Il n’y a pas d’âge pour les râteaux

Par Lucas

Aujourd’hui, j’ai eu un rendez vous médical avec une femme dont je suis un peu amoureux. Comme c’est l’une des dernières séances, je lui ai demandé si je pouvais « dire au revoir à Mademoiselle Through, dire bonjour à Célia » et l’inviter au resto. Elle m’a répondu que ce ne serait pas « déontologique ». Vie de Merde.

Pourquoi je dis ça ?
Parce que ça m’agace qu’on me réponde un truc pareil alors que j’ai attendu des semaines et des semaines pour lui proposer ce resto. Afin, justement, que nous ne soyons plus dans une relation de patient à thérapeute. Donc, en somme, ce qui me fait râler, c’est le fait qu’elle ne me dise pas clairement « non tu pues » ou « non, je n’ai pas d’atomes crochus avec toi ». Histoire que je sache à quoi m’en tenir. Qu’elle se camoufle derrière un paravent de conventions, ça me fait ronchonner… Surtout que, ce que j’adore chez elle, c’est son coté sincère. Et bah là, je tombe de haut…

Quelque part, se prendre un râteau, c’est se remettre en question… Sur sa place, sur ce qu’on est, sur ce qu’on veut. Je ne compte pas le nombre de râteaux pris de plein fouet où j’ai quand même cherché à aller plus loin et où ma ténacité a fonctionné. Petite pause dans cette bafouille, allez donc voir cet extrait de Manuale d’Amore : c’est tellement ça !!


Et pour revenir à la question de l’être, je me dis que ca rejoint toujours la dimension du paraître. Est-ce que le personnage public de Lucas, joué sur la scène du théâtre social correspond à ce qu’il  a, au plus profond de lui-même, ou bien est-on à 1000 milles de la vérité ? Bah oui ! Illustration….

J’ai trouvé récemment avec l’aide d’une super conseillère RH, ce que je voulais faire de ma vie. De la Communication Stratégique (purée comme c’est beau ces titres ronflants). Pour résumer, disons que c’est de la communication instrumentalisée pour conforter les interlocuteurs dans leur image de la boite et de ses valeurs (mais là les gens intègres vont me dire que la com n’est pas une fin
en soi et que c’est déjà un instrument, un outil, un moyen, certes, certes…).On est pas loin du lobbying et.. Bref.

En fouillant un peu ce marché histoire de mieux le comprendre, je suis tombé sur une phrase très vraie et qu’on peut surement extrapoler pour expliquer mon râteau, je cite

« Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d’entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous comprenez,
Il y a 10 possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même… »

Cela veut-il dire que dans la séduction il n’y a pas de place pour le parler vrai et la sincérité ?
Cela veut-il dire qu’il faut se conformer à des schémas convenus, ne pas sortir des sentiers battus ?

Je refuse cette sclérose plaquée par la force implicite du qu’en dira t-on et par la peur de donner une mauvaise image.
Sommes-nous en train de rentrer dans une société de façades où il faut montrer un paraitre idéel et fallacieux tout le temps ?
Les relations sociales sont-elles appelées à être encore plus consensuelles ?
Les esprits singuliers et iconoclastes vont-ils devenir des marginaux ?

Bon, heureusement pour moi, samedi soir j’ai vu la coloc d’un copain que j’avais entraperçue à Odéon le jour où elle passait son examen pour rentrer dans l’appart. Je vous parle d’elle parce quencette demoiselle est une bonne occasion pour renouer avec le jeu de la séduction plus ou moins implicite, plus ou moins volontaire. De l’art délicat d’être en intelligence avec la donzelle… Bon, si
ça se trouve un jour, en France, on va en arriver a cette scène mythique de « Mensonges et Trahisons »… Allez, tiens,  je vous laisse là-dessus…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Courrier des cœurs, réponse à Evelyne

Cette semaine, Evelyne nous a posé la question suivante :

« Je ne sais pas pourquoi j’écris car je suis persuadée que tout le monde me dira de laisser tomber. Je suis amoureuse de mon voisin, qui lui en aime une autre et m’en veut parce que l’autre justement l’as relargué ou en tout cas n’as pas renoué avec lui à cause de moi. Mais, c’est plus fort que moi, je l’aime. Aujourd’hui, il est venu sonner chez moi sous prétexte qu’il avait prêté un truc à mon fils, mais renseignement pris, mon fils dit lui avoir rendu. Alors ou mon fils raconte des bobards ou c’est
le mec dont je suis love qui a pris un faux prétexte… Dans le dernier cas, pourquoi ? Puisqu’il n’a rien dit, ni rien tenté… Qu’est-ce que je dois faire ? J’arrive pas à ne pas penser à lui. Et lui, il dit qu’il aime l’autre fille. Help…« 


La cellule Love and sex s’est réunie et voici ce que nous en pensons

Keira : Je suis désolée. Mais je ne sais pas lire les pensées de mecs que je ne connais pas. Donc je ne vois qu’une chose à te dire : tente le coup et tu verras. Au pire il te fous un râteau. Au mieux ça marche. Qui ne tente rien, n’a rien. Et c’est tellement vrai.

Lucas : Parfois, nous, les hommes, nous allons de l’avant, décidés à faire qq chose et, au dernier moment, on se retient, on se remet en cause, on s’écrase et on se pose la question de la pertinence de ce qu’on est en train de faire. Espérait-il une action forte de ta part, un mot, un geste, un regard? Je trouve que ta phrase d’accroche sonne terriblement faux. Comme si tu n’avais qu’une envie, celle d’aller le voir et jouer cartes sur table. Le fait qu’il soit venu sonner à ta porte, qu’il ait renoncé à sa
volonté initiale, quelle qu’elle soit, démontre bien qu’il est en plein de doutes lui aussi et qu’il lui faut un déclic (ou des claques). Je rejoins l’analyse précédente… Rappelle toi cette scène de « Manuale d’Amore »… http://www.commeaucinema.com/bande-annonce/54488-video-4827 L’extrait
est un peu court mais la suite des évènements montre que la donzelle va complètement adouber la dernière action du héros !

Tatiana : Invite le chez toi sous un faux prétexte et fait lui boire de l’alcool. Une fois qu’il est bien à température, tu le cuisine jusqu’à ce qu’il craque et voilà !
Bon, ça c’était la version sans scrupules.
Après j’ai aussi envie de te dire que c’est difficile avec peu d’éléments de savoir ce qu’il en est vraiment. Il se peut simplement qu’il ait oublié que ton fils lui avait rendu le truc en question (ça arrive à tout le monde). Parfois quand on est amoureux on a tendance  à déformer la vérité.

Enzo : Prenons les choses une par une :
– Tu limites ostensiblement les possibilités de ce soit-disant « prétexte ». Tu as oublié le cas où il croyait vraiment que ton fils avait toujours le jeu de PS3 qu’il lui avait prêté, alors qu’en fait il va le retrouver dans deux jours sous une pile de slips (kangourous) sales. Tu as aussi oublié le cas où il était déprimé et qu’il se regonfle l’orgueil facilement en allant voir la pauvre fille qui le regarde avec amour malgré le fait qu’il ait été plus que clair.
« Pourquoi ? puisqu’il n’as rien dit, ni rien tenté… » Ah ben sûrement parce que ce n’était pas un faux prétexte. Ou surement pas un faux prétexte pour déclarer sa flamme qui brule mais qu’il n’ose pas parce que c’est compliqué bla bla bla. Cf le rasoir d’Occam ! L’explication la plus simple : il n’a rien dit rien tenté parce qu’il ne voulait rien dire rien tenter, il voulait juste récupérer son DVD de ‘Batman Begins’ qu’il avait prêté à ton fils (qu’il retrouvera dans le boitier de ‘Girls Gone Wild 28’) !
– L’amour sans retour, ce n’est plus de l’amour, c’est de l’obsession. Un cercle vicieux dans lequel tu t’enfermes. Tous ses gestes sont interpretés dans le sens qui t’arrange. Tu as résumé la
situation : tu as une forte attirance pour lui (l’amour sans concretisation ni retour, ça reste un fantasme à dérive masochiste), lui non, il est attiré par une autre qui ne l’aime plus, qui plus
est il rejette sur toi la faute de cette rupture (enfin elle n’a trouvé que cette excuse pour se débarrasser de lui plutôt).
Mon conseil ? « Next One ! ».

Nina : Bon, à priori, les hommes sont assez basiques dans leur stratégie amoureuse donc s’il te dit aimer une autre femme, c’est que c’est le cas. Et s’il t’en parle, c’est qu’il n’a pas l’intention d’aller plus loin avec toi. Mais il existe parfois des mecs que je qualifierais de compliqué. Genre compliqué comme une fille qui se dit que jouer sur la jalousie pour faire réagir l’autre est une bonne idée (NON, ça ne l’est JAMAIS, c’est une stratégie particulièrement conne à mes yeux mais bref) et trouve des
prétextes à la con pour aller parler à l’autre. Bref, il est difficile de savoir à priori vu que je ne sais pas si ce monsieur est du genre basique ou compliqué mais comme diraient mes camarades,
le mieux est encore de demander direct. Même si c’est vrai que se prendre un vent par le voisin peut jeter un froid mais au moins, tu seras fixée car plus tu attends, plus tu vas développer des
sentiments et plus tu risques de déchanter s’il n’y a rien entre vous. Un peu comme un sparadrap. Mais bon, l’histoire a l’air assez compliquée, pourquoi tu serais responsable du non retour de
son ex ?

Voilà, si toi aussi, tu as des questions love and sex à nous soumettre, on t’attend ! Tu peux laisser un comm, envoyer un mail [nina.bartoldi’at’gmail.com] ou venir me parler sur Facebook ou Twitter, c’est open bar !

Rendez-vous sur Hellocoton !