Plongée dans les sources chaudes du Ryokan

Le 16 octobre – Un lever parfait, un petit déjeuner copieux, nous voici installés dans le TER version japonaise avec ses bancs de siège en face à face. La route est toujours aussi belle, la rivière serpente entre les montagnes délicatement coiffées de nuages. La quinzaine des passagers présents semblent se rendre à Toyama, comme nous.  

Dans le train japonais

Pour mener à bien cette mission, nous devons donc parvenir à changer de train à Inotaki en trois minutes. La route se passe bien, on s’arrête à toutes les gares possibles et imaginables. Jusqu’à la dernière. Là, on est loin du stop and go, l’arrêt s’éternise. Je feins de rester plongée dans mon magazine et de rester détachées mais je commence à devenir nerveuse et je ne suis pas la seule. Je me lève pour jeter un coup d’oeil dans la cabine suivante qui donne sur le poste de pilotage : un putain de feu rouge. Un train passe à nos côtés, on devait sans doute attendre qu’il passe pour repartir… Et en effet… Ok, le sprint final, il nous reste en théorie 15 mn, nous sommes censés arriver à 10h48. 10h45, on se lève pour mettre notre sac à dos. 10h46, le chauffeur annonce la gare d’Inotaki. 10h48, on pose le pied sur la quai, on saute dans le train pour Toyama : mission accomplie ! Il nous reste encore deux trains à prendre mais avec trente minutes de battement, on est sereins.

Dans le train japonais Dans le train japonais

Nous voici à destination ! Une navette vient nous chercher directement à l’Hôtel. L’accueil est charmant, on nous fournit des petites pantoufles, on abandonne nos chaussures dès l’entrée. Un Italien demande un peu hautainement si quelqu’un peut s’occuper de ses bagages. Mec, on est dans un ryokan, pas dans un Plaza…

Ryokan Takagarawa

Ah mais c’est quoi un Ryokan au fait ? C’est une petite auberge traditionnelle avec sources d’eaux chaudes pour prendre des bains. Oui, encore des bains, nos jambes douloureuses l’ont bien mérité ! Même si, là, en vrai, ça va déjà mieux.

Ryokan Takagarawa

Nous récupérons donc notre chambre qui nous paraît immense. Il y a quatre zones : une entrée, un sas, la chambre et le coin un peu véranda avec baie vitrée donnant sur la rivière et un minuscule balcon. C’est absolument tout chou. On va désormais se déplacer en yukata, un habit traditionnel, sorte de kimono en coton que l’on ferme avec un obi et on peut passer une veste traditionnelle par-dessus.

Ryokan Takagarawa Ryokan Takagarawa

Yukata

Bon, c’est pas tout ça mais on a des bains à prendre. Ici, les bains sont extérieurs et mixtes; il fait environ 8-10° et on va donc se balader en yukata. Là, de suite, on appréhende un peu. Je décide de garder mes chaussettes. On récupère des sortes de chaussures en plastique pour traverser la zone permettant de se rendre aux bains. Tout est détrempé… y compris mes chaussettes qui apprécient assez peu la balade. Mission : trouver une robe en tissu éponge pour dames pour me baigner, je n’en trouve nulle part. J’ai bien une serviette mais elle est trop petite pour tout emballer, mes seins ne rentrent pas. Heureusement, en approchant d’un bain mixte, on constate que tout le monde est nu, y compris une femme posée délicatement sur un rocher, façon Petite Sirène de Copenhague. Et bien, comme on dit “à Rome, fais donc comme les Romains”.   L’eau est délicieusement chaude, le décor est juste parfait. Les vapeurs troublent les lumières des ampoules, la rivière assure l’ambiance sonore. A un moment, je commence à avoir trop chaud, je glisse donc vers la partie non protégée et me met à genou pour sortir mon buste de l’eau, profitant de la pluie rafraîchissant ma peau brûlante.

Ryokan Takagarawa

On décide de migrer vers un autre bain et on retrouve les Italiens… pas nus du tout. Pour le coup, les femmes ont la fameuse robe et les hommes portent un maillot… alors que normalement, les hommes sont nus avec juste une petite serviette à poser sur son pénis. Dans les faits, tout le monde s’en fout… Mais du coup, je me sens un peu gênée d’imposer ma nudité, ma pudeur commence là où je dérange les gens… Le barbotage est donc un peu court, ce bain est moins chaud que l’autre donc on retourne au premier et là, nous sommes seuls. Douce détente.

Ryokan Takagarawa

L’heure du diner approche (18h30…), nous retournons dans notre chambre et surprise ! Deux futons ont poppé. On a également récupéré une carafe d’eau fraîche, très appréciable après un bain chaud qui déshydrate pas mal.

Le repas avalé, on retourne se poser à la chambre puis petit bain intérieur nocturne histoire de se doucher. On se glisse sous les grosses couettes bien chaudes car il fait un peu frais dans le Ryokan, même si le coin chambre est bien chauffée. On ne traîne pas : demain, réveil à 5h15.

Rendez-vous sur Hellocoton !

D’Hiroshima à Kyoto

Le 10 octobre – Petite journée entre deux villes, Hiroshima et Kyoto. Levés un peu tard (08h40, une belle grasse mat’), on prend le temps, rien ne presse. Au menu du jour : aller jeter un oeil au château d’Hiroshima, jeter nos valises à la gare, faire le tour du Memorial Park puis retourner à la gare prendre un train pour Kyoto.

Le château étant à deux pas du AirBnB, nous partons avec nos gros sacs sur le dos. On traverse et là, on tombe sur un groupe de piétons qui attend patiemment le feu vert pour traverser la rue perpendiculaire… qui était coupée ! Ok… Je n’avais pas vu grand chose sur ce château et on s’attendait à un truc un peu pourri mais il était tout à fait charmant. Evidemment, c’est une reconstruction, le vrai ayant été rasé lors du bombardement…

Hiroshima - Le château

Hiroshima est une ville que je trouve très agréable, essentiellement parce que ses trottoirs sont très larges, j’avais comme un sentiment d’espace que je n’avais pas ressenti à Tokyo ou Osaka. Un peu plus de respect pour leur cours d’eau, aussi, il n’était pas enterré sous une route ou une autre. Mais l’Histoire est omniprésente, Hiroshima est un symbole de paix à elle seule. Et il y a évidemment le Memorial Peace Park, juste à côté du A Bomb Dome, les restes de la préfecture détruite par le souffle de la bombe qui a éclaté 600 mètres plus haut.

A bomb dome à Hiroshima

Un peu plus loin, des classes d’enfants se succèdent devant un monument à la mémoire des enfants d’Hiroshima tués par la bombe. On continue pour arriver au memorial en lui-même avec sa flamme qui ne sera éteinte que le jour où toutes le armes auront été éradiquées. C’est pas demain, quoi…

Memorial Peace Park à Hiroshima

Forcément, en se baladant dans la relative quiétude du parc (beaucoup d’enfants dont certains sont venus nous parler en anglais), on se sent un peu écrasés par le drame qui s’est joué ici, sa violente inutilité, aussi. Mais l’actualité nous rappelle assez régulièrement que l’Homme a tendance à ne pas trop apprendre de ses erreurs…

Le Péage Memorial Park d’Hiroshima #japan #hiroshima #memorialpark #peace

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Chat à Hiroshima

On finit ce petit tour d’Hiroshima par un déjeuner à base de soba, des nouilles au sésame, encore une jolie découverte ! On se balade dans quelques passages marchands, une des grandes spécialités des villes japonaises. Enfin, nous n’en avons pas croisé à Tokyo mais à Osaka et Hiroshima, ça pullule. On admire les chaussettes (j’adore les chaussettes japonaises), on traînasse dans un magasins de produits dérivés d’animés (avec un joli rayon manga… Je crois que je vais me mettre à en relire à mon retour). Un peu cher, forcément, mais bien sympa.

Soba

Jouir de bijou, boutique japonaise à Hiroshima

Hihihi

Retour à la gare pour un voyage Hiroshima-Kyoto avec petit pic de stress à la gare Shin Osaka avec cinq petites minutes pour notre changement de train. Moi qui suis du genre à totalement stresser pour les transports, imaginez ma sérénité. Mais on a assuré, mission accomplie. 12 minutes plus tard, nous voici à Kyoto. On se précipite dans notre AirBnB bien confortable malgré l’éternelle salle de bain en plastique honnie par Victor (moi, je n’aime juste pas que le rideau de douche se colle à moi car le bac de douche est souvent très étroit. On s’étale sur le lit pendant deux bonnes heures, harassés. Un petit bento et au lit, Kyoto nous attend.

Bento acheté à la gare de Kyoto

Rendez-vous sur Hellocoton !

Départ pour le pays du Soleil levant

29 septembre – Un voyage commence par l’excitation de partir sauf que moi, on me la vole toujours un peu. Mon mois de septembre fut fou : le boulot, des aventures d’écriture, une implication sans concession dans un groupe politique, la famille… Bref, je m’étais rêvée en agente de voyage qui aurait tout prévu pour que tout se passe au mieux, je me retrouve à l’avant-veille du voyage à la librairie pour acheter un guide en urgence.

Guide touristique Japon

Je ne recommande pas trop trop ce guide, si vous voulez savoir mais dans l’urgence…

Leçon n°1 de ce voyage : lâcher la pression. C’est pas grave si on ne voit pas tout, qu’on passe à côté d’un truc. On est tous les deux et c’est tout ce qui compte. Et puis, j’ai besoin de me détendre pour de vrai. Ce mois de septembre m’a tellement usé les nerfs que je suis partie en crise monumentale de larmes quand je n’ai pas trouvé mon passeport qui était rangé à un endroit si logique que je n’y suis pas allée direct. C’est pour ça que je ne range pas mes affaires, je ne les retrouve pas après. Une fois le passeport retrouvé, mon mec m’a lâché “et bah, heureusement que tu fais du yoga!”. Legit.

Lutter contre le stress avec le yoga

Les voyages me stressent. Pas le périple en lui-même mais plus cette fameuse phase de préparation parce que plus la date approche, plus j’angoisse sur ma (relative) non préparation, l’idée d’oublier ou perdre un truc… Parce qu’une fois sur place, je vous jure, je suis souple et détendue. J’essaie juste d’anticiper au maximum pour pouvoir partir l’esprit léger.

Les durs matins de juin #catstagram #cute #sunny #summer

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Le voyage commence dès l’aéroport. Pas d’anecdote ici, on s’enregistre, on passe la sécurité, on embarque, six premières heures de vol paisibles jusqu’à Doha, le temps de mater trois films pas terribles. Trois heures à tuer à Doha, l’aéroport de l’improbable avec une navette automatique à l’intérieur qui ne sert pas à grand chose, un ourson géant plutôt angoissant. C’est parti pour le deuxième vol, quasi dix heures. Tentative de dormir malgré le peu de place, la lumière du monsieur du bout de la rangée qui ne semble pas pouvoir dormir dans la pénombre. J’aime bien les vols de nuit pour l’ambiance apaisée, calme. Les volets fermés tout du jour, on ne verra pas la lumière du jour en ce désormais 30 septembre.

Une navette dans l’aéroport au dessus des boutiques, bienvenue à Doha ! #doha #airport #train #subway #attraction

A post shared by Nina Bartoldi (@ninabartoldi) on

Tokyo, enfin. Mais le premier contact est… anecdotique. Il fait nuit. On fait connaissance avec les trains locaux, un truc de dingue : tu as tellement de place entre ton siège et celui de devant que tu peux y mettre ton sac tout en restant à l’aise. Je scrute par la fenêtre mais ne voit rien. On emprunte pour la première fois la Yamanote mais pas grand chose à voir au dehors. Un peu déçus de ce premier “non contact”, finalement, on se rend tranquillement vers notre AirBnB dans un quartier résidentiel. Ok, on verra demain… On récupère notre piaule. Littéralement une piaule avec la douche et la cuisine dans la chambre et un mini canapé en mousse qui ne sert à rien vu que quand tu t’assois dessus, ton cul touche le sol. Mais le lit est confortable, ça tombe bien. Après un voyage de 19h, nous sombrons.

train au pays du soleil levant

Matez moi toute cette place et ça, c’est juste le RER local !

Rendez-vous sur Hellocoton !