En 2020, je vais bloguer plus fort

Je suis anachronique comme fille. Alors que le blog écrit est mort depuis tant d’années, moi, j’ai toujours le projet d’en lancer encore et toujours plus. Pourquoi ? Parce que j’aime écrire. J’aime prendre le temps de mettre des mots sur mon brouhaha mental et tant pis si personne n’entend le bruit de mon caillou dans la mare. Au moins, moi, j’y vois clair. Alors en 2020, je vais bloguer, encore et toujours… plus.

En 2020, je poursuis mes blogs

Alors, ça va donner quoi cette histoire ? Très simplement : Dans mes petits carnets et Citizen Bartoldi vont continuer sans trop bouger. Je vais désosser petit à petit les vingtenaires pour mettre les articles intéressants ici ou là. Ce blog va juste devenir une vitrine de mes écrits parce que y a toujours des gens abonnés au flux rss mais il n’aura plus vocation à accueillir de nouveaux articles.

Théâtre abandonné

Car je prévois l’arrivée de deux nouveaux blogs :

Les dystopies : vous aurez noté que j’adore ce sujet et je vais lui dédier un blog. J’y rapatrierai tous les articles déjà écrits sur le sujet qui se baladent ici et là et il y aura bien sûr des inédits. Je dois vous parler de Chronique au pays des mères, Ad vitam, Bleu, Ares, Nu, Zérostérone, C’est le coeur qui s’arrête en dernier… Surtout Nu, d’ailleurs, très bonne surprise à découvrir sur OCS. Et j’écrirai aussi des articles un peu plus génériques sur le sujet.

Trepalium

Passion narration : vous aurez noté (ou pas) que j’aime me pencher sur les narrations pour comprendre ce qui m’a embarqué ou non dans une histoire que l’on me raconte. Sur ce blog, vous trouverez des analyses de série, films, livres, des téléfilms (parce que j’aime bien) mais aussi tous mes carnets d’écrivaine en gros puisqu’on va vraiment parler de comment raconter des histoires. 

J’ai également pour projet d’écrire un blog voyage mais qui ne sera pas lié à “Nina Bartoldi”, plus un truc pour mon CV. Et oui, je sais que j’en parle depuis des années… J’ai également envie de réaliser des podcasts, j’ai quelques idées mais à voir comment je déclenche ça.

Alors je vous entends “mais Nina, comment vas-tu faire pour écrire tout ça ?”. Alors je vous renvoie à mon planning CRET que j’ai exposé sur mes petits carnets (parce que pourquoi pas). Je me prévois d’écrire un article par jour, deux les jours où j’ai le temps. L’idée est vraiment de maximiser ma période de gangue. Il est possible que je récupère un client en février (mais j’attends de voir, je le sens moyen moins), ce qui me prendrait certes un peu de temps mais il suffit de perdre quelques mauvaises habitudes pour réussir le challenge. En résumé, moins de candy crush, plus d’écriture. Bon, je ne joue plus à Candy Crush… mais Mario Kart Tour, c’est pas mieux (et en plus, j’ai pas le pass or donc je ne progresse plus et ça m’agace). Si je n’ai pas pour ambition de devenir une machine de guerre qui rentabilise la moindre minute d’éveil pour être productive et finir en burn-out du bien-être au bout de trois mois, faut juste moduler un peu ses repos. 

Se reposer

En vérité, j’attends quelques bonus de ces écritures. D’abord avoir les idées bien ordonnées, comme je disais, surtout avec Citizen Bartoldi qui me permet d’affuter un peu mes arguments. Dans mes petits carnets me donne un bon prétexte pour me pencher sur la wellnessmania dans tout ce qu’elle a de positif… et de négatif. Passion narration va me servir à me forcer à être rigoureuse dans mon écriture… et finir par envoyer ce manuscrit de Maja aux maisons d’éditions. Ca, je dois le faire avant mes 40 ans, tiens. Sur les feuilletons, là, c’est juste pour m’amuser même si…

Rosalie Vaillancourt, avant d'être morte

… avoir une petite expertise en ligne peut être un petit avantage. Alors je l’observe beaucoup plus pour les hommes que pour les femmes, hélas. Il suffit de faire trois vidéos un peu scientifiques pour coprésenter une émission qui nous a appris les sciences à tous, par exemple. Les hommes sont propulsés experts sans bagages beaucoup plus facilement que les femmes mais nous en reparlerons. Mais quand même, sur Youtube, les seules femmes qui percent bien sur mes sujets archéologicohistoriques sont des docteures (ou doctorante pour Charlie, j’ai un doute)… Si le diplôme ne fait pas tout (je hais les arguments d’autorité), on notera qu’on demande moins les papiers diplomants aux hommes qu’aux femmes. Et je me suis complètement égarée mais j’ai envie de me donner un peu de poids sur quelques sujets histoire de, peut-être, attraper une pige ou deux, de revenir à mes premières amours journalistiques.

Ecrire pour gagner sa vie

D’autant que 2020, ça va vraiment être la grande aventure du retour dans le sud. Idéalement avec ma boîte mais s’ils font les connards (ou qu’ils font un petit plan de licenciement ou autre,on parle pas mal d’OPA en ce moment), je ne suis pas contre l’idée d’avoir quelques petites sources de revenus à déclencher au cas où…

La tirelire kawai

Mais ça, c’est que la cerise sur le gâteau car en vrai, je vous le dis : si je blogue autant, c’est parce que j’adore écrire. Et ça fait taire un peu les milliers de mots qui viennent remuer mon cerveau en permanence.

4 réflexions sur “En 2020, je vais bloguer plus fort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *