Le bore-out ou le faux rêve d’être payé à rien faire

Je casse le suspense dès le titre, bim. Mais c’est bien l’angle d’attaque que j’ai choisi pour vous parler du bore-out que je subis depuis mi-septembre. Oui, je dis subir car je vous jure que d’aller au bureau tous les jours (soit deux heures perdus dans les transports quand tout va bien) pour se rendre compte qu’on n’a rien à y faire, c’est d’une violence psychologique qu’on ne soupçonne pas.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *