Petite incompréhension ou manipulation politicienne ?

Hey ça va ? Moi bien, je reviens d’une petite semaine de vacances et qu’est-ce que je vois ? Qu’on en n’a pas fini avec cette histoire de fichage politique qui m’agaaaaaaaace, surtout quand je vois le bordel propagé par des politiciens ou proches qui me paraissent assez capables intellectuellement parlant et toucher un peu leur bille en informatique, numérique et tutti quanti. Alors quoi ? Leur confusion est-elle sincère ou… une petite manipulation des familles ?

Manipulation

Je parle de ce cas-là car je maîtrise les bails mais comprenez bien que ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, on pourrait parler récemment de Valérie Boyer qui a partagé une intox sur les augmentations de prix piquée sur Facebook, quelques politiques qui retweetent du Gorafi ou du Nordpresse pour donner une caisse de résonance à leurs idées ou propos. Là, dans cette affaire Benalla, on se retrouve donc avec une volonté de nous faire avaler un bougli-boulga indigeste à base de fichage politique consécutif à des suspensions suspectes de comptes Twitter, tout ça, c’est de la censure, de la surveillance pour récupérer nos coordonnées téléphoniques… A moins que ce ne soit de la paranoïa ou, encore une fois, de la bonne vieille manipulation des familles.

Manipulation

“Mais Nina, tu atterris, tu croyais vraiment en la pureté des politiques qui n’agissent que dans la défense de belles causes en combattant uniquement de façon noble et honnête”. Non, évidemment. Et ce n’est pas parce que j’en ai conscience que je l’accepte. Revenons sur cette histoire de fichage politique, là. D’abord, on aurait pu s’indigner à raison de la très mauvaise conduite de cette étude qui n’a été guidée que par des biais de confirmation, tout sauf scientifique donc. Mais du coup… Ben c’est juste de la merde qui ne méritait pas dans de cris d’orfraie. La réaction normale aurait dû être “ok, on a vu la tentative de manipulation de cette pseudo ONG soit disant indépendante. Leur crédibilité est réduite à néant, revenons à l’affaire Benalla et surtout tout ce qui tourne autour”. Mais non, on en a fait des caisses et des caisses, chacun exposant le moindre caillou trouvé comme une preuve de… de je ne sais même pas quoi. On a même eu une facture chopée sur les Macronleaks pour preuve qu’ils avaient payé un outil de social listening… Le même genre d’outil que j’utilisais moi-même il y a peu et qui est utilisé par la plupart des grandes marques et, très certainement, par les partis politiques pour choper les dernière tendances. Bref, continuez à creuser, c’est pas là qu’il y a le pétrole.

Raffinerie

Alors je comprends tout à fait la tentative. A l’ère des complots et des “fake news” (que je hais ce terme), c’est facile d’entraîner son troupeau dans son sens avec ce simple argument “nous ne sommes pas dupes, nous détenons la vérité, ceux qui ne nous croient pas sont des moutons”. J’avoue qu’aujourd’hui, dès que j’entends le terme “mouton”, je me sens parfaitement méfiante… Comment ne pas avoir envie de rejoindre le camp des persécutés, ceux qui se battent pour la vérité mais sont censurés par les GAFAM (et Twitter) car leur vérité dérange. Rhétorique que l’on retrouve dans n’importe quel camp, au passage, on a eu le même côté extrême-droite quand le FN a été sommé de rembourser ses dettes, on a même appris par la même occasion que le FN était le premier parti d’opposition. Moi j’aurais dit LR (ou la FI si on se réfère à la ligne éditoriale du compte Team Macron PR…) comme quoi…

Moutons mignons

Mais pour moi, du coup, ça crée un effet secondaire plus que désagréable. Deux choses l’une : soit les gens qui s’expriment sont peu futés et ne percutent pas. Soit… ils pensent que je ne suis pas futée et qu’il vaut mieux me raconter des sornettes faciles à avaler plutôt que de taper sur du réel, du concret parfois compliqué à appréhender. C’est peut-être la conséquence d’une ère des réseaux sociaux, on calibre nos slogans et propositions en 280 caractères. En vérité, je pense que non, que ça a toujours été le cas, juste que là, y a plus de bruits. Mais plus que jamais, je suis persuadée qu’il faut se renseigner par soi-même, croiser les sources. Un politique ou associé parle d’un sujet qui vous interpelle ? Cool, creusez le sujet ! Enfin je dis vous, je m’inclus dans le truc. Parce que la fast culture est la meilleure façon de nous faire avaler les couleuvres…

Couleuvre

Tiens, ce sera un bon sujet pour une prochaine fois.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le fichier aux 55 000 noms : quel est ton matricule ?

Mercredi, je vois une agitation dans ma timeline : un fichier listant tous les opposants à Macron ayant tweeté sur l’affaire Benalla existe. Je le récupère (en téléchargement sur la publication de l’étude) et horreur, je me découvre dessus, ainsi que Victor. NAN DE DIEU ! C’est quoi la prochaine étape, la fiche S ? On va exhiber nos matricules, nous aussi… Sauf qu’en me penchant un peu plus sur le sujet, je découvre que ce fichier… est un fichier de sourcing.

Matricule

Concrètement… Quand je lance un outil de social listening sur un sujet (en général, je bossais sur des secteurs ou des marques mais c’est pareil), je pouvais axer mon analyse sur le contenu ou sur les émetteurs des messages. En clair : si j’étudie une marque, il est intéressant de savoir ce qu’on en dit mais aussi qui parle… parce qu’on se rend compte parfois que les gens qui parlent de toi ne sont pas ceux que tu prétends séduire. Par exemple, il y a quelques années, je bossais pour une marque estampillée “luxe” (sur la catégorie parfum et maquillage). Surprise no surprise : les gens qui évoquaient la marque étaient plutôt jeunes et pas vraiment CSP+ parce que le mascara n’était “que” à une trentaine d’euros et ça permet de poser un peu. Idem sur les parfums. Moi, par exemple, j’ai un parfum d’une marque couture (Hermès, jardin des merveilles… et autant j’adore l’odeur, autant il est souvent porté par des connasses…). Donc ce fichier là n’était pas un fichage… juste une liste de sources. Ils ont remonté tous les comptes qui ont parlé de l’affaire Benalla. Je l’ai fait et c’est tout.

Listing

Non, ce n’est pas un listing d’opposants puisque nous y retrouvons certains comptes pro-Macron. J’ai pas étudié la liste en détail (55 000 noms, j’ai une vie aussi, faut pas croire) mais j’ai rapidement spotté trois noms : TeamMacronPR, Tedlunique et Frenchonzeleft (sur lesquels Marianne a fait une enquête intéressante…). Des comptes qui, comme l’indique le handle du premier nommé, sont des idolâtres de la Macronie. Genre ceux qui ont diffusé les vidéos de surveillance de la place de la Contrescarpe (créant au passage une fake news dont personne ne parle mais sur la première vidéo, le jeune homme désigné comme celui qui s’est fait péter la gueule par Benalla et un peu Crase qui a l’air de lui écraser la main à un moment, ce n’est pas lui. Ce n’est pas la même veste, pas la même coiffure et celui a un sac à dos alors que la victime de Benalla n’en a pas. Sur la deuxième vidéo, je vais pas commenter, on voit RIEN. Bref). Donc c’est quoi cette liste : juste celle des auteurs de messages sur Benalla.

Just listed

Oui, DisinfoLab a diffusé un fichier excel dont la seule information à retenir est “y a 55 000 comptes Twitter public qui sont remontés en fonction des mots clés que nous avons renseignés”. Une ligne dans l’étude, ça n’en vaut pas plus. J’y suis parce que j’ai tweeté sur Benalla et c’est pas une découverte pour moi. Donc quand je vois des gens hurler au fichage en exhibant leur matricule qui est au delà des 3 900… Désolée mais non. Est-il tolérable d’avoir réalisé un tel fichier ? Il n’y a rien là-dedans. En utilisant le moteur de recherche Twitter (et en ayant beaucoup de temps), vous auriez obtenu la même liste. Et vous n’en auriez rien fait. 55 000 noms… chacun de nos pseudos n’est qu’une goutte d’eau dans ce magma informatif.

Overdose d'information

Mais parmi ces 55 000 noms, 3 900 ont été analysés un peu plus en profondeur… Rendez-vous jeudi pour en parler.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Disinfolab, le social listening et la paranoïa

Bonjour, je suis Nina Bartoldi et je suis le matricule 7057. Oui, je suis dans le listing de DisinfoLab, à la 7057e place. Nan de Dieu, je suis fichée opposante politique dans une liste éditée sur la base de l’affaire Benalla. C’est ça, cette liste, non ? Et bien non. Ce fichier là, il me dit juste que je passe trop de temps sur Twitter. Ladies et gentlemen, je vous propose un petit cours de social listening car faudrait voir à ne pas se tromper de combat… Ni de raconter n’importe quoi.

Paranoïa
A tout hasard, si vous ne me connaissez pas : sur le spectre politique, je suis plutôt bien à gauche. Et Macron, je le hais. Vraiment, je le hais. D’abord parce que je le considère depuis son élection comme dangereux et je n’en peux plus du foutage de gueule. Donc si je commence à froncer les sourcils sur cette affaire de matricule, ce n’est pas parce que je suis en marche, juste que j’ai une expertise sur le sujet. Je résume l’histoire pour ceux qui n’ont pas suivi pour cause de vacances ou parce qu’ils sont pas sur Twitter et que je ne pense pas que ça braille autant sur le sujet en dehors du royaume de l’oiseau bleu. Il y a quelques jours, la presse commence à annoncer que l’affaire Benalla a été gonflée par une sphère russophile. Or l’annonce se dégonfle vite : en cause, DisinfoLab, une ONG qui a décidé de réaliser une étude sur l’affaire Benalla sur Twitter. En résumé, on appelle ça du social listening (écoute sociale pour les moins anglophones d’entre nous) et ce fut mon expertise dans mon ancienne vie… l’ancienne vie qui s’est achevée y a un mois et demi donc ça va, je maîtrise. Mais le scandale arrive : pour expliquer leur méthodo et tenter de donner un vernis scientifique à leurs résultats, l’ONG a partagé deux excels : le premier avec une liste de 55 000 noms de comptes Twitter et un autre analysant les 3900 plus actifs.

Social Listening

Et ça vire au n’importe quoi. Tout le monde hurle au fichage, exhibe son matricule comme s’il s’agissait d’une cicatrice de guerre. J’avoue que sur le coup, j’ai trouvé ça rigolo cette histoire de matricule, “ouais, je suis le matricule 7057” (mon vrai rang), ça fait un peu personnage de film d’anticipation et tout. Mais je sais qu’il n’y a pas d’éminence grise, de complot ou je ne sais quoi en mode “matricule 7057, mettez la sous surveillance, elle a tweeté 122 fois sur le sujet”. Oui alors je sais pas ce qu’ils ont mesuré précisément car ça me paraît énorme mais j’étais en intercontrat alors bon… Mais en vrai, cette info, ça aurait pu éventuellement intéresser mon manager (mais intercontrat donc j’en avais pas, lalala) qui aurait pu me tirer un peu l’oreille en mode “heu, tu bosses ou tu tweetes, là ?” mais ça s’arrête là. Et il n’avait pas besoin de ce fichier pour avoir une idée de mon activité twittesque, y a qu’à checker mon compte. Ah oui car peu importe l’outil utilisé par DisinfoLab, ça ne remonte QUE les tweets publics.

Social Listening

Mais allons plus loin. Comme cet article est déjà long et que je suis actuellement en vacances, on va en faire une saga de la semaine. A demain pour un éclairage sur la liste des 55 000.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ca suffit le foutage de gueule, là ?

Non mais juste deux minutes, ça devient insultant là. Donc je suppose que vous avez tous bien suivi l’affaire Benalla, je ne vous ferai pas l’affront de vous faire un résumé… essentiellement parce que j’écris cet article le mercredi 25 juillet et que quand cet article sera publié, allez savoir ce qu’on aura eu comme révélation. Mais si y a un truc qui me fait péter les plombs, presque autant que le fond de l’affaire : le foutage de gueule TO.TAL.

Emmanuel Macron et Alexandre Benalla

Je sais que nous n’avons pas tous le même degré d’intérêt envers la chose politique ni le même niveau d’indignation, je peux l’admettre. Cependant, faudrait voir à ne pas confondre “avoir un intérêt limité voire nul pour la politique et voter pour ce qui paraît être le moindre mal” et “être totalement con”. Parce que là, y a un souci de mépris mais genre puissance 10 000. Alors il est vrai que certains s’en foutent, j’ai été légèrement agacée quand une pote n’a pas su de quoi je parlais de cette histoire avant de m’assassiner d’un “ah ben on vit bien mieux sans infos, hein !”. Oui, après tout, la démocratie, c’est juste mettre un papier dans une urne quand on nous le demande et après, laissons-les faire. Si on ne sait pas qu’ils font de la merde, on ne s’indigne pas d’avoir été floué, astuce ! Bref.

Emmanuel Macron clin d'oeil

Chaque jour… je devrais même dire chaque heure, on se prend révélation sur révélation à un rythme si effréné que je m’attends à tout moment à voir le château de cartes s’effondrer… bon, en vrai, je l’espère de tout mon coeur. Je dis depuis son élection que Macron est bien plus dangereux qu’un Fillon voire une Le Pen et les faits me donnent hélas raison. Hélas oui parce que je vous jure que des fois, j’aimerais avoir tort, surtout quand je joue les Cassandre comme ça. Non parce que là, on a arrêté les frais maintenant mais le mec était armé, allez savoir jusqu’où ça aurait pu aller. D’ailleurs, c’est quand qu’on en parle de Crase et son holster lors de la fameuse manif, mmm ? 

Vincent Crase armé

Mais le pire ne sont pas tant les faits, certes très dérangeants (j’ai envie de pleurer à chaque fois que je vois la fille voir son mec se faire tabasser et ne pas pouvoir réagir, tellement dégueulasse…) et il serait temps que quelques têtes tombent et pas juste celles de fusibles lointains. Ce qui me révulse le plus, c’est à quel point on se fout de notre gueule. Comment ce connard de président qui vous a bien arnaqué avec son petit air de gendre idéal vous crache tout son mépris à la figure, toute son arrogance, toute sa certitude qu’il n’y aura rien parce que vous avalerez avec le sourire toutes les couleuvres qu’il vous présentera. Comment pouvez-vous juste accepter ça ? Ce mec s’arroge des pouvoirs incroyables, étouffe petit à petit “ceux qui ne sont rien” et il ne se passe rien. Ca vous dérange pas trop de vous faire prendre pour des cons ?

Macron en plein mépris, le foutage de gueule

Non mais sérieux, regardez le mépris qui déforme son visage. Je crois que je l’ai jamais autant haï qu’à ce moment-là

A chaque fois, j’espère. Je me dis que là, ça va trop loin. Je me dis que cette fois-ci, c’est l’intelligence des citoyens qui est insultée, méprisée, et que ça va pas se passer comme ça. Evidemment, y a l’été et j’ai peur que ça fasse pshiiiit même si notre espoir réside aujourd’hui dans le Sénat qui va pas oublier cette histoire de si tôt. Non mais ça aussi, aujourd’hui, on en est à applaudir des Républicains, les sénateurs, on veut tous ériger une statue à Jacques Toubon… Quelle vie. Mais je ne peux pas croire que les gens vont laisser filer un tel mépris. Vous avez donné mandat à cet homme pour diriger la France, il vous crache à la gueule que la loi ne le concerne plus et qu’il fait ce qu’il veut. Et vous allez accepter ça ? Pour rappel, c’est vous qui décidez. Et la démocratie ne s’exerce pas qu’une fois tous les cinq ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !