Périple au Japon : ce que j’aurais changé

Quand nous sommes allés au Japon, nous étions, Victor et moi, totalement en terre inconnue. Du coup, nous n’avons guère été audacieux quant à notre petit voyage et fait le grand classique : TokyoOsakaHiroshimaKyotoles alpes japonaises. Mais du coup, si je devais refaire le match, je changerais deux ou trois petites choses.

Le château d'Osaka au Japon

Premier point : j’éviterais peut-être les AirBnb. Apparemment, c’est devenu bien plus compliqué en un an. Et il semble plus intéressant de changer de l’argent en France qu’au Japon. Voilà, j’avais eu ce retour sur mon précédent article et je pensais important de le partager.

Chambre traditionnelle japonaise

Bref, reprenons notre sujet, qu’est-ce que je modifierais pour un voyage parfait ? Voici notre trajet :

Périple au Japon : trajet type

Alors faire Tokyo en deux fois n’était pas trop mal mais c’est vrai que commencer par là est assez ambitieux pour cause de décalage horaire et ville réellement épuisante. D’ailleurs, conseil pour Tokyo qui a relativement marché pour nous : visites urbaines le matin, parcs les après-midi, ça permet de couper avant la furie du soir. Du coup, je crois qu’à refaire, je ferais idéalement Hiroshima -> Kyoto -> les montagnes -> Tokyo (avec une première nuit à Tokyo parce que c’est toujours plus intéressant un aller-retour vers le même aéroport). Alors vous allez me dire “mais et Osaka ? Et le Mont Fuji ?

Plaque d'égoût au lac Kawaguchi

Et bien, je ferais de Kyoto et Tokyo nos bases pour plus de souplesse. Concrètement, Kyoto et Osaka sont proches et je ne trouve pas qu’Osaka mérite les trois jours qu’on y a passés. Ca dépend de ce que l’on veut faire, certes. Je ne referais pas forcément l’aquarium même si je lui reconnais un côté très apaisant et les méduses sont impressionnantes… et y avait des loutres, même si elles dormaient. Par contre, le château mérite le détour. Reste la question de Dotonbori… Je le conseillerais quand même mais c’est de nuit donc ça fait rentrer tard mais après tout… Et évidemment, si y a moyen de se faire Universal Studio Japan, je conseille. Même si j’ai assez conscience que, sur le sujet, on a eu un bol monstre.

Universal studio Japan : sesame street

Ensuite, le cas Kyoto. On est complètement passés à côté : on n’y est resté finalement que trois jours pleins sur l’une des journées, nous sommes allés à Nara. On a vu juste un temple (le meilleur, Fushimi Inari, immanquable) et on a lâché, un peu lassés par la météo. On a cependant fait la forêt de bambou, grosse déception (et je suis pas la seule, il semble désormais que le passage des voitures soit courant) mais je pense qu’Arashiyama sans la pluie peut être cool. Oui du coup, de Kyoto, vous pouvez aller à Osaka et Nara. Et du coup, en ayant une base sur plusieurs jours, il est possible de faire preuve de souplesse et caler son planning en fonction de la météo.

Le Mont Fuji dans les nuages

Et donc j’en viens naturellement au Mont Fuji, notre grand rendez-vous manqué. Alors qu’on faisait le tour du lac sans voir ce foutu Mont, on s’est dit qu’on a eu tort d’avoir prévu des mois à l’avance un périple sans possible changement car… la météo est vraiment notre pire ennemie. Du coup, vu qu’il y a des sites accessibles entre une et trois heures de Tokyo pour voir le Mont, bah finalement…Après, il n’est pas pratique de rejoindre Kawaguchiko de Tokyo, c’est quasi trois heures de train et c’est pourtant un lieu que je recommanderais, notamment pour le Music forest museum qui est adorable. Et c’est là que j’ai envie de poser autre chose. Ce voyage, on l’a adoré mais il nous a épuisés. Et plutôt que de foncer sur Osaka, on aurait dû s’accorder deux nuits à Kawaguchi… ou Hakone, peu importe, en se trouvant un petit ryokan. On a peu dépensé finalement et ce petit trip serait parfaitement entré dans notre budget… D’ailleurs, pour notre prochain périple japonais (qui fera à peu près Kyoto – Okinawa – Fuji), on va se ménager du repos, aussi. Parce que courir partout, c’est bien mais à la fin, tu ne profites même pas de tout. Ah oui parce qu’il semble qu’en avançant dans la vie, je suis de plus en plus favorable aux petites pauses… Mmm…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Première rencontre avec Osaka

Le 05 octobre – Retour fugace à Tokyo pour prendre le Shinkansen, direction Osaka ! Après avoir galéré à trouver notre chemin, on jette nos sacs dans le premier casier venu et on file à la découverte de la ville, notre AirBnB n’étant pas immédiatement dispo. Destination : le château d’Osaka.


Osaka, lampadaireOsaka, streetart à la gare
J’avais lu sur le guide qu’il avait été reconstruit et j’étais un peu inquiète du résultat mais franchement, ça défonce. C’était notre premier vrai contact avec l’Histoire japonaise et avec la foule vraiment touristique. En fait, Tokyo, c’est blindé de touristes (on reconnaît quelques Occidentaux, on les croise en masse au marché aux poissons) mais je n’avais pas trop eu la sensation jusque là de baigner au milieu des touristes. Là, on se retrouve vite dans une marée humaine avec beaucoup de touristes asiatiques, Chinois ou Coréens pour beaucoup.

Le château d'Osaka Le château d'Osaka Le château d'Osaka Le château d'Osaka Gourmandises au thé matcha

Le Château. Architecturalement parlant, ça claque. Nous mais regardez vous-mêmes, la noblesse du bâtiment… C’est un peu la carte postale typique du Japon que j’avais en tête. Parlons un peu de la visite. Pour les peu ou pas intéressés par l’histoire, il est possible de prendre l’ascenseur directement jusqu’au dernier étage pour profiter de la vue et shooter le panorama, merci, bisous. Mais si vous vous arrêtez au sixième étage, vous découvrirez la vie de Toyotomi Hideyoshi… en diorama ! Victor et moi nous retrouvons donc à mater des scènes auxquelles nous ne comprenons rien (vu que nous sommes Japonais LV jamais) mais avec les explications en anglais à côté, on finit par un peu resituer le sujet. Je trouve le concept génial (et en plus, j’ai appris des trucs). Autre point d’intérêt, l’exposition du 4e étage avec tenues et armures traditionnelles.

Osaka vu du parc du château Château d'Osaka, dioramas de la vie de Toyotomi Hideyoshi Château d'Osaka

Mais revenons au panorama, ce petit tour au sommet du Château qui va constituer notre première vision macro d’Osaka. Globalement, la ville n’est pas très belle, pas aussi remarquable en terme de fantaisie architecturale malgré quelques immeubles et bâtiments qui accrochent le regard et un immeuble traversé de part en part par une route. Je croyais que ça n’existait que dans les jeux vidéos…

Panorama vu du haut du château d'Osaka

Osaka vue du haut du château Osaka vue du haut du château Osaka vue du haut du château Osaka vue du haut du château Panorama vu du haut du château d'Osaka Panorama vu du haut du château d'Osaka

Une route traverse un immeuble à Osaka

Fatigués, on se dirige vers notre AirBnB et… la déprime. Si notre appartement de Tokyo était super petit et celui de Kawaguchiko bruyant (mais grand), là, c’est juste glauque. Un éclairage par un vieux néon qui a un faux contact, une vieille lampe avec une corde à tirer trois fois pour l’éteindre, une salle de bain en plastique… Bon, ce point là m’a fait marrer, j’ai pu jouer à “on ferait comme si on était dans un camping car !”. Affamés, on se rend dans le petit resto voisin où on passe un très bon moment : des boulettes, des tempuras, des boulettes (au sésame et pâte d’haricots rouges), whisky et vin de prune. Après ça, aucun souci pour s’effondrer dans notre appartement glauque !

Boulettes au sésame

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le jour où on n’a pas vu le Mont Fuji

Le 04 octobre – Mont Fuji nous voici ! L’excitation est palpable. Je voulais partir à 6h30 de l’appartement pour arriver tôt car mon guide disait qu’il pouvait se couvrir en fin de matinée et nous avions une heure de train pour arriver mais Victor tempère mon ardeur : 7h30, ça suffira amplement. Il faut savoir qu’au Japon, il fait jour dès 6h du matin donc si on veut partir à l’aventure tôt, c’est fort possible. J’enfile mon petit t-shirt, mon petit gilet et c’est parti ! Pour briser immédiatement le suspense : on a bien fait de suivre le plan de Victor plutôt que le mien.

Kasei

Météo qui met de suite dans l’ambiance

Le petit train pour le Mont Fuji

On part donc enthousiastes et on se fait refroidir assez vite par la météo : il fait plus que couvert et, visiblement, il a plu. C’est pas grave me dis-je, ça doit être un peu comme en Irlande pendant mon voyage de classe en 97. C’est le matin, ça va se lever. Notre train monte tranquillement vers sa destination : Kawaguchiko, un lac avec vue imprenable sur le Mont Fuji. Il pleut mais c’est pas grave : c’est le matin et on est encore loin de la destination. Pas de panique…

Lac Kawaguchi près du Mont Fuji, Japon

9h, gare de Kawaguchiko. Il pleut et on a froid, je sors mon Kway de touriste et on se réfugie dans un hôtel/restaurant pour avaler un consistant petit déjeuner et un café. Ca va se lever…

Petit déjeuner au pied du Mont Fuji

10h, ça ne s’est toujours pas levé mais on ne va pas passer la journée là. Victor me propose de faire un tour du lac à pied, 10 km, environ. Bon, on n’a que ça à faire de toute façon, allons-y, ça finira bien par se lever.

Lac Kawaguchi près du Mont Fuji, Japon

 

Le lac, donc. Pas mal de barques en forme de cygne ou avec des têtes de pandas ou de chats. Ambiance Batman Returns de Burton. Plus un point direct. On oublie le téléphérique amenant à un point de vue sur le Fuji vu qu’il fait tout dégueulasse et on commence à marcher paisiblement. Au bord du lac, quelques pêcheurs, on croise de rares promeneurs. On goûte le calme et notre solitude. Malgré la pluie intermittente et un Mont Fuji invisible, c’est une balade hyper agréable, on a droit à quelques jolis coins et on croise même d’adorables chatons. Tout ce qu’on aime.

Lac Kawaguchi, Mont Fuji, Japon, barques cygnes

Lac Kawaguchi, Mont Fuji, Japon

Mais soudain, une musique étrange s’élève, mi fantastique mi flippante… on aperçoit derrière les arbres un étrange château comme un mini Disneyland. Intrigués, on fait le tour et nous découvrons le Music Forest Museum. Résumé de la situation : il pleut, on n’a que ça à faire de la journée de se promener autour du lac… Bah, faisons un tour dans cet étrange musée.

 

Et c’était cool ! Franchement, on n’y serait jamais allés exprès et on aurait manqué un moment sympa. On a droit à deux spectacles : un concert d’automate avec une chanteuse d’opéra et un concert du plus grand orgue automatique du monde. Ouais, rien que ça ! Et c’était assez bluffant genre t’es assis dans une espèce de salle de bal et tu as tous les pantins au-dessus de toi qui battent le rythme. On a aussi droit à un petit spectacle de sand art qui nous raconte la légende la princesse Kaguya. Encore un truc que j’aimerais bien savoir maîtriser. Tout était aux couleurs d’Halloween, fête qui semble très prisée ici. C’est d’ailleurs la musique d’Halloween version orgue qui nous a attirés. On croise des bâtiments étranges, j’ai presque l’impression de me balader dans un univers parallèle

Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon

Music Forest Museum à Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon

Quand je parle d’un côté un peu flippant du lieu, je parle de ça, par exemple

Une heure de mignonnerie plus tard, on tombe sur un joli parc chelou, on traverse des champs de fleurs, on aperçoit une école qui ne ferait pas tâche dans un manga sur des fantômes… Toujours pas de Mont Fuji mais il ne pleut plus et les nuages s’effilochent paresseusement sur les reliefs. Oui, c’est beau. Un rayon de soleil vient même parfois nous gratifier d’un timide coucou.

Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon

On marche, le coeur vaillant. On marche. On a quitté le musée vers 13h15, il est 14h. 14h30. On suit les bords du lac mais on n’a pas droit à un lac tout rond, non, on a droit à des détours dans tous les sens et on commence à ne plus trop faire les fiers, tout en se rassurant mutuellement. “Ca va, toi ? Moi, ça va !”. Oh et puis au pire, on finira bien par tomber sur un bus, il doit bien y avoir des trains jusque tard…” Dans ma tête, je suis en panique totale : on n’a rien mangé depuis 10 heures du mat, on n’est pas très chaudement habillés et à chaque virage, on découvre un nouveau méandre du lac. 16h15, on finit par trouver un arrêt de bus avec des horaires, le suivant est annoncé à 16h27. 16h29, le bus d’en face passe, on va vérifier, il était prévu à… 16h29. 16h35, je commence à me demander si ça se pratique l’auto-stop ici. 16h42, la délivrance : le bus nous cueille enfin.

Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon Lac Kawaguchiko, Mont Fuji, Japon

17h15, nous sommes épuisés mais soulagés et à la gare de Kawaguchiko, on s’enfile un Udon de la victoire, tellement mérité. Nous avons quand même marché de de 10h à 16h15 avec 30 mn de pause pour les spectacles du musée et ce sans se restaurer. Le soir, en rentrant, petite halte au Lawson , une espèce d’épicerie station service où on trouve enfin, après avoir écumé je ne sais combien de Family Mart et Seven Eleven, on trouve enfin des Kit Kat matcha.

Le Udon de la victoire KitKat Matchamnt

Du coup, malgré l’immense fail de la journée, ne pas voir le Mont Fuji alors que la journée lui était dédiée, on a passé d’excellents moments, une si belle journée qu’on a décidé que oui, le Japon, on y reviendrait dans pas si longtemps que ça. Peut-être même en hiver pour y faire du ski. Le comble du snobisme.

Rendez-vous sur Hellocoton !