C’est le coeur qui lâche en dernier, une dystopie en prison

Si je vous dis Margaret Artwood, vous me dites… La servante écarlate aka The handmaid’s tale, ok. En me baladant en librairie, je découvre un nouveau roman de l’autrice, C’est le coeur qui lâche en dernier. Une nouvelle dystopie qui repose non pas sur l’esclavage des femmes mais sur une effroyable crise économique. Que seriez-vous prêts à accepter pour survivre dignement ? Seriez-vous d’accord pour vivre la moitié du temps en prison et le reste dans une belle maison partagée avec un couple d’inconnus ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *