Les antagonistes flamboyants

Je me demande toujours ce qui fait une bonne oeuvre de fiction : le héros ou l’héroïne ou son/sa antagoniste ? Sans doute un mélange des deux mais regardez comme certaines oeuvres ont traversé le temps grâce à leur méchant. Genre Star Wars qui nous évoque Dark Vador bien avant les Han Solo, Luke ou Leïa. Je pourrais vous en citer d’autres mais cet article n’est pas une rétrospective, c’est une réflexion sur les antagonistes.

Dark Vador, quand les antagonistes prennent toute la place

Quel serait le charisme d’un héros sans un grandiose antagoniste, ce méchant qui incarne le mal à la perfection. Batman serait-il Batman sans le Joker, Superman sans Lex Luthor (pas le Lex de Jesse Eisenberg par contre), Luke sans Dark Vador (doublement rien, pour le coup)… Le rival doit être puissant pour qu’on ait peur pour le héros, qu’on puisse croire qu’il y ait un risque de défaite, voire de décès. C’est même souvent une critique qu’on peut faire à certaines oeuvres : si le héros est trop fort vs un ennemi un peu nul, ça n’a aucun intérêt. C’était LA raison pour laquelle j’avais laissé tomber Pilgrim ou la raison aussi pour laquelle j’ai arrêté les Dan Brown, avec son héros qui est en perpétuel danger de mort mais s’en sortira toujours, parfois de façon malhonnête d’ailleurs (dans le Symbole perdu, pourquoi le méchant qui bute tout le monde de façon totalement gratuite ne tue pas le héros quand il en a l’occasion ? Ca m’a propulsée violemment hors du bouquin). Bref, si je trouve qu’un héros trop puissant est agaçant (y a Darwin Minor aussi), un antagoniste trop flamboyant peut être problématique car on va l’exploiter au-delà du raisonnable.

Negan, l'antagoniste ultime de The walking dead

Pour le coup, Negan est un méchant intéressant car derrière sa cruauté se cache une rigidité morale… alors certes assez alternative mais il a un code de conduite et s’y tient.

Je trouve ce cas particulièrement dans les oeuvres filmiques (cinéma et séries). Pour être précise, cet article m’a été inspiré par la saison 1 de American Horror story… et plus précisément le personnage de Jessica Lange. Je reparlerai peut-être de cette série mais en gros, en regardant, j’avais l’impression que les scénaristes n’ont pas su quoi faire du personnage incarné par l’actrice et lui ont écrit bien plus de scènes que nécessaire… rendant son personnage absolument insupportable. Un peu comme Viola Davis dans Murder, je ressens tellement le côté “ohlala, on a chopé une grande actrice, faut en abuser !”. Je reviendrai sur Murder une autre fois parce que c’est pas le sujet aujourd’hui. Et j’ai trouvé que le personnage de Jessica Lange, Constance, était too much. Too much dans le sens “on la voit beaucoup trop par rapport à ce que l’on sait de ses motivations et on s’en fout, du coup”.

Jessica Lange dans American Horror Story

Non parce qu’un bon méchant, c’est pas juste un personnage incarné par un.e interprète charismatique, il faut aussi qu’il ait un peu de profondeur. Personne n’est juste méchant, le Mal doit être motivé. C’est là, d’ailleurs, le grand échec de la trilogie 1.2.3 de Star Wars : l’histoire d’Anakin est pétée. On nous donne des éléments pour nous expliquer la transformation d’Anakin : la colère à la mort de sa mère (ok, ça passe), sa peur panique de perdre la femme qu’il aime (moui… même si je n’ai jamais compris ce qu’Amidala foutait dans cette relation vu que le jeune homme est très problématique et qu’elle le sait) et du coup… il choisit le camp du mal qui est censé protéger sa compagne ? Au.cun sens. Non, vraiment Anakin/Dark Vador fonctionnait mieux en général cruel marchant au pas. Dans American Horror Story, c’est exactement pareil : on sait pourquoi Constance tourne autour de la maison et ses liens avec d’autres personnages mais… on s’en fout. Elle fait quelques liens avec deux ou trois personnages mais après… Mais surtout, elle prend toute la place. Elle devient le personnage principal alors qu’elle n’a pas vraiment de but dans cette histoire, elle est juste une présence un peu bizarre…

Jessica Lange dans American Horror Story

Alors pourquoi pas, hein, faire du méchant de l’histoire le vrai personnage clé de l’histoire. Dans les années 80, l’antagoniste était souvent l’élément central de l’histoire, il donnait même son titre au film : Terminator, Alien, Predator, on a eu Dracula plus tard (alors je parle plus du film que du livre car dans le livre, il n’a pas de réelle motivation contrairement au film… et si vous n’avez pas vu le film, le fossoyeur de films a une petite vidéo intéressante pour vous… même si vous l’avez vu, en fait) et sans doute plein d’autres exemples mais n’oublions pas que ma culture ciné reste limitée. Cependant pour qu’on puisse rentrer dans le récit, il faut que les motivations de l’antagoniste soient claires, qu’on puisse s’intéresser à son sort. Et parfois (souvent), j’ai l’impression qu’on se contente de donner quelques super pouvoirs au méchant et on se dit que ça suffira d’en faire un personnage qui fait réagir… un peu comme le méchant de Avatar, ça en devenait grotesque à la fin tellement il était surpuissant… Ca aurait drôle au 2nd degré mais ça n’en était pas… Alors oui, c’est sûr, on flippe un peu pour les héros vu que l’autre a l’air un peu immortel mais c’est de la triche.

Le méchant archétypal dans Avatar

Hin hin, je suis méchant !

Bref, je crois que le sujet du méchant mériterait une petite série d’articles… ou pas ! Je verrai.  

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vie en mieux d’Anna Gavalda

J’ai une relation compliquée avec Anna Gavalda. J’avais apprécié quelques nouvelles de J’aimerais que quelqu’un m’attende quelque part (et je lui reconnais immédiatement un talent que je n’ai pas : trouver des titres qui donnent envie de lire le livre), j’avais bien aimé Je l’aimais… et j’ai absolument détesté la Consolante que je n’ai même pas fini alors qu’il me restait une dizaine de pages mais je ne pouvais vraiment plus. Bref, quand ma mère m’a remonté La vie en mieux, j’ai un peu plissé le nez mais ma mère (qui a détesté la Consolante autant que moi) me l’assura “non mais tu vas voir, il est pas mal”.

La vie en mieux d'Anna Gavalda

Alors j’ai un peu fouillé sur le web et il s’avère qu’il existe deux versions : une avec deux nouvelles (Mathilde et Yann) et une avec trois nouvelles (Billie, Mathilde et Yann), je n’ai que la première mais ce n’est pas très important. Ce sont deux nouvelles (trois dans la version augmentée) de gens qui font une rencontre, pas forcément amoureuse, presque anodine, et qui suivent un chemin de réflexion les poussant à changer de vie, à tenter l’aventure. Bon, ce que je viens de vous expliquer n’a pas vraiment de sens, en vérité. C’est compliqué à résumer mais on est finalement dans un cheminement proche de La consolante : un événement quelconque déclenche des décisions radicales… et pas toujours logiques.

Tout plaquer et élever des licornes

(si ce mug vous plaît, l’image est liée au site)

Bon, est-ce que j’ai aimé ce court livre. Je doute. Oui et non. Parlons du non comme ça, c’est fait. D’abord, j’ai du mal avec le style de Gavalda. Pour quelques phrases particulièrement bien troussées (cf mon article de lundi dernier où je la cite), d’autres sont trop… ampoulées. Surtout dans la partie Yann où un personnage tonitruant donne à cette partie un style un peu trop pompeux à mon goût.  Surtout que Gavalda abuse des accumulations… ce que je fais moi-même, sans doute trop souvent. Mais là, j’ai la sensation que l’effet de style est fait pour faire preuve d’un vocabulaire riche, parfois un peu suranné et… ben bof, j’adhère pas. Mais surtout, le “non”, c’est que je trouve les personnages irrationnels. Alors oui, l’humain est irrationnel par définition, je ne dis pas. Cf le dernier petit aparté du Fossoyeur sur Batman vs Superman avec le rebondissement idiot du “Martha” qui propose une analyse assez intéressante. Mais quand même… Mathilde, par exemple, c’est la meuf que je ne comprends juste pas et le final me paraît à la limite de la malhonnêteté.

Mais y a du oui. En fait, ce livre est peut-être tombé à pic dans ma vie, je sais pas. Gavalda a donc souvent ce thème de personnes peu satisfaites de leur quotidien jusqu’au micro événement qui leur fait tout balayer. Et c’est un thème qui me parle. J’avais bien aimé “Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une” même si y avait un côté un peu trop rose bonbon et je vous en parlerai le jour où j’aurai enfin lancé mon blog bien-être que je promets depuis près de 6 mois. Quelque part, je les envie ces gens qui peuvent tout plaquer sur un coup de tête, tenter l’aventure, qui ont bonheur et félicité au bout du chemin. Même si l’arc de Mathilde est assez pété et que je trouve cette jeune fille assez peu aimable. Mais je trouve agréable de lire un livre où des personnages disent merde à cette vie moyenne qui est la leur, ce quotidien sans surprise et sans attentes… Et ils le font sans forcément faire quelque chose d’absolument dingue, ça se résume finalement à fourrer un sac avec quelques affaires et prendre un train. Et ça fait un peu du bien. Ca se lit vite (moins d’une semaine pour moi sachant que je lis en moyenne 20 mn par jour), ça passe le temps.

Sac à dos idéal pour tout plaquer

Et ça me réconcilie avec l’idée d’écrire des petites historiettes. Quand je me lance dans l’écriture d’un récit, je me demande toujours “à quoi bon ?”. Si j’écris toujours les mêmes dystopies (Augura et Technopolis sont peu ou prou la même ville, variation sur une même histoire, finalement… et j’ai en germe une autre histoire avec une ville futuriste, aussi, mais pour le reste, on va violemment varier), c’est sans doute que j’ai une certaine obsession pour le fascisme et les moyens de lutte (en très gros). J’essaie de hurler à travers mes lignes les dangers qui se dressent devant nous… même si mes romans ne sont lus par personne, in fine… Mais mon blog déjà un peu plus. Mais finalement, ne peut-on pas juste écrire pour raconter une histoire ? Voire une historiette ? Un récit qui ne sert qu’à divertir et que le lecteur déguste sur sa serviette de plage, telle une glace straciatella, par exemple ?

Glace Straciatella

En voilà de la matière à réflexion. Et rien que pour ça, je suis obligée de mettre 4 étoiles (sur 5) à ce petit livre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fichage politique… ou segment d’analyse

Donc affaire Benalla, une ONG décide de lancer une analyse d’écoute sociale sur les messages sur Twitter. Pourquoi, nous verrons ça demain. Aujourd’hui, je vais vous parler des segments d’analyse ou pourquoi certains se sont retrouvés classés.

Couleurs politiques

DisinfoLab a donc listé 55 000 comptes Twitter ayant évoqué l’affaire Benalla. Autant vous le dire : c’est un corpus beaucoup trop grand pour en tirer une analyse pertinente. L’ONG a donc pris le parti de ne conserver que les 3 900 plus actifs. Pourquoi 3 900 ? Là, je ne sais pas : est-ce le volume de tweets qui est pris en compte ? Peut-être. C’est pas tellement le sujet que je souhaite aborder. Ce listing a été diffusé comme les autres. Enfin, deux listings apparemment, je n’ai pas réussi à mettre la main sur le second, je ne l’ai pas cherché non plus.

Listings

Sur celui que j’ai, chaque compte est associé à la diffusion ou non d’intox qui ont été diffusées ces derniers mois. Le but : établir certainement un score de fiabilité. En somme, est-ce que le compte qui a beaucoup parlé de l’affaire Benalla est coutumier des intox ou non. Une information qui pourrait être en soi intéressante sauf que… ça se discute en fait. Par exemple, la seule intox que j’ai vue passer dans ma timeline est celle sur “Benalla était le voisin du petit garçon sauvé par Mamadou Gassama”. La personne qui l’a retweetée l’a fait car elle a cru, comme moi, qu’il s’agissait d’une vanne. Parce que j’ai vu ça, ça m’a paru trop gros, j’étais en mode “ohlala, ils vont loin dans la vanne, hihihi”. Sauf qu’en checkant le compte retweeté, je me suis rendue compte que j’avais affaire à un gros identitaire de merde qui pensait réellement que le mec dont on a une image plus que pixelisée était REELLEMENT Alexandre Benalla. Du coup, si ma pote avait été dans les  3900, elle aurait été comptée dans les diffuseurs de fake news… Bon, ok, quand on fait une analyse macro, il y a une marge d’erreur, comme tout travail statistique où l’on apporte toujours un correctif. Par exemple, sur les sondages politiques, notamment sur les intentions de vote, on gonfle toujours un peu le vote extrême car il n’est pas toujours assumé.

Camemberts

Mais le fichier qui fait polémique, c’est celui où ces comptes sont classés par opinions politiques. Alors je suis un peu dérangée par ces segments car je ne les comprends pas et on commence déjà à caresser du doigt la malhonnêteté de l’étude. Sont identifiés quatre segments : les sympathisants LR, les sympathisants Front National/Rassemblement National, les sympathisants France Insoumise et les médias. Alors ok, très bien, question : quid des macronistes, des centristes, des socialistes, hamonistes… Non parce que les macronistes, je les ai BEAUCOUP vus sur cette affaire… Et notamment en diffusant les vidéos de surveillance plus que suspectes où, je suis désolée, mais on ne voit pas le jeune homme tabassé (mais vu que tout le monde s’est énervé, à juste titre, sur la provenance de la vidéo, personne n’a souligné qu’on avait manifestement pas le bon jeune homme sur ces images parfaitement dégueulasses en terme de qualité…). Non parce que l’étude n’était pas censée se questionner sur les prises de parole des opposants, à la base, ça n’a pas été présenté comme ça tout du moins… Ah, les macronistes sont classés avec les médias. Ah ouais, direct, on considère que eux ne disent que la vérité donc… Très bien. Donc vous notez : apparemment, l’opposition, c’est la droite, la FI et le RN… Si tu es socialiste, tu ne comptes pas, déso.

Classement politique DisinfoLab

Donc chaque intervenant est classé dans un de ces trois segments (les médias sont exclus… alors qu’ils sont quand même des acteurs très actifs dans cette affaire mais passons)… et c’est là que ça hurle au fichage politique. Alors en fait, oui mais non. Quand on veut réaliser une analyse macro, il faut créer des segments. Il est difficile de sortir des statistiques sur des émetteurs de messages sans catégoriser ceux-ci. Comme on parle d’affaire politique, c’est ce critère là qui a été retenu… et ça ne va pas plus loin. On peut se questionner sur la façon dont a été fait ce classement (par rapport à la bio Twitter, je pense. Par exemple, si j’étais dans les 3 900, je serais classée dans la catégorie “FI” vu qu’il est écrit “gauchiste” dans ma bio Twitter). Donc non, ce fichier n’était pas politique, juste statistique. Par contre, sa diffusion est problématique et c’est sur ce point que DisinfoLab peut être attaqué puisqu’on n’est pas censé diffuser un listing classant les personnes par parti. Oups…

Oups

Mais ne vous inquiétez pas, y a de quoi s’indigner sur cette affaire… On voit ça demain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi tu votes si tu t’en fous de la politique ?

Bien le bonjour mes amis, voici une question qui me taraude depuis quelques temps. Avant de poursuivre mon raisonnement, petit point : j’espère que cet article ne suintera pas condescendance et mépris (de classe ?) car tel n’est pas mon but et si j’échoue, n’hésitez pas à me taper les doigts en commentaire ou sur les réseaux sociaux, là où on se croise en général. Mais vraiment, alors que la présidentielle arrive en avant-dernière ligne droite, je veux savoir “ pourquoi tu votes si tu t’en fous de la politique ?”

Pourquoi tu votes

Evidemment, on nous a toujours appris que voter, c’est important, droit acquis dans le sang et les larmes, droit d’autant plus important quand on est une femme. J’ai moi-même longtemps conspué les abstentionnistes du premier tour en mode “ohé, zut, c’est important, vote blanc au pire”. Depuis, j’ai raté un deuxième tour des législatives pour cause de Sicile et voté blanc à presque tous les second tours. Cette année, je voterai au premier tout en fonction de mes convictions… et soit par procuration soit pas du tout au second vu que je serai à Barcelone pour faire du yoga. Bref, mon discours sur la nécessité du vote a évolué, non à cause de mes vacances mais parce que je comprends aujourd’hui que face à la bêtise crasse et à la malhonnêteté de ceux qui nous gouvernent, on finisse par laisser tomber. Moi-même, je me demande pourquoi j’insiste… et non, je ne parlerai pas de vote utile ou de front républicain… j’en parlerai un autre jour. Peut-être (oui parce que mine de rien, l’élection, c’est déjà demain, gasp)

Affiches électorales 2007

Je suis donc la campagne de loin, un peu blasée, beaucoup énervée. D’abord par les discours de peur des uns et des autres, technique grossière pour faire croire aux gens que le mal qu’on leur fait, c’est pour leur bien (mais manifestement, ça marche), du rejet de ceux qui ne sont pas comme nous. Saoulée parce que j’ai l’impression qu’ils nous promettent tous les quatre cavaliers de l’apocalypse si on ne se serre pas encore la ceinture un cran de plus… sauf certes Mélenchon et Hamon. Mais surtout, je suis saoulée de voir qu’en France, on n’était pas tellement choqué par les malversations et autres petits combines des uns et des autres (mais bon, surtout de certains) parce que, hé, “tout le monde le fait”. Alors je ne jurerai pas de la totale honnêteté de ceux qui n’ont pas de nuages au dessus de leur tête car je ne sais pas, en mon âme et conscience, s’ils sont totalement honnêtes ou s’ils ont juste réussi à ne pas se faire prendre mais il semblerait que certains aient encore un minimum de conscience. Nous avons donc sur nos onze candidats à la présidentielle deux mis en examen, un avec une enquête préliminaire pour favoritisme (ok, pas lui directement mais le boulet se rapproche) et ces trois là sont en tête de tous les sondages… Alors ok, les sondages ont la valeur qu’on leur donne et je suis à peu près persuadée que Macron, dans six mois, tout le monde aura oublié son existence mais il n’empêche que ça m’interroge… Comment peut-on voter en toute sincérité pour une personne qui vole, triche, ment ? Surtout quand ces gens là nous parlent de faire des efforts parce que tu comprends, la France va mal. Je vais pas trop insister sur ce point, je vais finir par être vulgaire.

La France va mal

Taper « la France va mal » dans google images est une expérience très désagréable…

Et puis il y a les programmes sur lesquels des gens plus experts que moi se penchent, qu’ils t’expliquent que ça et ça, ce n’est pas réalisable, possible, que c’est juste du blabla politicard pour te faire voter pour eux et que, t’inquiète, ça n’arrivera jamais. Et non, je ne parle pas ici du revenu universel, Piketty t’expliquera mieux que moi)(faut vraiment que je lise son bouquin d’ailleurs). Et pourtant, on votera quand même pour elle, pour lui, parce que c’est notre famille politique, tu comprends. Non, je comprends moyen en fait. Alors c’est sûr, à gauche, nous, on a deux candidats (non, pas Macron, non) donc si l’un se révèle pourri jusqu’à la moelle, on peut éventuellement se rabattre sur l’autre. Je parle bien sûr ici de voter en fonction d’une couleur politique et pas d’un programme. Mais si mon champion était impliqué dans what milliards d’affaires judiciaires, non désolée, j’irai au pire voter blanc mais je ne lui donnerai pas ma voix. Parce que voter pour lui parce que “tu comprends, je ne veux pas la droite/la gauche au pouvoir”, non sérieux, faut arrêter. Voter pour une personne qui n’est pas rigoureusement honnête, c’est donner l’autorisation de continuer à s’en foutre toujours plein les poches pendant que nous, on repasse à la caisse pour combler les trous. Je n’ai aucun souci à payer des impôts, juste que j’aimerais que cet argent soit remis à ceux qui en ont vraiment besoin.

La corruption en politique

Alors pourquoi tu votes, toi qui t’en fous des malversations mais qui choisit une couleur politique pour des raisons X ou Y ? Pourquoi tu votes, toi qui t’en fous de t’informer ? Pourquoi je vote, moi qui n’y crois plus ? Je me dis souvent que notre système politique est malade et qu’il faudrait le réformer. Qu’il faudrait trouver un système pour qu’il n’y ait plus de carrière politique, qu’on ne soit plus gouvernés par des mecs qui ne connaissent du monde du travail que ce qu’ils en voient dans les rapports qui échouent sur leurs bureaux. Mais là, c’est trop tard, de toute façon… Et il y a de fortes chances que je vous ressorte le même refrain dans cinq ans. Youpi…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Liberté, je chéris ton ombre ?

Je voulais écrire cet article il y a 3 semaines, suite à une aventure qui m’est arrivée à Riches Lieux…

Et puis Marc Zuckerberg, le geek a l’origine de Facebook,  est venu en rajouter une couche. Un couche qui est tombée à point !

Vous êtes surement au courant de la dernière entourloupe de Facebook.

Mais oui la p’tite  entourloupe, foirée de chez foirée, car des esprits affutés ont déjoué la magouille…

Marco Z. avait tout bêtement changé les conditions d’utilisation… sans nous prévenir.

Paye ton contrat synallagmatique, Marco (ça c’est pour faire style j’ai fait 5 ans de Droit, ouhai, on y croit à mort)

So What ?

So Facebook a voulu nous mettre profond et l’a eu méchamment dans le cul.

(désolé d’être vulgaire mais face à cette malhonnêteté sournoise la vulgarité est une libération bienfaisante…)

Vous accordez à Facebook le droit irrévocable, perpétuel, non-exclusif, transférable et mondial (avec l’autorisation d’accorder une sous-licence) d’utiliser, copier, publier, diffuser, stocker, exécuter, transmettre, scanner, modifier, éditer, traduire, adapter, redistribuer n’importe quel contenu déposé sur le site »

L’idée était donc simple.

Tout ce qui a été, est ou sera publié sur FaceBook est la propriété de Facebook.

De la photo de Tata Simone à mon article sur les dauphins tristes en passant par mon CV et la publication de ma version a capella de Walk of Life que je voulais soumettre à Capitol Records et… Ah zut alors j’peux plus, je ne suis plus proprio de mes créations…

Bim.

Marco a donc cru que c’était la fiesta.

Et puis 15 jours plus tard, vazy que je t’enlève le passage incriminé pour revenir à la version antérieure.
Avec un grand sourire et des explications sans queue ni tête sur son blog style :  » hu,hu,hu, en fait c’était une blagounette ».

T’es trop fun, Marco. J’te surkiffe.

Et pourquoi je vous saoule avec ce sujet ? Un sujet désormais passé…

Parce que je me dis que 999 fois sur 1000 quand j’achète un truc via internet, je ne prends pas le temps de lire les CGU en me disant que, dans nos beaux pays civilisés, les boites pensent un peu à leur avenir et n’essayent pas de nous entourlouper. Surtout que depuis qq temps en Europe les législations nationales font rentrer le principe de class action à l’américaine et que les entreprises ont interêt à se prémunir.
J’ai fait 5 ans de droit et en TD de Droit commercial, on a vu des arrêts de fou qui me font penser que les boites ont aujourdhui un bouclier juridique blindé…
Un bouclier, certes, mais pas un glaive !
Ce week end, je suis allé à Hyères les Palmiers (pffff, c’est comme si on disait Boulogne les Platanes…) et je n’ai pas lu les CGU de la SNCF auxquelles j’ai pourtant adhérées en cliquant sur le ptit carré. Si ça se trouve yavait marqué en tout petit qu’un contrôleur peut exiger d’une voyageuse un strip tease et…

Vous les lisez toujours les CGU, vous ?

Et au-delà, vous avez des réflexes de protection qd vous publiez  qq chose sur le web ?

Si on prends l’exemple des Vingtenaires, on a tous des pseudos pour cacher nos identités.
A dire le vrai, je suis sur que Nina l’a imposé plus dans une logique préventive (liberté de parole mais pas trop…) et surtout une logique sécuritaire. On ne sait jamais ; si un DRH, par essence pusillanime, passe sur ces pages, plus ou moins par hasard… Il pourrait juger déplacés les propos qui s’y tiennent (parce qu’il n’y a pas plus faux cul qu’un DRH) et estimer que cette sphère privée manifestement odieuse montre bien que la personne incriminée est aussi nulle dans le boulot… Oui, ça aime bien les raccourcis les DRH.

Au-delà de cette logique préventive, je pense à cet article publié dans le Tigre sur un certain Marc L.
Le rédacteur a réussi a retracer toute la vie de Marc avec seulement les traces qu’il a laissé sur le Web…
En fait, j’en viens même à me demander pourquoi l’Etat français veut mettre en place le fichier EDWIGE : le web est ton ami, Nicolas (oui, dans l’esprit, rien que pour moi, Nicolas sera mon ministre de l’interieur forever…)

Allez, je vous laisse sur le fameux fait d’hiver, celui qui avait été à l’origine de mon envie d’écrire une bafouille sur le sujet.
Anecdote rigolote mais, en fait, heu… pas tellement.

Il y a 3 semaine un vendredi soir, une mère de famille (marmaille hurlant en fonds sonore) m’appelle et me dit qu’elle a trouvé mon portefeuille…

Portefeuille dans lequel il n’y avait pas un seul numéro de telephone (parents, perso, portable, boulot, etc)

Pas une adresse valide vu que j’ai déménagé il y a 3 mois et que mes papiers étaient en train d’être refaits.

Mais la nana a tout bêtement tapé Lucas d’Amore sur Yahoo.

Pas Google, non non non, Yahoo.

Et elle est tombée sur mon CV que yahoo référence en première réponse, première page (38ème réponse et 4èmepage sur Google…) quand on tape mon patronyme…
Je vous laisse tirer les conclusions que vous voulez…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le vice des fausses annonces

L’autre jour, je survolais le forum Categorynet. Même en activité, je suis quand même un peu ce qu’il se passe sur le site et parfois, quand je lis la galère des pigistes, j’ai envie d’aller voir mon boss et de le remercier en pleurant. Mais je ne le fais pas, j’ai ma dignité (et j’attends mon augmentation). Parmi les discussions, une évoque le principe des annonces bidons. Heu, quoi qu’est-ce ?


Souvenons nous de cette histoire d’annonce parfaite dont je vous ai parlé la semaine dernière, celle qui correspondait tellement à mon profil que j’en avais pleuré de joie rien qu’en la lisant. L’annonce est parue le lundi, je postule le mardi, j’appelle le jeudi « non, non, le poste est déjà pourvu ». Peuvent-ils réellement me faire croire qu’en trois jours, ils ont eu le temps de recevoir les CV, les lire, recevoir les candidats et prendre leur décision ? Sérieusement ? J’ai parfois un côté naïf mais là, c’est vraiment un peu trop gros pour moi.


Je parle de ce cas là mais les exemples sont nombreux. En général, dans ma branche, les annonces ANPE sont à oublier, elles sont majoritairement bidons. Mais alors pourquoi une entreprise paierait pour publier une annonce s’il n’y a pas de poste à pourvoir en vrai, ils sont fous ? Ils veulent financer discrètement un service public par pur altruisme ? Naaaaaaaan bien sûr. L’idée n’est pas là du tout.



Il y a en fait deux explications à ce comportement, choisissez votre camp. En un, nous avons le cas de la boîte où une place se libère et où ils sont obligés de faire une proposition d’emploi, même s’ils ont déjà quelqu’un pour ce poste. Oui, je sais, c’est étrange mais c’est comme ça.

Deuxième explication qui correspond plus à ma branche : donner une impression de bonne santé de l’entreprise. Imaginons que vous êtes une société et une agence ou un journal vous propose ses services, un partenariat ou que sais-je encore. Si vous avez les bons réflexes, vous allez fureter sur le net histoire d’avoir de plus amples informations sur cette société. Oh mais tiens, elle embauche, elle est donc en pleine activité et a suffisamment de budget pour embaucher, tout va bien.


Et voilà de pauvres candidats qui, ignorant ces pratiques (je ne les ai découvertes que sur le tard, ce qui m’a appris à ne pas mettre trop d’espoirs dans une candidature), envoient CV et lettres de motivation rédigées avec soin et attendent une réponse qui sera négative. Si tant est qu’on en reçoive. Pour la fameuse annonce parfaite, non seulement je n’ai jamais eu de réponse formelle mais surtout, quand j’ai réécrit pour demander à avoir des explications quant au refus « pour améliorer ma candidature », je n’ai jamais eu de retour.

Et ça, ça me révolte. On est à la limite de la malhonnêteté et de la méchanceté. Qui a déjà cherché du travail sait que chaque candidature qui n’aboutit pas est désagréable et décourageante, on finit par croire qu’on ne trouvera jamais de job. C’est un peu comme quand un homme en couple drague une fille sans jamais avoir l’intention de tromper ou quitter sa légitime, juste pour se rassurer sur son pouvoir de séduction. A l’arrivée, l’objet de sa séduction se prend un beau vent dans la figure, se sent moche et laide et se dit qu’elle finira seule, aigrie et mangée par son chat. Ceci étant, que faire ? Il n’existe aucune loi contre ça je crois et même dans le cas de la première explication, elle encourage cette pratique. Nous en attendant, on attend désespérément notre réponse. Alors qu’en fait, personne ne regardera notre CV vu que personne n’embauche. Mais on finit par apprendre à les débusquer. Quand une entreprise
passe régulièrement la même annonce (genre tous les 3 mois) et n’embauche quasi jamais personne, c’est qu’il y a anguille sous roche. Cf des boîtes comme Ubiqus ou Petit Futé. Ceci étant dit, quand on lit les témoignages de leurs anciens employés, on est plutôt ravi quand on passe entre les mailles du filet.

En attendant, si une telle mésaventure vous arrive, n’hésitez pas à en parler sur les forums spécialisés. Ça évitera à d’autres de subir les mêmes désillusions…et vous trouverez sans doute d’autres victimes. Ça ne fait pas trouver du boulot mais ça rassure toujours de savoir que le problème ne vient pas de notre candidature mais de l’entreprise qui a passé l’annonce.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Toutes les mêmes !

Par Enzo

Dis-moi ce que tu lis, je te dirais qui tu es. Peut-on faire une liaison sociologique entre les magazines féminins et les femmes ? Le site Aufeminin.com (90% de lectrices, n°1 des magazines féminins en ligne) consacre une catégorie à l’infidélité. L’adultère semble donc une activité banale/recherchée chez les femmes puisqu’on peut découvrir sur ce site un guide pratique qui répertorie les bons conseils (enfin « règles d’or ») pour tromper son conjoint !

L’accent est mis sur le coté pratique, on croirait le manuel de crime parfait :- Effacez les preuves de l’infidélité, le site fourni même une liste : « relevés bancaires, SMS et emails coquins, parfum masculin qui flotte sur vos vêtements… ».

– Se protéger :
– les préservatifs semblent évident mais le site conseille de faire un test HIV, donc il semble que l’adultère soit une situation bien organisée faite pour durer!
– ne pas donner d’adresse personnelle, travail, pas de numéros de fixe, se mettre sur liste rouge, … car il faut envisager l’amant comme un « traitre potentiel ».
– « evitez de mieux connaitre votre amant, de faire des activités sympas avec lui » Le ton est donné, l’amant n’est qu’un objet, un humain pas assez intéressant pour qu’on ait envie de mieux le connaitre, encore pire passer du temps à faire des activités sympas avec lui ! (le sexe c’est pas une activité sympa ?)

Le dossier fait même une incursion vers la philosophie en préconisant ce paradoxe : être honnête tout en étant malhonnête. Être honnête (avec son amant car il est conseillé de lui dire clairement que c’est un morceau de viande) tout en étant malhonnête (avec son conjoint car il est conseillé ne jamais lui avouer).

C’est quand même bien fait les magazines féminins. Je ne peux qu’être convaincu lorsque l’on fait vibrer ma corde féministe : à la question « Pourquoi prendre un amant ? », une des réponses est « Pour
respecter la parité ». C’est donc une question de respect, presque un devoir mesdames !

Pour résumer, mensonge, paranoïa, insensibilité, … Bienvenue dans le meilleur des mondes !

Mais je suis vraiment de mauvaise foi, il y a aussi un aspect moral très mis en valeur avec des phrases comme « votre lit conjugal, c’est sacré ». Ah non au temps pour moi, c’est juste pour l’équilibre mental de l’infidèle. Et puis l’article disait au début « notre but n’est pas de faire l’apologie de l’adultère ». Ouf, qu’est ce que ça aurait été si ça avait été le cas.

Pour finir un petit chiffre : 44% ont été infidèles. Une chance sur deux. A vous de réfléchir messieurs. Vous choisissez pile ou face ?

Par Enzo, fondateur du collectif « Ni machos ni soumis » et membre du « MLH »

Rendez-vous sur Hellocoton !