Ca suffit le foutage de gueule, là ?

Non mais juste deux minutes, ça devient insultant là. Donc je suppose que vous avez tous bien suivi l’affaire Benalla, je ne vous ferai pas l’affront de vous faire un résumé… essentiellement parce que j’écris cet article le mercredi 25 juillet et que quand cet article sera publié, allez savoir ce qu’on aura eu comme révélation. Mais si y a un truc qui me fait péter les plombs, presque autant que le fond de l’affaire : le foutage de gueule TO.TAL.

Emmanuel Macron et Alexandre Benalla

Je sais que nous n’avons pas tous le même degré d’intérêt envers la chose politique ni le même niveau d’indignation, je peux l’admettre. Cependant, faudrait voir à ne pas confondre “avoir un intérêt limité voire nul pour la politique et voter pour ce qui paraît être le moindre mal” et “être totalement con”. Parce que là, y a un souci de mépris mais genre puissance 10 000. Alors il est vrai que certains s’en foutent, j’ai été légèrement agacée quand une pote n’a pas su de quoi je parlais de cette histoire avant de m’assassiner d’un “ah ben on vit bien mieux sans infos, hein !”. Oui, après tout, la démocratie, c’est juste mettre un papier dans une urne quand on nous le demande et après, laissons-les faire. Si on ne sait pas qu’ils font de la merde, on ne s’indigne pas d’avoir été floué, astuce ! Bref.

Emmanuel Macron clin d'oeil

Chaque jour… je devrais même dire chaque heure, on se prend révélation sur révélation à un rythme si effréné que je m’attends à tout moment à voir le château de cartes s’effondrer… bon, en vrai, je l’espère de tout mon coeur. Je dis depuis son élection que Macron est bien plus dangereux qu’un Fillon voire une Le Pen et les faits me donnent hélas raison. Hélas oui parce que je vous jure que des fois, j’aimerais avoir tort, surtout quand je joue les Cassandre comme ça. Non parce que là, on a arrêté les frais maintenant mais le mec était armé, allez savoir jusqu’où ça aurait pu aller. D’ailleurs, c’est quand qu’on en parle de Crase et son holster lors de la fameuse manif, mmm ? 

Vincent Crase armé

Mais le pire ne sont pas tant les faits, certes très dérangeants (j’ai envie de pleurer à chaque fois que je vois la fille voir son mec se faire tabasser et ne pas pouvoir réagir, tellement dégueulasse…) et il serait temps que quelques têtes tombent et pas juste celles de fusibles lointains. Ce qui me révulse le plus, c’est à quel point on se fout de notre gueule. Comment ce connard de président qui vous a bien arnaqué avec son petit air de gendre idéal vous crache tout son mépris à la figure, toute son arrogance, toute sa certitude qu’il n’y aura rien parce que vous avalerez avec le sourire toutes les couleuvres qu’il vous présentera. Comment pouvez-vous juste accepter ça ? Ce mec s’arroge des pouvoirs incroyables, étouffe petit à petit “ceux qui ne sont rien” et il ne se passe rien. Ca vous dérange pas trop de vous faire prendre pour des cons ?

Macron en plein mépris, le foutage de gueule

Non mais sérieux, regardez le mépris qui déforme son visage. Je crois que je l’ai jamais autant haï qu’à ce moment-là

A chaque fois, j’espère. Je me dis que là, ça va trop loin. Je me dis que cette fois-ci, c’est l’intelligence des citoyens qui est insultée, méprisée, et que ça va pas se passer comme ça. Evidemment, y a l’été et j’ai peur que ça fasse pshiiiit même si notre espoir réside aujourd’hui dans le Sénat qui va pas oublier cette histoire de si tôt. Non mais ça aussi, aujourd’hui, on en est à applaudir des Républicains, les sénateurs, on veut tous ériger une statue à Jacques Toubon… Quelle vie. Mais je ne peux pas croire que les gens vont laisser filer un tel mépris. Vous avez donné mandat à cet homme pour diriger la France, il vous crache à la gueule que la loi ne le concerne plus et qu’il fait ce qu’il veut. Et vous allez accepter ça ? Pour rappel, c’est vous qui décidez. Et la démocratie ne s’exerce pas qu’une fois tous les cinq ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chers endormis, réveillez-vous…

Je vous ai parlé semaine dernière d’une pièce de théâtre que j’ai vue et qui pose des questions. A un moment, une femme d’un certain âge dit “j’ai toujours voulu vivre dans une époque où tous les signaux passent au rouge mais je me demande… est-ce que l’on s’en rend compte ?”. Françaises, Français, je crois qu’on vire au rouge incandescent… Réveillez-vous !

La France en rouge

Je me pose toujours, comme la dame, la question des signaux rouges… Moi, je parle plus de la chute des dominos. Quel fut le premier domino qui entraîna les autres jusqu’au désastre. Parce que bon, c’est facile de réécrire l’histoire, de se dire que tout était si évident et que personne n’a cherché à arrêter le cheval fou furieux des événements. Ou quelque chose comme ça. Sauf que non. D’abord, l’Histoire n’est pas une route linéaire où il suffit de lever la tête pour voir l’horizon. Ensuite, l’Histoire, telle qu’elle nous ait enseignée, tout du moins, ne se concentre que sur les faits et pas sur les individus. Croire que tout le monde laisse faire, que l’Histoire ne s’écrit qu’entre Grands de ce monde, c’est un mensonge… Les citoyens bougent, les citoyens disent non, les citoyens se révoltent.

La prise de la bastille en tableau - révolution française

Sauf qu’on nous apprend toujours que ça ne sert à rien. L’Histoire française regorge d’exemples où la colère du peuple a totalement changé la donne, allant jusqu’à faire tomber une monarchie pluriséculaire mais non, on vous dit que manifester, ça ne sert à rien, les grèves, ça ne sert à rien. Se battre ne sert à rien. Alors, c’est ça, votre démocratie ? Glisser un bulletin dans une urne de temps en temps et fermer sa gueule parce que : tu as voté pour le gagnant donc assume, tu as voté pour le perdant donc tu es aigri.e et pas objectif/ve, tu n’as pas voté, tu fermes ta gueule. Des discours répétés en long, large et travers pour nous inviter à attendre sagement que le berger nous mène… dans une jolie prairie ou au fond d’un ravin, la surprise sera totale.

Moutons, réveillez-vous !

Est-ce que tout ce qu’il se passe vous convient vraiment ? Pas de malaise face aux répressions sanglantes d’une quelconque opposition ? Ni devant le projet de loi Asile et Immigration ? Le silence face à ce qu’il se passe au Yémen ? L’islamophobie décomplexée ? Tant mieux pour vous, moi, j’en ai la nausée. Et je ne vais même pas parler de la suppression de l’ISF, la loi travail 1 et 2, la hausse de la CSG… Et je pense en avoir oublié plus de la moitié. L’image de la France dégringole jour après jour : les eurodéputés se sont payés la tête de notre Président, empêtré dans sa langue de bois, on se fait allumer par toutes les ONG… Mais non, il faut se taire, il faut subir parce que “c’est lui qu’a gagné les élections, faut l’accepter.” Mmmm, alors déjà, on va se souvenir deux secondes dans quel contexte ce monsieur a pris les rênes du pays mais surtout… on va subir ça encore longtemps ? Macron, c’est juste Sarkozy avec un peu de chantilly sur la tête pour le rendre plus appétissant. Pire, Sarkozy n’aurait jamais osé aller aussi loin, aussi vite. Mais parce que Macron a une plus jolie tête et se prétend “ni de droite, ni de gauche”, il endort bien comme il faut. Ca n’existe pas, ça, ni de droite ni de gauche. Vous l’avez avalé parce que vous ne connaissez rien en politique et que ça vous rassurait un moite-moite. Pourtant, suffit de se pencher deux secondes sur sa politique pour voir de quel côté il balance.

Macron président de droite

Il faut arrêter de croire que la messe est dite. C’est trop facile de se réfugier derrière un “non mais le peuple a dit, à dans cinq ans…” . Il y a des dizaines et des dizaines façon de lutter. Déjà en arrêtant de pourrir ceux qui se battent pour nos acquis. Nos acquis, oui, parce que ne croyez pas que le rouleau compresseur s’arrêtera aux retraités et aux cheminots, hein. Chaque barrière qui cède rapproche le couperet de vous, n’en doutez pas. Vous pouvez écrire, parler, manifester… les voies sont nombreuses. Mais l’Histoire ne se joue pas que dans les urnes, surtout en France…

Histoire de la France

Réveillons-nous et arrêtons de les laisser faire de la France un pays dont on a honte.

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’écris des lettres

Mercredi, je suis allée au théâtre (oui, je me la pète intello un peu alors qu’en vrai, je n’y vais quasi jamais, à mon grand regret d’ailleurs. Intello en mousse, quoi. Ca ferait un bon titre de blog, ça tiens…). Au début de la pièce, un homme slam une lettre de Saint Paul puis explique à un personnage féminin entré sur scène “Oui, Saint Paul, il écrivait des lettres à tout le monde”. Hé mais si je faisais pareil !

Ecrire des lettres

Je ne suis certes pas une sainte, peut-être une illuminée, à vous de voir. Je ne prétends pas que mes futures modestes lettres auront un parfum d’évangile, de vérité absolue, qu’on lira mes quelques mots à chaque mariage tel un incontournable, comme si Saint Paul avait été le seul à capter ce que pouvait être le mariage… ou alors les gens ont la flemme de se taper les testaments pour trouver un texte chouette… D’un autre côté, ils parlent rarement d’amour, ces livres là, c’est assez étrange quand on y pense.

Bref, je vais écrire des lettres modestement. Alors que je survolais l’océan Atlantique, quittant Cuba pour revenir vers notre chère France, je lisais un nouveau magazine “In the moment”, qui est l’équivalent d’un Flow, d’un Respire, d’un Calme et tutti quanti (je n’ai pas compris la différence entre ces magazines, je dois avouer), et il y avait justement un article sur le fait d’écrire des lettres. Mais plutôt des lettres qu’on envoie pas, ça mériterait un article à part entière car il m’est arrivé d’en écrire. Bref, moi, mes lettres, je vais pas les poster, je vais les publier ici.

Ecrire des lettres

Et à qui vais-je m’adresser ? Aux gens. Par exemple, je vais en écrire une aux gens qui ont voté Macron pour leur expliquer que la démocratie, c’est pas une fois tous les 5 ans et qu’on a le droit de dire à l’homme pour qui on a voté, par conviction ou par peur de la candidate en face, que non, on ne lui a pas donné mandat pour faire de la France une réplique de l’Angleterre de Thatcher (faudra quand même un jour m’expliquer comment on peut prendre ça pour modèle quand on voit le résultat mais bon…). J’en écrirai une sans doute aux femmes, aux hommes (ça va faire grimper le “not all men” geignard, ça encore) et puis ça dépendra de l’actualité. Une sorte d’édito, finalement.

S'asseoir sur un banc et observer les gens

Alors évidemment, ce seront souvent des appels à se réveiller,à enfin se bouger, mais aussi peut-être des explications, j’en sais trop rien encore. Certains y trouveront sans doute un ton maternaliste, ça va agacer certains qui viendront, drapés d’indignation, m’expliquer que j’ai tort. Tiens, je vais y glisser quelques lettres à mon moi du passé, j’ai dit quelques conneries autrefois, il serait temps que je me fasse la leçon…

Donner des leçons

Bref, cher vous, cher nous, cher toi, cher moi, je saisis ma plus belle plume virtuelle pour vous rédiger des lettres…

Rendez-vous sur Hellocoton !