Cycle Kitchin : deuxième !

Face au silence assourdissant de ma potentielle future boîte, je décide de repartir sur les chemins de la recherche de boulot. Et c’est là que tout s’enchaîne : à ma droite, un cabinet de recrutement qui veut absolument me rencontrer et à ma gauche le retour du cycle Kitchin. 

Cycle_economique.jpg

Je m’explique : vers janvier, j’ai repéré une ancienne collègue éphémère, Gwenaëlle, qui s’agite sur les réseaux professionnels, allant jusqu’à rédiger une recommandation pour moi sur Linkedin. Collègue éphémère car il s’agit de la fille que j’ai remplacée lors de mon premier job de community manager donc j’ai bossé une semaine avec elle. En avril, alors que je suis en plein délire « cycle Kitchin », je reçois un mail de ladite Gwenaëlle « salut, je quitte mon job de community manager chez tel site, intéressée ? ». J’hésite un peu, du fait
de ma lettre d’embauche qui devrait arriver mais au bout de quelques jours, sans nouvelle, je finis par donner suite. Elle me donne le mail du chargé du recrutement qui me répond d’emblée : « super profil mais on va pas perdre de temps niveau salaire : vous voulez combien ? ». Il s’avère donc qu’il peut me proposer mon salaire actuel maximum. Comme j’ai envie de changer, je dis oui ! Entretien est donc pris pour le jeudi midi (enfin 13h).


rendez-vous-1986_001.jpg

 

En parallèle, je décroche un entretien avec le cabinet de recrutement ce même jeudi à 8h30 (à l’autre bout de Paris). Double cycle de Kitchin : le cabinet de recrutement est dans le même quartier que mon premier boulot, l’autre boîte dans le même quartier que mon ancien bureau de TGGP. 2 entretiens le même jour, ça me rappelle le 11 avril 2007 et l’un des deux entretiens fut positif. Que de hasards ! 

coincidence-destin.jpg

Premier entretien dans le cabinet de recrutement qui se passe bien, il me révèle le client vers la fin et là, je crie (enfin, pas trop mais un peu) : « Oh mais une de mes anciennes collègues de TGGP est partie là bas ! », « je peux le signaler ? », « Oui, oui ! ». Bon, tout ça sent bon, il transmet mon dossier à l’entreprise qui me contactera sans doute pour un entretien. Ok.


dossier-candidature.jpg

 

13h, entretien dans la grosse boîte féminine, donc. Je retrouve Gwenaëlle pour l’entretien ainsi que Vincent, son chef, et là, je vis ce que j’appellerai un entretien idyllique : Vincent et moi, on est sur la même longueur d’onde, on pense tout pareil, je réponds à ses questions avant même qu’il ne les pose. En fait, j’ai pas tant l’impression d’être en entretien qu’en discussion avec un autre community manager. Je le sens bien mais pas de réponse avant 10 jours. Okay.

attendre.jpg

De l’autre côté, je gagne le droit de passer non pas un mais deux entretiens, un avec le directeur marketing et un autre avec le PDG. Youhou ! Le premier se passe bien, je croise Lena, mon ancienne collègue TGGP et on convient de déjeuner ensemble le vendredi suivant, jour de mon 2e entretien où j’étais en congés vu que je partais pour Marseille en fin d’après-midi. Alors pour le 2e entretien, y a eu un gag. La veille, j’ai dormi chez Amant chouchou, ça ne devait pas être prévu puisque je n’avais rien pour me changer et mon t-shirt fleurait pas très bon. Donc je file acheter un top en route mais drame : je ne trouve pas de bar à proximité du lieu de l’entretien pour aller aux toilettes et me changer donc je finis par trouver un coin de rue un peu désert avec certes une fenêtre mais j’en ai pour quelques secondes. Je tourne le dos à la rue en gardant ma veste sur le dos, je vire le t-shirt mais pendant que j’enfile le nouveau,
ça tape derrière le carreau et je me fais engueuler « non mais ça va pas non ? ». Autant dire qu’une fois le top bien mis, j’ai pas traîné. C’te honte !

montrer-ses-seins.jpg

Là, je vis un entretien super bizarre. Je suppose que le responsable marketing ayant testé mes aptitudes, là, on teste ma personnalité donc l’entretien est entrecoupé de remarques absurdes sur mon nom de famille qui ressemble à celui d’une personne connue, sur le fait que je fais de la musculation (enfin, je pose mon gras sur un appareil de sport et je m’en sers, quoi).Finalement, je repars avec la demande de rédiger une reco sur ce qui pourrait être fait sur le site. Ok… Je sors de là, il est midi et la pause déj n’est qu’à 13h donc Lena me propose d’aller faire un tour en attendant. Posée sur un banc, je vais lire mes mails et là, j’en ai un de Vincent : « on vous prend ». 

delivrance.jpg

(photo piquée sur contemplative-art)

Mais tant que j’ai pas de contrat, je jubile pas (trop). En attendant, je déjeune avec Lena, une autre fille qui m’apprend qu’une de mes copines est en lice pour ce même poste. Puis je cours pour partir à Marseille. Marrant la vie : en octobre 2009, lors de mon premier séjour à Marseille, j’étais en pleine tourmente, là, en pleine délivrance. Il y a tant de coïncidences que je vais finir par croire au destin…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Où le cycle Kitchin se met en place

journald-mission.jpg

Fin mars 2010, une amie me rencarde sur un poste, j’ai un léger  doute car ils cherchent un community manager « junior à expérimenté », un truc du genre. Niveau salaire, je crains le pire mais je postule néanmoins et décroche un entretien entre midi et deux. Après avoir couru dans tous les sens et pris une pause déj d’anthologie (2 bonnes heures, un scandale), me voici bien frustrée : on me propose un poste de community manager pour un site féminin sympa mais niveau salaire, j’explose le budget donc non. Je retourne chez Pubilon essoufflée et dépitée, j’ai envie de laisser tomber la recherche tellement j’en ai marre des déceptions.

deception_lg.jpg

Mais soudain, je réalise : je suis en plein cycle Kitchin, j’en suis sûre ! En gros, le cycle Kitchin est un cycle économique se reproduisant tous les 3 ans et je décide que ça marche pareil pour ma vie. Or que s’est-il passé en avril 2007 ? J’ai trouvé mon premier job et le début de la spirale magique de l’emploi. Donc si on en croit ma théorie, il va bientôt se passer quelque chose. Et c’est très précisément ce qui arrive. La personne m’ayant rencontrée lors de l’entretien évoqué plus haut m’a adorée et veut me faire une proposition. On se donne rendez-vous dans un café, je m’attends à un poste de freelance (toujours mieux que rien) mais là, surprise du chef : « Je te propose le poste de rédactrice en chef du site, celle qu’on vient d’embaucher ne nous convient pas ». Oui, on est passées au tutoiement. Là, je le cache mais je suis ivre de joie : même si le salaire reste le même (ce qui ne me dérange pas en soi), je vais renouer avec l’écriture, ce qui me manque le plus.

livre_et_stylo.jpg

Et ma théorie fonctionne parfaitement, la preuve :

– Lors de mon premier entretien, elle m’avait confié avoir passé un entretien chez… ma première boîte ! Peu de temps avant moi d’ailleurs mais ils avaient mis trop de temps à lui répondre et elle avait trouvé ailleurs.

– Elle m’a recontactée le jour de mon anniversaire. Or en avril 2007, j’avais précisément décroché mon entretien pour cette boîte le jour de mon anniversaire.

Et pout rajouter aux éléments, la boîte qui veut donc m’embaucher organiser une grosse fiesta la semaine suivante où est invitée toute la partie performance de Pubilon (pas la mienne). Bref, c’est gagné, elle me promet une lettre d’embauche dès le lendemain (vendredi) soit le lundi.

emploi-embauche.jpg

Mardi matin, n’ayant pas de nouvelles, je la rappelle et tombe sur son répondeur. Est-ce l’euphorie de ce nouveau poste, est-ce la nuit que je viens de passer avec Amant Chouchou ? Toujours est-il que, très inspirée, je conclus le message par un « je t’embrasse ». Mais queeeeel boulet ! Mercredi, elle me rappelle « oui, désolée, on est débordés avec la soirée, là, je t’appelle vendredi ! ». J’attends . Le mardi suivant, je renvoie un mail : jamais plus eu de nouvelles.

lady-gaga-telephone-03.jpg

Donc là, je devrais être salement déprimée et c’est vrai que je l’ai un peu mal vécu mais soudain, un autre cycle Kitchin apparaît et je me dis que puisque je n’ai plus de nouvelles de cette piste (alors que j’avais quand même un accord oral), je vais exploiter la nouvelle qui s’ouvre. Et même les nouvelles qui s’ouvrent car j’ai deux nouvelles pistes.

chemin.jpg

Retenons donc ceci : tant que rien n’est signé, il ne faut pas démissionner

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’entretien caméra cachée

journald-mission.jpg

Durant mes recherches, j’ai eu l’occasion de passer pas mal d’entretiens dont beaucoup seront oubliés d’ici quelques temps. Mais l’un d’eux méritera sans doute de reste quelques temps dans le rayon « anecdoes dont on rit volontiers après coup mais sur le coup, pas trop ». Comme la fois où j’avais mis le pied dans un trou plein de béton frais (et autres histoires navrantes ici). Voici donc l’entretien « mais elle est où la caméra ».

camera-cache.jpg

En fait, je crois avoir été en présence d’un retour de karma. C’était un mercredi, je me souviens, rendez-vous à 19h en plein coeur de Paris. Dans l’après-midi (ou était-ce un autre jour, mes souvenirs sont confus), un candidat vient chez Pubilon passer un entretien : il attend 30 mn car on l’avait oublié et il a droit à un entretien de 15 mn dans un café car y a un rendez-vous après. Très classe. Je dis à mes collègues « non mais moi, un entretien comme ça, je prends pas le job! ». Prémonitoire comme déclaration.

rater-entretien.jpg

Le jour J, j’arrive pile à l’heure et même un peu en avance, je fais bien : j’arrive pas entrer dans les bureaux. En fait, la sonnerie ne marche pas donc je frappe, je frappe, j’entends bien des voix derrière la porte mais personne ne vient m’ouvrir. J’appelle mais personne ne répond. C’est une blague ? Enfin, alors que j’entends des pas se rapprocher, je tambourine et on vient enfin m’ouvrir pour me déposer sur un canapé. Et là, j’attends. Dans mon sac, je n’ai que deux trucs à lire : un numéro de Management mais je trouve que ça fait trop
fayote… et un Guillaume Musso. Oui, je SAIS, Guillame Musso, je vous expliquerai ça demain. Donc concrètement, entre le trop et le pas du tout assez, je n’ai rien à lire. Donc j’observe les lieux. Pendant 30 mn… C’est long, très long. 

attente-entretien.jpg

Enfin, alors qu’intérieurement, je commençais à insulter les gens parce que bon, 30 mn de retard, ce n’est pas très correct, un homme vient enfin me chercher pour m’amener dans une salle de réunion. Au passage, il s’arrête à la fontaine à eau pour se prendre un verre d’eau. Moi, ça fait juste 30 mn que j’attends, j’ai pas besoin de me réhydrater, manifestement. Bon, ok, on ne va pas se formaliser de cette légère goujaterie. A peine la porte refermée, il s’excuse et sort son iPhone pour passer un coup de fil… histoire d’organiser sa
soirée. Là, je respire très fort et je garde mon sourire alors que, bordel, moi aussi j’ai une soirée et que grâce à cette demi-heure de retard (on arrive à 40 mn avec son coup de fil), c’est sûr que je vais en rater le début. C’est bon, on peut y aller ? Ah, on dirait que oui.

science-et-technologie.jpg

Entretien classique à base de « avant, je faisais ça, maintenant, j’en suis là, j’ai telles compétences et compagnie ». Pendant que je lui raconte ma vie professionnelle, il envoie des textos. Non mais merde, elle est où la caméra là ? Dans ma tête, ma décision est prise : je ne viendrai pas ici. D’ailleurs, voilà que se dresse un gros nuage : « ah c’est bien tout ça mais il me faudrait quelqu’un de plus commercial, qui soit capable dans un premier temps d’aller chercher les clients. » Au lieu de répondre en criant : « mais tu l’as lu mon CV ou t’as juste décidé de me faire perdre mon temps? », je saisis la perche : « Ah oui, le commercial… Je ne vais pas vous mentir, je n’ai vraiment pas les compétences dans ce domaine, je n’aime pas ça du tout. » Voilà, pif paf, on convient que nos chemins vont se séparer là mais il me dit, jovialement « mais tenez moi au courant, votre profil est bien, on ne sait jamais… ». Là, j’ai sorti ma mine « oui, je prends ton numéro mec parce que je sens que tu ne me lâcheras pas sinon mais crois bien que je ne m’en servirai jamais » et je suis partie. 

why-he-didn-t-call-me-back.jpg

Je ne suis pas désespérée. Ce qui me pousse à chercher un nouveau job, c’est le fort sentiment d’injustice, de non reconnaissance de mon travail et de non respect. Là, le mec, dès l’entretien, il pose à quel point il fait grand cas de ma personne. Je ne suis pas forcément exigeante mais il me semble que lorsque l’on a un rendez-vous avec quelqu’un et qu’on est en retard, ce que je peux comprendre, on évite de pousser le vice jusqu’à téléphoner devant elle et on n’envoie pas de textos pendant un entretien ! Quant à mon verre d’eau, je suppose que je ne devais pas avoir la tête d’une fille assoiffée (alors que dans les faits…). Je suis sortie de là, tellement atterrée que j’ai fini… par en pleurer de rire. Mais je commençais à entrevoir quelque chose, comme une répétition des faits… Comme il y a trois ans, quand je cherchais un job et que j’avais eu un entretien bien merdeux. Et si…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sérieuse tentative d’evasion chez Pubilon


journald-mission.jpg

Comme je le disais dans mon précédent article, je me la coulais un peu douce aux abords de Noël. Chercher du travail ? C’est plus le moment, tout le monde est en vacances, moi la première. Mais la recherche d’emploi ne te laisse pas de répit et après le SIG, le sort allait encore frapper.

Destinee1.jpg

Juste avant Noël, je descends donc chez mes parents. Un soir, je papote avec Gabriel sur msn, il m’explique qu’il a été approché par un nouvel employeur et qu’il risque donc de changer de taf. Le lendemain, on m’avertit que j’ai un message sur viadeo où je réseaute comme une folle. Sceptique (le nom de mon interlocutrice était écrit tout en majuscule), je vais tout de même lire, pensant à un énième « salut, rejoins mon groupe » ou un « salut, je cherche du taf, t’en as ? ». Et là, énorme surprise : « Bonjour, nous recherchons un responsable marketing, ça vous intéresse ? ». Oh ben merde alors ! C’est sérieux ? Je googlise rapidement le nom de la boîte, ça n’a pas l’air trop mal. Je recontacte la fille, Khadija. Le poste est à pourvoir très vite, il faudrait que je vienne en entretien très vite. Rendez-vous est pris au 30 décembre (oui, c’est urgent donc).

Urgent

Je refais mon « je vais en entretien en cachette » mais en plus relax vu que la seule autre personne à ne pas être en vacances dans la boîte, c’est Isadora. Entretien idyllique, je rencontre Khadija, donc, ainsi que Raphaël, le directeur marketing qui a la particularité d’avoir une casquette sur la tête. Après une première partie de l’entretien, Raphaël nous quitte et Khadija me dit de but en blanc : « bon, il a l’air très intéressé, on va vous faire une proposition. Vous pouvez démissionner quand ? ». Heu mais je… doucement fillette, je ne suis pas celle que tu crois ! Je lui explique que oui, ok, super mais moi, je démissionne pas sans papier officiel. Même si elle a tenté de m’appâter avec un coin cuisine avec frigo (le truc qu’on réclamait à corps et à cri chez Pubilon) et machine à café. Et l’ambiance jeune sans parler du quartier, extrêmement pratique (Bourse, à quelques mètres du premier bureau de Pubilon).

salle-detente

Quelques jours plus tard (je ne me souviens guère de la chronologie, en fait), sans nouvelles, je rappelle Khadija : « Oui, oui, on va te prendre, il faudrait que tu demandes à ton boss combien il te laisse de préavis. » Ouiiiiiii mais moi, je démissionne pas comme ça non plus, hein, il me faut un papier officialisant le truc. Bref, quelques jours plus tard, Khadija me rappelle pour m’expliquer qu’il faudrait que je passe un nouvel entretien avec le PDG de la boîte, ce qui me paraît logique. Rendez-vous est donc pris entre midi et deux (les
entretiens les plus stressants de tous rapport au fait que j’étais priée de ne prendre qu’une heure de pause déj, pas une minute de plus. Ce qui, en pause déj entretien n’est pas gérable). Je rencontre le PDG en compagnie de Raphaël (qui est drôlement mignon sans sa casquette, tiens) et Khadija qui me regarde comme une maman regarderait son enfant faire ses premiers pas. Touchant. L’entretien se passe tout aussi bien.

saut-d-obstacle.jpg

Puis j’attends. Tous les dimanche soirs (enfin, y en a eu deux ou trois), je me fais belle à coup de masques et de gommages car, s’il le faut, « cette semaine, je démissionne » et que je voulais être canon pour le faire. Mais un jour, le rêve se brise. Coup de fil de Khadija : « ouais, en fait, on n’ouvre pas le poste, désolée! ». Cruelle déception car j’y ai cru, vraiment, tous les signaux étaient au vert. Mais en même temps, un sentiment pervers de soulagement car la démission m’angoissait profondément. Mais cette histoire m’aura confirmé un truc essentiel : ne jamais poser sa démission sans papier officiel de l’autre boîte !

chute-saut-obstacle.jpg

Après un instant de chouinage, j’ai repris mes recherches. Il fallait que je me barre, ma santé mentale en dépendait.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La France t’appelle !

 

journald-mission.jpg

(Je rappelle que ces faits ont eu lieu en décembre 2009, j’ai déjà démissionné car j’avais trouvé un nouveau poste).

Suite à ce premier entretien qui m’a motivée pour en trouver d’autres, je réponds de ci de là à quelques annonces mais Noël arrivant, je commence à me la couler douce. Alors si tu ne vas pas aux opportunités, elles viennent à toi. Un soir, je reçois donc un mail incroyable d’un certain Gonzague : « bonjour, j’ai eu votre cv de la part du big boss de la boite où vous avez passe votre entretien. Le SIG cherche son community manager, ça vous intéresse ? » Alors pour ceux qui ne connaissent pas le SIG, c’est le service d’informations gouvernementales. Ouais, tu as bien lu, on me propose en somme d’être le community manager du gouvernement.

uncle-sam-we-want-you1.jpg

Premier réflexe : ahahah ! Non mais c’est bon, le gouvernement ! Moi ! Imaginez un peu la masse de travail que ça représente avec toutes leurs déclarations à la con, leur méconnaissance totale du web et des réseaux sociaux. Et encore, ça va, Frédéric Lefebvre n’est que UMP, pas au gouvernement. Je sors du boulot et appelle ma mère qui s’extasie de la nouvelle (mais ma mère est de droite). Ah ? « Mais oui mais attends, c’est génial, tu vas être fonctionnaire, la planque! ». Ouiiii ? Même discours chez mon père et ma soeur. Bon après tout, qui ne tente rien n’a rien, je vais répondre, on verra bien. De toute façon n’oublions pas la raison première de cette recherche d’emploi : fuir (vite). Je décroche donc un entretien tout début janvier.

prison_break.jpg

Autant vous dire que j’y vais à la cool. Simon étant passé avant moi, j’ai déjà un aperçu des points positifs et négatifs. Le gros point négatif étant qu’il s’agit d’un CDD de 3 ans mais on a 40 jours de vacances et Gonzague a l’air assez ouvert aux propositions et aux évolutions. Bien, let’s go. Ca commence fort : j’arrive sur place, je dois donner ma carte d’identité pour rentrer, le vigile à l’entrée a l’air totalement largué, on n’arrive à joindre personne… Meeeerde, que se passe-t-il ? Une jeune demoiselle arrive et explique qu’elle
était en fait en entretien au SIG, d’où le manque de réponse au téléphone : ils étaient occupés. Je connais donc désormais trois postulants : Simon, une copine et cette demoiselle qui a l’air très sympa au demeurant. Bien, c’est mon tour, l’entretien se passe bien, je suis un peu étonnée d’apprendre que je fais partie des CM seniors (je n’ai que 3 ans d’expérience et je n’aime pas qu’on me colle le mot senior). Gonzague a l’air très motivé pour faire bouger un peu les choses, il a l’air convaincu par mon profil et m’explique que si le préavis pose problème, il pourrait faire bouger les choses. Là, j’imagine la scène, la gueule de mon boss recevant un coup de fil lui demandant de me libérer au plus vite… Oh rien que pour ça, j’ai envie de l’avoir ce job. Même si je comprends que le salaire risque un peu de bloquer mais « hé, y a 40 jours de congés! ». Mouais…

liberation-otage.jpg

Je rappelle ensuite quelques fois pour avoir des nouvelles, Simon fait de même (on se partage les coups de fil de relance). Un matin, je reçois un coup de fil de la responsable du SIG « faut qu’on se voie vite. Ce soir, 18h30 max! ». Heu oui mais je travaille, moi, madame. Etre au SIG à 18h30, ça implique que je parte à 17h30-17h45 dernier délai. Dans ma boîte où tu te prends une réflexion si tu oses partir avant 19h… Heureusement, j’ai pris le coup de fil au bureau (quelle audace), tout le monde a entendu cette histoire de rendez-vous, sans pour autant savoir avec qui, je décide donc d’annoncer que je pars tôt sans donner plus de détails. J’avais de toute façon trouvé une excuse au cas où « je dois aller chez le gynéco ». En général, ça met tout le monde mal à l’aise. Mais non, je peux m’échapper sans encombre. J’arrive, je salue Gonzague et je découvre sa patronne. Et là, je découvre la sensation de « ça va pas le faire ». J’en ferai un article, tiens. Je passe l’entretien, je sens que je l’énerve, elle me reprend parce que j’ai dit le mot « nana » à un moment (oui, ok, j’ai tendance à m’emballer parfois mais bon, nana, ça reste soft). A la fin de l’entretien, attention, flagellation : « vous n’êtes pas du tout faite pour la comm institutionnelle, vous n’en avez pas le vocabulaire (foutu « nana »), vous ne savez même pas ce qu’est le SIG, vous parlez de problèmes qui ne sont pas liés au gouvernement (pardon mais des ministres qui s’expriment sur la burqa, ça n’a vraiment rien à voir avec le gouvernement ?). Bref, elle m’éreinte et me dit qu’elle me rappellera dans 15 jours, peut-être, mais j’ai qu’à rappeler moi, sinon. C’est ça, oui… Je suis tellement masochiste…

fessee.jpg

Bref, je sors de là sans aucun espoir pour la suite mais pas vraiment déçue. Autant j’avais bien accroché avec Gonzague, autant je pense que sa chef, ça ne serait pas passée. Or je voulais changer de poste pour me sortir d’une ambiance pesante… Donc sans regret. Finalement, ils n’ont pris aucun des candidats community managers envoyés (Simon n’a quant à lui jamais eu de nouvelles et la fille que je connais était passé directement avec les 2 et n’avait jamais eu de nouvelles non plus). A l’arrivée, je crois que le poste n’a pas été pourvu mais il me paraissait plus simple de prendre quelqu’un formé à la comm institutionnelle et lui apprendre le community management que l’inverse. Enfin, je terminerai en rappelant que le SIG est le service qui a lancé France.fr. Voilà. J’oserai dire en conclusion : ouf !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Premier entretien, premiers espoirs

Suite donc à la lettre d’avertissement qui m’a rendue intime avec le lexomil, je décide de me bouger les fesses pour trouver un emploi ailleurs, il est hors de question que je devienne une loque dépressive. Donc je me décide à guetter ce qu’il se passe sur le marché et j’ai un très bon outil à ma disposition :Twitter.

twitter-logo1.png

En effet, en tant que community manager, je suis censée connaitre et utiliser les réseaux sociaux dont Twitter fait partie. Un jour, je vois passer un twitt de Gregory Pouy parlant d’un poste de community manager à pourvoir rapidement. Je lui envoie un DM puis mon cv et il le transfère à la personne adéquate avec en PS « cette fille est top ». Au secours, je défaille ! Pour ceux qui ne sont pas de mon milieu, Greg Pouy, c’est un peu Dieu et Dieu a dit que j’étais top. Mes chevilles ont mis trois jours à s’en remettre. J’attends donc quelques nouvelles. A ce moment là, je vais déjeuner avec la team TGGP à savoir Ioulia (qui avait déjà quitté la société), Simon (en recherche d’opportunité) et Philippe. Après avoir discuté de mon état médicamenteux qui désespérait Philippe qui ne m’avait jamais vu comme ça (il faut savoir que dès que je vais mal, ma voix part dans les suraigus), j’explique que j’ai peut-être un truc. Et là, révélation : Simon est aussi sur le coup ! Il a passé l’entretien le matin même et il me conseille de rappeler l’agence pour voir ce qu’il se passe. Après quelques coups de fil, c’est bon, j’ai l’entretien (hiiiii)

pumbby.JPG

Jour J, je ressens à nouveau le stress de la femme adultère que j’avais décrit lors de ma première démission. Sous mon pull informe, un magnifique top délicatement clouté bleu klein (les clous étaient à la mode cet hiver) et dans mon sac de sport une veste toute neuve. Le plus dur est d’arriver à sortir à l’heure soit 18h45, avant 19h, un véritable crime ! Technique : sortir en courant en criant au revoir à tout le monde en serrant les fesses car la spécialité du big boss était de jaillir de son bureau en te criant après pour te parler d’un truc. Oui, il a eu toute la journée pour le faire mais c’est plus drôle de le faire quand tu t’en vas. Donc je me lève, je pars d’un pas assuré, j’ai le coeur qui bat à tout rompre, je transpire, j’ai peur… J’ai réussi ! Je cavale les escaliers, je sors de l’immeuble, je m’éloigne le plus vite possible. Gagné, j’ai réussi à partir !

cite-de-la-peur.jpg

Arrivons maintenant à l’entretien, je trouve le bâtiment sans encombre, j’ai même eu le temps de me planquer dans une ruelle pour virer mon pull et mettre ma veste et c’est parti pour ce qui sera sans doute le plus long entretien de ma vie : 1h30.Face à moi le PDG et le directeur du pôle marketing. Je vous la fais courte, nous retiendrons un « vous changez souvent de poste, non ? », l’excuse magique pour expliquer pourquoi on veut quitter sa boîte : difficultés financières (à l’époque, c’était faux… Je me demande si je leur ai pas un peu porté la poisse). Puis discuter des réseaux sociaux, forces et faiblesses, tester ma connaissance des blogs y compris dans les milieux financiers et du bâtiment. Bref, je sors de là lessivée mais heureuse parce que j’ai réussi et je le sais. Bien sûr, il y a un énorme point noir : ils ont besoin de quelqu’un rapidement, j’ai normalement trois mois de préavis que je pense faire baisser à 2 mais moins, ça me paraît compliqué. A voir.

preavis.jpeg

Le lendemain, mail me demandant de rédiger un article sur un documentaire dont ils doivent assurer la promotion. Ok. J’écris, je publie puis avec Simon, on guette les publications pour avoir idée de qui est dans la course. On commence un peu à flipper en voyant la liste s’allonger mais on se raisonne : de toute façon, on n’a plus qu’à attendre. N’ayant pas reçu de réponse suite à mon article, je renvoie un mail pour savoir s’ils l’ont bien reçu. Je reçois une réponse dès le lendemain : « désolée, tu as perdu, nous avons pris une candidate immédiatement dispo mais tu étais top et si tu veux, tu peux venir à la soirée qu’on organise dans deux jours ». Je contacte Simon : la même. Bon, rendons-nous donc à la fameuse soirée, on fait un coucou puis on va manger avec Ioulia. Nous croisons l’heureuse candidate que je connaissais déjà (je connaissais de fait 3 candidats), le big boss de la boîte nous salue chaleureusement et
présente Simon, la fille et moi à un de ses collaborateurs : « tu vois, là, c’est notre trio de finalistes! ».

podium.gif

Conclusion : je vaux quelque chose. Après toutes les vexations des derniers jours, (re)découvrir que je vaux quelque chose fait un bien fou et me booste à mort même si j’entrevois ce qui va poser problème dans pas mal de cas : le préavis. Comme dit ma soeur, s’ils veulent quelqu’un d’expérience, faut pas qu’ils s’attendent à ce qu’on soit là dix jours après mais bon… En tout cas, cette première candidature m’a fait un bien fou et m’a remise sur les rails. Mais surtout le big boss a envoyé nos CV à un autre employeur qui cherchait un CM. Et cet employeur, c’est carrément pas n’importe qui. A suivre !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le choix de partir


journald-mission.jpg

J’ai donc démissionné depuis maintenant un mois et demi, suite à une recherche plus ou moins active d’emploi m’ayant fait passer une bonne quinzaine d’entretiens, parfois deux par jour. Mais revenons aux origines de cette histoire ou comment on décide de partir. Pour ceux qui prennent ce blog en cours de route, un rapide résumé s’impose.

Premier job (en CDI) décroché en avril 2007 après un an et demi de chômage. « Et là, tout s’enchaîne ». Je démissionne dès septembre car un très grand groupe de presse (surnommé TGGP) m’appelle. J’y débarque en octobre 2007 pour en repartir en mars 2009, déçue par le tour qu’avait pris les choses. Ca, je l’ai raconté lors de ce premier journal d’une
démissionnaire. En arrivant chez Pubilon, j’étais donc bien décidée à rester longtemps, minimum deux ans car à force de changer de taf, mon CV va finir par puer la fille instable. Non parce qu’en entretien, je peux tout à fait justifier mes choix mais pour se faire, il ne faut pas que mon CV effraie.

cv-recruteur.jpg

Tout a commencé en novembre, quand ma sœur m’envoie une annonce pour être community manager pour une marque oeuvrant dans le commerce équitable. C’était à un moment

où j’étais en pleine turbulences suite à un couac sur une opé qu’on m’imputait directement. Pour le coup, j’ai admis m’être planté (en toute bonne foi) mais Iasmina m’a toujours dit que je n’y étais pour rien. Ceci étant, il fallait bien que quelqu’un paye et ce quelqu’un, ce fut moi. Donc j’en étais arrivée à un point où envoyer un mail me terrorisait de peur de me faire engueuler car il était mal rédigé et là, cette annonce providentielle. Et pourtant, j’hésite. Non pas à cause de l’annonce en elle-même qui, soyons honnêtes, me motive carrément, mais pour cette désagréable sensation de quitter le navire à la première goutte d’eau suspecte. Même si mon relatif mal être au sein de cette société n’était pas tout à fait nouveau mais, quelque part, partir, c’était admettre ses faiblesses, son incapacité à donner une bonne image de soi, à prouver que, non,  je ne suis pas incompétente. Mais ma sœur me convainc de postuler quand même, me rappelant qu’envoyer un CV ne voulait en aucun cas dire être embauchée. Et elle avait raison, je crois n’avoir jamais reçu de réponse pour ce poste.



corbeille-a-papier.gif


Mais au moment de cette candidature se noue un nouveau drame, consécutif à celui évoqué plus haut. Je décide de prendre 4 jours de vacances pour me remettre un peu sur les rails mais comme une conne, je lis mes mails pro, je me fais harceler de demandes de dossiers à terminer en urgence, etc. Jusqu’au mail fatidique qui m’annonce que je n’avais pas pris en compte les remarques des derniers jours et qu’on allait discuter à mon retour. Là, grosse crise de nerf, je me retrouve à 16.12 de tension, je supplie mes parents de me filer un médoc pour pouvoir retourner au boulot car sans ça, c’est juste impossible. Et voilà l’arrivée du Lexomil. Retour sur Paris, shootée, à côté de mes pompes, je me prends donc un avertissement. Et dans l’avertissement version écrite, il y a un mot, un seul, qui m’a littéralement fait péter les plombs : « médiocrité ». Je me tue pour cette boîte et mon travail est qualifié de médiocre, tout ça pour une
erreur qui m’a été imputée car, je cite « mais si je ne te le reproche pas à toi, à qui veux-tu que je le reproche ? ».


martyre-de-saint-etienne.jpg

Donc là, goutte en trop, je décide de repartir sur les sentiers de la recherche d’emploi, sentiers que je finis par bien connaître. Mais cette fois-ci, la recherche allait être plus longue que prévue…  Mais déjà, fin novembre, je décroche un premier entretien…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Journal d’une démissionnaire : reload


journald-mission.jpg

Je vous avais annoncé à la fin du précédent volet de journal d’une démissionnaire une possible reprise. A l’époque, Ioulia et Simon m’avaient en effet promis de me
faire leur version de leur vie et de leur départ à TGGP puisque, oui, ils sont tous les deux partis.

rats-navire.jpg

Pourtant, aucun des deux ne reprend cette catégorie. Non, c’est à nouveau moi qui vais parler de démission puisque pour la 3efois en 3 ans, ahah, je démissionne ! Je vis très bien mon instabilité professionnelle, merci. Mais cette nouvelle démission
n’est pas le fruit d’un caprice, non. Et évidemment que je pars ailleurs, travailler sur un site très connu dans un groupe beaucoup plus grand que Pubilon mais moins que TGGP. Et je vais vous dire, à mesure qu’approche mon départ (qui a lieu vendredi, je vous préviens de ma vie en temps réel…), j’ai la sensation que je vais enfin revivre.

pongeur.jpg

Je ne vais pas vous faire la version « dégradation des conditions de travail » comme je l’avais fait chez TGGP, ce serait trop long et surtout trop geignard. Mais ceux qui suivent ce blog n’auront sans doute pas manqué de noter une certaine dégradation de ma vie, de nombreuses plaintes sur mon état de fatigue, mon impossibilité à débloquer du temps pour moi et je ne vous parle même pas du passage Lexomil. Parce que oui, ce boulot m’a à un moment forcé à prendre des médocs pour avoir le courage de me lever le matin et aller bosser. Même si je n’en ai pris qu’une semaine et encore très peu, je reste traumatisée, ça m’a fait l’effet d’un électrochoc. Aucun boulot ne mérite que j’y perde la santé, aucun. Et je ne parle même pas de mon moral, mes amis m’ont vue dépérir, être bouffée par le (mauvais) stress et l’anxiété, jusqu’à encore dimanche où un pote me disait qu’il fallait vraiment que j’apprenne à lâcher du lest, à être moins impliquée… Facile à dire mais comme il a dit lui-même (si, si, j’ai parlé moi aussi) « Ouais mais quand on a connu le chômage longue durée comme nous, on a du mal à ne pas être consciencieux ». Voilà, c’est exactement ça !

jane-eyre.jpg

Donc je vais encore recommencer une nouvelle vie, dès le 12 juillet. Entre temps, j’ai 15 jours de vacances, je n’en avais pas eu depuis Noël sauf mon week-end
plongée à Marseille donc j’ai envie de dire que c’est mérité. Surtout que ça va être les premières vraies vacances depuis un an, genre personne ne m’appelle pour le taf, genre je n’aurai rien à faire ni aucune préoccupation. Ca va être tellement bon, mon Dieu, je ne réalise carrément pas. Mais vendredi, tout sera fini.

repos-farniente.jpg

En attendant, pour vous, lecteurs chéris (et les autres aussi), je vais vous concocter quand même quelques articles pour vous raconter quelques entretiens passés,
des histoires de recrutement car cette fois-ci, ce fut épique. Mais si c’est pour le meilleur, ça valait le coup d’attendre.

penelope-attend-ulysse.jpg

Par contre, cette fois-ci, je ne ferai pas du journal d’une démissionnaire 5j/7, je me réserve le droit de vous parler d’autre chose entre temps, je dois par
exemple vous parler de foot (si !), de meuble télé, de concert, d’orgasme, d’une expérience sensuelle à venir (rien de bien indécent non plus mais ça n’a pas encore eu lieu), du fait que je suis vieille et de mon stérilet à venir. Ah et aujourd’hui, je passe mon niveau 1 de plongée, peut-être que je vais vous saouler avec.

 plongee.JPG

Ok, on finira donc cette nouvelle session journal d’une démissionnaire à Noël.

PS : Oui, la fille avec les palmes bleues qui remonte sur l’octopus de son accompagnatrice, c’est moi

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand le doute est bien installé


Comme j’aime à me répéter, allons y gaiement : le travail, c’est tout comme l’amour en de nombreux points. Par exemple, le manque de confiance en soi. Prenez une fille plongée pendant plus d’un an dans une ambiance tendue sans que jamais une seule de ses compétences soit reconnue à sa juste valeur ou presque. Faites embaucher cette même fille ailleurs et jetez là face à son premier client alors qu’elle n’a même pas fini son préavis. Ca vous donne un taux de stress pas possible.

Peu de temps avant ma démission, Ioulia m’avait expliqué un jour que l’ambiance lui bouffait tellement les nerfs qu’elle avait totalement perdu confiance en elle au point qu’elle nous demandait toujours notre avis avant d’envoyer un mail. Pourtant, elle est très loin d’être stupide mais on est tellement pressés qu’on n’arrive plus à lâcher du lest, à un moment. Alors quand Rémi, mon futur boss, m’appelle pour me demander de préparer une présentation sur un projet que je vais récupérer pour un client, je me rends compte que je ne fais pas la fière non plus. Je sais que c’est l’épreuve du feu et j’ai un peu peur d’avoir survendu mes capacités.

Après avoir prépare un joli powerpoint sur le sujet, je débarque dans l’agence de comm qui nous reçoit pile à l’heure (alors que j’étais censée avoir 10 minutes d’avance mais je me suis légèrement perdue, pour changer). Je retrouve Rémi qui m’explique qu’il y a plein de départs et d’arrivées dans la boîte, j’essaie de saisir qui est là, qui est parti, qui va nous quitter et qui va arriver. J’apprends que l’Asiatique que j’ai croisé lors de mon deuxième entretien s’appelle Anthony… Ah, ben, j’aurais pas dit.

C’est là qu’arrive Charlotte, la fille avec qui nous avons rendez-vous. On va fumer une clope dehors et j’en profite pour écouter ce qu’elle raconte pour apporter de l’eau au moulin de ma présentation. Je me sens totalement godiche dans ce milieu design, blanc, avec des filles d’1m70 minimum.



Ah, c’est l’heure de la présentation. Rémi me cède la parole. C’est parti. Je raconte, je fais défiler le powerpoint, je détaille, j’affine. Je ne sais pas si je suis à la hauteur mais Charlotte m’écoute avec attention. Je termine, je retiens mon souffle. « C’est bien, on te sent motivée par le projet ! ». Tataaaaaaan ! J’ai réussi. Il faut que je complète un peu mon document (on m’a toujours appris à ne pas trop en mettre sur le power point pour avoir quelque chose à dire) mais tout s’est bien passé, je sens un légèrement soulagement du côté de Rémi : il a engagé la bonne personne.

Je repars de ce rendez-vous toute guillerette, le cœur léger. En chemin, je repense à ce que m’a dit Ioulia sur sa confiance en elle et je me rends compte qu’elle avait totalement raison. Avant de bosser chez TGGP et même dans les premiers temps, cette réunion ne m’aurait pas autant inquiétée parce que je me savais au niveau. Je me rendais compte de l’espèce de travail de sape pernicieux que j’avais subi pendant un an. Le pire, c’est que je peux même pas réellement jouer les grandes victimes car ce n’est pas moi en tant que personne qui posais problème et qui était « victime » de tout ça mais finalement juste une employée lambda. Une employée dont personne n’avait rien à faire et ça ne m’étonnerait pas qu’au fond, le but était de nous pousser gentiment vers la sortie.

D’ailleurs, mon dernier jour ne restera pas dans les annales. Quand une rédactrice du magazine bébé me demande si je fais un pot de départ, je réponds sans réfléchir : « Bah non, j’ai piscine ce soir ». Les gens avec qui j’ai envie de fêter mon départ, je les convierai plus tard. J’ai pas envie de jouer les hypocrites à sourire à des gens dont je n’ai rien à foutre, qui m’ont toujours regardée de haut car je « passais mes journées sur les forums à poster des messages ». Au moins.

Alors je quitte la boîte, légère. Je suis à peine triste, j’ai plutôt hâte de commencer mon nouveau job. Je sais que je reverrai ceux que j’aimais bien, ceux qui m’ont empêchée de glisser peu à peu dans la dépression. Parce que se lever tous les matins en sachant qu’on va passer 8h à faire des choses qui ne servent à rien, y a plus joyeux dans la vie (si, si). Maintenant, je me suis relevée, mon nouveau boulot est très prenant mais j’aime, je vous raconterai tout ça mais plus dans cette série.

Le journal d’une démissionnaire se ferme ici pour moi mais pourrait être rapidement repris par d’autres plumes. A suivre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ranafout time


Jeudi matin, première heure : réunion pour Joséphine. Une de mes dernières mais je suis la seule à le savoir. Mais tant que j’ai pas ma lettre d’embauche, motus et bouche cousus. C’est dur.



Pendant la réunion, Vanessa estime que la part des communautés est encore trop faible en me regardant de façon méprisante, j’ouvre la bouche pour faire un point sur la question, elle passe aussi sec à autre chose. Là, j’ai un peu envie de me lever et de crier un bon « RIEN A FOUTRE !! J’me barre! » mais je reste calme et avale une chouquette. Chébon les chouquettes. En repartant au métro, Lena qui était à la réunion parle de l’emménagement à Lavande et me demande à quel étage je serai. Hypocritement, je réponds au 3e. Hé oui, finalement, j’avais raison, je ne partirai pas à Lavande.

J’arrive au bureau retrouver Simon et Ioulia, on parle pas mal du déménagement et du fait que nous serons séparés, je ne pipe mot. Le soir, nous avons prévu d’aller au restaurant avec Sonia, notre ancienne stagiaire donc je me tais, je le dirai le soir.

Milieu d’après-midi, pause clope-papote avec Ioulia et là, elle me sort : « rah, j’en ai marre. S’il le faut, dans 3 mois, on se barrera tous ensembles, hihi ! ». Là, je ne peux plus pousser l’hypocrisie, quand même. « Non, Ioulia, je pose ma dém demain, je pars dans un mois, normalement. » Elle devient toute blanche puis me demande où je pars. « Oh, c’est bien pour toi ! Mais tu m’abandonnes! ». Ouais, Ioulia a un sens très poussé du mélodrame, sa phrase culte étant : « tu m’as blessée jusqu’au sang » (que j’ai repris à l’occase). Je lui fais promettre de ne rien dire jusqu’au soir.




Le soir. On retrouve Sonia et je lui demande négligemment où elle en est niveau carrière. Des fois que…  Arrivés au resto, j’attends que l’apéro soit servi pour annoncer très fièrement : « Bon, Simon, Sonia, j’ai quelque chose à vous dire : demain, je démissionne ! ». Ouais, j’ai un peu le sens du spectacle aussi. Du coup, c’est un peu du lâchage en règle sur les collègues, j’apprends que Vanessa a quelques soucis relationnels avec les femmes et qu’elle a besoin de boucs émissaires pour justifier la mauvaise santé des sites. Ah… Mais pourquoi me prendre moi comme bouc émissaire ? Dès qu’elle me demande de faire un truc, je le fais sans contestation, je suis nulle dans ce rôle, c’est même pas drôle… Bon, ok, soit. Sonia souhaite postuler pour mon job donc tout a l’air de bien se goupiller.




Le vendredi, j’écris une première lettre de démission imprimée mais Simon me dit d’en faire une manuscrite, plutôt. Okayyyyyyy ! Du coup, avec Ioulia, on fait les connes et on fait des bisous avec du gloss sur ma lettre de démission imprimée qui ne partira donc jamais. On écrit aussi des conneries en polonais dessus. Une fois la lettre postée, j’envoie également un mail à Lénaïc pour lui expliquer la situation histoire qu’il ne soit pas surpris de recevoir cette lettre et surtout aller le plus vite possible pour confirmer côté Pubilon que
j’arriverai bien le 09.




Maintenant, avec Ioulia, on s’amuse à imaginer comment je pourrais annoncer ma démission de la façon la plus lourde de sens qui soit, j’avais envie de balancer un « oui, je pars pour un poste qui exploitera réellement mes compétences », quelque chose du genre. Parce que des fois, j’avais quand même la sensation que certains nous prenaient, nous les community managers, pour des idiots finis alors que si on nous avait donné des outils dignes de ce nom, tout aurait bien mieux roulé. Mais dans la presse traditionnelle, on a toujours tendance à considérer que le net, c’est gratuit donc inutile d’investir et que les internautes sont des cons qui cliquent où on leur dit de cliquer. Mais quand même suffisamment intelligents pour trouver nos forums et blogs cachés.

Ca va pas me manquer.

Rendez-vous sur Hellocoton !