Le devoir d’exemplarité : toutes coupables ?

Semaine dernière, gros coup de tonnerre : Asia Argento, une des (UNE DES) figures de proue du mouvement #metoo est dans la tourmente : un jeune homme, Jimmy Bennett, l’accuse d’avoir abusé de lui alors qu’il n’était qu’un mineur. L’occasion rêvée pour tous les mâles qui ont chouiné sur le #metoo de montrer du doigt l’actrice en mode “toutes des menteuses”. L’occasion pour nous de nous pencher deux secondes sur le deux poids, deux mesures et sur le devoir d’exemplarité.

Asia Argento accusée d'agression sexuelle

Alors au cas où ça vous intéresserait : j’ai zéro avis sur cette affaire donc on ne parlera pas de ça. De façon générale, je me place du côté des victimes car comme qui dirait “je préfère défendre un.e éventuel.le mytho qu’un.e éventuel.le violeur.se” et ne vous inquiétez pas : dans ce genre d’affaires, le puissant s’en sort généralement bien. Non mais sérieusement, regardez Polansky, regardez DSK, regardez Besson qui n’est même pas dérangé par les accusations de viol et agressions sexuelles (au pluriel). Le #metoo a permis de faire tomber Weinstein mais après ? Bref, on passe, là n’est pas le coeur de ce que je veux dire.

Metoo

Parlons d’abord de la réaction, assez dégueulasse, des hommes. Ah, vous ne nous décevez jamais, c’est dingue. Pas un pour compatir avec la victime, pas un pour brandir la présomption d’innocence que vous crachez pourtant dès qu’un homme est incriminé. Vous n’avez pas questionné deux secondes l’attitude de la victime… ce qui est bien, ce serait bien de le faire A CHAQUE FOIS. Hé non, la seule chose que vous retenez, c’est  “ah ben les femmes, c’est pas mieux, heiiiiiiiiiiin”. Peu importe que ce soit le ratio hommes/femmes accusés soit totalement déséquilibré : une femme semble, pour vous, décrédibiliser l’ensemble de la parole féminine, peu importe son émettrice…

Devoir d'exemplarité, quel droit à l'erreur pour les minorités ?

Et j’en arrive à mon devoir d’exemplarité qui pèse sur chaque minorité. Vous vous souvenez quand Mélenchon a débarqué dans le 18e lors de la campagne législative et engueule les gamins qui font les zouaves devant les caméras en mode “arrêtez, on va encore vous traiter de sauvages après”. Un truc du genre, j’ai la flemme de chercher la citation exacte. C’est précisément un exemple de ce devoir d’exemplarité : des gamins bien blancs auraient été tous fous devant la caméra, ça n’aurait pas fait hausser un sourcil (sauf s’il interpelle le président par un sobriquet). Idem sur une femme qui se met en colère, remember Ségolène. Parce que chaque minorité a sa “tare” soulignée en permanence par les dominants pour les rabaisser : les racisés sont des sauvages, mal éduqués… les femmes sont hystériques, ce qui les disqualifie automatiquement du moindre débat. J’exagère pas, hein, renseignez-vous sur l’étymologie du mot, hein… Sur les homos, aussi, ils vont avoir droit à une référence sur leur excentricité ou leur faiblesse supposée (vs l’homme alpha blanc cishet) pour les décrédibiliser. Du coup, si je prends mon cas, je ne dois jamais ô grand jamais perdre mon sang froid sinon, je confirme “ah mais t‘es hystérique, on ne peut pas débattre avec toi”. Ah bah peut-être qu’à force d’expliquer 10 fois la même chose et voir que tu fais exprès de ne pas comprendre (ou que tu es complètement con, je sais pas), ça finit par me faire perdre mon calme, curieusement. Sans parler de ceux qui commencent la conversation en te crachant direct leur condescendance à la gueule et ne comprennent pas que tu leur répondes pas avec des arc en ciel et des petits coeurs. Mais je suis une femme, je dois rester calme, exemplaire… parce que paraît que sinon, je dessers ma cause. En vrai : mon cul sur la commode. Vous avez décidé dès le départ que j’avais tort donc à un moment, suffit que je mette un espace avant la virgule plutôt qu’après pour que vous y voyiez une raison de me disqualifier du débat, hein (oui, je blogue depuis 13 ans (…), j’en ai vu des arguments délirants, le mieux étant ceux qui hurlent à l’imposture car j’ai fait une faute… dans des comms qui sont à peine français).

Femme énervée

Bref, le devoir d’exemplarité n’est finalement qu’une manifestation supplémentaire d’une domination : si tu es une femme, tu dois pas t’énerver (et ne pas t’habiller trop sexy, faire croire à un homme que tu vas coucher avec lui parce que tu discutes avec lui, que tu acceptes de boire un verre avec lui, que tu le laisses payer l’addition… je m’y connais un peu mieux en oppressions subies par les femmes, notez), si tu as la peau colorée, tu dois rester discret en toutes circonstances et excessivement bien élevé… Bref, en tant que minorité, sache que la moindre de tes conneries retombera sur l’ensemble de ton groupe. “Ah mais oui mais lol, c’est toi qui dit ça avec ton #notallmen et même que t’as dit plus haut dans l’article “vous les hommes”. C’est vrai, je le dis… et je le redis. Parce que vous représentez le système dominant qui n’a conscience ni de ses privilèges (par exemple, ici, la présomption d’innocence dont ne bénéficie pas Asia Argento), ni des clichés qu’il a avalés durant toute sa vie sur ces minorités et qu’il recrache sans se questionner deux secondes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Peut-on aimer un roman dont l’héroïne est stupide ?

Non ! (générique de fin) . Ecrire un livre est un équilibre difficile à trouver, surtout si tu veux mettre un peu de suspense dans ton histoire. Par exemple, sur tout ce qui est enquête, il faut donner un minimum d’éléments pour faire progresser la narration mais garder suffisamment de mystère pour ne pas se mettre à hurler sur le héros ou l’héroïne “putain mais t’es con, c’est Michel le tueur, tout le monde le sait sauf toi !”. Et dans le roman horribilus, l’héroïne est stupide. Stupide et immature… Peut-on avoir envie de gifler un être de papier. Là, je vous garantis que oui.

Personnages en papier journal

a few cut out figures made of newspapers

Je récapépète pour ceux qui découvrent le roman horribilus sur cet article (vous pourrez remonter ensuite sur les quelques articles que j’ai pu pondre sur le sujet) : l’héroïne est raflée quand la candidate du Bloc national est élue présidente, tout ça parce qu’elle a écrit un pamphlet sur le parti… Pas par conviction politique, juste pour se venger de son ex qui est le neveu de la nouvelle présidente. Oui, notre héroïne, Mickey de son doux surnom (non mais déjà, je sais le problème : l’autrice hait son personnage, je ne vois pas d’autres explications pour lui avoir donné un sobriquet aussi nul)(non parce que parenthèse de scribouilleuse : mes héroïnes ont toujours un prénom que j’aime bien genre j’aurais une fille, je l’appellerais Ofelia ou Svea… Mais c’est pas à l’ordre du jour), Mickey, donc, est une écrivaine sur Amazon (??) et quand on la largue, elle se venge via l’autopublication. Et elle se la pète putain de grave, en fait. Genre c’est une écrivaine, quoi, elle ne parle que de ça, tout le temps, et oublie même que le monde continue de tourner autour de ça… Non parce que la meuf est tellement occupée avec son nouveau roman qu’elle n’a même pas suivi qu’il y avait une élection présidentielle. Je… Alors je peux comprendre qu’on ne se passionne pas de politique, je dis pas, mais quand même…

L'héroïne est stupide

Je m’excuse auprès d’Eve Angeli d’avoir choisi cette illustration. Mais son personnage public colle bien au personnage, en fait

Bref une fois raflée, elle se retrouve dans un camp de concentration où elle pleure tout le temps sur son pyjama troué. Oui, elle a été raflée alors qu’elle portait un pyjama Hello Kitty troué à l’entrejambe et ça la gêne. Je sais qu’en cas de traumatisme, on peut focaliser sur sur des choses sans intérêt, s’accrocher à des détails. Mais je sais pas, je vois une nana se faire abattre suite à un acte de résistance, je ne suis pas sûre que mes principaux problèmes soient un trou dans mon pyjama et de partager une chambre avec mon ex, je crois que ce serait plutôt ma propre survie. Mickey ne comprendra jamais rien durant tout le moment, focalisant sur l’accessoire, l’autrice cherchant clairement à nous semer pour pas qu’on devine la fin… Sauf que si on ne la devine pas, c’est surtout qu’elle n’a aucun sens mais j’y reviendrai.

Pyjama Hello Kitty

Ce qui m’interpelle le plus, c’est de faire de l’héroïne une idiote immature et ridicule. Je veux dire dans quelles conditions je veux bien lire une histoire avec une héroïne avec un pyjama Hello Kitty troué (élément qui revient plusieurs fois) ? Un article de blog, une histoire sur Twitter mais pas un roman en entier, non. Je peux comprendre la démarche de l’autrice qui veut un peu faire de son héroïne une anti héroïne, elle n’est pas surpuissante, elle est juste humaine… Ce que j’aime bien sur le papier, je l’ai déjà souligné pour Juliette de Silo, Rainie de Disparue… Sauf que là, c’est plus une anti héroïne, c’est une héroïne de blague : prénom et surnom ridicule, tenue ridicule aussi, QI de poulpe (la version morte du poulpe), égocentrisme… On dirait l’antagoniste d’une héroïne sympa qu’aurait imaginé une enfant de 8 ans, peut-être 10, allez. Une fois de plus, on est dans le trop forcé et finalement, à la fin, t’es un peu déçue qu’elle ne soit pas morte… Ca, ça aurait été du Plot twist. D’ailleurs, à propos de plot twist… Nous en reparlerons une prochaine fois.

Rendez-vous sur Hellocoton !