Les derniers jours de Pompéi de Edward Bulwer-Lytton

Il y a des livres qui donnent envie de voyager comme les polars suédois de Viveca Sten ou Camilla Lackberg qui me donnent envie d’aller manger des Krispolls dans les fjords suédois ou Tolstoï qui me donne envie d’errer à St Petersbourg dans une belle robe et manteau pas en fourrure pour se la jouer Natacha Rostov ou même encore Victoria Hislop et son ‘Une dernière danse” qui m’a donné envie de filer à Grenade voir ce qu’il s’y passe. Je vous parlerai de Victoria Hislop à l’occasion, je dois lire un troisième roman pour me faire un avis définitif. Mais il y a aussi des romans que tu lis parce que tu es allé sur place et que ça te plaît bien de lire une histoire dont tu connais le décor.

les-derniers-jours-de-pompei

Ecrit en 1834 (oui), ce roman n’a pas pris une ride. On a écrit beaucoup de choses sur Pompéi, il y avait eu un reportage-fiction pas mal du tout sur France télé il y a quelques années ou encore ce film hollywoodien étronique avec Jon Snow (non pas Kit Harrington, Jon Snow). Et on a ce roman qui réussit là où le film a échoué : nous intéresser aux personnages et à l’intrigue.

derniers-jours-de-pompei-1960-02-g

Il n’est pas facile d’écrire une histoire dont tout le monde connaît la fin. Oui, on sait que Pompéi finit enseveli sous la lave du Vésuve donc, techniquement, on lit une histoire de gens en sursis et on pourrait juste se foutre de leurs atermoiements puisque l’on sait qu’ils vont mourir bientôt.

le-dernier-jour-de-pompei

Mais revenons à l’histoire, je m’égare. On observe donc la société pompéienne à travers la vie quotidienne du bel Athénien Glaucus, de sa passion pour la belle Ione, le tout observé par Nydia, une jeune esclave aveugle amoureuse de Glaucus. Mais tout n’est pas rose car Ione est convoitée par l’Egyptien Arbacès, un vil prêtre prêt à tout pour se débarrasser de Glaucus pour récupérer la belle.

Mimmo Palmara, Steve Reeves

Alors dit comme ça, on a envie de dire que ce n’est pas follement original. Et c’est vrai. Glaucus et Ione peuvent même être fatigants tant ils sont neuneu dans leur amour, Nydia a souvent des réactions excessives et pas forcément cohérente, Arbacès est vraiment très très méchant… Mas ça marche. On a pourtant une intrigue très proche de l’horrible film Pompéi, l’esclave aveugle en moins mais là ça marche parce que… Parce qu’on ne sait pas quand va survenir l’éruption. Honnêtement, je dévorais les chapitres en me demandant à quel moment la petite vie de nos personnages va s’arrêter car le volcan entre en action. Et pour le coup, Edward Bulwer-Lytton n’oublie jamais son sujet. Même si l’éruption n’intervient que dans le dernier quart du roman, il dissémine dans le récit quelques signes avant coureur : un étrange nuage sur le sommet du Vésuve, des tremblements de terre…

derniers-jours-de-pompei-1960-01-g

Evidemment, je ne suis guère objective, j’aime les romans historiques, j’aime ressentir des ambiances d’un autre temps, pour peu que l’auteur me dépeigne correctement les tableaux de la vie quotidienne de l’époque. Et là, Edward Bulwer-Lytton y arrive très bien. Donc à lire, vite. Et pour ceux qui ont une liseuse, il est même disponible gratuitement donc aucune excuse.

derniers-jours

“Oui mais sinon, tout le monde crève ou bien ?” Et bien, lisez et vous saurez.

Rendez-vous sur Hellocoton !