Total recall ou la confusion des souvenirs

Le problème quand on veut parler d’une oeuvre qui existe sur plusieurs médias qui vont, chacun, proposer une version alternative, c’est de choisir son support. Pour Total recall, nous allons donc nous attarder sur le film de 90. Parce que Schwarzy, Verhoeven et cette esthétique géniale des films futuristes des années 80-90. Et aussi parce que j’ai pas lu le roman et que la version 2012 est une blague. C’est parti, on va sur Mars !

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *