Le 16 octobre – Un lever parfait, un petit déjeuner copieux, nous voici installés dans le TER version japonaise avec ses bancs de siège en face à face. La route est toujours aussi belle, la rivière serpente entre les montagnes délicatement coiffées de nuages. La quinzaine des passagers présents semblent se rendre à Toyama, comme nous.  

Dans le train japonais

Pour mener à bien cette mission, nous devons donc parvenir à changer de train à Inotaki en trois minutes. La route se passe bien, on s’arrête à toutes les gares possibles et imaginables. Jusqu’à la dernière. Là, on est loin du stop and go, l’arrêt s’éternise. Je feins de rester plongée dans mon magazine et de rester détachées mais je commence à devenir nerveuse et je ne suis pas la seule. Je me lève pour jeter un coup d’oeil dans la cabine suivante qui donne sur le poste de pilotage : un putain de feu rouge. Un train passe à nos côtés, on devait sans doute attendre qu’il passe pour repartir… Et en effet… Ok, le sprint final, il nous reste en théorie 15 mn, nous sommes censés arriver à 10h48. 10h45, on se lève pour mettre notre sac à dos. 10h46, le chauffeur annonce la gare d’Inotaki. 10h48, on pose le pied sur la quai, on saute dans le train pour Toyama : mission accomplie ! Il nous reste encore deux trains à prendre mais avec trente minutes de battement, on est sereins.

Dans le train japonais Dans le train japonais

Nous voici à destination ! Une navette vient nous chercher directement à l’Hôtel. L’accueil est charmant, on nous fournit des petites pantoufles, on abandonne nos chaussures dès l’entrée. Un Italien demande un peu hautainement si quelqu’un peut s’occuper de ses bagages. Mec, on est dans un ryokan, pas dans un Plaza…

Ryokan Takagarawa

Ah mais c’est quoi un Ryokan au fait ? C’est une petite auberge traditionnelle avec sources d’eaux chaudes pour prendre des bains. Oui, encore des bains, nos jambes douloureuses l’ont bien mérité ! Même si, là, en vrai, ça va déjà mieux.

Ryokan Takagarawa

Nous récupérons donc notre chambre qui nous paraît immense. Il y a quatre zones : une entrée, un sas, la chambre et le coin un peu véranda avec baie vitrée donnant sur la rivière et un minuscule balcon. C’est absolument tout chou. On va désormais se déplacer en yukata, un habit traditionnel, sorte de kimono en coton que l’on ferme avec un obi et on peut passer une veste traditionnelle par-dessus.

Ryokan Takagarawa Ryokan Takagarawa

Yukata

Bon, c’est pas tout ça mais on a des bains à prendre. Ici, les bains sont extérieurs et mixtes; il fait environ 8-10° et on va donc se balader en yukata. Là, de suite, on appréhende un peu. Je décide de garder mes chaussettes. On récupère des sortes de chaussures en plastique pour traverser la zone permettant de se rendre aux bains. Tout est détrempé… y compris mes chaussettes qui apprécient assez peu la balade. Mission : trouver une robe en tissu éponge pour dames pour me baigner, je n’en trouve nulle part. J’ai bien une serviette mais elle est trop petite pour tout emballer, mes seins ne rentrent pas. Heureusement, en approchant d’un bain mixte, on constate que tout le monde est nu, y compris une femme posée délicatement sur un rocher, façon Petite Sirène de Copenhague. Et bien, comme on dit “à Rome, fais donc comme les Romains”.   L’eau est délicieusement chaude, le décor est juste parfait. Les vapeurs troublent les lumières des ampoules, la rivière assure l’ambiance sonore. A un moment, je commence à avoir trop chaud, je glisse donc vers la partie non protégée et me met à genou pour sortir mon buste de l’eau, profitant de la pluie rafraîchissant ma peau brûlante.

Ryokan Takagarawa

On décide de migrer vers un autre bain et on retrouve les Italiens… pas nus du tout. Pour le coup, les femmes ont la fameuse robe et les hommes portent un maillot… alors que normalement, les hommes sont nus avec juste une petite serviette à poser sur son pénis. Dans les faits, tout le monde s’en fout… Mais du coup, je me sens un peu gênée d’imposer ma nudité, ma pudeur commence là où je dérange les gens… Le barbotage est donc un peu court, ce bain est moins chaud que l’autre donc on retourne au premier et là, nous sommes seuls. Douce détente.

Ryokan Takagarawa

L’heure du diner approche (18h30…), nous retournons dans notre chambre et surprise ! Deux futons ont poppé. On a également récupéré une carafe d’eau fraîche, très appréciable après un bain chaud qui déshydrate pas mal.

Le repas avalé, on retourne se poser à la chambre puis petit bain intérieur nocturne histoire de se doucher. On se glisse sous les grosses couettes bien chaudes car il fait un peu frais dans le Ryokan, même si le coin chambre est bien chauffée. On ne traîne pas : demain, réveil à 5h15.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hida, au coeur de l’histoire japonaise

Le 15 octobre – 7h15. Le réveil sonne, j’ouvre les yeux et… au vu de la lumière blâfarde qui se glisse paresseusement entre les rideaux, j’ai compris : il fait moche. La météo l’avait bien dit mais je suis du genre têtue : parfois, elle se trompe. Je suis un peu ronchonne : mine de rien, sur 16 jours de présence (enfin, 15, le 30 septembre ne compte pas vraiment), on n’a eu que 7 jours de beau temps, même pas 50%… Bon, vu qu’on a déjà décidé qu’on reviendrait, c’est de suite moins dramatique mais bon, de la pluie, on va en manger.

Takayama un jour de pluie

Hida sous la pluie

Après un bon petit déjeuner (les joies de l’Hôtel),on file prendre un bus pour Hida, village folklorique. Quand je dis “file”, je veux dire “on cherche le bus pendant vingt minutes avant d’échouer à l’office du tourisme”. Hida était le point d’orgue de cette petite escapade dans les montagnes, il s’agit d’un village typique de la région reconstitué. C’est à dire qu’ils ont pris de vieilles maisons existantes et les ont démonté puis toute reconstruites au même endroit. Et le lieu est fort joli, l’automne y a déjà pris place.

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Hida en automne

Hida en automne
On se promène tranquillement vers l’atelier de sculpture au couteau où un homme réalise des pièces assez incroyables. C’est intéressant de le voir travailler d’ailleurs, on a le droit de toucher des oeuvres pas tout à fait finies. On remarquera un splendide Bouddha et un très beau chien-renard. On sort de là pour se rendre à la poterie avec le parapluie emprunté à l’Hôtel. Ici, ils ont vraiment la culture du parapluie et de nombreux endroits en prêtent gracieusement. C’était le cas du Music Forest Museum et la musique était très régulièrement ponctuée des “flouch” des parapluies qui s’ouvrent. L’atelier doit être à 30 mètres max mais la pluie tombe si fort que les glands des arbres au-dessus de nous tombent de toute part, on les entend rebondir sur les toits. Okay… Quelques mètres plus loin, des maisons sont inaccessibles : la route est barrée pour cause d’ours. Wow… C’est une petite balade ou Koh Lanta ?

Hida, village folklorique des alpes japonaises

Le village est super agréable (on n’a pas vu d’ours)(oh, il y avait un panneau serpent, aussi), on se promène dans quelques maisons (sans chaussures) qui sentent bon le feu de bois même si la plupart sont éteints. Minute culture : les feux de bois sont régulièrement allumés dans les maisons pas simplement pour le folklore mais parce que la fumée est parfaite pour éviter une invasion d’insectes, surtout ceux qui aiment le bois.

Hida, maisons folkloriques

On se balade maison en maison en découvrant au passage, quelques infos sur la vie locale d’hier et d’aujourd’hui,on regarde tourner les moulins à eau. C’est très agréable malgré la pluie, mes chaussettes japonaises distendues après un seul lavage que je dois remonter en permanence, mais surtout le froid qui m’attaque les épaules. Dire qu’à peine quatre jour plus tôt, je pestais car mon jean collait trop à ma peau à cause de la chaleur

Torii de la montagne #torii #hida #japan #autumn #mountains

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Hida, vilage folklorique des Alpes japonaises

On arrive en fin de visite dans une petite aire de jeux avec des puzzles casse-tête, bilboquets (je me suis fait un peu mal évidemment) et petits origamis à emporter. Ca aussi, c’est très culturel ici : le matin même, nous sommes allés au bureau de changes et, en plus de notre argent à un taux plus que satisfaisant, on est repartis avec un cygne, une étoile ninja et deux grenouilles bondissantes en origami. J’adore le principe ! Du coup, je me dis que je vais apprendre à en faire (j’ai déjà un livre) et mettre un petit panier à mon bureau et en distribuer à qui viendra me voir. Soit à peu près personne mais bon [C’est très drôle comme 9 mois plus tard, ce point a très fortement évolué].

Origamis

Frigorifiés, on retourne à l’arrêt de bus pour revenir au centre de Takayama et celui-ci arrive… avec 15 mn de retard ! J’ai l’impression que la ponctualité des transports au Japon, ça ne concerne que les trains (et encore, on a aussi eu des retards à l’arrivée… Ce n’est pas bien grave mais si je compare avec mes dernières expériences avec la SNCF, le rail japonais est perdant). On se pose dans un café et je dois vous parler de ce concept qu’on doit à tout prix importer en France : pour 500 yens (3,5 € environ), payés à l’entrée, on a accès à une salle “wifi lounge” avec boissons à volonté ! Autant vous dire que j’ai bien dû diminuer la réserve de thé matcha, j’ai aussi pris un petit Fanta melon (inintéressant). On en profite pour trouver un trajet pour le lendemain car on doit se rendre dans un ryokan dans les montagnes de l’autre côté et il n’y a bien sûr aucun trajet direct. Petit obstacle supplémentaire : il faut arriver avant 15h pour prendre la navette. Non parce qu’avant de partir, j’avais prévu tous les trajets en train mais dans mon scénario, on arrive à 15h46. On a bien un trajet qui démarre à 9h40 mais il faut 4 trains dont 2 à 3 mn d’intervalle. Sachant que nous avions 5mn de retard à l’aller, on n’est pas très confiants. On multiplie les hypothèses et on se décide pour un bus Takayama-Toyama qui part à 8h20. Ca va piquer mais tel est le prix de la tranquillité. On se promène en attendant dans les rues de Takayama qui rescelle quelques jolis coins dont des anciennes maisons privées, des maisons conservées dans leur jus transformées en boutique à saké pour la plupart. On trouve aussi de délicieux petits pains fourrés à la purée d’haricots rouges qui réchauffent le corps et une marionnette un peu flippante animée par un minuscule moulin à eau situé juste en dessous.

Ils ont la classe les tonneaux de saké quand même #takayama #japan #sake #memories

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Thé matcha et fanta melon

Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises Takayama, village des alpes japonaises

On décide d’aller faire un tour dans un parc voisin mais la nuit tombe et il y a des ours (encore ?!) donc on fait tranquillement demi-tour. Prudents, on décide d’aller à la gare pour aller réserver tous nos billets. Oui parce qu’avec le JR Passrail, on n’a pas forcément besoin de réserver des places, les trains ont en général un ou plusieurs wagons “non réservés”. Mais on aime bien avoir l’esprit tranquille donc on file à la gare des bus et là “ah non, le bus est plein ! On essaie de trouver une solution, peut-être en passant par Tokyo mais on doit partir à 8h pour arriver à la même heure. Autant tenter le changement en 3 mn, le monsieur du guichet nous rassure “c’est sur la même plateforme, c’est facile !”

Takayama, tombée de la nuit Takayama, tombée de la nuit Takayama, tombée de la nuit

Sushi boeuf

Bon… un ramen, un sushi au boeuf mais surtout une bouteille de saké chaud chacun (on en voulait une pour deux), on rentre en rigolant à l’hôtel. On va attendre un peu pour aller au bain, ce ne serait pas raisonnable, là… Finalement, une fois posés, on a la flemme de bouger. C’est pas grave car demain, c’est ryokan !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kyoto, jusqu’à bout de force : forêt de bambou, Arashiyama et jardin impérial

Kyoto, dernière journée et il va falloir faire des choix car nous ne pourrons pas tout voir. Priorité à Arashiyama et sa célèbre bambouseraie, prise d’assaut par les touristes. Cependant, il pleut et j’espère que ça en découragera plus d’un.

Bambouseraie de Kyoto

Notre gare étant située sur la bonne ligne, on est sur place très rapidement, on trouve la bambouseraie. On y entre, on déambule… et ça ne marche pas. C’est bien joli, je ne dis pas, mais j’ai préféré la bambouseraie minuscule du kokoen à Himeji. La balade est plutôt courte, je m’attendais à quelque chose de plus grand. On reste globalement sur une route assez large à part un endroit aménagé pour qu’on puisse approcher d’un peu plus près mais je ne suis pas du tout gagnée par l’atmosphère censément quasi mystique du lieu.

Bambouseraie de Kyoto

Bambouseraie de Kyoto

Un petit temple dédié aux amoureux, comme une bonne partie des temples ici, est situé dans la forêt avec, comme curiosité, un “jardin de mousses”, dixit mon guide. Moi, j’appelle ça un simple bout de terre, re déception. On croise, lors de la balade, un petit train rouge au toit en plexiglas, le train pour Sagano “le trip le plus romantique”. Dans l’absolu, la balade doit être chouette mais il pleut donc ce sera sans nous. D’ailleurs, la bambouseraie est divisée en deux par une voie de chemin de fer, j’espérais y voir ce fameux train rouge qui m’évoquait le petit train jaune des Pyrénées mais non, c’est la ligne régulière… Et je crois que c’est là que s’explique ma déception. Oui, le manque de luminosité a pu jouer ainsi que l’image que je m’en faisais, cf le jardin de mousses. Mais non, en fait, ce qui m’a décontenancée, c’est l’impossible quiétude. Il y avait déjà pas mal de monde malgré la pluie mais ça, on fait avec. Non, le problème, ce sont  les taxis qui passent sur la route qui traverse la forêt que nous devions subir toutes les deux minutes. Non mais imaginez : vous essayez de vous imprégner de la sérénité de la nature et vous devez vous coller au bord de la route pour laisser passer une voiture. Ou entendre le ding dong annonçant le passage d’un train. Même si, ça, j’aime bien parce que c’est le même dans les mangas (forcément) et c’est un peu une petite madeleine de Proust pour moi.

Temple des amoureux d'Arashiyama : jardin de mousses Temple des amoureux d'Arashiyama Temple des amoureux d'Arashiyama Temple des amoureux d'Arashiyama : jardin de mousses

Bambouseraie d'Arashiyama à Kyoto : foule de touristes

Forêt de bambous de Kyoto : au milieu, passe le train

 

Un peu dépités, on sort de là pour faire un tour dans ce que nous appellerons Gogoland, la zone marchande pleine de souvenirs trop chers. Tu peux même payer en euros si tu veux ! On fait un tour du côté de la rivière pour s’offrir une jolie vue sur la montagne puis retour Kyoto.

Montagne d'Arashiyama Montagne d'Arashiyama

Retour à la gare centrale, plus précisément. Il faut savoir que la gare de Kyoto est monumentale. Littéralement. Un peu curieuse, j’ai envie de monter tout en haut des escalators et nous découvrons une superbe vue panoramique de la ville, limite plus belle que celle qu’on a eu au temple Inari, ne laissant qu’entrevoir la ville à travers la brume.  Même si cette highway centrale dans une ville rendue fantomatique m’active l’imagination puissance 1000 ! Un petit coucou à la tour de Kyoto franchement laide mais hyper pratique pour se repérer. Je remarque également un gros temple à côté… Initialement, j’avais prévu de faire un tour à l’est de la ville dans le quartier des temples mais Victor en avait un peu assez des temples (moi-même, j’avoue…) donc nouveau plan : on va visiter ce temple là puis on trace au Palais impérial pour flâner dans les jardins.

Gare centrale de Kyoto Locomotive en gare d'Arashiyama

Tour de Kyoto Kyoto, vue du temple Higashi Honganji Kyoto, panorama du haut de la gare

Le temple Higashi Honganji est un temple bouddhiste plutôt colossal avec le plus grand toit en bois du monde. On retire nos chaussures pour entrer dans un lieu au sol recouvert de tatamis, c’est assez agréable de marcher dessus. La salle est divisée en deux parties : les deux-tiers où vous pouvez vous asseoir pour prier et une dédiée aux autels et petites mises en scène. Note pour moi-même : me remettre à jour sur les pratiques bouddhistes… Entre les deux bâtiments, une petite histoire du temple qui a évidemment brûlé et été reconstruit (une constante dans la plupart des monuments que nous avons visité), on a aussi droit à une petite maquette nous montrant des travailleurs descendant une énorme tronc de la montagne enneigée avec un glissement de tronc et des pauvres ouvriers enfoncés dans la neige avec juste les jambes qui dépassent. J’ai de légers doutes quant à leur survie…

Temple Higashi Honganji à Kyoto

A présent, on fonce vers le Palais impérial. On marche, on marche, on marche… et on finit par prendre le métro. C’est là qu’on mesure toute la différence entre nos tous premiers jours de voyage et notre état au deux-tiers du séjour : au début, on faisait tout à pied et quand on prenait le train ou le métro, on était genre “ok ok, on va pas s’asseoir pour deux stations !”. Là, on en est à prendre et à s’asseoir pour une seule station. Bref,on arrive afin dans le jardin impérial, un jardin aux très grandes allées un peu austères, rien à voir avec celui de Tokyo… Les jours de beau temps, ça doit être fort charmant, surtout qu les pelouses ne sont pas interdites.

Jardin impérial de Kyoto Jardin impérial de Kyoto Jardin impérial de Kyoto Jardin impérial de Kyoto

Pour se remettre un peu de nos émotions et nous reposer les pieds, nous décidons d’aller boire un verre. Encore une grande aventure ! Manifestement, les Japonais, ils sont moyen branchés bar ou alors nous étions dans le mauvais quartier mais on a marché bien une demi-heure avant de trouver… un pub. Oui, on se retrouve donc dans un pub au Japon, qu’est-ce qu’il y a ? En fait, les gens ont l’air de boire et de manger au même endroit mais on ne veut pas manger, nous ! Bref, je me prends un petit daiquiri des familles qui me donne bien chaud aux joues, on mate distraitement un championnat de fléchettes à la télé. On retourne enfin à la gare de Kyoto à pied en suivant la Tour. Enfin l’appart, on déguste des noodles lyophilisées (en vrai, j’adore) et des desserts bizarres genre du pain au melon (farce bonne mais contour beaucoup trop pâteuse), une crème de potiron (bonne mais pas autant que la mienne) et un espèce de loukoum complètement gluant au thé matcha… dégueu.

Loukoum japonais au thé matcha

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une virée à Nara, le pays des temples et des daims

Le 12 octobre – Ancienne capitale impériale (comme Kyoto, d’ailleurs), si je devais qualifier Nara, je dirais que c’est une sorte de Disneyland du temple. Bouddhiste ou shintoïste, faites votre choix.

Nara, petit étang

En me levant, je jette un oeil à la météo. Pour la veille, ils avaient annoncé “plutôt ensoleillé” et j’ai eu la face cramée, je suis donc assez optimiste quand je lis “nuageux” et je me dis qu’on devrait bien s’en sortir… Bah pour une fois, la météo ne s’est pas trompée…

Nara vue du temple Tamukayama

Donc Nara, pour vous décrire, c’est une sorte d’immense parc plein de temples et de daims. Des daims partout. Cette fois-ci, vous pouvez acheter des galettes pour les nourrir donc autant vous dire qu’ils sont pas farouches. Voire même un peu trop curieux, j’en ai vu un commencer à mâchonner des robes. Les parents donnent les galettes aux enfants qui paniquent vite, des audacieux qui insistent pour avoir du rab et les gens se mettaient à crier quand ils se faisaient harceler par les cervidés. Nous, on se fait snober par les bêtes vu qu’on n’a rien à leur donner.

Bambi calme #nara #japan #suede #cuteness #peacefull

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Nara, temple Nara, temple Nara, temple Les daims de Nara Les daims de Nara Nara, temple Nara, pagode

Les daims de Nara

On déambule de temples en temples jusqu’au majestueux Todaiji qui, d’après mon guide, contient une statue de Bouddha géante… Ah ben OUI EN EFFET ! J’ai beau ne pas être bouddhiste, je suis assez impressionnée par l’immensité de la statue. Le temple, par contre, est petit, on fait assez vite le tour, on flâne un peu dehors, se frayant un chemin à travers la dizaine de classes de primaire, reconnaissable à leur chapeau ( chaque classe en a un particulier, vous avez les grands chapeaux jaunes, la casquette bleue ou la rouge) ou de collège, reconnaissable à leur uniforme. On grimpe ensuite vers le temple Tamukeyama, au milieu de ces charmants bambins surexcités mais on arrive à trouver un chemin peu emprunté qui nous permet de souffler un peu. C’est vraiment quelque chose d’assez fascinant ici, il suffit parfois de s’éloigner de quelques mètres des sentiers balisés pour se retrouver quasi seuls. Et vu comme la ville est grouillante, on apprécie, même si Nara est bien plus tranquille, du moins du côté du parc à temple, nous ne sommes pas allés visiter la ville en elle-même.

Temple majestueux à Nara #japan #nara #temple #shrine #stones

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Nara temple fermé Les oranges de Nara Les oranges de Nara Fontaine à Nara Fontaine à Nara Temple Todaiji Nara Bouddha géant de Nara Bouddha géant de Nara Bouddha géant de Nara

On se replie lentement, on se pose dans un petit restaurant discret et pas très cher, contrairement à ses voisins. Je déguste un unagi (les vrais savent) vraiment bon et en dessert, j’opte pour un décadent parfait “milky white”. J’ai assez peu pris de dessert au Japon, essentiellement parce que je ne suis pas sûre de bien comprendre le principe, notamment les parfaits, justement. Pour vous expliquer un peu rapidement, vous prenez une coupe et vous mettez plein de choses dedans. Moi sur mon parfait milky white, j’avais de la glace chocolat blanc, du yaourt, de la banane, , du lait concentré sucré, des trucs que j’ai pas identifiés un peu gélatineux et de la chantilly. Oui, ce n’est pas un dessert de régimeuse. J’en ai vu avec des petits flans ou des pana cottas. C’est rigolo mais relativement peu appétissant quand tu vois leur modèle en résine ne me fait jamais trop envie et j’aime bien savoir d’où on fait des desserts avec des pâtes.

Dessert japonais : le parfait

unagi

Unagi !!

Bref, on s’en met tellement plein la panse qu’en rentrant, on renonce même à l’idée de manger. Et quand on connaît Victor, on mesure ce que ça représente. On passe donc la soirée écrasés sur le lit à laisser nos corps au repos (ils en ont bien besoin),profitant de ce premier lit vraiment confortable depuis qu’on est arrivés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kyoto : du Nijo-jo au temple Inari

Le 11 octobre – Kyoto, jour 1. Trop de choses à voir, je sens déjà qu’il faudra faire des choix. C’est pas grave, on reviendra. Donc commençons par un château, on aime bien ça et surtout, c’est à moins de dix minutes à pied de l’appartement. En route pour le Nijo-jo !

Château Nijo-jo de Kyoto

Construit pour héberger le Shogun Ieyasu dont je vous invite à découvrir l’histoire (on le croise souvent au Japon, ce nom, notamment au Château d’Osaka ou celui d’Himeji), ce château, qui a perdu son donjon si caractéristique, est très agréable à visiter, ne serait-ce que pour ses jardins. Pas mal de classes de primaire mais plutôt sages et un festival d’art contemporain. Le château en lui-même se visite rapidement (et sans chaussures), les tapisseries sont intéressantes mais surtout, le plancher couine méchamment. Légèrement parano, Ietsatsu avait fait monter les lames du parquet à l’envers pour entendre si quelqu’un approchait. Je confirme, ça marche bien.

Les jardins du château Nijo à Kyoto Les jardins du château Nijo à Kyoto Les jardins du château Nijo à Kyoto Les jardins du château Nijo à Kyoto

Deuxième étape de la journée : le temple Inari, assez réputé car le pèlerinage jusqu’en haut du mont Inari est couvert de toriis, ces portes de sanctuaire rouges, comme celle de Miyajima. Arrivés sur place, on souffle un peu : y a du monde ! Et tout le monde s’arrête en plein milieu des torii pour se faire prendre en photo, c’est le gros bordel. Heureusement, c’est un mont donc au bout d’une trentaine de marches, on a déjà largué les trois-quarts des visiteurs, retrouvant un peu de quiétude. Et là, va falloir trouver en nous la force d’oublier que ça fait 10 jours qu’on marche plusieurs heures par jour et pas forcément un bon pas… On grimpe doucement, étape par étape, se laissant la possibilité de faire demi tour, au besoin. Heureusement, il y a rarement plus d’une trentaine de marches d’affilée, beaucoup de paliers avec distributeurs de boissons. Et on s’en est bien servis au fur et à mesure de la montée ! Ça grimpait, il faisait super chaud et on était en jeans (on est en octobre, il n’est pas censé faire 29°). A un carrefour, Victor choisit une voie et on se retrouve pour ainsi dire seuls dans la montagne, à profiter à la cool des toriis et des petits sanctuaires parsemés dans la montagne.

Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto

A la cool ? On grimpe tranquillement quelques volées de marches de ci, de là, ça tire un peu mais on gère. On commence à croiser des gens qui semblent venir du haut de la montagne, je reconnais quelques personnes croisées en bas. Ah, on doit s’approcher de la fin ! Et là… l’escalier de la mort. On ne voit même pas jusqu’où il monte ! Je me lance, pleine d’optimisme et d’enthousiasme (et de déni) :”non mais ça monte jusqu’au virage et c’est fini !” Et bien non. J’ai arrêté de compter les marches à 100, je dirais qu’à vue de nez, il y en avait bien le double. Alors qu’on approche de la mort, un vieux monsieur nous croise et nous dit que le sommet est proche, aaaah ! On grimpe les dernières marches et… bof. Encore un temple, un peu différent de ceux que l’on a croisés le long du chemin.

Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto

Alors on redescend, petite vue sur Kyoto engluée dans la brume, une jolie descente au soleil couchant en choisissant systématiquement l’embranchement que personne ne choisissait. On erre un peu aux alentours du temple, c’est agréable. Une visite sympa qui illustre bien l’adage qui dit qu’un voyage, ce n’est pas juste la destination…

Bouddha au couchant #sunset #kyoto #japan #bouddha #statue #spirituality #zen

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on


Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto Temple Fushimi Inari Kyoto

Un petit passage dans la gare monumentale de Kyoto, un petit gueuleton sympa et retour à l’appart pour se reposer car le lendemain, on se lève tôt pour filer à Nara.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le cinquième élément, la dystopie… verticale

Une des premières dystopies à laquelle j’ai eu l’occasion de me frotter est sans nul doute le cinquièmélément. Oui, le film de Luc Besson, oui. Avec ville gigantesque et voitures qui volent, un peu comme Altered Carbon. Mais la comparaison s’arrête là car si Altered Carbon détaille la société dans laquelle évolue Tak, pour le cinquième élément, on sait assez peu de choses quant aux rouages de cette société futuriste. Une société verticale, comme les immeubles… et l’organisation sociale, finalement.

Le cinquième élément - affiche

On pourrait contester la classification du cinquième élément au rayon dystopie, on est plus dans un film de science fiction/fantasy/space opera. On est assez proche d’un Star Wars avec une foule d’extraterrestres et une bonne partie de l’histoire dans l’espace. D’ailleurs, la partie où ils sont dans le vaisseau après avoir quitté Fhloston Paradise n’est pas sans évoquer le Falcon Millenium. Alors du coup, Star Wars serait aussi une dystopie ? Après tout, il y a tout un univers politique tissé… Oui sauf que Star Wars se passe dans une galaxie lointaine… il y a très longtemps. Donc non, ce n’est pas une dystopie. Le cinquième élément lui, se passe dans le futur dans ce qui est une version évoluée de notre société donc là, on y est sur la partie prospective. Mais est-ce que cette société est si mauvaise que ça ? Le monde proposé ne nous offre guère de détails donc je suis dans l’interprétation mais je vais considérer que oui.

New York dans le cinquième élément

Point un : les inégalités sociales. Bruce Willis est du côté pauvre de la barrière, cf la taille minuscule de son appart vs celui du prêtre par exemple. Son emploi est menacé, son immeuble visiblement mal famé (cf le caméo pété de Kassovitz). Vous allez me dire qu’on est déjà pas mal dans une société inégalitaire, ce qui est vrai mais il semble que dans le futur, l’ascenseur social, il est définitivement oublié. La société est d’ailleurs parfaitement hiérarchisée : les plus riches en haut, les plus pauvres en bas, au milieu des ordures. Vertical.  En parallèle, on a également une sensation d’opulence d’une certaine catégorie de population, notamment avec Fhloston Paradise, population aisée qui a bon goût en appréciant un bon petit opéra. Pierre Bourdieu likes this.

La diva dans le cinquième élément

Mais finalement… C’est quoi cette société décrite dans le cinquième élément ? “Normalement” (ok, ça se discute), une dystopie pose une réelle évolution de la société basée sur un changement de donnes, en gros. Dans 1984 ou Fahrenheit 451, il y a la maîtrise du savoir par le pouvoir qui enferme les citoyens. Dans Ravage, Albator ou Le meilleur des mondes, on peut se poser la question de l’asservissement de la population, ramollie par la technologie et/ou le divertissement. Altered Carbon nous interroge sur la question de l’immortalité. The handmaid’s tale part du principe que la dégradation environnementale va avoir des conséquences et imagine que les femmes en seront les premières victimes.  Si je devais résumer les dystopies en une phrase, on pourrait dire “et si… ?”, version scénario noir. Or dans le cinquième élément… Ben en fait, l’histoire pourrait absolument se passer aujourd’hui sans que ça change quoi que ce soit à l’histoire. Les voitures peuvent être au sol, Fhloston Paradise pourrait être un hôtel random aux Maldives ou en Polynésie… Reste les vaisseau spatiaux, certes, mais vu qu’ils ont débarqué en 1914 en début de film, ils auraient pu aussi débarquer en 97 (année de sortie du film). Reste la constitution de Leeloo… mais qui n’a pas grand sens au fond…

Polynésie

Du coup, si le cinquième élément décrit une société inégalitaire que Leeloo semble peu motivée à sauver (même si c’est manifestement les bombes atomiques balancées sur le Japon qui la choquent donc on reste sur ma remarque : ça aurait pu carrément se passer en 97), j’ai du mal à isoler de réels éléments dystopiques. On peut même y voir quelques étincelles d’espoir avec un Président Noir (en 97, c’était never seen before, comme on dit dans mon métier où on se la pète), la conquête spatiale… Bref, autant j’ai un souvenir plaisant du cinquième élément (et je refuse de le revoir), notamment sur son imagerie futuriste, autant… ben pour moi, la seule raison pour laquelle ça se passe dans le futur, c’est que Besson voulait se faire plaisir. Alors pourquoi pas mais pourquoi ? Normalement, placer un histoire dans le futur doit apporter quelque chose : une technologie qui n’existe pas encore et qui va avoir une incidence importante sur l’intrigue, une évolution de la société que l’on veut dénoncer… même avec humour, genre Idiocracy. C’est rigolo mais il reste un message. Là, c’est juste un décor.

La ville futuriste du cinquième élément

Du coup, est-ce qu’on peut à ce point se faire plaisir sans réellement chercher à faire passer un message ? Peut-on imaginer une histoire dans le futur juste parce qu’on a trop kiffé Retour vers le futur 2 sans chercher à donner une dimension politique quelconque ? Dans l’absolu oui… mais ça me gêne un peu. Même si ça reste un film qui m’a marquée à l’époque et qui m’a follement inspiré Technopolis, on ne va pas se mentir.

Affiche du film le cinquième élément

C’est marrant, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de détails sur les immeubles sur l’affiche que dans le film

Ca mériterait un article à part, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

D’Hiroshima à Kyoto

Le 10 octobre – Petite journée entre deux villes, Hiroshima et Kyoto. Levés un peu tard (08h40, une belle grasse mat’), on prend le temps, rien ne presse. Au menu du jour : aller jeter un oeil au château d’Hiroshima, jeter nos valises à la gare, faire le tour du Memorial Park puis retourner à la gare prendre un train pour Kyoto.

Le château étant à deux pas du AirBnB, nous partons avec nos gros sacs sur le dos. On traverse et là, on tombe sur un groupe de piétons qui attend patiemment le feu vert pour traverser la rue perpendiculaire… qui était coupée ! Ok… Je n’avais pas vu grand chose sur ce château et on s’attendait à un truc un peu pourri mais il était tout à fait charmant. Evidemment, c’est une reconstruction, le vrai ayant été rasé lors du bombardement…

Hiroshima - Le château

Hiroshima est une ville que je trouve très agréable, essentiellement parce que ses trottoirs sont très larges, j’avais comme un sentiment d’espace que je n’avais pas ressenti à Tokyo ou Osaka. Un peu plus de respect pour leur cours d’eau, aussi, il n’était pas enterré sous une route ou une autre. Mais l’Histoire est omniprésente, Hiroshima est un symbole de paix à elle seule. Et il y a évidemment le Memorial Peace Park, juste à côté du A Bomb Dome, les restes de la préfecture détruite par le souffle de la bombe qui a éclaté 600 mètres plus haut.

A bomb dome à Hiroshima

Un peu plus loin, des classes d’enfants se succèdent devant un monument à la mémoire des enfants d’Hiroshima tués par la bombe. On continue pour arriver au memorial en lui-même avec sa flamme qui ne sera éteinte que le jour où toutes le armes auront été éradiquées. C’est pas demain, quoi…

Memorial Peace Park à Hiroshima

Forcément, en se baladant dans la relative quiétude du parc (beaucoup d’enfants dont certains sont venus nous parler en anglais), on se sent un peu écrasés par le drame qui s’est joué ici, sa violente inutilité, aussi. Mais l’actualité nous rappelle assez régulièrement que l’Homme a tendance à ne pas trop apprendre de ses erreurs…

Le Péage Memorial Park d’Hiroshima #japan #hiroshima #memorialpark #peace

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Chat à Hiroshima

On finit ce petit tour d’Hiroshima par un déjeuner à base de soba, des nouilles au sésame, encore une jolie découverte ! On se balade dans quelques passages marchands, une des grandes spécialités des villes japonaises. Enfin, nous n’en avons pas croisé à Tokyo mais à Osaka et Hiroshima, ça pullule. On admire les chaussettes (j’adore les chaussettes japonaises), on traînasse dans un magasins de produits dérivés d’animés (avec un joli rayon manga… Je crois que je vais me mettre à en relire à mon retour). Un peu cher, forcément, mais bien sympa.

Soba

Jouir de bijou, boutique japonaise à Hiroshima

Hihihi

Retour à la gare pour un voyage Hiroshima-Kyoto avec petit pic de stress à la gare Shin Osaka avec cinq petites minutes pour notre changement de train. Moi qui suis du genre à totalement stresser pour les transports, imaginez ma sérénité. Mais on a assuré, mission accomplie. 12 minutes plus tard, nous voici à Kyoto. On se précipite dans notre AirBnB bien confortable malgré l’éternelle salle de bain en plastique honnie par Victor (moi, je n’aime juste pas que le rideau de douche se colle à moi car le bac de douche est souvent très étroit. On s’étale sur le lit pendant deux bonnes heures, harassés. Un petit bento et au lit, Kyoto nous attend.

Bento acheté à la gare de Kyoto

Rendez-vous sur Hellocoton !