A partir de là, on se rencontrera pas

Une histoire sur un site de rencontre, ça commence toujours par un mail. Oui, les flashes, charmes, pokes ou je ne sais quoi, je compte pas ça comme un contact ! Le premier mail est souvent de type “Hey salut [commentaire sur une photo genre “tu me plais” ou sur les informations entrées sur le profil genre “y a pas que ton cul qui m’intéresse” même si c’est parfois faux], à bientôt ? Prénom”. Si la personne vous intéresse, vous répondez et s’engage une conversation. Mais plus la conversation par mail s’éternise, plus votre histoire sent la croquette. D’ailleurs, à partir de là, on devrait écrire histoire avec un minuscule H.

echange-mails

Le mail est censé être une sorte de préliminaire amoureux. On s’échange quelques banalités avant de vite lancer la seule question qui nous intéresse “quand est-ce qu’on se voie ?”. Seulement parfois, la conversation s’enlise. On parle, on parle… et on parle. De tout, de rien, de la vie, du mauvais temps, de ce qu’on a mangé et de ce qu’on regarde à la télé ou de ce qu’on lit… Ca continue, encore et encore, on ne sait finalement toujours pas grand chose de l’autre mais l’idée de se rencontrer n’apparaît toujours pas. Et à un moment, tu te rends compte que tu as échangé plus d’une centaine de mails pour ne rien dire et là, tu le sais : ça ne se fera jamais.

sending-email

Evidemment, parfois, l’autre est loin donc en attendant un rapprochement géographique, ça occupe. Mais si la personne et vous êtes dans la même ville, pensez bien qu’à un moment, trop de mails noie votre relation. Les préliminaires, c’est super sympa mais au bout de 2h de papouilles, soit je m’endors, soit mon corps est devenu tellement hypersensible qu’à la prochaine caresse, je file un coup de pied.

frustrated-man

Et puis faut savoir passer la seconde. Une relation épistolaire est bien charmante (à condition de rentrer un peu plus dans l’intime, deviser sur le superficiel n’a pas grand intérêt) mais quand deux personnes souhaitent réellement se rencontrer, elles n’attendent pas 107 ans si elles peuvent facilement le faire. Surtout que la relation épistolaire peut avoir un effet pervers : créer des sentiments pour une personne qui n’existe pas vraiment. Vu que ce fut ma spécialité dans ma prime jeunesse, je sais précisément de quoi je parle. On échange, on se livre, on dessine de l’autre un portrait idyllique grâce au matériel qu’il nous donne, on tombe amoureuse d’un mythe. Et j’ai pas besoin de vous expliquer en quoi c’est pas bon. A l’arrivée, le décalage entre vos fantasmes et la réalité est violent, vous vous plantez et vous souffrez à en perdre sommeil et appétit alors que vous n’êtes finalement tombé amoureux que du personnage principal du petit roman que vous vous êtes écrits.

ecrire-roman

Et puis se voir n’empêche pas la conversation, vous n’êtes pas obligés de vous retrouver à poil au bout de 2 mn… Même si être à poil n’empêche pas non plus la conversation, les fameuses conversations sur l’oreiller, c’est pas mal aussi. Mais les mots sont trompeurs. On habille de syllabes la réalité, on la travestit, on ne montre que ce qui nous plaît sans avoir de grandes difficultés à cacher ce qui nous paraît moins valorisant. Avec des mots, je peux dessiner un moi si différent, si je veux… Evidemment, on pourrait s’étonner d’une telle stratégie : quand l’autre verra l’ampleur de l’arnaque, il prendra ses jambes à son cou. Mais peut-être est-ce vous l’arnaquée, vous pensez parler au sosie d’Henry Cavill au métier prestigieux qui fait preuve de tant de finesse d’esprit mais s’il le faut, votre interlocuteur n’a ni le physique, ni le prestige et même pas tout à fait l’intelligence qu’il prétend avoir (on trouve de si belles phrases prêtes à copier/coller sur le web sur tout un tas de sujets). Bref, même si ok, passons au dessus des apparences car cet homme, on a ressenti quelque chose pour lui blablabla, reste que partir sur un mensonge n’est jamais une bonne idée.

henry-cavill

Donc si la rencontre traîne c’est soit que vous n’êtes pas si intéressés l’un par l’autre que ça, soit que quelqu’un a la trouille de ne pas ressembler à l’image qu’il a donné… Bref, ça n’annonce pas forcément que du bon.

Rendez-vous sur Hellocoton !