DisinfoLab, les rois de la désinformation ?

C’est à se demander. Depuis quelques jours, donc, ça gueule au fichage politique. Or, votre indignation sur le sujet est mal placée. Pourquoi ? Parce qu’il ne s’agit que d’une méthode d’analyse statistique créant des segments pour tirer des enseignements. Cependant DisinfoLab n’a pas pour autant le cul propre puisque pour commencer, ce listing n’aurait jamais dû être publié et puis… parce qu’ils ont fait n’importe quoi.

Fail
Première erreur : la communication initiale. Il y a un manque de rigueur flagrant dans cette étude qui n’est pas tant de “découvrir” qui a dit quoi mais valider des biais de confirmation. Point flou n°1 : l’histoire de la sphère russe. En gros, dans le fichier des 3900, il ont regardé si ces personnes suivaient des comptes émanant de Russie, notamment RT ou Sputnik, histoire de dessiner un contour d’une influence russe. Sauf que… ben quand on veut trouver un truc, on peut tordre les chiffres pour le sortir. Est-ce qu’on peut déduire une influence à partir des gens que l’on suit sur Twitter. Ca reste discutable et surtout, cette partie qui avait été utilisée comme “teasing” s’est complètement dégonflée. Faiiiiiiiil.

Vladimir Poutine

En fait, on est exactement dans les mêmes débats que sur les sondages. On peut considérer que les statistiques sont une science fiable, indiscutable. C’est vrai. Par contre, on peut jouer sur d’autres paramètres pour faire grossir un phénomène ou, au contraire, le diminuer. Par exemple, dans l’étude DisinfoLab, il y avait une partie intéressante : qui a diffusé quelle intox. Alors encore une fois, les marcheurs ne sont pas considérés. Est-ce qu’ils sont censés être exempts de diffuser/retweeter des intox ? Non, ahah ! Ils ont d’ailleurs été nombreux à avoir diffusé cette histoire de l’influence de la russosphère. Mais surtout est-ce que ceux identifiés comme marcheurs en début d’affaire Benalla le sont toujours. Je veux dire, moi, j’ai voté Hollande en 2012, hein… depuis j’ai carbonisé ma carte du PS… Bon en vrai, j’en avais pas mais je voulais symboliser le fait que “le PS PLUS JAMAIS” (déso Benoît). Non parce que par exemple, je vous parlais de comptes macronâtres comme Tedlunique ou Frenchonzeleft qui faisaient partie du gang “gogoFH” (les fans d’Hollande jusqu’à la fin de son mandat)… qui ont violemment craché sur leur idole d’hier quand celui-ci a osé griffouiller leur nouvelle idole. Nous ne sommes pas immuables. Bon, bref, ça pouvait rester intéressant… sauf qu’il y avait un manque évident de mise en perspective. Par exemple, sur l’intox “Benalla est l’amant de Macron”, forte présence des RN, LR et FI en retrait. Par contre, sur l’intox “Benalla s’appelle en fait Lahcene”, on a beaucoup de RN… et de FI… Mmm… Alors ok. Par contre, cette histoire de coucherie ou de Lahcene, ça représente combien de messages en tout ? Déjà, on note que sur cette affaire, on parle de nombre de personnes mais pas de nombre de messages… Or ça a son importance, aussi… Parce que s’il le faut, sur Lahcene, on a juste eu une trentaine de messages, c’est anecdotique (perso, je l’ai découvert dans l’étude cette intox, l’histoire de l’amant, c’est Victor qui m’en a parlé en mode “les fafs ont fait un faux article du Monde genre le journal parlait de la liaison Macron-Benalla et ont hurlé à la censure… sauf que leur montage était super mal fait”).

Macron et Benalla font du vélo

Bref, ce manque de sérieux ne me conduit qu’à une conclusion. Enfin deux. La première, c’est que communiquer n’importe comment pour faire le buzz, c’est jamais une bonne idée, surtout quand on se targue d’un certain sérieux. La deuxième c’est que le rendu de l’étude n’est pas un travail scientifique mais une communication politique pour tenter d’allumer un contre-feu. On sait que des membres du fameux DisinfoLab sont des proches de l’équipe de Macron, une a même été impliquée dans la campagne donc voilà.

Alors il y a de quoi s’indigner sur ce sujet. Mais en fait, non. Vous faites du bruit pour de mauvaises raisons et vous oubliez le coeur de l’affaire. Laissez DisinfoLab là où ils sont (plutôt au fond de la poubelle) et préparez la rentrée, ça s’annonce sanglant.

Une poubelle pleine

En attendant, je trouve que le sujet de l’analyse est intéressant en soi et ça me rend dingue que ce soit bâclé ainsi. La propagation de la rumeur est fascinante, la typologie des rumeurs l’est aussi (coucou le racisme et l’homophobie ici), il y a beaucoup à dire, beaucoup à faire. Après, tu veux comparer au comparable, tu n’associes pas l’affaire Benalla à une intox (ce n’en est pas une) ou tu précises “Affaire Benalla : analyse des intox” mais tu ne catégorises pas ton corpus par opinion d’opposition même si ça reste une dimension intéressante à analyser mais ici, si je résume, on dit juste “les opposants mentent”. Non. Certains sympathisants (voire militants) diffusent des intox malgré eux, d’autres en créent carrément MAIS faire une étude pour prouver que ce sont les opposants qui sont responsables des fake news, c’est biaisé. Il existe des protocoles d’études donc finalement, je laisserai le dernier mot à Gaspard Glantz qui résume très bien l’affaire.

Je reviens bientôt, j’ai du travail sur mon nouveau blog où j’ai acheté le nom de domaine… et voilà. Mmm…

********

PS : Matricule 7057, ça sonne pas trop mal comme nom de blog de meuf engagée, non ? Bon par contre, dans un mois, on pige plus à quoi ça fait référence

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « DisinfoLab, les rois de la désinformation ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *