Cycle Kitchin : deuxième !

Face au silence assourdissant de ma potentielle future boîte, je décide de repartir sur les chemins de la recherche de boulot. Et c’est là que tout s’enchaîne : à ma droite, un cabinet de recrutement qui veut absolument me rencontrer et à ma gauche le retour du cycle Kitchin.  Je m’explique : vers janvier, j’ai repéré une ancienne collègue éphémère, Gwenaëlle, qui s’agite sur les réseaux professionnels, allant jusqu’à rédiger une recommandation pour moi sur Linkedin. Collègue éphémère car il s’agit de la fille que j’ai remplacée lors de mon premier job de community manager donc j’ai bossé une semaine avec elle. En … Continuer de lire Cycle Kitchin : deuxième !

Où le cycle Kitchin se met en place

Fin mars 2010, une amie me rencarde sur un poste, j’ai un léger  doute car ils cherchent un community manager « junior à expérimenté », un truc du genre. Niveau salaire, je crains le pire mais je postule néanmoins et décroche un entretien entre midi et deux. Après avoir couru dans tous les sens et pris une pause déj d’anthologie (2 bonnes heures, un scandale), me voici bien frustrée : on me propose un poste de community manager pour un site féminin sympa mais niveau salaire, j’explose le budget donc non. Je retourne chez Pubilon essoufflée et dépitée, j’ai envie de laisser tomber la recherche tellement … Continuer de lire Où le cycle Kitchin se met en place

L’entretien caméra cachée

Durant mes recherches, j’ai eu l’occasion de passer pas mal d’entretiens dont beaucoup seront oubliés d’ici quelques temps. Mais l’un d’eux méritera sans doute de reste quelques temps dans le rayon « anecdoes dont on rit volontiers après coup mais sur le coup, pas trop ». Comme la fois où j’avais mis le pied dans un trou plein de béton frais (et autres histoires navrantes ici). Voici donc l’entretien « mais elle est où la caméra ». En fait, je crois avoir été en présence d’un retour de karma. C’était un mercredi, je me souviens, rendez-vous à 19h en plein coeur de Paris. Dans l’après-midi (ou était-ce … Continuer de lire L’entretien caméra cachée

Sérieuse tentative d’evasion chez Pubilon

Comme je le disais dans mon précédent article, je me la coulais un peu douce aux abords de Noël. Chercher du travail ? C’est plus le moment, tout le monde est en vacances, moi la première. Mais la recherche d’emploi ne te laisse pas de répit et après le SIG, le sort allait encore frapper. Juste avant Noël, je descends donc chez mes parents. Un soir, je papote avec Gabriel sur msn, il m’explique qu’il a été approché par un nouvel employeur et qu’il risque donc de changer de taf. Le lendemain, on m’avertit que j’ai un message sur viadeo où je réseaute … Continuer de lire Sérieuse tentative d’evasion chez Pubilon

La France t’appelle !

  (Je rappelle que ces faits ont eu lieu en décembre 2009, j’ai déjà démissionné car j’avais trouvé un nouveau poste). Suite à ce premier entretien qui m’a motivée pour en trouver d’autres, je réponds de ci de là à quelques annonces mais Noël arrivant, je commence à me la couler douce. Alors si tu ne vas pas aux opportunités, elles viennent à toi. Un soir, je reçois donc un mail incroyable d’un certain Gonzague : « bonjour, j’ai eu votre cv de la part du big boss de la boite où vous avez passe votre entretien. Le SIG cherche son community manager, … Continuer de lire La France t’appelle !

Premier entretien, premiers espoirs

Suite donc à la lettre d’avertissement qui m’a rendue intime avec le lexomil, je décide de me bouger les fesses pour trouver un emploi ailleurs, il est hors de question que je devienne une loque dépressive. Donc je me décide à guetter ce qu’il se passe sur le marché et j’ai un très bon outil à ma disposition :Twitter. En effet, en tant que community manager, je suis censée connaitre et utiliser les réseaux sociaux dont Twitter fait partie. Un jour, je vois passer un twitt de Gregory Pouy parlant d’un poste de community manager à pourvoir rapidement. Je lui envoie un … Continuer de lire Premier entretien, premiers espoirs

Le choix de partir

J’ai donc démissionné depuis maintenant un mois et demi, suite à une recherche plus ou moins active d’emploi m’ayant fait passer une bonne quinzaine d’entretiens, parfois deux par jour. Mais revenons aux origines de cette histoire ou comment on décide de partir. Pour ceux qui prennent ce blog en cours de route, un rapide résumé s’impose. Premier job (en CDI) décroché en avril 2007 après un an et demi de chômage. « Et là, tout s’enchaîne ». Je démissionne dès septembre car un très grand groupe de presse (surnommé TGGP) m’appelle. J’y débarque en octobre 2007 pour en repartir en mars 2009, … Continuer de lire Le choix de partir

Journal d’une démissionnaire : reload

Je vous avais annoncé à la fin du précédent volet de journal d’une démissionnaire une possible reprise. A l’époque, Ioulia et Simon m’avaient en effet promis de me faire leur version de leur vie et de leur départ à TGGP puisque, oui, ils sont tous les deux partis. Pourtant, aucun des deux ne reprend cette catégorie. Non, c’est à nouveau moi qui vais parler de démission puisque pour la 3efois en 3 ans, ahah, je démissionne ! Je vis très bien mon instabilité professionnelle, merci. Mais cette nouvelle démission n’est pas le fruit d’un caprice, non. Et évidemment que je pars … Continuer de lire Journal d’une démissionnaire : reload

Quand le doute est bien installé

Comme j’aime à me répéter, allons y gaiement : le travail, c’est tout comme l’amour en de nombreux points. Par exemple, le manque de confiance en soi. Prenez une fille plongée pendant plus d’un an dans une ambiance tendue sans que jamais une seule de ses compétences soit reconnue à sa juste valeur ou presque. Faites embaucher cette même fille ailleurs et jetez là face à son premier client alors qu’elle n’a même pas fini son préavis. Ca vous donne un taux de stress pas possible. Peu de temps avant ma démission, Ioulia m’avait expliqué un jour que l’ambiance lui bouffait … Continuer de lire Quand le doute est bien installé

Ranafout time

Jeudi matin, première heure : réunion pour Joséphine. Une de mes dernières mais je suis la seule à le savoir. Mais tant que j’ai pas ma lettre d’embauche, motus et bouche cousus. C’est dur. Pendant la réunion, Vanessa estime que la part des communautés est encore trop faible en me regardant de façon méprisante, j’ouvre la bouche pour faire un point sur la question, elle passe aussi sec à autre chose. Là, j’ai un peu envie de me lever et de crier un bon « RIEN A FOUTRE !! J’me barre! » mais je reste calme et avale une chouquette. Chébon les chouquettes. En … Continuer de lire Ranafout time