Les non-concerné·e·s sont-ils plus crédibles que les concerné·e·s ?

Ou comment ça m’énerve la disqualification du “t’es trop subjectif·ve”. Et j’ai envie de démonter ça. Point avant de poursuivre : je ne vais pas évoquer ici l’actualité des derniers jours. Essentiellement parce que la seule façon que j’ai trouvé de traverser la tempête de haine que subit actuellement la France, c’est de tout couper. On en reparlera peut-être. En attendant, on va un peu revenir sur Flic de Valentin Gendrot et sans doute d’autres exemples. Donc pourquoi on a tendance à plus croire les non-concerné·e·s que les concerné·e·s ? Et pourquoi faut vraiment arrêter avec cette vision moisie.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *