La feuille de route de l’écrivaine

Sur un tableau ardoise aimanté, une forêt de post it avec parfois un seul mot écrit dessus. Quelques photos accrochées par des magnets et des gribouillages à la craie avec des flèches un peu partout. L’écrivaine admire ce cadre qui n’a de sens pour personne d’autre qu’elle. Sous ses yeux s’étale la feuille de route de son roman, son ossature.

 

 

Exemple de bullet journal

Lire la suite

3 réflexions sur “La feuille de route de l’écrivaine

  1. Salut, tu as lu « Ecriture » de Stephen King ? J’imagine qu’il n’est pas dans le haut de la liste des bouquins conseillés aux apprentis romanciers mais c’est le seul que je connaisse 🙂
    De mémoire, parce que ça fait un moment que je l’ai lu, King raconte qu’il ne connait pas lui-même la fin des bouquins qu’il écrit. Il a une vague idée de l’histoire bien sûr, mais ses personnages et l’intrigue se construisent au fur et à mesure qu’il écrit. Je trouve ça génial de se faire embarquer par ses propres personnages et de vivre finalement, l’histoire que l’on écrit soit-même.
    Voilà, c’était pour partager 🙂

    1. Ah merci ! En fait, j’ai arrêté de lire Stephen King à la fin de mon adolescence (sans raison particulière, en fait, juste que j’ai eu ma période Dean Koontz puis j’ai enchaîné avec autre chose) et je me disais justement qu’il serait temps d’y retourner. Comme je suis pas mal fan de The walking dead, je pensais justement récupérer « Le fléau », livre que je n’avais pas fini ado mais dont j’ai vu le téléfilm avec Gary Sinise et Molly Ringwald une bonne dizaine de fois. Du coup, je vais m’acheter Ecriture, ça a l’air super intéressant. Le seul « écrivain » dont j’ai lu un ouvrage où il parle de son processus d’écriture, c’est… Bernard Werber dans le livre dont le nom m’échappe où son personnage (son double) Thanathonaute est mort et il doit devenir l’ange gardien de 3 personnes dont un garçon jeune écrivain qui écrit un roman sur les abeilles (son autre double, finalement). Il explique très brièvement son processus à base de « j’imagine les décors, je fais mon casting avec des acteurs un peu puis j’écris ». J’ai lu ce roman y a très longtemps donc j’ai plus les détails mais j’avais retenu ça. Et je me dis d’ailleurs que je vais faire un article sur ce livre car c’est un magnifique exemple de « l’auteur écrit sa vie rêvée », merci pour l’idée 🙂

  2. Moi j’ai arrêté de lire Enid Blyton à la fin de mon adolescence et je suis passé à King, ça a été un choc ! 🙂 🙂
    Après « Ecriture » tu peux regarder « Roadmaster » qui est l’exemple type de comment tu peux avaler 500 ou 600 pages sans t’en rendre compte sur à peu près rien de plus que l’énigme de départ. L’histoire d’une vieille Buick abandonnée un jour devant une station service et stockée depuis dans un vieux hangar de l’armée .. Perso j’ai clairement senti que l’auteur s’était fait embarquer par ses personnages et que l’intrigue passait en second plan: trop fort ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *