Plongée dans les sources chaudes du Ryokan

Le 16 octobre – Un lever parfait, un petit déjeuner copieux, nous voici installés dans le TER version japonaise avec ses bancs de siège en face à face. La route est toujours aussi belle, la rivière serpente entre les montagnes délicatement coiffées de nuages. La quinzaine des passagers présents semblent se rendre à Toyama, comme nous.  

Dans le train japonais

Pour mener à bien cette mission, nous devons donc parvenir à changer de train à Inotaki en trois minutes. La route se passe bien, on s’arrête à toutes les gares possibles et imaginables. Jusqu’à la dernière. Là, on est loin du stop and go, l’arrêt s’éternise. Je feins de rester plongée dans mon magazine et de rester détachées mais je commence à devenir nerveuse et je ne suis pas la seule. Je me lève pour jeter un coup d’oeil dans la cabine suivante qui donne sur le poste de pilotage : un putain de feu rouge. Un train passe à nos côtés, on devait sans doute attendre qu’il passe pour repartir… Et en effet… Ok, le sprint final, il nous reste en théorie 15 mn, nous sommes censés arriver à 10h48. 10h45, on se lève pour mettre notre sac à dos. 10h46, le chauffeur annonce la gare d’Inotaki. 10h48, on pose le pied sur la quai, on saute dans le train pour Toyama : mission accomplie ! Il nous reste encore deux trains à prendre mais avec trente minutes de battement, on est sereins.

Dans le train japonais Dans le train japonais

Nous voici à destination ! Une navette vient nous chercher directement à l’Hôtel. L’accueil est charmant, on nous fournit des petites pantoufles, on abandonne nos chaussures dès l’entrée. Un Italien demande un peu hautainement si quelqu’un peut s’occuper de ses bagages. Mec, on est dans un ryokan, pas dans un Plaza…

Ryokan Takagarawa

Ah mais c’est quoi un Ryokan au fait ? C’est une petite auberge traditionnelle avec sources d’eaux chaudes pour prendre des bains. Oui, encore des bains, nos jambes douloureuses l’ont bien mérité ! Même si, là, en vrai, ça va déjà mieux.

Ryokan Takagarawa

Nous récupérons donc notre chambre qui nous paraît immense. Il y a quatre zones : une entrée, un sas, la chambre et le coin un peu véranda avec baie vitrée donnant sur la rivière et un minuscule balcon. C’est absolument tout chou. On va désormais se déplacer en yukata, un habit traditionnel, sorte de kimono en coton que l’on ferme avec un obi et on peut passer une veste traditionnelle par-dessus.

Ryokan Takagarawa Ryokan Takagarawa

Yukata

Bon, c’est pas tout ça mais on a des bains à prendre. Ici, les bains sont extérieurs et mixtes; il fait environ 8-10° et on va donc se balader en yukata. Là, de suite, on appréhende un peu. Je décide de garder mes chaussettes. On récupère des sortes de chaussures en plastique pour traverser la zone permettant de se rendre aux bains. Tout est détrempé… y compris mes chaussettes qui apprécient assez peu la balade. Mission : trouver une robe en tissu éponge pour dames pour me baigner, je n’en trouve nulle part. J’ai bien une serviette mais elle est trop petite pour tout emballer, mes seins ne rentrent pas. Heureusement, en approchant d’un bain mixte, on constate que tout le monde est nu, y compris une femme posée délicatement sur un rocher, façon Petite Sirène de Copenhague. Et bien, comme on dit “à Rome, fais donc comme les Romains”.   L’eau est délicieusement chaude, le décor est juste parfait. Les vapeurs troublent les lumières des ampoules, la rivière assure l’ambiance sonore. A un moment, je commence à avoir trop chaud, je glisse donc vers la partie non protégée et me met à genou pour sortir mon buste de l’eau, profitant de la pluie rafraîchissant ma peau brûlante.

Ryokan Takagarawa

On décide de migrer vers un autre bain et on retrouve les Italiens… pas nus du tout. Pour le coup, les femmes ont la fameuse robe et les hommes portent un maillot… alors que normalement, les hommes sont nus avec juste une petite serviette à poser sur son pénis. Dans les faits, tout le monde s’en fout… Mais du coup, je me sens un peu gênée d’imposer ma nudité, ma pudeur commence là où je dérange les gens… Le barbotage est donc un peu court, ce bain est moins chaud que l’autre donc on retourne au premier et là, nous sommes seuls. Douce détente.

Ryokan Takagarawa

L’heure du diner approche (18h30…), nous retournons dans notre chambre et surprise ! Deux futons ont poppé. On a également récupéré une carafe d’eau fraîche, très appréciable après un bain chaud qui déshydrate pas mal.

Le repas avalé, on retourne se poser à la chambre puis petit bain intérieur nocturne histoire de se doucher. On se glisse sous les grosses couettes bien chaudes car il fait un peu frais dans le Ryokan, même si le coin chambre est bien chauffée. On ne traîne pas : demain, réveil à 5h15.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Plongée dans les sources chaudes du Ryokan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *