Personne n’aime le réveillon

Bonne année à tous ! En numérologie, le 9 indique la fin d’un cycle, la révolution, avant la renaissance au 0. Enfin, je crois… Enfin, on va dire que c’est ça parce que c’est tout ce que j’ai à nous souhaiter pour 2019 : on fait le ménage dans nos vies et on fait la révolution. Révolution à prendre dans le sens que vous souhaitez. Car je sais que 2018 n’a pas été de tout repos pour la plupart des gens. La preuve : personne n’a voulu souhaiter le réveillon.

Le réveillon de l'ennui

Début décembre, je fais la queue avec mes collègues à la boulangerie, on discute vacances. Violette lance la question du réveillon, Benjamin répond qu’il n’a encore aucun plan et je leur explique que nous, on se « planque » toujours en cette fin d’année pour ne pas être sollicités. Violette approuve « ah ouais, j’aimerais bien que personne ne nous invite ! ». Et c’est pareil tout autour de moi : Anne, Anaïs, Amy, Enzo, la plupart de mes collègues… en fait, je crois qu’il n’y a que mes parents qui ont un plan (on vire thug à la retraite). Et il semble que tout le monde en soit ravi.

Bon, déjà, je l’ai dit mais je le répète : sortir un 31 décembre alors qu’on n’a pas trop vu le soleil de la journée, déjà, c’est un concept de merde. Il fait froid, je ne bosse pas forcément donc me demander de virer mon pyjama en pilou pour enfiler une délicate robe de 8 mm d’épaisseur et de jolis collants qui seront filés en 15 mn, pardon mais ça part mal déjà, votre histoire. Alors qu’un réveillon un 30 juin, quand la nuit est le seul moment acceptable pour quitter clim ou ventilateur, là, oui, je viens, je serai même heureuse de venir.

Une robe de soirée dans la neige

Mais je crois surtout que ce qui saoule tout le monde, c’est le côté social et obligatoire. D’abord, on sort des fêtes de Noël où on a vu beaucoup (trop) de monde et on a un peu envie d’écouter le silence pour voir ce que ça fait. Non parce que si je prends mon cas, j’ai passé de chouettes fêtes, j’étais heureuse de voir ma famille, Anne et sa famille, de couper un peu de la vie parisienne mais… MAIS… J’ai eu pendant ces quatre jours mes deux fournisseurs officiels de décibels et même si je les aime de toute mon âme et qu’ils ont fait fondre mon petit coeur en sucre plus d’une fois, je suis quand même un peu fatiguée. Et je vais ériger une statue pour ma soeur, son mari et mes parents parce que je comprends pas d’où ils sortent ces trésors de patience. Et je dis ça, j’ai conscience que Saturnin et Pivoine ne sont pas particulièrement relous… Juste des enfants de 3 et 6 ans excités par la magie de Noël et un peu en overdose de sucre pour Pivoine. Et encore, on n’avait pas la télé donc pas de drame quand on devait couper les dessins-animés, merci SFR !

Quand la télé est en panne pour le réveillon

Du coup, tout le monde ne faisant pas partie de la famille Guimauve comme moi, ces quelques jours de sociabilité familiale peuvent en éreinter plus d’un. Mais surtout le réveillon, c’est potentiellement la crise, pour peu que Machin ou Machine ait décidé d’être de mauvaise composition. Et le pire, c’est qu’il est impossible de tirer sa révérence avant minuit alors même que vous vous ennuyez à mourir. Et puis y a tellement la pression de réussir que… ben 9 fois sur 10, ça finit par foirer. C’est étrange car vous vous réunissez avec les mêmes amis que d’habitude, y a pas de raison que ça soit loupé mais souvent…

Quand le réveillon est raté

Et je suis, en un sens, un peu contente de voir les gens se libérer d’une énième obligation sociale s’ils n’ont pas envie de s’y adonner. Oui parce que comprenez que je ne suis pas dans un snobisme « moi je ne cède pas à cette fête mercantile du réveillon », je serais fort gonflée vu que a/je pète mon PEL pour offrir plein de cadeaux pour Noël car j’aime gâter les gens et b/il est fort probable que je me sois gavée de trucs Picard en sirotant du champagne hier soir… Non juste que j’ai l’impression que les gens ne fêtent plus le réveillon car ils ont enfin admis que ça les emmerdait et lâchent l’affaire. Vivement qu’ils fassent de même pour la St Valentin.

Coupes de champagne

Voilà, un article gratuit pour cette nouvelle année car parfois, j’aime écrire le vide. Bisous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Où trouver l’homme ? Episode 23 : à la technoparade






A la recherche du prince charmant

(Lecteur, je te rappelle que tout ceci n’est qu’une fiction et qu’il ne faut pas trop prendre ce que je dis au pied de la lettre sinon, ça ferait
peur. Puis la preuve : la technoparade, elle est samedi et je ne suis pas sûre d’y aller)

L’avantage quand on vit à Paris, c’est que nous avons droit à une foultitude d’événements festifs et culturels, des réunions de foules gigantesques. Et qui dit foule dit « nombre de célibataires mâles au m² plus élevé que d’habitude ». Ceci étant dit, pour un plan drague, mieux vaut cibler l’événement parce qu’à la gaypride, il n’est pas évident de trouver son prince charmant (même s’il y a des hétéros, bien entendu, faut juste arriver à les cibler). Du coup, je me dis que la technoparade est un peu plus sûre pour trouver du mâle hétéro qui voudra bien devenir ma moitié. Puis c’est coloré, chatoyant… Allez, à l’abordage !


 

Rendez-vous est pris avec Vicky à Bastille. Je sors du métro et là, je suis assaillie par les décibels. Mazette, j’espère que les hommes ne sont pas exigeants sur ma capacité d’écoute parce que là, je pense perdre quelques points auditifs… Une fois Vicky retrouvée (d’ailleurs, je vous propose un jeu amusant : essayez de téléphoner un jour de technoparade, vous allez voir comme c’est compliqué mais exaltant), on se pousse un peu plus loin histoire de voir les chars défiler. Et pouvoir mater tranquille.

La foule commence à arriver et je fronce les sourcils. Je crois avoir totalement surestimé mes chances de trouver un homme présentable à ma famille ici. Autour de moi, les mecs sont pour l’immense majorité mineurs, ils se sont renversés un pot de gel sur la tête, ils ont découpé de longues chaussettes bariolées pour en faire des mitaines, des t-shirts noirs avec une inscription fluo «techtonik killer » et portent des slims. De façon personnelle, j’ai tendance à croire que slims et fertilité ne font pas bon ménage. J’ai lu il y a quelques années une étude qui expliquait que des jeans masculins trop serrés faisaient remonter les testicules un peu trop hauts et augmentaient donc leur température, nuisant aux petits spermes, très sensibles à la chaleur. C’est pour ça qu’en hiver, les hommes ont les couilles hautes (au chaud près des cuisses) et basses en été (à l’air frais). Avec cette mode des slims pour homme, on se prépare un babycrash, je ne vous dis que ça. Mais même s’ils avaient des baggys qui tombent jusqu’au genoux, ils n’en restent pas moins qu’ils ont 16-17 ans et que je ne suis pas pédophile.

 

C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de 25-30 ans quand même car avec l’arrivée des chars, me voici très intime avec tout un tas de gens que je ne connais pas. Si ma vie était un roman ou une série télé façon Sex and the city, au détour d’un mouvement de foule, je me retrouverais soudain nez à nez avec un charmant jeune homme qui m’inviterait à aller prendre un café plutôt que d’assister à ce défile de fous furieux adolescents et de finir de perdre mon ouïe. Mais ma vie n’est pas un roman, ni une série, pas même une comédie romantique avec Meg Ryan qui jouerait mon rôle. Non, ma vie est régie par la loi du plus tu cherches, moins tu trouves et au bout d’une heure, mon résultat de chope est déprimant : des ampoules et des acouphènes. Je m’agite vaguement en rythme mais j’ai omis de prendre des cours de techtonik et je n’ai pas trop de place pour m’agiter. Finalement, le seul point positif c’est qu’avec la chaleur
torride, je vais perdre quelques kilos. Ca peut toujours servir pour un prochain plan drague.


 

En attendant, le défilé, plutôt court si on compare a la gaypride, est déjà passé, la rue s’est vidée à une vitesse hallucinante, ne reste que quelques technokillers de 17 ans trop fiers de boire de la bière à la bouteille. Bon, ben, on va se faire un Starbucks ? Après tout, la
dernière fois, ça avait été efficace… Quoique…

En bonus, je remets la vidéo que j’ai monté sur la technoparade 2007 parce que je me suis bien embêtée à la faire, na. Les photos sont faites par moi aussi !

 





Rendez-vous sur Hellocoton !