Passion Shinkansen

Et voici mon dernier article sur le Japon (je parlerai de matcha dans un cadre plus général). Quasi un an après être partie mais j’avoue que je ne me lasse pas d’allonger la sauce. Next step : l’album photo et la vidéo. Mais avant, j’ai envie de vous parler d’un des points forts de ce voyage : le Shinkansen, le TGV local. Ce train magique qui m’a fait rêver quelques heures de vivre ma vie dans les trains.

Les plus attentifs d’entre vous auront noté une passion certaine pour le train chez moi. C’est vraiment mon moyen de transport préféré et je rêverais de faire un tour du monde en train, si cela était possible (pas trop en fait, pas mal de pays n’ont pas un réseau ferré très développé). Je trouve le train plus confortable que l’avion (deux sièges côte à côte vs 3 dans l’avion, plus de place au global, seul bémol : le carré de quatre et le fait de devoir caser ses bagages comme on peut à droite, à gauche), on voit les paysages défiler et si j’ai quelques jolis souvenirs de vues à travers le hublot, c’est le plus souvent au décollage ou à l’atterrissage puis on disparaît derrière les nuages, merci, au revoir. Bon, il est vrai que dans l’avion, dans les longs courriers, on a des films, c’est pas mal ça. Mais le train, les gares sont toujours en centre-ville (sauf la gare TGV d’Aix qui fait chier tout le monde, il me semble), on n’est pas obligés d’arriver trois heures à l’avance et si on arrive trop en avance, on peut aller prendre un café à proximité pour tuer le temps. Et puis c’est plus écologique. Alors oui, on ne peut pas traverser la planète en à peine 19h de trajet (pour aller au Japon par exemple) mais le train m’offre, plus que n’importe quel autre transport, une bulle à moi : je peux lire, écrire, dormir, mater des films sur ma tablette ou mon ordi dans une ambiance relativement calme. Sans devoir tout remballer avant la fin parce qu’on va atterrir par exemple. Bref, j’aime le train et je ne cesserai jamais de rêver qu’on parvienne à pousser ce moyen de transport partout dans le monde pour me permettre de réaliser ce rêve absolu de tour du monde en train (durant les trajets, j’écrirai des romans)(je rêve tellement ma vie des fois)(j’ai un souci pour l’Islande et la Nouvelle Zélande, par contre, je sais vraiment pas comment la relier. Le Japon ou l’Australie, on pourrait peut-être faire de grands ponts qui les relient au continent mais avec les séismes…)(je suis au-delà du hors sujet, là).

Et de tous les trains que j’ai pris, le Shinkansen arrive en tête niveau confort. Tout est pensé pour que vous passiez un bon moment : largeur des sièges et surtout vous pouvez poser vos bagages à vos pieds car ils ont laissé de la place exprès et la tablette vient jusqu’à vous. Je vous jure, quasi un an après ce voyage, j’ai un souvenir très fort de notre premier trajet Tokyo – Osaka : regardant à travers le hublot du train (oui, c’est un hublot, ça crée un effet sympa mais pour le coup, je donne l’avantage aux larges baies vitrées du TGV) si j’apercevais ce foutu Mont Fuji, écrivant dans mon journal le récit de ce voyage tout en dégustant un bento de bonne facture. A ce moment précis, j’étais juste bien, je m’imaginais tellement dans la peau d’une écrivaine des trains : passer ma journée dans les trains pour écrire parce que lever le nez quand on sèche sur une phrase et se perdre dans la contemplation de paysages défilant à toute vitesse, je ne connais pas grand chose de plus stimulant.

Ecrire dans le shinkansen

Bento mangé dans le Shinkansen Bento mangé dans le Shinkansen Mont Fuji vu du Shinkansen

Les trains japonais sont spacieux

Bon, ça, c’était même pas le Shinkansen, pour vous donner une idée de la place qu’on avait.

Ce qui est formidable avec les Shinkansen, et avec les trains japonais en général, c’est leur look. On sent bien que c’est un mode de transport important pour eux : ils sont parfois customisés à certaines couleurs (j’avais vu la pub pour le Shinkansen aux couleurs d’Evangelion, j’ai vu des photos d’un aux couleurs d’Hello Kitty), je crois que je n’ai pas vu une seule gare où, quand il entrait en gare, personne ne dégainait son téléphone pour le prendre en photo… Bon, ok, les trois-quarts du temps, c’était moi mais bon… Ce train a un look… On dirait qu’il a été conçu pour crier au monde entier “regardez comme je suis conçu pour aller vite”.

Le shinkansen Hello Kitty Le shinkansen Evangelion

Et je vous parle des Shinkansen mais on a eu quelques autres petites surprises dans d’autres trains. Le premier point, ce sont les dossiers à bascules, un pur génie : dans pas mal de wagons, vous pouvez faire basculer les dossiers, donc, pour vous mettre dans le sens de la marche ou vous constituer un club 4. C’est pas du pur génie, ça ? Plus de gens qui essaient d’échanger leur place avec vous parce qu’ils sont malades s’ils ne sont pas dans le bon sens ou ces longs face à face gênant avec cet.te inconnu.e parce que vous avez hérité d’une place dans le club 4 et que vous allez en plus passer le trajet à vous battre pour les 2 cm² disponibles pour les jambes. Je hais tellement ces places , le pire étant le Club 6 du Teoz où vous pouvez carrément vous retrouver sans tablette. On a également vu un train bizarre avec un aménagement rétro pour un voyage à thème. En résumé ? Lors de notre retour à Kyoto, j’irai visiter le musée de la locomotive. Parce que vraiment, ce pays aime les trains.  

Train Japon Train rétro Japon Train multicolore Japon Train Mont Fuji Japon

Rendez-vous sur Hellocoton !

D’Hiroshima à Kyoto

Le 10 octobre – Petite journée entre deux villes, Hiroshima et Kyoto. Levés un peu tard (08h40, une belle grasse mat’), on prend le temps, rien ne presse. Au menu du jour : aller jeter un oeil au château d’Hiroshima, jeter nos valises à la gare, faire le tour du Memorial Park puis retourner à la gare prendre un train pour Kyoto.

Le château étant à deux pas du AirBnB, nous partons avec nos gros sacs sur le dos. On traverse et là, on tombe sur un groupe de piétons qui attend patiemment le feu vert pour traverser la rue perpendiculaire… qui était coupée ! Ok… Je n’avais pas vu grand chose sur ce château et on s’attendait à un truc un peu pourri mais il était tout à fait charmant. Evidemment, c’est une reconstruction, le vrai ayant été rasé lors du bombardement…

Hiroshima - Le château

Hiroshima est une ville que je trouve très agréable, essentiellement parce que ses trottoirs sont très larges, j’avais comme un sentiment d’espace que je n’avais pas ressenti à Tokyo ou Osaka. Un peu plus de respect pour leur cours d’eau, aussi, il n’était pas enterré sous une route ou une autre. Mais l’Histoire est omniprésente, Hiroshima est un symbole de paix à elle seule. Et il y a évidemment le Memorial Peace Park, juste à côté du A Bomb Dome, les restes de la préfecture détruite par le souffle de la bombe qui a éclaté 600 mètres plus haut.

A bomb dome à Hiroshima

Un peu plus loin, des classes d’enfants se succèdent devant un monument à la mémoire des enfants d’Hiroshima tués par la bombe. On continue pour arriver au memorial en lui-même avec sa flamme qui ne sera éteinte que le jour où toutes le armes auront été éradiquées. C’est pas demain, quoi…

Memorial Peace Park à Hiroshima

Forcément, en se baladant dans la relative quiétude du parc (beaucoup d’enfants dont certains sont venus nous parler en anglais), on se sent un peu écrasés par le drame qui s’est joué ici, sa violente inutilité, aussi. Mais l’actualité nous rappelle assez régulièrement que l’Homme a tendance à ne pas trop apprendre de ses erreurs…

Le Péage Memorial Park d’Hiroshima #japan #hiroshima #memorialpark #peace

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Chat à Hiroshima

On finit ce petit tour d’Hiroshima par un déjeuner à base de soba, des nouilles au sésame, encore une jolie découverte ! On se balade dans quelques passages marchands, une des grandes spécialités des villes japonaises. Enfin, nous n’en avons pas croisé à Tokyo mais à Osaka et Hiroshima, ça pullule. On admire les chaussettes (j’adore les chaussettes japonaises), on traînasse dans un magasins de produits dérivés d’animés (avec un joli rayon manga… Je crois que je vais me mettre à en relire à mon retour). Un peu cher, forcément, mais bien sympa.

Soba

Jouir de bijou, boutique japonaise à Hiroshima

Hihihi

Retour à la gare pour un voyage Hiroshima-Kyoto avec petit pic de stress à la gare Shin Osaka avec cinq petites minutes pour notre changement de train. Moi qui suis du genre à totalement stresser pour les transports, imaginez ma sérénité. Mais on a assuré, mission accomplie. 12 minutes plus tard, nous voici à Kyoto. On se précipite dans notre AirBnB bien confortable malgré l’éternelle salle de bain en plastique honnie par Victor (moi, je n’aime juste pas que le rideau de douche se colle à moi car le bac de douche est souvent très étroit. On s’étale sur le lit pendant deux bonnes heures, harassés. Un petit bento et au lit, Kyoto nous attend.

Bento acheté à la gare de Kyoto

Rendez-vous sur Hellocoton !