Impie, la dystopie esclavagiste

Quand on décide d’écrire une dystopie, on se pose une question essentielle. Quelle serait la pire évolution de la société ? Souvent, on retrouve la privation de liberté. De façon un peu frontale dans Hunger Games ou L’autre côté, par exemple. De façon plus subtiles dans les fausses dystopies comme Un bonheur insoutenable ou Le passeur. Ou de façon littérale dans The I-land. Dans Impie de Hana Hojh, la privation de liberté se fait sans astuce ni ambiguïté : les opposant au régime se retrouvent en esclavage,  vêtus d’une combinaison destinée à les torturer au moindre faux pas. 

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *